La scolarisation, dès 2 ans ?

En ce moment, on entend beaucoup parler de la réforme du rythme scolaire et il est vrai, les questions qu’elle sous-tend sont essentielles et primordiales pour nos enfants. Mais on entend un peu moins parler d’une autre réforme déjà officialisée par une circulaire qui revient sur la scolarisation à 2 ans. 

Il se trouve que j’ai été amenée à me prononcer sur cette question à titre professionnel et forcément un peu personnel. Il se trouve que sur le principe, je ne suis pas trop favorable à une scolarisation précoce. Voir ma fille grandir me conforte dans cette idée, quand je la vois s’épanouir quelques demi-journées, à la halte-garderie, je me dis qu’à son âge c’est amplement suffisant. Je me dis aussi que l’encadrement y est totalement adapté à son âge. Elle y trouve de nombreux adultes, extrêmement bienveillants, non stressés ou pressurisés par un programme d’apprentissage, à 2 ans cela me semble essentiel.

Mais pour se prononcer sur la question, encore faut-il savoir de qui l’on parle et dans quelles conditions seraient accueillis ces enfants. 

Voyons plutôt ce que nous dit le Bulletin Officiel, sur les modalités. 

« Les projets d’accueil et de scolarisation d’enfants de moins de trois ans présentent des formes variées répondant aux besoins et aux ressources locales :

– un accueil et une scolarisation dans une classe de l’école maternelle, spécifique et adaptée aux besoins des jeunes enfants, dont le projet doit être explicitement accepté par la municipalité en raison des contraintes qu’il porte (présence régulière d’une ATSEM, aménagement de l’espace, matériel et jeux adaptés au jeune âge des enfants, rythmes spécifiques, etc.)« 

Il s’agit donc d’un accueil conditionné. Les locaux, et le personnel doivent permettre d’accueillir des enfants aussi jeunes. Mais quand on nous parle de matériel adapté, je m’interroge tout de même. Je ne travaille pas en crèche et minicap n’y va pas, mais j’ai tout de même l’impression que le matériel à l’école (en particulier de motricité) n’est pas véritablement adapté pour des enfants de 2 ans. Alors quoi ? Un budget serait alloué aux écoles accueillants d’aussi jeunes enfants ? 

« – un accueil et une scolarisation des enfants de moins de trois ans dans des classes de l’école maternelle comportant un ou plusieurs autres niveaux. Cette solution peut être efficace si elle correspond à un projet de l’ensemble de l’école maternelle. Elle présente l’avantage de la stimulation apportée par les pairs, mais constitue un cadre moins favorable à une prise en compte des besoins des jeunes enfants. Il est d’autant plus important de veiller aux conditions de scolarisation des plus jeunes enfants pour leur garantir des conditions de développement propices à leur âge« 

Sur la question du niveau de classe des élèves, le BO semble clair, il s’agit davantage d’intégrer les enfants dans des classes d’autres niveaux que de créer des classes de tout petits (TPS) pures. Sur ce point, on peut comprendre cette position car il serait franchement difficile pour un enseignant de diriger une classe de tout petits de 2 ans sans recevoir une formation spécifique et sans des aides matérielles et humaines conséquentes. Mais il n’en reste pas moins, comme le souligne le BO, que la gestion de groupe d’élèves d’âges totalement différents (on peut imaginer des classes de grands avec quelques tout petits) peut amener à négliger les besoins des plus jeunes. Cela demandera, de toutes façons, une grande gymnastique pour l’enseignante.

« – un accueil en milieu mixte, associant services de petite enfance et école, permet d’offrir du temps scolaire dans des dispositifs conçus localement. Ce projet, co-élaboré par l’éducation nationale et les collectivités territoriales, doit garantir la complémentarité des ressources apportées par chaque partenaire dans une cohérence éducative au service du parcours de l’élève. » 

Le tout se ferait donc en partenariat avec les services de la petite enfance. Je sais que les structures d’accueil sont déjà souvent en contact avec les écoles. Il est très fréquent, par exemple, de voir des écoles accueillir en juin, pour une visite, les futurs élèves avec le personnel de crèches. On peut donc aisément imaginer des partenariats se tisser. 

Les enfants concernés seraient en priorité des enfants issus de famille non francophones et scolarisés dans des zones d’éducation prioritaires. Il est vrai que lorsque l’on voit les difficultés rencontrées par certains élèves, en langage, dès la maternelle, on pourrait considérer cette réforme comme bénéfique.

