Nous sommes une famille française, vivant en Allemagne, et l’Ainé qui a 5 ans est scolarisé en allemand.
C’est donc à la maison que « se fait » l’apprentissage en français, et jusqu’à présent il se fait de manière autonome*.

En regardant le bulletin officiel de l’éducation nationale sur ce que sont supposés être les acquis d’un enfant avant son entrée au CP en France, j’ai constaté que l’Ainé était très à la traine en ce qui concerne la partie « Se préparer à apprendre à lire et à écrire ».

À la fin de l’école maternelle l’enfant est capable de :
– différencier les sons ;
– distinguer les syllabes d’un mot prononcé, reconnaître une même syllabe dans plusieurs énoncés ;
– faire correspondre les mots d’un énoncé court à l’oral et à l’écrit ;
– reconnaître et écrire la plupart des lettres de l’alphabet ;
– mettre en relation des sons et des lettres ;
– copier en écriture cursive, sous la conduite de l’enseignant, de petits mots simples dont les correspondances en lettres et sons ont été étudiées ;
– écrire en écriture cursive son prénom.
Source : www.education.gouv.fr

Autant, l’acquisition des autres objectifs coulent de source dans notre vie quotidienne, autant celui là est plus compliqué, malgré les lettres aimantées sur le frigo, malgré les livres qu’il adore et « lit » très régulièrement, malgré les histoires que nous lui racontions, malgré sa demande, je ne suis pas parvenue à trouver un moyen de faire simplement, sans me positionner dans un rôle d’instructeur.

Et puis Mme Déjantée a parlé de la Planète des Alphas sur twitter, « la méthode de lecture pour apprendre à lire ».
Je ne connaissais pas, je me suis renseignée.

L’enfant a appris à marcher et à parler sans difficultés particulières. Pourquoi en irait-il autrement de l’apprentissage de la lecture ? Tout simplement parce qu’à l’inverse de la marche et du langage oral qui s’acquièrent naturellement, apprendre à lire est complexe et nécessite une instruction appropriée.
Source : planete-alphas.net

Une instruction appropriée, tout était dit.

La découverte du principe alphabétique passe au préalable par le développement de la « conscience phonémique » de l’enfant, soit de son habileté à segmenter la parole en phonèmes et réciproquement à fusionner ces phonèmes. Toutes les expériences – et elles ont été nombreuses – montrent que l’enfant est incapable, sans aucune espèce d’instruction orientée, d’associer spontanément les phonèmes aux lettres. Pour prendre conscience du fait que les lettres correspondent à des phonèmes, il faut attirer l’attention de l’enfant non seulement sur cette correspondance, mais aussi sur la possibilité de segmenter une syllabe en phonèmes.
Source : planete-alphas.net

Nous avons donc investi (parce que c’est un investissement, et que trouver du matériel d’occasion me semble très compliqué) dans la mallette avec le livret à l’attention des parents.

Cette mallette (d’une valeur d’environ 45 €) contient :

  • l’histoire en livre « image + texte », toujours la même histoire en image uniquement et le CD à écouter en même temps, le DVD de la version dessin animé de l’histoire
  • 28 figurines des Alphas (le « ch » est un personnage à part entière)
  • un poster
  • un porte clé Fusée
  • un livret d’explication pour les parents

J’ai contacté ma soeurette, enseignante en primaire, et lui ai fait part de cette découverte.
Elle ne connaissait pas.
Elle m’a simplement sensibilisée sur un point qui est primordial : ne rien précipiter.

Il peut être tentant avec ce type d’outil d’aller plus vite de la musique, de perdre le côté amusant de la méthode, d’en attendre trop de l’enfant, de rater des étapes, de croire que ça va être plus rapide, etc.
Les enseignants ont des règles très spécifiques pour l’apprentissage de la lecture, et malgré le livret à l’attention des parents, nous sommes nous parents sans garde fou et sans limite sur ce qu’il convient, ou pas, de faire.

La mallette permet uniquement de mettre en relation un son et une lettre : il faudra faire d’autres achats pour expliquer la transformation des personnages Alphas (car se ne sont pas des lettres pour le moment, mais des personnages avec des caractéristiques bien particulières) en lettres, assembler une consomme et une voyelle pour faire une syllabe, ou encore découvrir les formes majuscules/minuscules cursives et bâton.

L’aventure a commencé très fort chez nous dès réception du colis : l’Ainé a regardé ou écouté l’histoire avec le livre d’images trois fois en deux jours, puis s’est un peu calmé sur la fréquence.

L’histoire est sympa, elle présente tous les personnages : ils ressemblent à des lettres et pour les consonnes ils ressemblent aussi à l’objet dont ils portent le nom, le plus connu étant la Fusée, emblème des Alphas.

Une fois que l’Ainé aura bien assimilé l’histoire et qu’il connaitra bien les personnages, nous pourrons commencer à jouer avec les figurines.

A suivre…

Carpediem

* voir mon article sur la scolarisation en Allemagne et les apprentissages autonomes pour en savoir plus sur notre situation.