Et la réforme des rythmes scolaires, vous en pensez quoi?

 

Ou plutôt j’en pense quoi ?

On en entends parler depuis plusieurs mois.  Nous lisons des articles à ce sujet dans la presse, sur la blogosphère, chez la boulangère, chez la coiffeuse du village qui a les cheveux roses pâles et qui fume des clopes avec l’esthéticienne à poils durs.

On est tous d’accord pour dire que c’est bien de réfléchir à notre système scolaire. En effet, il est vraiment perfectible…

Et ce que le gouvernement veut revoir avant tout, ce sont les rythmes scolaires :

En effet, constatant que nos élèves français avaient un rythme trop condensé, avec trop peu de jours d’école par an, faisant acte de leur fatigue et voyant s’accroitre l’échec scolaire, il a été décidé de remettre en place la semaine de 4 jours et demi.

Mais cette réforme elle m’interpelle vous voyez !

Déjà, parce qu’on nous rabat sans cesse les oreilles avec le fait que nos enfants ont peu de journées de classe par an, par rapport aux autres pays de l’OCDE.

Et que de ce fait, « faut pas s’étonner du faible niveau d’instruction de nos p’tits frenchys ! »

Sauf que finalement, qu’est ce qu’on lit dans « OCDE, Regards sur l’éducation 2011 »? Que d’accord, les français ont moins de jours de classe que dans les autres pays, mais beaucoup plus d’heures de cours par an, vous me suivez ?

Voici les chiffres :

Heures de classe des élèves sur une année :

Finlande : 677

Allemagne : 805

France : 918

Moyenne OCDE : 779

Alors voilà, les chiffres parlent d’eux même…… Moins de jours de classe mais beaucoup plus d’heures de classe. En clair, des journées plus chargées pour nos p’tits français !

Bah oui, parce que chez nos p’tits voisins allemands ou chez nos potes scandinaves (qu’on jalouse aussi pour la durée de leur congé mater’, mais c’est une autre histoire….), on organise des activités culturelles, sportives, artistiques, épanouissantes après des journées de classes raccourcies.

C’est donc sur ce modèle que notre petit Vinçounet Peillon, essaie tout bonnement de copier (j’le comprends, d’ailleurs il peut pas souffler un mot à Marisol pour leur piquer aussi l’idée de la durée du congé mater?).

Comment ça doit se passer exactement :

Dès la rentrée de septembre 2013, cette réforme doit être mise en place. Un report pour la rentrée de septembre 2014 peut être demandé et obtenu sur dérogation pour permettre aux communes de mettre en place les infra-structures nécessaire à cette nouvelle organisation du temps scolaire (cantine, transport, activités péri-scolaires…).

Et concrètement le projet c’est ça :

– En ajoutant une demi-journée supplémentaire le mercredi matin (ou samedi matin sur dérogation).
– En conservant les 24h de cours hebdomadaires mais en les répartissant différemment sur la semaine.

– En conservant une prise en charge des enfants jusqu’à 16h30.
– En instaurant une durée maximale de la journée de classe de 5h30 et de 3h30 pour la demi-journée supplémentaire.
– En instaurant également une pause à la mi-journée de 1h30 minimum.
– En privilégiant l’accès à des activités sportives, culturelles, artistiques au sein de l’école.

– En augmentant le ratio d’élèves par animateur sur les temps péri-scolaires…

Après, c’est un projet et je me gausse de voir ce qui va se passer dans la réalité…

Parce que notre Vinçounet, tout seul, il peut pas arriver à réformer vraiment positivement notre système scolaire :

Il a pas encore pensé à se faire un brainstorming de sortie de PMU avec ses p’tits copains au lieu de ronfler au conseil des ministres le mercredi (oui, je sais, je vois tout, je suis en congé parental, j’peux vous mater de mon salon avec le plumeau greffé au bout de mes bras M’ssieurs, Dames !).

Mais j’le comprends Vicente, c’est tentant de réformer tout ça…

Sauf que pour être efficace, il faudrait aussi fricoter avec le ministre des finances : le nerf de la guerre quoi, pour pouvoir financer tout les changements que cela induit…

Oui, Vinçou, il a zappé de piquer une de leurs bonnes idées aux blonds nordiques. C’est le nombre d’élève par enseignant. Je vous explique :

En Finlande il y a 13,6 élèves par enseignant en équivalent taux plein en primaire.

