S’expatrier pour… mieux déshériter vos enfants !

Oui, certains s’expatrient pour garder un peu plus leur argent, mais d’autres peuvent également faire ce choix pour ne pas donner leur argent à parts égales à leurs enfants.

Si l’expatriation fiscale est à la mode, cette solution radicale peut aussi vous permettre de déshériter vos enfants. A condition de vous installer dans un pays où la règle civile de la part réservataire n’existe pas, comme en Grande-Bretagne et dans la plupart des pays anglo-saxons de l’ancien Commonwealth (hors Irlande).

Dans ce cas, rédigez un testament en faveur de la ou des personnes que vous voulez voir hériter de vos biens. A votre mort, l’ouverture de la succession se fera dans le pays où vous étiez résident, sans qu’aucune part légale ne soit dévolue à vos enfants, et vos dernières volontés seront respectées.

Seule exception : les biens fonciers situés en France répondent aux règles de la succession française. Sauf si votre patrimoine immobilier est logé au sein d’une SCI (société civile immobilière), car dans ce cas, la succession porte sur des parts de société, et c’est donc la loi anglo-saxonne qui s’applique.

Source: Lemonde.fr – Marie Pellefigue

L’article développe bien entendu d’autres astuces pour avantager un enfant plutôt qu’un autre.

J’avoue n’avoir jamais réfléchi à la question, je ne savais pas qu’il était illégal de déshériter ses enfants ou en tous cas qu’il était aussi compliqué d’y parvenir.
Et puis, je me suis dit que c’était quand même une idée bizarre que de vouloir déshériter ses enfants ou en privilégier un plutôt qu’un autre.
Bien entendu, chaque famille a ses histoires, ses secrets et ses drames, et on dit souvent que le passage au notaire suite à un décès est source de conflits dans la famille, mais tout de même, je m’interroge sur cette volonté à vouloir déshériter son enfant.

J’aime mes monstrouilles plus que tout au monde, parfois, lorsqu’on voit les horreurs que certains êtres humains peuvent commettre, je ne peux m’empêcher de penser aux parents, je me demande s’ils aiment encore leur enfant, j’ai tendance à me dire que j’aimerais toujours toute ma vie mes filles et je leurs dis d’ailleurs, mais alors comment des parents en arrivent-ils à vouloir déshériter un de leurs enfant?

Je n’ai plus de contact avec ma mère, et je sais pertinemment qu’elle ne me lèguera rien à part des dettes peut-être, mais n’empêche que cela me perturbe de voir que certaines personnes puissent s’exiler à l’étranger pour empêcher un de leurs enfants d’hériter de leurs biens.
On parle là de parents, d’enfants, de leur chair, leur tout petit, moi qui ai tendance à penser que l’amour maternelle est inconditionnel, j’ai bien du mal à comprendre qu’on puisse en arriver là, je ne juge pas, je trouve simplement cela très triste.

C’était donc ma première participation aux Vendredis Intellos.

Linosqui

Publicités

14 réflexions sur “S’expatrier pour… mieux déshériter vos enfants !

  1. Et encore, tu peux pas deshériter en faveur de tes chats comme dans certains pays!

    Drôle d’article en effet, peut-être que certains parents ont recours à cette astuce dans le cas d’enfants adultérins, d’un premier mariage ou d’une union précédente avec lesquels ils ont perdu les liens d’attachement (ou ne les ont jamais eu…).

    Je me demande aussi si ce serait un moyen de protéger le « conjoint » survivant pour un couple homosexuel qui n’a pas (encore!!) accès au mariage par exemple?

    Sinon effectivement ça parait tordu à première vue?

    Ceci dit, on fait pas ce qu’on veut non plus ici, les enfants laisés peuvent contester la succession et la jurisprudence leur est plutôt favorable.

    • Oui, il doit surement y avoir des recours, c’est vraibqu’il y en a qui lègue tout aux animaux… (C’est l’effet les aristochats ça ^^)

  2. Il y a aussi des enfants qui intentent des procès à leurs parents pour avoir de l’argent…
    Je trouve que cette société est bien égoïste : chacun pour soi et que les autres crèvent (même la famille…)…
    Triste en effet…

    • Ça aussi ça me choque.,plus jeune j’avais un copain qui disait toujours (à propos de sa mere): elle ma chié, elle,paye (dans le sens elle doit tout me,payer), ça j’peux pas, je le vivrais super mal si mes filles pensaient comme ca plus tard je crois.

  3. comme c’est bizarre!!! pour moi l’expatriation c’est plus une forme d’héritage culturel avant tout, je ne pensais pas qu’on puisse « résumer » cela à de l’argent! vive le monde lol

    • Pour moi aussi, je suis toujours partie vivre à l’étranger soit piur apprendre une langue (angleterre), soit juste pour changer et voir autre chose (pays bas). Comme quoi…

  4. C’est dingue! Effectivement je pensais que l’expatritation était surtout soit pour apprendre et voir autre chose, soit pour rejoindre quelqu’un… ;) Mais Juste pour les sous…

  5. Merci beaucoup et bravo pour cette première contribution aux Vendredis Intellos!!!
    J’avoue être moi aussi assez dubitative vis à vis du propos de l’article que tu cites… un peu comme dans les divorces, il semblerait que l’argent et l’amour entretiennent des liens particulièrement complexes lors des successions. Je ne suis pas vraiment pressée d’y être confrontée, ni en tant qu’enfant, ni a fortiori en tant que parent…^^

  6. Pingback: Vous reprendrez bien encore un peu de limites ? [mini-débriefing] « Les Vendredis Intellos

  7. Je ne veux ni justifier ni défendre ceux qui cherchent à déshériter leurs enfants, ils ont leurs raisons et cela ne me regarde pas… Mais pour avoir moi-même une histoire familiale plutôt compliquée, et notamment – entre autres mais pas seulement – à cause d’histoire d’argent, je peux comprendre que cela existe. Il existe bien des enfants qui refusent leur héritage !