Finalement, j’aurais envie de dire « pourquoi pas ?! » Mais je me demande tout de même pourquoi c’est ENCORE à l’école de pallier les difficultés. Il m’aurait semblé plus judicieux de développer crèches et halte-garderies pour permettre, notamment à certains enfants de se confronter au français, donc à une autre langue que leur langue maternelle, et à se confronter à la collectivité. Ce qui semble manquer à beaucoup d’entre eux à leur entrée en Petite Section de maternelle. 

Une volonté pieuse, si je puis dire mais j’ai juste un peu peur qu’on se retrouve à nouveau dans un fatras de dysfonctionnements, au préjudice des enfants et des enseignants. A voir par la suite, comment tout se passe sur le terrain !

Home Sweet Môme

 

Publicités

15 réflexions sur “La scolarisation, dès 2 ans ?

  1. Coucou,
    Moi, je ne suis pas favorable à l’école dès deux ans, pour plusieurs raisons (qui viennent de mon expérience entant qu’Atsem, de travail en crèche et de maman) :
    *L’encadrement : 2 adultes (1instit et 1 Atsem) me semble trop peu pour des enfants de cet âge sachant qu’en crèche le taux d’encadrement est de 1 adulte pour 8 ans de 12 à 24 mois.
    *L’autonomie : les enfants de 2 ans sont bcp moins autonome, et ne serais-ce que pour l’habillage pour la récrée cela prendrais bcp de temps et les enfants ont du mal avec la patience.
    *Les locaux : comme tu l’as souligné, le matériel n’est pas forcément adapté à des tous petits.
    *La gestion de la sieste : a cet âge certains enfants ont besoin de bcp dormir l’après-midi, est-ce que l’encadrement de l’école permettra aux gros dormeurs d’avoir le sommeil qui leur convient.
    *La pression sur l’enfant : je ne suis pas sûre que bcp d’enfants soient propre à cet âge là, et les parents risquent de leur mettre la pression pour l’acquisition de la propreté ce qui n’est pas dans l’intérêt de l’enfant.

    Pourquoi, ne pas favoriser l’entrée plutôt à 2 et et demi, on va me dire 2 ou 2 et demi , c’est pareil, mais non, 6 mois à cet âge c’est bcp !!!

    De mon travail en crèche, je vois la différence, et si à 2 ans la crèche, c’est parfait, il arrive parfois que l’on voit des enfants 2 ans et demi qui sont assez mûrs pour l’école et qui peuvent « s’ennuyer » en crèche, mais là encore ce n’est pas une généralité.

    Je pense que l’en des problèmes, c’est l’argent, si la crèche était gratuite comme l’école, je pense que moins de parents demanderais l’école à 2 ans.
    De plus, je pense que certains pensent qu’en mettant leur enfant à 2 ans, ils seront plus intelligent, une histoire de pression sur la réussite dès 2 ans quoi !!!

    Laissons un peu de temps aux enfants pour grandir tranquillement !!!

    • Totalement d’accord avec ce que tu dis.
      Après, j’ai tout de même oublié d’ajouter qu’il y aurait création d’un poste d’enseignant et d’ASEM dans les écoles concernées (sur Paris en tout cas). On peut imaginer, qu’ils seraient alors en charge d’une classe à petit effectif puisqu’ils arriveraient dans une structure d’équipe déjà efficiente. Mais encore une fois les détails restent flous, De même ils parlent de former les enseignants concernés, mais quand et comment ? That is the question !

  2. En pratique, cela risque d’être tout simplement impossible dans de nombreuses écoles, par manque d’espace ! Ici, la directrice refuse de nombreux enfants de moins de 3 ans car les classes et le dortoir sont pleins, et l’agencement de certaines classes (escalier qui mène à l’espace jeu, espace « aveugle » pour l’institutrice) est inadapté. Au ministère, on doit croire que l’on va pousser les murs !!!
    D’un point de vue personnel, je pense que les enfants n’ont rien à faire à l’école avant 3 ans, 3 ans et demi. Je ne crois pas du tout que ce soit un facteur de réussite, j’ai au contraire de nombreux contre-exemples à cette théorie !