En Allemagne 17,4.

En France 19,7.

Bon, bah faudrait penser à financer tout ça les gars. Puis l’augmentation de personnel chargés des temps périscolaires aussi !

Celui des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative : Oui, ils seront un peu concernés quand même par les activités à mettre en place sur le temps péri-scolaire !

Celui du travail, de l’emploi et du dialogue social : Bah oui, ces changements, ça nous concerne nous aussi les parents et quand nous avons la chance d’avoir du travail, nos emplois ne s’accordent pas toujours avec les impératifs horaires de nos enfants… Les réunions importantes à 18h, toussa toussa faudrait qu’on change un peu nos habitudes quoi…

Et puis il faudrait qu’il briefe un peu le ministre de l’égalité territoriale : Parce que là des disparités en fonction des régions, des villes, des communes, il va y en avoir.

Mais évidemment, si tous s’accordent pour changer les choses en profondeur et ne pas seulement nous mettre de la poudre aux yeux, bah, j’trouve que vouloir réformer le bazar, c’est plutôt une bonne idée.

Sauf que :

On dit que ce sont les rythmes scolaires qui fatiguent nos enfants. Mouais, chuis pas tout à fait d’accord. Ce ne serait pas plutôt :

– Les couchers tardifs (chez nous, nous sommes des névrosés du coucher de greffons, pour nous, un enfant doit être au lit à 20h00 / 20h30 maxi sous peine d’avoir une face de panda le lendemain, et puis aussi pour avoir une soirée tranquille nous les parents, quoi !).

– Les heures passées devant TF1, Gulli, M6 (sauf si c’est pour regarder « l’Amour est dans le pré », là je plussoie).

– Le temps passé scotchés à des jeux vidéo.

– La sur-stimulation, du genre tu fais 8 activités par semaine : De la lutte Gréco-Romaine, du bilboquet, en passant par le chant grégorien et l’apprentissage du slovaque.

Franchement, est-ce vraiment l’école qui fatigue nos enfants? Certainement, dans une moindre mesure, oui. Mais l’école n’est pas la seule et unique responsable de la fatigue de nos greffons…

N’est-ce pas aussi leur temps passé en collectivité?

Parce que faire 9h-16h30 car on a la chance d’avoir un mode de garde à domicile ou faire 7h30-18h30 parce que les parents ont de longues journées de travail et pas les moyens d’embaucher quelqu’un à domicile, ce n’est pas tout à fait pareil, non plus….

On veut mettre en place des activités pour l’épanouissement de nos petits mais dans quelles conditions?

-On parle d’allonger la pause méridienne, pour pouvoir mettre en place ces activités. Hum, cette idée ne sera bénéfique que pour ceux qui rentrent chez eux. Parce que franchement, un animateur pour 14 enfants de moins de 6 ans (et 1 pour 18 pour les plus de 6 ans), qu’est ce que vous voulez qu’il fasse à part de la surveillance.

J’en ai la preuve à mon boulot : Je suis éducatrice spé, je travaille en I.M.E (enfin quand je ne couve pas et quand je ne pouponne pas).

Il y a une pause de 2 heures le midi. Le repas dure 45 minutes, ensuite nous sommes souvent 3 éducateurs pour une trentaine de jeunes adolescents.

Nous sommes chargés de ce qu’on appelle les « Ateliers du temps de l’enfant » , wouh, un bien joli nom pour ce que c’est dans la réalité ! C’est un peu comme les menus de certaines cantoche édulcorés par des noms tels que « suprême de bouchée rose sur un lit de douceurs italiennes », pour un simple jambon-macaronis.

Le ratio d’encadrement pour ces « Ateliers du temps de l’enfant, pouah je me gausse » n’est pas suffisant, compte tenu du type de jeunes que nous accueillons. Nous finissons toujours par échouer nos activités à cause de la surveillance nécessaire, de l’écoute de chaque besoin personnel, de la gestion des crises, des changes, des bobos, des débordements… Les enfants ne sortent pas de là apaisés et enrichis et nous, nous quittons notre poste avec le sentiment d’échouer….

