Scolarisation en Allemagne et apprentissages autonomes

L’Ainé a 5 ans depuis octobre, nous vivons en Allemagne depuis qu’il a 19 jours et il a la possibilité (et non l’obligation, cela viendra l’année prochaine) d’entrer à l’école primaire, allemande, à la rentrée : il est ce qu’on appelle un Kann Kinder (car né après juillet), par opposition aux Musskinder (ce qu’il sera l’an prochain) qui eux doivent commencer leur scolarité à 6 ans révolu.

Il est actuellement en jardin d’enfants allemand (il n’y a pas d’école maternelle en Allemagne) : les groupes sont d’âges mixtes (1-3 ans s’ils prennent des enfants si jeunes mais c’est rare, puis 3-6 ans), la fin de la journée est généralement à 14h (nous avons l’immense chance d’avoir une place jusqu’à 17h) et c’est payant (nous payons 260€/mois pour 8h/jour 5j/semaine).

L’école primaire publique est gratuite. Dans l’école de notre quartier les cours de la première année terminent à 11h25. Ensuite, il faut avoir de la chance pour obtenir une place de garderie/étude qui prend le relais, dans cette école, jusqu’à 15h30 (pour 80€/mois).

Pour entrer à l’école, un KannKinder doit avoir l’assentiment de ses éducateurs du jardin d’enfant, passer un test de capacité dans la nouvelle école puis avoir l’accord du médecin de l’école.
Enfin, il faut que l’école en question ait de la place pour lui.

Nous avons franchi ses étapes et avons une place d’étude.
Nous aurons une nouvelle visite de l’école au printemps et avons jusqu’à avril pour donner le préavis du jardin d’enfants.

Voilà pour l’état des lieux.

Maintenant, sachant qu’il n’y a pas d’école française ici, que les autres « grands » de son groupe partent cet été, qu’il a la taille d’un enfant de 3/4 ans allemand, que je travaille la journée, qu’il souhaite aller à l’école, tout en ayant peur de s’y faire piétiner, qu’en France la question ne se poserait pas et qu’il entrerait au CP, que nous souhaitons lui éviter un retard scolaire si nous rentrons en France son père et moi nous arrachons les cheveux à essayer de trouver la meilleure solution question planning quotidien familial et respect de sa soif de savoir.

S’il reste au jardin d’enfants nous devrons être capables de répondre à ses demandes générales et à son envie d’apprendre à lire, écrire et compter.
S’il va à l’école primaire il lui faudra de toute manière une équivalence française à ses apprentissages.

Dans tous les cas, il me semblait qu’il allait falloir organiser en français quelque chose de spécifique sous forme d’une demi-heure ou une heure d’école à la maison le soir, soit après le jardin d’enfants, soit après l’école primaire allemande.

Les apprentissages autonomes de John Holt (que j’ai pu avoir entre les mains grâce à la bibliothèque volante des VI) sont arrivés à point lorsque j’en avais besoin.

 Au fond, je pense même qu’on pourrait aller jusqu’à dire que ce besoin [d’apprendre] est plus fort que tous les autres.

(…)

Ils observent, pensent, spéculent, théorisent, testent et expérimentent -en permanence- et ils sont bien meilleurs que nous, adultes, à ces tâches.

(…)

En résumé, ce que nous avons besoin de savoir pour aider les enfants à apprendre n’est pas obscur, technique ou compliqué, et le matériel que nous pouvons utiliser pour les aider est à portée de mains tout autour de nous.

Avant de lire ce livre je pensais que je devais créer quelque chose de nouveau, comme des cahiers de devoir ou le CNED, une chaise et une table et des crayon bien taillés, un rapport enseignant/élève, un planning d’acquisition de compétences et un agenda hebdomadaire voire quotidien et l’idée ne me plaisait pas du tout.

Cette lecture m’a juste ouvert les yeux sur ce que nous avions fait jusqu’à aujourd’hui, à savoir répondre à ses questions, lui permettre d’être curieux, lui offrir un environnement riche sans être oppressant.