    Je tiens aussi à faire remarquer que ces dispositions qui existent à l’étranger peuvent aussi être « utiles » quand on veut faire un partage différent de ce qui est prévu par la loi (en France, si on a 3 enfants, on est obligé de donner un quart de son patrimoine à chacun et on fait absolument ce qu’on veut du dernier quart restant, c’est la règle du n+1)

    Je connais une famille pour qui la question s’est posée parce que l’un des enfants était lourdement handicapé. Les parents voulaient qu’après leur mort, cet enfant malade soit pris en charge correctement par une institution et non qu’il soit à la charge de ses frères et soeurs. Donc ils ont pris des dispositions financières pour cela, en accord avec leurs autres enfants.

    On ne peut juger sans savoir, il est des histoires familiales tellement compliquées…

  8. Bonjour, 19/02/16
    Je trouve extraordinaire, mal venus et moralisateurs ces commentaires qui s’insurgent contre le fait de déshériter un enfant. Que savent tous ces gens du comportement scandaleux de certains enfants vis à vis de leurs parents ? Ces grands mots » la chair de ma chair », « une partie de mon sang » n’ont pas de sens au regard des réalités de la vie. Bénévole dans une association humanitaire, je visite bien souvent des dames totalement ignorées par la fameuse « chair de leur chair » et évidemment, avec pudeur, elles finissent par me confier qu’elles en souffrent.

    Les parents ont un devoir: celui d’élever les enfants mis au monde de manière à ce qu’ils puissent s’intégrer dans la société mais une fois cela accompli, ils n’ont pas à culpabiliser face à l’ingratitude et l’irrespect de leur progéniture. Je rappelle une évidence, l’argent des parents est le fruit de leurs économies et sacrifices. S’ils estiment qu’une tierce personne, une fondation ou une association humanitaire mérite leur héritage….c’est tout simplement qu’ils ont de bonnes raisons de le penser.

    La loi française ne permet pas de déshériter totalement ses enfants mais dans d’autres pays cela est possible (Irlande, Luxembourg…..); ces états n’auraient-ils pas compris le bien fondé de la chose ? Serions-nous, en France, les seuls à pouvoir comprendre la complexité des relations familiales avec une loi au final assez injuste. Que les bonnes âmes outrées sachent tout de même (il faut sortir parfois de son cocon) que certains enfants attendent, voire espèrent, un décès pour empocher ce à quoi ils ont droit au regard de la loi et le fait de s’être mal comportés ne leur pose aucun problème quand il s’agit de récupérer l’argent de personnes qu’elles ont (a minima) superbement ignorées.
    Notre loi est mal faite et plutôt injuste; pour cela les gens essayent tous les trucs (légaux) possibles: viager, assurance vie et maintenant cette possibilité de vivre dans un autre pays avec d’autres lois.
    Respectons les choix des gens en nous abstenant de ces jugements faciles qui ne prennent pas en compte la souffrance de ceux qui en arrivent à ces extrémités.

  9. Hélas je l’envisage , surtout quand un héritier ingrat vous agresse physiquement et vous fait du chantage.
    C’est cruel, mais , seul l’un de mes héritiers peut espérer.
    Alors, un pays de droit anglo-saxon comme Gibraltar, Malte peut-être, Jersey.
    Dommage.

    • Et pas de leçon de morale.
      J’ai tous mes neurones.
      Ras-le-bol, de se prendre pour Jésus -Christ et de se faire emplâtrer ensuite par une descendance aigrie.

    • Bonjour,

      Je suis journaliste pour la chaîne de télévision C8, du groupe Canal +.

      Je me permets de vous contacter car je prépare un reportage de 45 minutes consacré aux « Problèmes d’héritage en France, entre détournement et captation ».

      Si souvent des personnes gravitants autour des personnes âgées se rendent coupables d’abus de faiblesse, il existe aussi des parents qui tout à fait sciemment, confrontés à l’ingratitude de leur descendance, prennent la lourde décision de déshériter à travers notamment l’assurance vie (mais le déshéritement n’est pas total), la clause d’attribution intégrale au conjoint survivant (idem le déshéritement n’est pas total) et donc possibilité depuis 2015 de déménager à l’étranger, en Angleterre ou un autre pays de droit anglo-saxon. Je crois que c’est votre cas.

      Aussi, nous aurions souhaité vous proposer de témoigner dans ce reportage pour nous expliquer en substance les raisons qui vous poussent à déshériter vos enfants (et bien montrer que les personnes qui prennent ces décisions ne sont pas toutes victimes d’abus de faiblesse…). Ce témoignage pourrait se faire à visage caché si vous souhaitez préserver votre anonymat. Pourriez vous être potentiellement intéressée par cette possibilité?

      Je vous prie de ne pas hésiter à bien vouloir me tenir au courant,

      Je vous remercie par avance,

      Bien cordialement,

      Maurice Neyra
      Journaliste- « C8 »
      STP Productions
      07-88-34-50-22

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.