Quand les anti-avortement font des sites « d’infos » sur l’IVG, sans dire qui ils sont

Nous sommes tous confrontés à des choix plus ou moins difficiles et l’on cherche parfois, voire souvent, des informations pour mieux comprendre la situation et se positionner en toute conscience, connaître les faits puis peser le pour et le contre.

On en a souvent parlé ici pour l’allaitement, en déplorant les biais ou les erreurs que l’on trouve encore trop souvent et qui ne permettent pas toujours aux mères ou au futures mères de faire un choix éclairé. Et je pensais naïvement que c’était la pire désinformation que l’on faisait aux femmes en France.

Puis j’ai cette semaine appris que certains certains sites d’informations sur l’IVG sont créés et administré par des groupes contre l’avortement.

Le problème n’est pas de savoir si on est pour ou contre l’IVG, le problème c’est d’être capable en tant que femme (ou couple) de trouver des informations non orientées, non manipulées, pour faire un choix en pleine conscience.

Si nulle part on ne déconseille explicitement d’avorter, difficile en revanche d’y trouver des informations factuelles, en particulier sur les lieux accessibles aux femmes pour avorter.
Source : http://blogs.afp.com

Le danger de tels sites, c’est qu’ils se gardent bien d’indiquer clairement qu’ils sont « pro-vie » ou anti-avortement. Ils pourraient tenir le même discours et donner les solutions alternatives et les aides disponibles si l’on décide de mener la grossesse à terme (foyers, adoption…) sous une accroche honnête du genre « l’avortement n’est pas la seule solution ».

Mais ce n’est pas ce qu’ils font : ils se déguisent en site d’informations pour les personnes qui cherchent des renseignements sur l’avortement (et non sur l’adoption, les foyers, les aides…), feintent dans leurs formulations (« Centre national d’écoute anonyme et gratuit ») pour prétendre une légitimité gouvernementale, mais se gardent bien de dire clairement qui ils sont et quel est leur but.

Pour sa responsable [d’ivg.net], la plate-forme délivre des informations «neutres».
Source : http://www.lefigaro.fr

Sous des apparences d’objectivité et de neutralité, tout son contenu véhicule en fait un argumentaire anti-IVG. Témoignages essentiellement négatifs sur l’IVG,mais positifs pour celles qui « l’ont gardé ». La partie médicale ne parle quant à elle quasiment que des « dangers » de l’IVG sous toutes ses formes.
Source : http://www.lemonde.fr

Comment prétendre être neutre dès qu’on y mêle l’affect avec des témoignages ?
Est-ce que les vrais sites d’informations à l’IVG  comme ivginfo.com ou planning-familial.org publient des témoignages du type « c’était le plus beau/le pire jour de ma vie » ?
Non, ils n’en publient pas.
Ils ne prennent pas partie.
Ils donnent un informations factuelle : comment et où ça se passe.

La réponse de Martin Winckler (la référence web en ce qui concerne notamment la contraception) au détournement de ses propos résume assez bien ce que je ressens face à cette situation :

Quant aux manoeuvres ayant pour objectif de culpabiliser ou de terroriser les femmes qui font ce choix en présentant l’IVG comme une procédure dangereuse, je n’ai pas de mot assez fort pour les qualifier. (Mais vous en trouverez sûrement un…)
Source : http://www.martinwinckler.com

[Edit du 02/03/2013] Suite au commentaire de Mme Déjantée j’ai modifié le titre de cet article en y apposant le terme « anti avortement » et non « pro-vie » que il l’était à l’origine.[/Edit]

[Edit du 29/09/2013] Le site officiel du gouvernement est en ligne : http://ivg.gouv.fr [/Edit]

Publicités

18 réflexions sur “Quand les anti-avortement font des sites « d’infos » sur l’IVG, sans dire qui ils sont

  1. et oui… une amie s’est retrouvée à devoir faire face à cette décision difficile à prendre, elle a cherché des infos sur le net et est tombée sur un de ces sites… ayant besoin d’écoute, elle a appelé et est tombée sur une femme qui a tout fait pour la faire culpabiliser, à lui dire qu’elle ferait une dépression suite à cette ivg, que son mec la quitterait, qu’elle y penserait à chaque « anniversaire » du bébé en question, etc… bref, un truc abjecte qui en a rajouté aux émotions en vrac de mon amie… heureusement son mari était là, l’a aidé à couper à cette conversation et elle a eu une vraie écoute à l’hopital où elle a pu faire cette ivg et être respectée vraiment ! mais je suis scandalisée devant ce genre de pratique, c’est vraiment écoeurant !