Bref, tout ça pour dire que ces activités sur le temps de midi (ou même de 15h30 à 16h30, peu importe) seront difficilement bénéfiques à l’épanouissement de nos bambins si derrière il n’y a pas plus de moyens mis en place.

On va laisser le choix aux collectivités territoriales d’instaurer la demie journée supplémentaire le mercredi ou le samedi :

-Bon, bah pour tous ceux qui bossent à 80% pour passer le mercredi avec leurs enfants vont se demander si pour une demie journée de présence, ça vaut bien le coup… C’était pas plutôt une idée du p’tit Nicolas le « Travailler plus et gnagnagna ??? ».

-Pour les parents séparés, la classe le samedi matin, compliquerait vraiment l’organisation pour les week-end de garde : Arriver chez son père ou sa mère le vendredi soir ou arriver le samedi midi, ce n’est pas tout à fait pareil…

Le temps passé en classe sera le même, mais le temps de collectivité sera supérieur :

Et ça je ne pense pas que ce soit une bonne idée, les enfants ont parfois besoin de se poser au calme, d’être un peu seuls, de s’ennuyer. D’avoir du temps pour leurs devoirs, pour être en famille. Du temps pour eux, pour SE REPOSER et éviter la fatigue dont on nous parle tant !

Bon, je vais enfin, m’arrêter là, mais vous l’aurez compris, ce projet à la base il pourrait être vraiment bénéfique pour les enfants, les familles, il pourrait aller dans le sens de l’égalité des chances et de la lutte contre l’échec scolaire, sauf que sa mise en oeuvre ne sera certainement pas à la hauteur de ce qu’on pourrait espérer…

Alors, voilà, C’EST ICI QUE VOUS INTERVENEZ !

Il va falloir se mobiliser afin que cette réforme se fasse dans les meilleures conditions possibles. Et puis surtout se mobiliser afin que NOUS, PARENTS, soyons entendus ! L’un des moyens aujourd’hui si vous le souhaitez est de signer cette pétition.

Et je tenais à préciser que je n’ai pas vraiment l’habitude de rédiger ce genre de billets, je ne suis en aucun cas chapotée par un parti politique ou un syndicat, je voulais juste me joindre au collectif « Parents ensemble ». Parce que nous sommes à 9 mois de la mise en oeuvre de cette réforme et que les informations (contradictoires) qui nous sont donnés ne sont pas à la hauteur de ce qu’on est en droit d’espérer….

Bon et puis la semaine prochaine, je compte bien vous parler de Plume et de sa vie à l’école, dans un billet un peu plus personnel, héhé…

À la mère si

Publicités

13 réflexions sur “Et la réforme des rythmes scolaires, vous en pensez quoi?

  1. Accessoirement (mais si accessoirement que ça), il faut regarder le « modèle » finlandais de beaucoup plus près : on nous le présente comme la panacée féministe alors que 80% des femmes y sont cantonnés dans les métiers du care et que les finlandaises sont, d’après les statistiques, les plus épuisées d’Europe. Ben oui, elles bossent (et les métiers du care sont particulièrement fatigants) ET le niveau d’exigence maternelle (c’est à dire la pression sociale qui pèse sur elles pour qu’elles soient de « bonnes mères ») est extrêmement élevé. La sociologie et l’anthropologie finlandaise n’ont RIEN à voir avec la française (où, dieu merci, on fiche une paix relative aux mères qui ont le droit d’être indignes !).

    Par ailleurs, je suis également contre la mise en oeuvre de cette réforme sous la forme de l’extension de la pause méridienne avec des pseudos activités : les mairies, y compris la mairie de Paris pourtant dotée de moyens financiers très élevés, n’ont absolument pas les moyens de financer de véritables professeurs de sport et activités artistiques. Et faire croire qu’un animateur, qualifié pour l’animation, a les compétences pour enseigner de telles activités est l’envoyer au casse-pipes du mécontentement des parents.

