La planète des Alphas, ou comment apprendre à lire en s’amusant

Nous sommes une famille française, vivant en Allemagne, et l’Ainé qui a 5 ans est scolarisé en allemand.
C’est donc à la maison que « se fait » l’apprentissage en français, et jusqu’à présent il se fait de manière autonome*.

En regardant le bulletin officiel de l’éducation nationale sur ce que sont supposés être les acquis d’un enfant avant son entrée au CP en France, j’ai constaté que l’Ainé était très à la traine en ce qui concerne la partie « Se préparer à apprendre à lire et à écrire ».

À la fin de l’école maternelle l’enfant est capable de :
– différencier les sons ;
– distinguer les syllabes d’un mot prononcé, reconnaître une même syllabe dans plusieurs énoncés ;
– faire correspondre les mots d’un énoncé court à l’oral et à l’écrit ;
– reconnaître et écrire la plupart des lettres de l’alphabet ;
– mettre en relation des sons et des lettres ;
– copier en écriture cursive, sous la conduite de l’enseignant, de petits mots simples dont les correspondances en lettres et sons ont été étudiées ;
– écrire en écriture cursive son prénom.
Source : www.education.gouv.fr

Autant, l’acquisition des autres objectifs coulent de source dans notre vie quotidienne, autant celui là est plus compliqué, malgré les lettres aimantées sur le frigo, malgré les livres qu’il adore et « lit » très régulièrement, malgré les histoires que nous lui racontions, malgré sa demande, je ne suis pas parvenue à trouver un moyen de faire simplement, sans me positionner dans un rôle d’instructeur.

Et puis Mme Déjantée a parlé de la Planète des Alphas sur twitter, « la méthode de lecture pour apprendre à lire ».
Je ne connaissais pas, je me suis renseignée.

L’enfant a appris à marcher et à parler sans difficultés particulières. Pourquoi en irait-il autrement de l’apprentissage de la lecture ? Tout simplement parce qu’à l’inverse de la marche et du langage oral qui s’acquièrent naturellement, apprendre à lire est complexe et nécessite une instruction appropriée.
Source : planete-alphas.net

Une instruction appropriée, tout était dit.

La découverte du principe alphabétique passe au préalable par le développement de la « conscience phonémique » de l’enfant, soit de son habileté à segmenter la parole en phonèmes et réciproquement à fusionner ces phonèmes. Toutes les expériences – et elles ont été nombreuses – montrent que l’enfant est incapable, sans aucune espèce d’instruction orientée, d’associer spontanément les phonèmes aux lettres. Pour prendre conscience du fait que les lettres correspondent à des phonèmes, il faut attirer l’attention de l’enfant non seulement sur cette correspondance, mais aussi sur la possibilité de segmenter une syllabe en phonèmes.
Source : planete-alphas.net

Nous avons donc investi (parce que c’est un investissement, et que trouver du matériel d’occasion me semble très compliqué) dans la mallette avec le livret à l’attention des parents.

Cette mallette (d’une valeur d’environ 45 €) contient :

  • l’histoire en livre « image + texte », toujours la même histoire en image uniquement et le CD à écouter en même temps, le DVD de la version dessin animé de l’histoire
  • 28 figurines des Alphas (le « ch » est un personnage à part entière)
  • un poster
  • un porte clé Fusée
  • un livret d’explication pour les parents

J’ai contacté ma soeurette, enseignante en primaire, et lui ai fait part de cette découverte.
Elle ne connaissait pas.
Elle m’a simplement sensibilisée sur un point qui est primordial : ne rien précipiter.

Il peut être tentant avec ce type d’outil d’aller plus vite de la musique, de perdre le côté amusant de la méthode, d’en attendre trop de l’enfant, de rater des étapes, de croire que ça va être plus rapide, etc.
Les enseignants ont des règles très spécifiques pour l’apprentissage de la lecture, et malgré le livret à l’attention des parents, nous sommes nous parents sans garde fou et sans limite sur ce qu’il convient, ou pas, de faire.

La mallette permet uniquement de mettre en relation un son et une lettre : il faudra faire d’autres achats pour expliquer la transformation des personnages Alphas (car se ne sont pas des lettres pour le moment, mais des personnages avec des caractéristiques bien particulières) en lettres, assembler une consomme et une voyelle pour faire une syllabe, ou encore découvrir les formes majuscules/minuscules cursives et bâton.

