Devenir mère en Chine : le recours quasi systématique à la césarienne

La semaine dernière ma super Sage-Femme que j’aime d’amour me parlait d’une patiente qui avait vécu son premier accouchement en Chine. Elle m’a surprise en m’apprenant que la Chine était le pays où l’on pratiquait le plus de césariennes. J’ai donc fait mes petites recherches et, il s’est avéré que le journal La Croix s’est intéressé aux naissances par césarienne dans son supplément de la semaine dernière, il propose tout un article sur le cas chinois.

Plusieurs raisons sont évoquées pour cet état de fait :

– Une raison d’ordre « spirituelle » ( si je puis dire) : numérologie et astrologie dispose d’une place très prégnante dans la société chinoise, bizarrement (!) le nombre d’accouchement a tendance à augmenter durant les périodes les plus « propices ».

– Pour favoriser la scolarisation des enfants : pour rentrer à l’école l’enfant doit avoir 6 ans au premier septembre…Selon vous, quel est le mois qui voit croître le nombre de naissances ( oui, c’est bien le mois d’août!)?!

– Pour des raisons d’ordre « financières » : la césarienne c’est plus cher donc plus rentable pour les établissements financiers…cqfd !

– En raison de la politique de l’enfant unique : « cela découle de la logique de “l’enfant roi” : il y a une surprotection de l’enfant par rapport à la maman, pour qui l’opération est plus risquée que l’accouchement normal. D’autre part, on sait que l’un des principaux risques de la césarienne est la rupture utérine en cas de deuxième naissance », nous explique l’adjoint français du directeur d’un hôpital de Shangaï.

– Enfin, le recours à la césarienne de « confort » est répandue en Chine car l’on estime que les femmes « modernes » ne sont plus résistante à la douleur…Et puisqu’on leur affirme ça comme une évidence et bien elles acceptent de programmer leur accouchement…Je vous rappelle qu’il s’agit de toute façon de leur premier ( et unique) accouchement : les futures mamans sont donc plus sensible à l’avis du corps médical. Puisqu’on leur maintien qu’elles ne sont pas faite pour accoucher par voie basse, elles le croient, peu d’entre elles tentent de passer outre l’avis médical.

Pourtant, certains essaient de faire bouger les choses : à l’hôpital de Shangaï, on voit poindre l’organisation de préparations à l’accouchement, ce qui n’existe quasiment pas, par ailleurs en Chine. Car, on nous le rappelle : « mal préparées, les futures mamans penchent plus facilement pour l’intervention chirurgicale« .

Mais, le problème vient également, comme en France finalement, du manque de personnel, principalement du manque de Sages-femmes : « les tâches normalement réservées aux sages-femmes sont le plus souvent allouées aux médecins ou aux infirmières« .

Au final, les croyances populaires et les questions financières empêchent les chinoises d’acquérir la confiance suffisante qu’il leur faut pour devenir mère. Ce que je veux dire c’est qu’on ne devient pas seulement mère en mettant au monde un enfant, encore faut-il qu’on leur laisse être « psychologiquement » mère en les associant à la prise de décision les concernant. Ceci vaut pour la Chine mais cela vaut également pour la France.

Vous pouvez retrouver cet article sur mon blog 

Publicités

7 réflexions sur “Devenir mère en Chine : le recours quasi systématique à la césarienne

  1. Merci beaucoup de ta contribution!!! De ce que j’en ai vu, cette tendance est loin de n’être en vogue qu’en Chine… je pense à l’Amérique du sud par exemple aussi…
    C’est étrange comme une volonté de contrôle se double finalement d’une forme de désinformation…

  2. Une raison d’ordre « spirituelle » ( si je puis dire) : numérologie et astrologie dispose d’une place très prégnante dans la société chinoise, bizarrement (!) le nombre d’accouchement a tendance à augmenter durant les périodes les plus « propices »

    Je me permets de vous reprendre, j’ai passé pas mal de temps en Chine et je vis désormais à Taiwan, j’ai eu l’occasion de discuter avec des mamans chinoises et de leur demander directement. Ce n’est pas spirituel mais superstitieux. Les Chinois dont la pensée reste traditionnelle (tous comme les Taiwanais sur ce point-là) considèrent que le jour de naissance est très important. Vous avez raison sur ce point-là mais c’est loin d’être bizarre! Bizarre pour nous sans aucun doute, je suis souvent rentrée dans de grandes discussions avec mes amies.