    • Oui les collectivités n’ont pas les moyens de mettre en place ces activités de manière qualitative… Cependant, il y aurait peut-être d’autres points sur lesquels réformer le système scolaire : le programme (ça ne coûte rien en plus…..), la formation des enseignants……
      Et merci pour ces informations sur le mode de vie finlandais…. Je voulais mettre en place un recueil de témoignages sur le système scolaire des autres pays. Si vous pouvez m’en dire davantage, cela m’intéresse. Mon blog : alameresi.over-blog.com

  2. Je ne vois pas comment on pourra mettre tout le monde d’accord concernant cette réforme, même en utilisant la CNV. Car les besoins des uns (les enfants) sont totalement à l’opposé de ceux des autres (les parents, les profs… les touristes !).

    J’ai pu passer quelques semaines en cours en Allemagne (à 14 ans, si je me souviens bien), car 7 semaines de vacances d’été chez nous, et 4 outre-Rhin (rien que là, il y a une bonne marge pour faire baisser le nombre d’heures de cours des français !). J’ai trouvé ça absolument génial, en tant qu’ados : fin des cours à 13h/14h, puis plein d’activités, dans les salles de cours et avec les profs.
    On faisait le journal de l’école avec les profs de français (enfin d’allemand, forcément !) et de bio/dessin (les profs enseignent tous plusieurs matières), du cinéma, du théâtre, des expériences scientifiques avec la construction de pleins de maquettes (juste fabuleuses !), il y avait plein de « groupes de débat » sur la citoyenneté, la vie à l’école, et la construction de projets dans un but participatif à l’intérêt général, un groupe était chargé de la fête de l’école, etc.
    C’était foisonnant, le rapport prof/élève n’avait rien à voir avec ce qui se passait en France, mes camarades me paraissent beaucoup plus « cool » et mâtures que mes copains de collège, bref, je rêvais que mes parents déménagent !

    Le hic : les femmes doivent vraiment choisir entre les enfants et le travail, d’où une natalité en berne…

    A ménager la chèvre et le chou (les enfants, les femmes/parents, les profs… les touristes…), je ne vois pas comment on arrivera à une véritable en réforme. Mais sans prendre en compte tous les paramètres non plus… Pas simple !

    • Je pense qu’il faut à un moment avoir une volonté politique et dans ce cas privilégier les besoins des enfants.
      Si on veut améliorer les conditions de vie de tous, c’est la priorité des priorités.
      L’avenir, c’est eux.

      Je ne crois pas que cela puisse être dissocié d’un projet de société qui replace l’humain au centre des organisations.
      Cela passe aussi par une remise à plat des conditions de travail, des obligations de relocalisation du travail, …

    • Cette scolarité à l’allemande ça donne très envie ! C’est génial ce modèle… Mais tu as raison il parait que les mamans allemandes sont souvent obligées de sacrifier leur carrière….

  3. J’aimerais vraiment qu’on réduise les vacances d’été!!!Et surtout qu’on mette plus de moyens dans l’éducation, pourquoi s’aligner sur les pays voisins juste pour ce qui arrange…

  4. Il y a deux ans, j’avais réagi à des recommandations de l’Académie Nationale de Médecine sur les rythmes scolaires, et un article du journal Le Monde. On y indiquait les différences de durée annuelle de cours et la répartition sur l’année
    http://phypa.over-blog.com/article-temps-scolaire-60306752.html

    Ce que je ne comprends pas, c’est qu’avant 2008, le temps scolaire en primaire était déjà réparti sur 4,5 jours, et le mercredi ou le samedi matin au choix des communes.
    A l’époque j’avais déjà flairé comme une méga connerie de réduire à 4 jours, et d’imposer des heures de soutien à la place.
    Vu de loin c’est difficile de comprendre que 4 ans après on ne sait plus faire ce qu’on faisait seulement 4 ans avant.

    J’avoue que je n’ai pas épluché l’évolution des programmes, qui me paraissent bien trop du bourrage de crâne.

