Quelle école pour demain ? (MiniDebrief)

Moi, l’école, je l’aime et je la déteste tout autant. Entre attirance et répulsion, j’ai décidé de mettre mon grain de sel dans la machine infernale qu’est l’Education Nationale (je n’y suis pas encore, et je n’y serais peut-être jamais… qui sait). Je passe donc le concours d’admissibilité à la préparation du concours d’instit’.

Dans ma préparation (plutôt dilettante), je suis surprise qu’aucun thème n’aborde ni la motivation ni les qualités pédagogiques des candidats (peut-être que ça change ensuite…) : le savoir « scientifique » prime sur les compétence. Suis-je faite pour l’éducation nationale, pour m’y intégrer sans perdre mon sens critique? Nombreuses sont les questions auxquelles aucun test ne pourra répondre. Et le sens critique, les neurones n’en manquent pas! Aussi je suis très contente de vous présenter ces 4 contributions pascales écrites autour de l’Institution scolaire.

Mme Déjantée raconte comment elle s’est faite collée pour l’unique fois de sa scolarité grâce à la chanson des Pink Floyd… pour présenter de façon incongrue mais délicieuse le livre de  disponible auprès de Clem’ dans la bibliothèque volante des VI. Moi, j’ai bien envie de lire ce livre, histoire de savoir où je suis susceptible de mettre les pieds. Et la réflexion sur l’utilité de l’école me parait pertinente et… désabusée.

J’y répondrais bien, après la lecture de ce bouquin!

Dans la même veine, Carpediem nous fait part de la réflexion de Bruno Bettelheim sur l’apprentissage de la lecture : l’école appauvrirait le désir d’apprendre des enfants. Prendre plaisir à découvrir et considérer les erreurs comme des rebonds. Finalement, l’école est-elle faite pour la « technique » ou pour la découverte?

C’est peut-être grâce à l’utilisation intelligente des méthodes pédagogiques dites « alternatives » que la révolution de l’apprentissage pourrait arriver. C’est , il me semble, la conclusion de la contribution de Flolasouricette sur l’opus de la méthode Montessori.

D’ailleurs les trois livres présentés par Mme Déjantée, Capediem et Flo font partie de la Bibliothèque volante des VI! 

L’école ne servirait à rien sans des enfants éveillés à l’acquisition de tout ce savoir. Un environnement favorable à l’apprentissage passe avant tout par une bonne connaissance des rythmes des enfants. Et le rythme le plus dissonant, le moins compris, c’est bien celui du sommeil. La contribution de Phypa nous explique comment un respect attentif de ce rythme est favorable aux enfants à leur bonne réceptivité. Il s’agit donc que de créer une  coopération entre les parents et l’école, une passerelle éducative (comme l’avait évoqué par ailleurs Flolasouricette) qui serait à même d’inventer l’école de demain.

Publicités

10 réflexions sur “Quelle école pour demain ? (MiniDebrief)

  1. Ah oui alors, mille fois oui : c’est inadmissible que les contenus priment sur la pédagogie dans la formation des enseignants. Hélas…

    • ben ouais, on demande en fait de justifier ses diplômes : t’as ton bac, prouves le! (ben j’ai la photocopie de mon diplôme, ça ne suffit pas?) merci de ton commentaire!

  2. Dans la refondation de l’école, une chose qu’il faut absolument revoir: c’est la formation des enseignants. Il manque tant de choses.

    • C’est bien mon sentiment. Depuis le temps, pourquoi cette formation est-elle toujours resté aussi formelle?
      merci de ton commentaire.

      • une bonne formation doit sûrement coûter cher! Car il faut des formateurs TOP, il faut du temps en classe aussi avec des enseignants formés pour l’accueil des stagiaires.
        Qu’ils m’appellent, j’ai plein d’idées ;)

  3. Actuellement en totale introspection professionnelle, je me suis inscrite un peu sur un coup de tête au CRPE 2013. Je ne sais pas si je me présenterai car je n’ai absolument rien préparé mais en vérité je trouve ça totalement affolant de savoir que potentiellement je peux me retrouver seule face à une classe à la rentrée 2014 (j’ai un BAC + 5 et 9 ans d’expérience dans un domaine qui n’a aucun lien avec l’éducation).

    • je suis dans le même cas que toi. Je me dis que c’est une occasion en or d’avoir un travail stable et qui peut correspondre à mon niveau, à mon éoanouissement, malgré les contraintes. Un boulot d’adulte quoi, même avec 8 ans d’expérience professionnelle dans la valorisation du patrimoine culturel!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s