Osons faire l’amour pendant la grossesse

Le premier trimestre de ma toute première grossesse est passé et je peux enfin l’annoncer fièrement : nous allons avoir un bébé.

Ce petit être, qui se forme dans mon utérus, a été créé lors de la rencontre de nos deux corps. Le fruit de notre amour est aussi le fruit d’un rapport sexuel. Et cet acte, si naturel dans notre couple, va bouleverser notre vie et notre sexualité.

Il l’a déjà bouleversée. Je vous en parle sur mon blog : L’amour et le sexe pendant ma grossesse

Avant d’être enceinte, je n’avais jamais pensé (naïveté de nullipare) qu’une grossesse pouvait perturber la vie sexuelle. La modifier, certainement (car le ventre augmentant de volume, certaines positions deviennent inconfortables voire impossibles), mais la bouleverser, cela ne m’était pas venu à l’esprit. Pourtant, à cause d’une modification hormonale, mon corps a décidé qu’il faudrait être inventif.

Mon compagnon a alors eu la brillante idée de m’offrir ce livre :

Osez l'amour pendant la grossesse

Il n’a pas été écrit pas un gynécologue, ni par un médecin, encore moins par une sage femme mais par une ancienne actrice porno. Elle s’appuie sur des chiffres et des enquêtes, sur les formations dans le domaine de la périnatalité qu’elle a suivies, mais elle met avant tout dans ce livre son expérience de femme et de mère au service des futures mères (et des futurs pères bien entendu).

Dès l’introduction, Ovidie nous rappelle que l’enfant nait dans une famille et qu’ « avant d’être des parents, nous avons été des amants. Faisons en sorte de le rester. […] Des parents heureux font des bébés heureux. » (p. 17) C’est sur cette dernière phrase que s’ouvre le livre.

Les cinq chapitres (le premier trimestre, le second trimestre, le dernier trimestre, le futur papa, après l’accouchement), sont aussi divisés en parties si bien qu’après l’avoir lu dans l’ordre, je suis revenue sur certains passages.

Certaines phrases m’ont marquée et je les ai recopiées. C’est ainsi que je souhaite vous présenter ce petit livre original.

« Même si vous ne vous sentez pas capable de grandes performances, essayez de maintenir un contact érotique avec votre partenaire. » (p. 23) Si les saignements nous ont interdit toute pénétration lors du premier trimestre, les caresses, massages et les « peau à peau »  nous ont permis de garder un lien charnel fort. Et ça fait du bien, surtout au moral. On se sent aimée et femme.

« Vous risquez de subir tout au long de votre grossesse une longue série d’examens intrusifs, parfois perturbants pour votre sexualité et votre équilibre psychologique« . (p.25) A part la première échographie endovaginale et le toucher vaginal lors de l’examen pour la déclaration de grossesse, on a laissé mon vagin et mon utérus assez tranquilles. Je suis habituée aux examens intrusifs (long passé d’ovaires polykystiques, surveillance par voie vaginale annuelle pendant une dizaine d’année) et cela ne m’effrayait pas. Mais j’ai la chance d’avoir un médecin pédagogue et délicat qui considère qu’examiner le vagin et l’utérus tous les mois n’est pas nécessaire. Je vis donc cette grossesse sereinement.

Dès le premier mois, j’ai pris deux taille de soutien-gorge. Moi qui portais déjà du 90 E, j’avais peur de devoir porter des sous-vêtements de grossesse. Heureusement, mon magasin de lingerie préféré faisait des soldes! Je peux donc continuer à porter de la lingerie sexy (avec moins de dentelle cependant car ma peau est plus sensible). J’ai retrouvé des conseils sur la lingerie dans le premier chapitre : « Vous pouvez continuer à porter des tangas jusqu’au jour de l’accouchement » (p. 32), on peut aussi continuer à porter sa lingerie habituelle mais « achetez toujours des modèles taille basse durant la grossesse » (p.33).

Ovidie donne aussi des conseils sur les vêtements, les cosmétiques, etc. Le message est surtout : sentez-vous femme et vous vous sentirez désirable. Et ça fait du bien de lire qu’on est femme avant tout, que notre corps nous appartient et qu’on peut continuer à en profiter pendant la grossesse.