    Elles me disent déjà que tout dépend de l’âge, maintenant, de plus en plus de mamans ne veulent pas suivre ses idées de numérologie, les mentalités changent. Mais pour la plupart c’est vrai ça reste d’actualité, surtout si on sait que 80% de la pop chinoise vit dans les campagnes et donc ce sont des gens qui suivent la tradition à la lettre pour respecter les parents, les grands-parents, bref…

    Favoriser la scolarisation, par contre là, je ne les trouve pas logiques. Par exemple, l’année du dragon 2012 a vu le nombre de naissance exploser! Ça fera sûrement beaucoup de compétition plus tard et des classes surchargées. Donc favoriser, favoriser… je ne suis pas sûre au final!

    Pardon je m’égare, pour en revenir à la césarienne. De nombreux docteurs m’ont expliqué (j’ai passé beaucoup de temps à l’hôpital) que le bassin des femmes taiwanaises était beaucoup plus étroit que celui des Américaines (par exemple) et que les bébés taiwanais avaient la tête plus large en haut. Je ne sais pas si c’est très scientifique tout ça mais c’est vrai que leur tête ont une forme différente de la nôtre, le derrière est plus plat que nous. Alors, est-ce que ça influe sur les naissances par césarienne? Peut-être oui!

    Une chose qu’on ne peut pas nier c’est que les femmes chinoises ont peur, vraiment peur de la douleur, mais comme de nombreuses françaises encore je crois bien, non? Le truc c’est que nous sommes plus renseignées peut-être. Elles ne comprennent pas que la douleur après la césarienne sera plus terrible encore.

    J’avais lu un article qui interviewait un docteur de Pékin, il disait que parfois il y avait tellement de patientes qu’il n’avait pas le temps d’attendre de voir si les choses se feraient naturellement, la césarienne ça va plus vite et l’épisio aussi (oui, je sais c’est terrible mais mettons nous dans les conditions de travail d’un docteur chinois en Chine, je vous assure que ça se comprend même si c’est révoltant).

    Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai expliqué à des femmes ici que l’accouchement ne doit pas faire peur, si on le prépare bien. Il n’ont pas non plus la ré-éducation du périnée ici et l’épisiotomie frôle les 90%, donc les femmes préfèrent avoir le ventre ouvert plutôt qu’on touche à leur intimité.

    Tout ça bien sûr est en train d’évoluer!

    J’ai accouché dans un hôpital taiwanais et tout s’est très bien passé, pas d’épisio car je l’ai demandé (d’ailleurs, les infirmières ont fait une de ces têtes!), mon docteur était une femme qui s’est très bien occupé moi. les infirmières aussi d’ailleurs. La péridurale a été posée avec brio!

    Autre chose, le métier de sage-femme n’existe pas en Chine, ce sont des infirmières de grades différents, ce qu’ils appellent sage-femme eux c’est une ancienne qui a vu et aidé beaucoup de femmes a accouché. Ce métier disparaît car il n’est basé que sur l’expérience et non les connaissances.

    Enfin, c’était un très bon article j’espère que mes réflexions ne vous auront pas gênés.

    • Merci beaucoup pour ces précisions ! C’est vrai qu’il est toujours difficile de parler de la vie dans un pays étranger sans tomber dans la caricature. Il est formidable qu’une personne connaissant un peu mieux cette culture puisse apporter son « grain de sel » !

  3. Ils privéligient l’enfant par rapport à la mère, etc…. ok, mais peut-être peut-on leur expliquer que la césarienne n’est pas non plus ce qu’il y a de mieux pour l’enfant. Lors d’une naissance par voie basse l’enfant est quand même davantage « accompagné »; on dit entre autre que cela aide pour l’allaitement, etc…. Si on veut le bien-être de l’enfant peut-il faut-il penser au bien-être global, mais aussi que l’épanouissement de l’enfant passe aussi par celui des parents….

  4. D’une manière générale, vues d’ici, les pratiques chinoises paraissent souvent assez barbares (celle-ci à ce titre me semble moins choquante que les avortements forcés en application de la politique de l’enfant unique par exemple).
    Les précisions de Sophia sont très intéressantes! Je me demande si la peur de la douleur qu’expriment les Chinoises pourrait dans une certaine mesure être liée à cette politique de l’enfant unique? Est-ce que l’information sur ce point pourrait avoir des fins politiques (en plus de financières)?

  5. Pingback: Le Chœur des femmes résonne toujours {mini-débrief} | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s