L’aventure a commencé très fort chez nous dès réception du colis : l’Ainé a regardé ou écouté l’histoire avec le livre d’images trois fois en deux jours, puis s’est un peu calmé sur la fréquence.

L’histoire est sympa, elle présente tous les personnages : ils ressemblent à des lettres et pour les consonnes ils ressemblent aussi à l’objet dont ils portent le nom, le plus connu étant la Fusée, emblème des Alphas.

Une fois que l’Ainé aura bien assimilé l’histoire et qu’il connaitra bien les personnages, nous pourrons commencer à jouer avec les figurines.

A suivre…

Carpediem

* voir mon article sur la scolarisation en Allemagne et les apprentissages autonomes pour en savoir plus sur notre situation.

Publicités

19 réflexions sur “La planète des Alphas, ou comment apprendre à lire en s’amusant

  1. Merci pour cet article ! J’ai déjà eu connaissance de la méthode des Alphas, qui est utilisée dans l’école de mes frères, mais je ne connaissais pas l’existence de cette mallette, ça peut être sympa dans le cadre d’une IEF ? J’avais vu avec mes frères la lettre « d » de la dame avec son gros derrière, je trouve que l’approche par phonème et association de phonème est vraiment ce qui marche le mieux… en ce moment je vois sur internet le retour de pamphlets contre la méthode globale : je pensais que c’était terminé ? Quelqu’un a des infos là-dessus ? Cette méthode a fait des ravages mais je pensais pas qu’elle continuait à en faire !
    Enfin, ravie d’avoir pu en lire un peu plus sur cette méthode ludique et colorée, merci !

    • Tu m’as fait découvrir le terme IEF (instruction en famille), merci beaucoup :)
      Pour ce qui est des méthodes appliquées en classe, j’ai l’impression que ça tient autant de l’éducateur que du programme scolaire…
      Ma soeur, instit, m’avait dit qu’on faisait généralement un mix des deux maintenant (et c’est comme ça que nous adultes lisons d’ailleurs).

      • Ravie ;)
        Je n’avais jamais réfléchi qu’on utilisait les deux méthodes ! Mais ça se tient tout à fait, quand j’ai lu ton commentaire, je l’ai relu ensuite en me rendant compte que lire la première syllabe me permettait en général de deviner la fin du mot… Intéressant tout ça :D

  2. Il y a aussi la méthode Montessori : au rythme de l’enfant, qui sollicite aussi bien le sens de la vue que celui du toucher (très actif chez les enfants). Les lettres rugueuses sont justes sensationnelles, au sens étymologique du terme.

    Nous avons les livres de Balthazar à la maison, mon aînée s’était passionnée pour celui des lettres et reconnaissait celles de son prénom (à 27 mois !), et depuis 2 mois elle ne l’a plus ouvert.
    Il est important effectivement de ne jamais forcer un apprentissage.
    Mais je pense qu’on peut dissocier :
    – la reconnaissance des lettres, qui peut commencer très tôt. Un « A » n’est pas plus concret pour un enfant qu’un éléphant ou même une vache (pour les citadins), alors que ce sont des images qu’ils associent au mot dès 8 ou 9 mois.
    – la lecture en elle-même : déchiffrer puis comprendre le sens de ce qu’on lit.

    Et il me semble aussi que l’apprentissage de la lecture est concomitante avec celle de l’écriture : la main et le cerveau sont indissociables dans l’apprentissage chez les enfants. Donc tant que la maitrise du graphisme n’est pas là, le cerveau n’est pas prêt, patience.

    En Finlande, les enfants ont plusieurs années pour apprendre à lire, il n’y a pas « d’âge précis ». Ça me semble plus adapté à la réalité, à la diversité des enfants.