*

« Dans l’absolu, un rapport sexuel ne peut pas être responsable d’une grande catastrophe au cours de votre grossesse. » L’auteure rappelle quand même qu’il faut suivre les recommandations du médecin (s’il dit pas de pénétration vaginale, c’est qu’il y a une raison!).

La sexualité, ce n’est pas QUE le sexe, c’est le corps tout entier associé à un esprit. C’est pour cela que ce livre aborde de nombreux thèmes : l’auteure revient sur les croyances, les tabous de la société, les changements liés au corps. Des dessins viennent compléter les conseils et le couple peut facilement trouver une position sexuelle confortable et agréable. Elle varie les sujets : les rêves érotiques, la sensibilité, la sodomie, le libertinage, les sextoys, l’haptonomie, la péridurale, l’épisiotomie, la contraception post-natale, l’allaitement.

Bien sûr, vous ne trouverez que des conseils de femme, de mère. Mais c’est ce dont nous avons besoin dans ce monde hyper médicalisé : de simplicité.

*

Mon conseil :

un livre à lire à deux, avec des post-it de deux couleurs, afin que chacun « note » les passages qu’il juge important et qu’un dialogue s’engage.

*

Mon avis :

Ce petit livre m’a plu. Il m’a confortée dans mon envie de vivre ma grossesse comme j’en ai envie, de faire mes propres choix concernant ma grossesse, mon accouchement et ma sexualité. Je suis sereine.

*

Pour conclure :

« Chaque maternité est une aventure unique. Faisons en sorte de ne pas gâcher la fête. » (p. 16)

Je vous laisse, je retourne profiter de la fête!

Kiara

Publicités

14 réflexions sur “Osons faire l’amour pendant la grossesse

  1. Merci pour ces conseils, je suis entrée dans ma grossesse persuadée que ça ne poserait aucun problème. Les nausées du début avaient eu raison de notre libido, qui est remontée en flèche ensuite… Puis menace de fausse couche et du 5ème mois en gros jusqu’à maintenant (9ème mois), ceinture ! Et c’est vrai que ce livre nous aurait été utile, ne serait-ce que pour se rappeler que l’érotisme ne passe pas forcément par la pénétration (on le sait tous mais seulement aux moment où ça ne pose pas de pb)… Tout va mieux, nous avons passé le risque, nous attendons sa naissance sereinement et avons repris quelques activités (bon, ne vous leurrez pas, quand on ressemble à une baleine échouée, et qu’on se sent comme telle, c pas non plus grand huit tous les soirs ! ;) )…
    Félicitation pour votre grossesse !

    • Merci!
      Quand on ressemble à une baleine échouée, je pense qu’on a le droit de réclamer des massages. Ça fait partie de la sensualité du couple.
      J’ai une sciatique depuis un mois et mon kiné a recommandé les massages. Namour s’est armé d’huile d’amande douce et je savoure ces contacts.
      En effet, je crois que le plus important est de se souvenir que l’érotisme n’aboutit pas forcément à un rapport sexuel mais ça fait du bien, moralement et physiquement.
      Bon courage pour les dernières semaines.

  2. Hé hé ! Super ton article :)
    Et on n’oublie pas que la prostaglandine (contenu dans le sperme) a le (magnifique) pouvoir de pouvoir faire avancer le « travail » quand bébé se faire attendre sur la fin ;)…
    Alors si la « méthode italienne » vous tente pour aider les contractions à la fin des 9 mois faut pas hésitez :D

    nb : ici ma lingerie (sauf soutif bien sur) habituelle jusqu’à la fin, puis culotte en coton (moins glam’s mais plus confort post-accouchement ;) >> jamais de slip filets moches ;))

    • Merci.
      Ovidie parle de la prostaglandine dans son livre (mais je ne voulais pas m’étendre ici, il faut le lire) : pas de danger tant que la grossesse n’est pas à terme, mais quand on veut accélérer la naissance, faut pas hésiter à se faire plaisir.
      Je n’entre plus dans mes soutien-gorge mais j’ai profité des soldes. Par contre, pour les culottes, les tailles basses me vont toujours et je pense les porter longtemps! Il ne faut pas se laisser aller et continuer à être femme, féminine et à se sentir sexy (j’y repenserai cet été quand je serai une baleine échouée sur la plage).