  3. Quand je pense à l’école à 2 ans, la première idée qui me vient c’est : « Oh bin ça nous ferait économiser en frais de garde ! » lol
    Tout ça pour dire qu’à la réflexion (je n’y avais encore jamais trop réfléchi) et peut-être d’autant plus que mon fils de 2 ans et demi n’est pas encore continent (ou « propre » comme on dit), je n’en vois pas l’intérêt non plus. Parce qu’effectivement, mon fils a encore des besoins assez prononcés en termes de présence adultes et je crois que le ratio enfants/adultes (1 adulte pour 4 enfants) de sa maison d’assistantes maternelles (MAM) lui convient tout à fait. Cela lui permet de s’éveiller encore dans le jeu : s’il est naturellement assez porté sur les jeux de société ou de « réflexion » à la maison, la MAM lui permet de développer son imagination dans des jeux interactifs avec les autres enfants et je pense que c’est là un apprentissage essentiel ! Je me trompe peut-être sur le contenu des journées à l’école mais je ne pense pas qu’on y ait, organisation oblige, la même latitude en termes de jeux (je vois plus une notion de « productivité » comme tu l’évoques à un moment – suivre des apprentissages programmés).
    Bref, je n’ai certainement pas une vision d’ensemble sur la question mais maintenant que mon fils est en âge d’être concerné, je trouve ça très bien qu’il attende d’avoir 3 ans pour entrer à l’école – et même qu’il n’y aille alors que le matin, comme ça sera le cas, préservant ainsi ses besoins en sommeil (s’ils sont toujours les mêmes d’ici là) et des moments de « collectivité modérée » par rapport à l’école. Bien sûr, c’est aussi une question de moyens, j’en suis consciente :-(

    • Je comprends la motivation par rapport à l’aspect financier, mais je pense qu’en l’occurrence il faut essayer de ne pas trop prendre en compte ce paramètre ou en tout cas le minimiser pour prendre des décisions. Dans la réforme actuelle, il s’agit en priorité d’enfants non francophones, donc cela correspond à un nombre limité d’enfants. Mais encore une fois, il m’aurait semblé plus judicieux de développer les aides et les structures d’accueil pour ces familles, plutôt que de demander une fois de plus à l’école de tout régler …
      Quant au rythme dans les classes, une place est encore laissée au jeu. Personnellement, je laisse mes élèves jouer quelques minutes, plusieurs fois par jour. Et j’essaye, en particulier l’après-midi, de leur proposer des activités d’apprentissage ludiques. Mais ce qui me perturbe le plus par rapport à de très jeunes enfants, ce serait le manque de disponibilité pour eux. J’ai déjà l’impression de me plier en 4 alors quelle disponibilité on pourrait avoir pour des TPS ?

  4. J’ai des exemples autour de moi d’enfants entrés en TPS à tout juste 2 ans pour lesquels cela s’est très bien passé mais les conditions étaient réunies pour: classe adaptée, seulement le matin (donc un parent ou une nounou prend le relais l’après-midi).
    Personnellement je ne suis pas « pressée » que mes enfants rentrent à l’école. Mon aînée était en crèche et la dernière année de crèche (appelée « Jardin d’enfant » ici) s’apparentait vraiment, au niveau des apprentissages, à une TPS mais avec un encadrement étendu, un groupe d’enfant restreint, des locaux pour tout petits, des couches si l’enfant n’est pas encore propre, bref un environnement que je trouve idéal (mais « payant » certes, contrairement à l’école).
    Par contre mon 2ème est en nounou, il est du mois de janvier, et il faudra attendre ses 3 ans et 8 mois pour qu’il rentre à l’école… là en effet je ne dirai pas non à ce qu’il puisse entrer en PS à ses 3 ans mais en même temps je comprends que cela soit compliqué à gérer au niveau logistique pour des écoles, qui verraient leurs classes se remplir au fur et à mesure de l’année.

    Je trouve cela intéressant que l’on se penche sur cette question mais, comme toi, je me demande si c’est vraiment à l’école d’accueillir ces enfants? Ne serait-ce pas plus judicieux de créer des jardins d’enfants dédiés, financés par les mairies pour les familles qui n’ont pas les moyens?

