Le journal La Croix s’est récemment intéressé aux césariennes en titrant  La césarienne, une pratique pas toujours justifiée.

1 femme sur 5 accouche de nos jours par césarienne en France. « Pour la Fédération hospitalière de France (FHF), « la croissance du nombre de césarienne pose un problème car cette croissance n’est pas médicalement justifiée« . »

« L’Organisation mondiale de la santé (OMS) établit un taux optimal de césariennes entre 5 % et 15 % : « En proportion des naissances dans la population, le taux de césariennes doit être compris entre 5 % et 15 % — car un taux inférieur à 5 %, indiquerait que certaines femmes avec des complications sévères ne recevraient pas le niveau de soins adéquat ». De nombreux pays dépassent ces chiffres. Au-delà de 15 %, le recours à la césarienne est jugé comme abusif et aurait un impact plus négatif que positif, si l’on considère les risques de cette opération. Les experts s’accordent aujourd’hui à considérer des taux de césarienne supérieurs à 25 % comme anormaux. » (Extrait de l’article Césarienne sur Wikipédia)

Les taux chinois, brésiliens, voire de nos voisins portugais ou italiens sont largement au-dessus de ces taux, car près d’une femme sur 2 accouche par césarienne en Chine, et près d’une sur 3 en Italie ou au Portugal.

L’idée largement répandue d’un plus grand confort maternel ou d’une plus grande sécurité pour la mère et l’enfant est fausse.

Michel Odent, dans son livre Césariennes : questions, effets, enjeux – Alerte face à la banalisation, explique les conséquences de l’opération, rappelle les besoins primordiaux de la mère, et distingue plusieurs types de césariennes.

Je ne peux malheureusement pas recopier l’intégralité de ce livre dans cet article, mais en voici quelques principes de base et principaux points résumés :

– Dans les hôpitaux bien équipés et bien organisés de nos pays développés, la césarienne et la voie basse peuvent se comparer sur le plan de la sécurité;

L’incompréhension des processus physiologiques (effet du langage, de la lumière, toute stimulation du néocortex pendant l’accouchement) est directement ou indirectement à l’origine des taux astronomiques de césariennes;

La césarienne présente plus de risques pour le nouveau-né qu’un accouchement par voie basse :

  • Plus de risque d’asthme;
  • Altération de la colonisation primaire des microbes (flore intestinale en particulier) du nouveau-né, qui rentre en contact avec des germes étrangers à sa mère et non ceux de sa mère (pour lesquels le nouveau-né a des anticorps). La flore des matières fécales des enfants est encore perturbée à l’âge de 6 mois pour les enfants nés par césarienne;
  • Probablement plus de risque d’autisme (Michel Odent fait le lien avec une altération de la capacité d’aimer liée aux circonstances de la naissance. La césarienne mais aussi les heures qui suivent la césarienne (séparation mère-enfant) ont probablement un impact)

– Un bébé né par césarienne est physiologiquement différent d’un bébé né par voie basse :

  • ses poumons et son cœur fonctionnent différemment;
  • ses taux de glucose ont tendance à être plus bas;
  • la température des bébés nés par césarienne programmée a tendance à être basse pendant les 90mns qui suivent la naissance;
  • les réponses immunitaires sont différentes;
  • les systèmes qui contrôlent la pression artérielle sont réglés différemment;
  • etc, etc… je vous fais grâce.

– Il est probablement plus difficile d’allaiter un bébé né par césarienne et il y a un impact sur la durée de l’allaitement;

– Il y a des indications absolues à une césarienne :

  • prolapsus du cordon (le cordon glissant à travers le col)
  • véritable placenta praevia (placenta placé sur le col)
  • hématome rétro-placentaire (décollement prématuré du placenta)
  • présentation par le front décelée en cours de travail
  • présentation par l’épaule (transverse)
  • arrêt cardiaque de la mère

– Et d’autres discutables :

  • césarienne antérieure (cicatrice utérine) : sur ce sujet, voir le livre d’Hélène Vadeboncoeur
  • dystocie dynamique (non progression du travail)
  • disproportion céphalo-pelvienne (tête du bébé trop grosse pour le bassin maternel)
  • souffrance fœtale
  • fibromes et kystes de l’ovaire
  • rupture du sphincter anal lors d’un accouchement antérieur
  • accouchement par le siège
  • grossesse gémellaire ou de triplés
  • mère séropositive ou épisode d’herpès

Un petit aparté sur la dystocie : la non-progression du travail, pour Michel Odent, relève de la méconnaissance (ou le non-respect) des processus physiologiques de l’accouchement.

Car pour accoucher convenablement, la nature de la mère doit être respectée. Lui parler, ou pire lui demander de répondre, la laisser dans une lumière forte, l’ausculter, la menacer (si vous n’avez pas accouché dans 4 heures je vous césarise), autant de gestes ou d’intrusions qui stimulent le néocortex et bloquent littéralement le travail.

Combien de césariennes dues à des déclenchements ? A un décollement des membranes ? A une péridurale qui ralentit ou bloque le travail ? Et à des échecs de déclenchement ?

Sur les 20,9% de césariennes pratiquées aujourd’hui en France, nous sommes très au-dessus du taux préconisé par l’OMS, et ce ne sont pas les femmes qui demandent des césariennes « de confort » (1,87% aux USA, en 2001) qui font vraiment pencher la balance.

D’ailleurs, si tu veux avoir une petite idée du confort de l’accouchement par césarienne, va voir là : Top 10 des autruches 2/2– La césarienne, c’est pas pour moi.

Pour finir, je citerais simplement les femmes du livre de Lynn Baptisti Richards, qui ont accouché par voie basse après césarienne. Elles disent qu’elles se sont senties « guéries« , « entières« , « normales« , « femmes de nouveau » ou « fortes« .

Que du bonheur

PS : Il est important de noter que peu d’études ont été faites aujourd’hui pour évaluer les impacts de la naissance par césarienne, et encore moins entre les différents types de césarienne (césarienne programmée, césarienne en urgence, avec ou sans travail spontané).

PS2 : Si tu as accouché par césarienne et que tu veux en parler, si tu penses accoucher par césarienne un jour, si ta femme a eu une césarienne, ou juste, si ça t’intéresse, va voir là : http://www.cesarine.org/

PS3 : si tu veux parler d’AVAC (accouchement vaginal après césarienne), écris-moi un message et je tenterais de t’orienter ou de te répondre.