    • Nous avons le grand livre de balthazar, des livres aux lettres rugueuses à suivre du doigt, des lettres aimantées au frigo, mais tout cela est très visuel, ou graphique, et n’était pas assez sonore à mon sens.
      Mais plutôt que faire un long commentaire je t’invite à lire mon prochain article sur le sujet ;-)

  3. Merci beaucoup de ta contribution!!! Je suis ravie que cette méthode t’ait plu ainsi qu’à ton petit!
    J’en avais entendu parler depuis longtemps et j’avoue que j’étais impatience de juger sur pièces.
    Personnellement, je trouve le prix un peu excessif (d’autant que la méthode n’est plus toute récente et n’a pas – je crois du moins – évolué depuis sa création). L’aspect ludique reste intéressant et -à mon avis- pas que de façade. Après, je ne sais pas dans quelle mesure les enfants qui abordent la lecture entièrement grâce à cette méthode arrivent ensuite (ou non?) à se détacher des alphas pour utiliser les lettres (PMH connaissait les lettres avant de connaître les Alphas et du coup ne sait plus trop s’il doit dire l’un ou l’autre)…

    • Coucou ! Je voulais juste dire qu’un de mes petits frères apprend en ce moment à écrire uniquement avec cette méthode et pour l’instant il s’en sort pas mal ! Le progrès est significatif, il se détache bien de la petite histoire et arrive maintenant à lire des petits textes sans trop hésiter, je pense que c’est positif pour lui. En revanche son jumeau lui n’en a eu que faire de ces Alphas et a tout appris par lui-même, comme quoi ça dépend de l’enfant…
      Bonne journée !

      • Merci de ton retour!! Assurément la meilleure méthode demeure de s’adapter aux besoins/envies de chacun!! :-)
        Disons que je m’interroge toujours lorsqu’on introduit dans l’apprentissage un élément de type « mémotechnique » (rôle que jouent les alphas vis à vis des lettres: ffffffusée pour penser que la lettre F fait « ffffff ») parce que pour être efficace cela suppose qu’on l’abandonne à un moment ou à un autre et que je ne sais pas si ce passage est toujours évident.

        • Oui effectivement ça peut poser problème… Cette méthode est auditive (je trouve) et ne s’adresse donc peut-être pas aux autres formes de mémorisation, ou même aux autres formes d’intelligence, mais de ce que j’ai pu en voir, il y a déjà une forme d’abandon dans la méthode car l’enfant est invité après à « oublier » la notion d’Alpha pour se concentrer sur les syllabes formées avec les associations de sons, ce qui se rapproche de la méthode syllabique traditionnelle. Je sais pas trop je suis pas une experte ;)
          Mais je me dis toujours qu’il y a problème à proposer une seule et même méthode alors que chaque enfant est unique dans son fonctionnement ^^

        • Je ne suis pas certaine que ça soit juste mémotechnique.
          En ce qui me concerne, c’est une notion supplémentaire ce ffffffusée : ça connecte une lettre, un graphisme, avec un son.
          Et c’est quelque chose que je n’étais pas arrivée à faire avec l’Ainé, car je manquais de méthode justement.

    • Je me tâte finalement pour un autre billet à ce sujet, alors du coup je vais développer premiers les résultats ici :)

      A 5 ans et 4 mois l’aîné sait reconnaître la plus part des lettres de l’alphabet en majuscule, sait écrire son prénom et aussi papa et maman bien qu’il inverse souvent le N.
      Il a des livres d’apprentissages amusants (la grand livre de Baltazhar, un abécédaire avec des lettres rugueuses), des lettres aimantées au frigo. Mais tout cela reste visuel ou graphique et je manquais de support pour approcher correctement les phonèmes.

      Je dis correctement parce que j’ai un gros défaut : il m’est très difficile de rester calme et détendue quand l’Ainé me répond qu’il entendait le son O dans le mot baleine.

      C’est donc avec ces acquis que nous avons commencé la méthode des Alphas.

      Très rapidement il a mémorisé tous les personnages, les voyelles et les consonnes (sauf 3 ou 4). Au bout de quelques jours nous avons commencé à jouer avec les figurines.
      Puis à faire des formules magiques pour les libérer : il s’agit de dire des mots qui commencent par la même lettre.

      Pour la première fois l’Ainé a commencé à comprendre qu’une lettre donnée fait un son précis et à associer un personnage, et aussi à sa lettre.
      Il devinait très bien à quel personnage ma formule s’appliquait et a commencé à vouloir en faire lui même.