    Et puis ce soutien, cela a été un prétexte pour supprimer des postes de RASED, composé de maîtres qualifiés.
    C’était aussi parti d’une idée fausse qu’un enfant en difficulté a besoin de travailler plus pour apprendre mieux. Il a surtout besoin d’une pédagogie adaptée.
    Or ce qu’on constate, c’est que les enseignants ne sont plus du tout formés, et que la pédagogie actuellement pratiquée, elle est surtout adaptée pour les enfants qui se débrouillent bien.
    Donc on est dans un système éducatif où les enseignants sont amenés à travailler pour les enfants qui n’ont pas vraiment besoin d’eux, qui auraient appris de toute façon.
    Quel gâchis !

    • C’est quelque chose qui m’avait frappé, en Allemagne, et qui est encore plus poussée en Finlande : les enseignants ne sont pas des spécialistes de leur matière (ils en enseignent plusieurs de toute façon), mais ils sont des spécialistes de la pédagogie.
      J’y est repensé quand j’ai donné des cours à des BTS, dans une école qui accueillait aussi des personnes qui se formaient à un autre métier, donc souvent bien plus âgés que moi. Je me suis toujours positionnée comme étant là pour aider chacun à avancer au maximum dans SA voix (qui n’est pas la mienne, ni celle du programme que je considère comme un guide des notions clés). Du coup, je n’avais aucune difficulté avec les étudiants dont je sentais tout de suite qu’ils allaient très rapidement « dépasser le maître » (être meilleur que moi en technique, en réflexion, etc). Car mon boulot consistait à leur donner de quoi avancer (des sujets intéressants pour eux), ce qui est tout à fait possible sans avoir soit-même toutes les connaissances. Ce qui permet de travailler malgré (ou plutôt avec) des caractères bien trempés, voir complètement en rébellion contre le système éducatif.

      La semaine dernière, j’ai déjeuner avec l’un d’entre eux, maintenant installé à son compte. Il m’a dit plusieurs fois qu’il aurait décroché (une fois de plus) s’il n’avait pas rencontré des « profs comme moi » (je n’étais pas la seule à fonctionner « à la Montessori ».
      Il va bientôt me donner une formation… :)

      En Finlande, il leur a fallu 30 ans pour faire évoluer le système en replaçant les enfants au centre de tout le système, et pas seulement éducatif. C’est le temps nécessaire pour former de nouveaux enseignants, car la première réforme à faire est sans aucun doute celle de l’IUFM !

  5. Cette réforme va creuser les inégalités entre communes riches et communes pauvres !!!
    Des choses bien sur le papier mais dans la réalité cela risque d’être autre chose !!!

  6. En tant qu’enseignante, je suis très peinée par le manque d’ambition de ce gouvernement pour la refondation de l’école. Je trouve absolument dommage que le débat se soit cristallisé uniquement sur les rythmes scolaires. En plus, même, ce point manque d’ambition, ils auraient dû réduire le temps sur la semaine et diminuer les grandes vacances.
    Cette  » refondation » met-elle vraiment l’enfant au coeur des apprentissages? J’en doute! Et si on parlait des notes, du programmes…
    Je lance les paris. L’année prochaine avec les semaines de 4 jours et demis, je parie que mes élève seront fatigués. Et oui, car leurs emplois du temps d’enfants resteront chargés: coucher trop tard en week-end, activités sportives le soir en semaine (lundi, jeudi)…

    Dire que je suis écœurée, c’est faible. Mais je ne le dis pas trop fort, car on pourrait dire que je suis figée dans un corporatisme!

    Mia M
    empreintedemesmots.wordpress.com

  7. Merci beaucoup de cette contribution très étoffée!!! Je suis bien contente aussi de te relire sur les VI!!
    A nous lire les uns et les autres, j’ai le sentiment que ce que nous regrettons plus ou moins tous c’est que la perspective d’une réforme ne s’accompagne pas de réels moyens financiers supplémentaires. Le gouvernement semble heureux de se dire qu’il va faire mieux sans dépenser un radis alors que beaucoup d’entre nous aimeraient qu’on reconnaisse la priorité nationale que devrait être l’éducation (oui, ça coûte cher, mais c’est de notre avenir qu’il est question!).

  8. Pingback: In the blackboard (mini-débrief) « Les Vendredis Intellos

  9. Pingback: In the blackboard (mini-débrief) « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.