  2. J’aimerais comprendre. Vous exigez que les pro-vie se signalent lorsque les pro-avortement ne le font pas. Demande quelque peu stalinienne, non ? Dis-moi ce que tu penses, je te dirai si tu as le droit de parler…
    Vous êtes contre les pro-vie, ce serait plus simple de le dire ainsi.
    Mais ce que je me demande, c’est ce que vous direz quand il s’agira d’avortement post-natal, comme on l’annonce déjà: Une nouveauté philosophique, dit-on joliment, pour parler d’une bonne vieille barbarie… ça va devenir difficile pour certains, parce que jusqu’à présent ils ne voyaient pas le bébé, maintenant ils vont le voir et assister à sa mise à mort. La peine de mort, pour un être qui n’a fait de mal à personne, au nom de choix, et pas de mise à mort pour des criminels multirécidivistes; ça va se téléscoper dans les esprits, alors on va oublier et faire comme si de rien. Et passe l’horreur…
    Je n’exige pas qu’on se déclare AVANT qu’on expose ses arguments, parce que je respecte l’individu et ses opinions et que je n’ai pas peur de débattre. Avez-vous peur de débattre ?

    • J’avoue que vos arguments me laissent sans voix.
      Votre commentaire me donne l’impression que le sujet est pour vous particulièrement sensible et que des émotions très fortes ne vous permettent pas de digérer mes propos.

      Peur de débattre, non. Mieux à faire, oui : un débat où deux personnes sont préalablement arrêtées sur leurs positions est parfaitement stérile.
      Vous ne changerez pas d’avis et moi non plus.
      Vous connaissez mon avis, je connais le vôtre, alors restons en respectueusement là.

  3. C’est marrant que tu fasses le parallèle avec l’allaitement, car pour moi ce genre d’article, c’est le même genre que ceux qui parlent des terroristes de l’allaitement qui culpabilisent les femmes qui veulent donner le biberon.
    A mon sens, il y a plus de femmes qui ne vont pas au bout de leur projet d’allaitement que de femmes culpabilisées parce qu’elles donnent le biberon.
    De la même façon, il y a plus de femmes culpabilisées de refuser un avortement lorsqu’une malformation est détectée que de femmes culpabilisées de vouloir avorter pour X raisons…

  4. Merci d’avoir accepté de commenter ce sujet!!! Avant toute chose, prenons garde avec le terme « pro-vie »: ceux qui défendent la liberté pour toute femme d’avoir recours à l’avortement ne sont pas « anti-vie », à ce titre, utiliser ce vocable c’est déjà faire le jeu de la désinformation (je sais que ça n’est évidemment pas ton but, et il m’est déjà arrivé d’utiliser ce terme…merci à la Poule pondeuse pour sa dernière piqûre de rappel…c’est pour ça qu’il me paraît tellement important de le souligner!).
    De la même façon (et là je réponds à Corto Baccarat) défendre la liberté des femmes d’avorter n’est pas être « pro-avortement », cette formulation n’a aucun sens! Aucun des sites informatifs qui entend ne pas manipuler les femmes ne réalise la « promotion » de ce qui reste une épreuve pour chaque femme, l’avortement n’est pas une panacée et il n’existe personne pour prétendre le contraire! Pour autant, le corps de chaque femme lui appartient, ainsi que son choix de mener ou non une grossesse à son terme. Etre profondément pro-choix, pro-information éclairée non prosélyte et bienveillante en matière d’avortement (tiens comme en matière d’allaitement d’ailleurs!), voilà mon parti! :-)

    • Merci pour cette juste remarque sémantique.
      Je veillerai à mon langage et répandrai la bonne parole à mon tour ;)

    • Mais de rien !
      Il me semblait très important qu’un maximum de personnes soient au courant de la supercherie et de la manipulation dont elles pourraient être victimes !

  5. J’apprécie que cet article ait été traité.
    Je suis quant à moi très choquée par le procédé de soi-disant écoute qui s’avère être de la manipulation.
    Est-ce que cela ne peut pas s’apparenter à un « abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de la situation de faiblesse » ? cf Article 223-15-2 du code pénal
    http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070719&idArticle=LEGIARTI000006417799&dateTexte=&categorieLien=cid

    • De ce que j’en ai lu dans les différents articles, les sites eux-mêmes ne sont pas illégaux.
      Pour ce qui est des interventions téléphoniques, je ne serais pas surprise que le vocabulaire employé soit rigoureusement choisi pour ne pas être illégal non plus.
      Mais seul(e) un(e) juriste pourrait nous éclairer sur le sujet, d’autant que différents sites (http://www.madmoizelle.com/anti-ivg-numero-vert-desinformation-150964 par exemple) ont « testé » l’aide téléphonique…

      Au passage, un site officiel national sera créé, et il nous faudra surveiller son arrivée pour en parler et booster son référencement ;-)

  6. Pingback: La transparence de l’information : pour un quotidien plus libre et respecté [mini débrief] | Les Vendredis Intellos

  7. Pingback: Retour sur …. la dénonciation des violences médicales via le hashtag #Payetonuterus [GUEST] | Les Vendredis Intellos

  8. Pingback: Toucher vaginal sur patiente endormie: STOP! | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s