  5. Moi j’y vois là une pseudo-solution pour les problèmes de gardes qu’ont les parents qui travaillent. Au lieu de créer réellement des crèches et haltes-garderies, on nous propose l’école…
    Mon fils a 2 ans et demi, il aura trois ans fin juillet et pourtant je me pose la question de l’inscrire en jardin d’enfants afin de retarder son entrée à l’école.
    Je ne suis pas du tout convaincu de l’encadrement qu’on propose à des enfants de cet age.
    Mon fils est autonome pour pleins de choses, mais pas sur la propreté ni sur l’habillement… pourquoi devrais-je le forcer ? et surtout pourquoi devrais-je lui imposer un rythme de vie qui ne correspond pas à ses besoins.
    Travaillant de 8h30 à 18h30, mon fils devra obligatoirement aller au péri-scolaire, 5 jours par semaines et pratiquement toute l’année…
    L’école conviendrait sans doute si je savais que je pouvais le chercher à 16h30 et qu’il passerait en effet les vacances scolaires à se reposer…or là, n’ayant aucune famille et peu de congés à poser, mon fils se retrouvera dès 3 ans dans un rythme de vie totalement inadaptée à son age.

    Je me demande quand même si le principal problème n’est pas l’école mais bien le monde du travail qui ne colle pas avec les besoins des enfants…

  6. Merci beaucoup de ta contribution!!! A titre personnel, je suis très partagée sur la question de la scolarisation à 2 ans. Quand la Princesse était petite, à 2 ans, elle savait s’habiller seule, était propre, parlait très bien et avait envie d’aller à l’école. Elle était du mois de février et a donc du attendre 3 ans et demi pour entrer à l’école alors même qu’elle était prête et aurait pu s’y épanouir avant. Pour CMM, nouveau quartier, nouvelle façon de faire: ils prenaient les enfants à 2 ans. Sauf que…. il vient de fêter ses 3 ans (du mois de janvier), ne veut toujours pas aller sur le pot et n’a aucune envie de quitter son petit rythme pépère à la maison pour aller à l’école. Il y entrera donc en septembre prochain, et c’est très bien comme ça!
    Bref, les questions que je me pose sont:
    – Ce système s’inscrirait-il ou non dans une remise en question globale de l’accueil en maternelle? (avec par exemple, revalorisation des taux d’encadrement et décentration sur la question du formatage à l’école…. oui, à 3, 4 ans, on a ENCORE besoin de jouer et d’être materné et pas qu’un peu!)
    – Ce système permettrait-il de s’adapter à la diversité des besoins des enfants? Sans créer pour autant d’inégalités entre tous? Accepterait-il de remettre en question le « pas propre = pas d’école » à mon avis complètement désuet (depuis quand le caca est-il en cause dans la volonté d’apprendre?).
    – Dans quelle mesure ce système s’accompagnera-t-il d’une réflexion sur l’accueil en journée complète de l’enfant? (possible en crèche/ chez une Ass Mat mais toujours compliqué à l’école pour cause de cantine épuisante, et rythme soutenu…)
    Voilà, bon, la liste n’est pas exhaustive! A suivre!!

  7. J’aurais presque envie d’ajouter que l’école n’est obligatoire qu’à partir de 6 ans …

    Je ne suis ni pour ni contre l’accueil des enfants de 2 ans dans une structure scolaire. Tout dépend de ce qui est effectivement proposé, et de la prise en compte réelle des besoins de chaque enfant.

    • « Je dirais même plus » : c’est l’instruction, et pas l’école qui est obligatoire de 6 à 16 ans…

      Ça dépend tellement des enfants que je ne comprends même pas pourquoi on parle d’âge. Pourquoi ne pas plutôt parler d’acquisition de certains gestes (s’habiller seul, être continent en journée), certaines connaissances (langage, dextérité), des besoins (de sommeil, de jeu, de câlins)… Ce serait beaucoup plus juste !

  8. Pingback: Apprendre différemment. Acquérir, autrement. (mini débrieffing) « Les Vendredis Intellos

  9. quand on voit les conditions d’accueil des PS actuellement, bof bof… déjà, si on pouvait penser aux 3 ans? Parce qu’à 31 dans une classe, excusez moi mais je vois mal comment leurs besoins peuvent être respectés. Alors à 2 ans… on est loin du compte question budget,s i c’est généralisé

    Sinon dans ma ville il y a eu une expérience mixte d’accueil des enfants de 2 ans en ZEP, en fait une mini-crèche pour les enfants de 2 ans avec un instit dedans. Mais qui a été supprimée par le précédent gouvernement. Apparemment ça fonctionnait bien.

  10. Pingback: L’école avant 3 ans ? (première partie) | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.