Un seul interlocuteur ou… plusieurs ? [Mini-débriefing]

Oui, je sais, ma question laisse planer un suspense insoutenable ! Vous êtes tentés de lire la fin du billet directement pour avoir la réponse.  Comme je ne suis pas scénariste d’une série américaine, je vous révèle la vérité tout de suite : un interlocuteur, c’est bien ; plusieurs, c’est mieux.

Bonne journée !

Ah vous voulez que je développe ? Bon.

Situation : vous êtes enceinte et vous ne voulez pas la péridurale. Vous rencontrez l’anesthésiste, il vous dit qu’à l’heure actuelle, vouloir souffrir à tout prix, c’est idiot.

Deux solutions :

1. vous vous dites que vous avez été mal informée, que, puisque c’est lui l’expert, il doit avoir raison et vous décidez de prendre la péridurale.

2. vous vous dites qu’il a le droit de penser ça (bon, il pourrait le dire plus gentiment, c’est vrai) mais que vous aimeriez quand même avoir d’autres avis.

Résultats : si vous avez choisi la première solution, pas de problème (ça arrive à des gens très bien de changer d’avis, je vous épargne le proverbe), sauf si vous le faites sans conviction ou en ayant l’impression de ne pas vous respecter (dans ce cas, voire 2). Si vous avez choisi la deuxième solution, vous êtes un peu comme Sandy (les bebous) qui cherche à expliquer son choix face à des personnes réticentes.

Ce qui est intéressant quand on se réfère à plusieurs avis (professionnels, autres personnes qui ont vécu la même chose, livres, etc), on dépasse le débat stérile du « pour ou contre ». Un seul avis, c’est une seule expérience. Les professionnels n’ont a priori pas d’avis personnel mais il y a forcément une part de subjectivité.

C’est particulièrement frappant en ce qui concerne l’allaitement, comme le montre Okaasan : la plupart des médecins et des pharmaciens refusent de donner des médicaments à une femme qui allaite, ce n’est pas l’avis du CRAT qui fait pourtant référence sur ces questions.

Le mieux, c’est donc de s’informer (on en revient toujours au même sujet !) pour CHOISIR en connaissance de cause. Il n’est pas défendu d’ailleurs de s’éloigner des sentiers battus en prenant conseil, par exemple, auprès d’une doula dont nous parle Kawine cette semaine.

Bien évidemment, je ne dis pas qu’avoir un seul interlocuteur, c’est mal (relisez mon intro, je dis même le contraire), on peut avoir une personne de confiance avec qui la communication passe bien. Mais, à mon avis, une seule personne ne pourra pas être consultée pour TOUTES les questions, sur TOUS les sujets.

Enfin, ce n’est que mon avis. Mieux vaut demander celui d’autres personnes (CQFD !).

Clem la matriochka

Publicités

5 réflexions sur “Un seul interlocuteur ou… plusieurs ? [Mini-débriefing]

  1. Bien dit ! Je rajouterai que le risque c’est trop d’interlocuteurs avec le fait qu’il faut ensuite faire le tri et la synthèse de toutes les infos ! D’où le choix des interlocuteurs… Savoir leur position « générale » (pro ou pas maternage par exemple) qui nous aiguillera sur le positionnement sur d’autres sujets…
    Débrief intéressant !

    • Tu as tout à fait raison de le souligner ! Parfois on s’y perd quand on a trop d’interlocuteurs, surtout s’ils ont des avis très différents.

  2. Pingback: Les bibles de ma grossesse… L’information nécessaire à ce que tout aille pour le mieux. (Conseils aux futures mamans) | Docteur ET Maman ET Femme...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s