  3. C’est super que ce genre de livres existe et que cela aide certaines d’entre nous.
    Par contre je trouve ça dommage (voire pire mais je le retiens) qu’un chapitre entier soit consacré à l’épisiotomie, comme si c’était quelque chose de normale et systématique…
    Je sais bien que dans les faits c’est extrèmement fréquent, mais je sais aussi que c’est une dérive française, et que l’épisiotomie devrait rester une exception.
    Aider les femmes a se réapproprier leur corps et leur sexualité après une épisio, oui, faire comme si c’etait un passage incontournable de l’accouchement, non…

    • En fait je me suis trompée, il n’y a que cinq chapitres (je rectifie mon article), l’épisiotomie est un thème qui renvient deux fois : avant l’accouchement et après (cicatrices et douleurs).
      Justement, l’auteure dit qu’on fait trop d’épisiotomies en France. Elle donne des conseils de massage du vagin et pour préparer le périnée à l’accouchement. Elle conseille de chercher une maternité où ne pratique pas systématiquement cet acte.

      • Merci pour l’article!
        Petite info qui pourrait aider celles qui le souhaitent : il existe sur internet un petit guide de massages du périnée à faire avec de l’huile (particulièrement d’amande douce pour ses propriétés émollientes). J’ai suivi ce petit guide, pas trop ravie au départ, mais je me suis finalement appropriée ce si méconnu muscle du périnée AVANT l’accouchement. Et pas d’épisiotomie à l’accouchement (grâce au massage ? je l’ignore, mais si c’était à refaire, je le referais!!).
        Parce que même sans épisio, après l’accouchement, le périnée est différent, et la sexualité aussi!

        • Ah oui, ce serait un bon complément! Ovidie en parle dans le livre et conseille des massages du périnée avec de l’huile d’amande douce. Mais c’est assez rapide, le livre aborde de nombreux thèmes, il faut ensuite avoir envie de se renseigner davantage.
          Elle parle rééducation du périnée après l’accouchement et j’ai bien compris que c’est TRÈS important! Elle conclut en disant que les femmes qui sont mères sont de meilleures amantes que les nullipares. Ça laisse présager de bons moments! ;-)

  4. Merci beaucoup pour ta contribution!!! Et toutes mes félicitations pour cet heureux évènement!!!! Je ne connaissais pas du tout ce bouquin et j’avoue qu’il pourrait sûrement être précieux pour bien des futures mamans et papas qui ne s’attendaient pas à tous ces bouleversements.

    • Merci Mme Déjantée. La grossesse est une aventure qui bouleverse pas mal de choses et notamment la vie de couple. Des futurs parents épanouis feront un bébé heureux!

  5. Il manque toujours, dans ce type de livre, l’option « pas envie pour l’instant… mais c’est pas grave » !

    Concernant la libido comme d’autres sujets, la pression est forte : on doit toujours être au top.
    Sauf qu’en réalité, la vie n’est pas linéaire : il peut y avoir des phases avec et des phases sans, ce n’est pas forcément un problème ! Tant que la communication n’est pas coupée, quand même.
    Il n’est pas nécessaire de demander le divorce au premier désaccord, comme il n’est pas utile de consulter ou de culpabiliser à la première baisse de désir.
    Un superbe article sur le sujet :
    http://www.mamanstestent.com/2012/03/le-coaching-sexuel-de-vanessa-lope.html
    Et un autre pour en rire :
    http://www.mamanstestent.com/2010/10/une-soiree-sesque-chez.html

    • Au début de livre, l’auteure dit bien qu’on ne peut pas toujours avoir envie. Entre les nausées et la fatigue, comment avoir envie? Ce que j’ai trouvé intéressant justement c’est qu’elle ne parle pas uniquement de sexe, elle parle surtout de relation de couple. Je suis bien d’accord avec toi, il faut communiquer, sur tous les sujets! Surtout que le plus grand changement, celui qui appellera une véritable cohésion de couple n’est pas encore arrivé!
      Merci pour les liens, je les lirai demain, là je file me coucher dans les bras de mon Namour. Besoin de dormir…

  6. Pingback: La transparence de l’information : pour un quotidien plus libre et respecté [mini débrief] | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.