Et que sans le savoir vraiment, c’était déjà l’école à la maison depuis 5 ans et l’on peut d’autant plus s’en rendre compte qu’il a très distinctement des savoirs francophones et d’autres germanophones, et que ça n’est pas au jardins d’enfant allemand qu’il a appris à compter en français, la définition de l’évaporation, les ingrédients de la pâte à crêpes, les lettres de l’alphabet français ou à jouer à Angry Birds.

Admettre que s’il ne lit pas encore, ça n’est pas tant parce qu’au jardin d’enfant on ne l’apprend pas que parce qu’il n’a pas encore décidé que c’était le moment, c’est une petite révolution pour moi.

Proposer, permettre, continuer de jouer avec tout (auquel d’entre nous est adressé cette lettre ? si tout le monde veut deux crêpes combien en fait-on ? tu veux peser la farine ?), répondre, voilà tout ce que nous avons à faire.

Nous continuerons donc, en veillant à organiser des plages d’entière disponibilité pour répondre à ses besoins.

Carpediem

Publicités

19 réflexions sur “Scolarisation en Allemagne et apprentissages autonomes

  1. Ca fait un moment que j’aimerais lire ce livre, ça me donne envie d’investir rapidement !
    Une autre lecture qui t’intéresserait, sur ce thème : Maria Montessori. Je viens de terminer « l’enfant », passionnant !

  2. Et un autre aussi, mais je n’ai pas encore lu :
    « …et je ne suis jamais allé à l’école », d’André Stern

  3. Oui c’est vrai qu’on oublie que simplement le temps passé à faire des choses ensemble, permet aussi des apprentissages essentiels.

    • Après tout, on leur a pas particulièrement enseigner à mâcher et manger, à ramper et marcher, à mettre des mots à côté pour faire des phrases, etc.

  4. Merci beaucoup de ta contribution!!! On sent en te lisant combien tu cherches la meilleure solution pour ton enfant et tu jongles avec tant de paramètres, inhérent à l’offre en matière d’éducation disponible dans chaque pays mais aussi avec la problématique (je n’aime guère ce mot car il s’agit bien plus d’une richesse que d’un problème!) du bilinguisme et bi-culturalisme… Je suis heureuse que ce livre ait pu t’apaiser et te redonner confiance en ta capacité d’être à l’écoute des besoins d’apprentissage de ton enfant! J’espère que tu nous donneras des nouvelles de vos choix et de la façon dont se passe son entrée (ou non!) à l’école!

    • Je n’y manquerai pas (faudra que je trouve de la biblio pour étayer ce type de récit).
      Merci pour tes encouragements !

  5. Voilà qui donne aussi très envie de lire ce livre, d’être rassurée ou emportée par cette idée simple et efficace des apprentissages autonomes. merci beaucoup!

    • John Holt apporte un éclairage interessant de la situation, qu’on soit pro « école à la maison » ou pas.
      J’ai scanné des pages du livre que je garde en réserve, sur les fractions par exemple, à ressortir le moment venu pour l’Ainé qui sera à l’école…

  6. Pingback: La solution idéale ? La tienne, la mienne, la votre… [mini débrief] « Les Vendredis Intellos

    • Notre cas est vraiment à part : mon mari et moi sommes français et ne parlons que très peu allemand. Le français est donc la langue à la maison.
      C’est à l’extérieur (nounou, crèche, puis école) que notre fils ainé a appris l’allemand et qu’il est, lui, devenu bilingue, d’une langue que nous ne comprenons pas.
      Je ne pense donc pas que notre cas vous interesse dans la série que vous mentionnez.

      • Je me trompe peut-être, mais pour moi c’est le bilinguisme qui est la norme dans le monde. Un peu moins en France, et encore : combien parlent français à l’école et anglais, espagnole, italien, marocain, polonais, ougandais, chinois, coréen… à la maison ?
        Mon arrière-grand-mère me parlait en patois : 3 générations en arrière, tout le monde parlait la langue de son village en plus du français.
        Et dans le reste du globe, c’est encore le cas : le patois local + la langue officielle.

        Vous devriez trouver très facilement des familles bilingues : il suffit d’aller dans le HLM du quartier et de fréquenter les restaurants « du monde » de votre ville ! :)

        Les enfants apprennent par absorption, pas par effort de mémoire ; pour eux c’est très facile !

  7. Pingback: La planète des Alphas, ou comment apprendre à lire en s’amusant | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.