      J’ai commandé les livres suivants pour avoir des explications cohérentes pour le « déshabillages » des alphas en lettres, et les associations pour faire des syllabes, je les attends toujours.

      Il y a 3 jours en lisant le livre, on voit une image avec le a et le i qui viennent réconforter le m, je rigole en disant à l’Ainé qu’un mot est écrit.
      Et là, alors que ça fait 10 jours qu’on a la méthode, il le déchiffre.
      Et dans la foulée il en écrit quelques uns tout seul, donc « asiét » pour assiette (nous étions en train de terminer le repas).

      Et depuis chaque jour il est demandeur, pour jouer juste avec eux et faire des formules magiques, pour écrire des mots, etc.

      J’attends les livres commandés, histoire d’avoir une explication qui tient la route sur les lettres muettes et les changements de son suivant ce qui précède ou ce qui suit (en espérant qu’elles y soient).

      Je trouve les prix très élevés aussi, je suis contente de pouvoir me le permettre, mais je trouve dommage qu’il n’y ait pas des alternatives moins coûteuses (par exemple, je trouve que le DVD, le livre images+CD et le livre ne sont pas tous nécessaires, même s’ils se complètent et on tous leurs avantages).

  4. « Je dis correctement parce que j’ai un gros défaut : il m’est très difficile de rester calme et détendue quand l’Ainé me répond qu’il entend le son O dans le mot baleine. »
    La vraie question est celle là. Pourquoi ça te pose autant de problèmes?
    Il ne me semble pas que ton fils ait un retard quelconque.
    Si il sent cette pression, cela lui gâchera peut-être le plaisir de la lecture par la suite.

    Sinon, merci pour ton retour sur cette méthode dont on entend beaucoup parler en ce moment.

    • Pourquoi ? Aucune idée !
      Mais dès que je m’en suis rendue compte (et cela remonte à plus d’un an) je n’ai pas insisté et je n’ai plus abordé le sujet (et lui n’a jamais fait seul la connexion lettre/son donc n’a jamais posé de question), car il n’y avait pas de raison de me forcer à faire quelque chose qui n’était ni nécessaire ni demandé.

      La méthode nous a plu à tous les deux, vu qu’elle a très bien répondu à l’une de ses demandes (apprendre à lire et à écrire) et qu’il a intégré le fonctionnement très rapidement, par jeu, sans aucune attente de ma part (cela aurait pu prendre des mois, ça m’était égal : je sais bien qu’il s’agit d’un déclic à avoir) ou autre intervention que jouer avec lui et les figurines.

    • Petit ajout : l’approche Alphas a aussi fait que cette difficulté que j’avais n’est pas « activée » lorsque nous jouons aux Alphas.
      Peut-être justement parce que c’est un jeu et que je suis une participante.
      Alors que précédemment, dans l’exemple que je donne sur la Baleine, j’étais positionné dans un rôle d’instructeur (et face à moi un élève, et plus mon enfant) et ce n’est pas une place où je suis à l’aise…

  5. mon fils a fait ses trois ans de maternelle en Belgique et ils utilisaient les alphas – arrivé en France en CP il a appris à lire très rapidement alors qu’il fait un petit blocage avec l’école….
    C’est une méthode ludique, les enfants adorent et il me racontait tous les soirs les histoires de madame I qui est folle, de monsieur A avec sa canne à l’envers etc….
    maintemant on essaie de trouver des pistes pour le faire écrire…en CE2

  6. Pingback: Se former à la parentalité ? | Les Vendredis Intellos

  7. Merci pour cet article. J’ai entendu parler des alphas et je garde ton commentaire en tête. De mon côté, j’ai un garçon de 2.5 ans qui parle beaucoup et qui commence à demander sans cesse à ce qu’on lui lise les livres, les noms des magasins, les affiches dans la rue …. Je me suis dit que je pouvais avoir un peu d’aide. Du coup, je commence à tester la « méthode » que j’ai trouvée dans le livre de Françoise Boulanger (Le bonheur d’apprendre à lire Accompagner son enfant de 2 À 5 ans ). Pourquoi ne pas faire un petit débrief quand j’aurai un peu de recul ? :-)
    Rysy

  8. Pingback: Apprendre à lire : la bonne méthode ? | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.