Par delà nos croyances (mini-débrief)

Dans un contexte de débat sociétale sur le mariage pour tous, il est évident que chacun prend position en fonction de son éducation, de sa culture. Qu’il soit question d’opinions, de morales ou de croyances, nous sommes tous imprégnés, depuis la petite enfance, de principes qu’il nous est difficile de dépasser, ou alors avec un travail sur soi profond. Nous vivons dans une société qui nous a façonné. Mais rien ne nous empêche d’aller voir ce qui se passe dans d’autres sociétés humaines! Certaines pratiques vont nous effrayer, nous dégoûter, d’autres nous émerveiller, nous amuser…

Je pense que la pratique du maternage proximale est issue de cette observation des autres : portage, allaitement long, cododo… adaptés à notre façon de vivre! Il est toutefois un sujet, fort intéressant, mais qui me soulève le coeur, abordé par Drenka : les vertus du placenta. Si on observe les animaux, les femelles qui viennent de mettre bas, mangent leur placenta… mais là je pense que le voile de la culture est intense… même avec tous les bons arguments du livre présenté par Drenka, manger un bout de chaire humaine me révulse! Il est cependant très important d’aller au delà des préjugés pour apprendre, pour aussi connaître ses propres limites. C’est un peu aussi la leçon de cet article. A lire, donc, à défaut d’en manger!

Dans notre société occidentale et laïque, la part du « religieux » a perdu du terrain, mais il reste des coutumes et des pratiques qui font sens pour beaucoup de personnes au delà de la religion. Madame Sioux nous en parle en posant la question du parrain et de la marraine pour un enfant. Parce qu’il m’apparaît alors que cette question va plus loin et évoque les liens humains, la filiation : et si on disparaissait un jour? Et si nos enfants avaient aussi besoin d’une sécurité affective autre, de découvrir d’autres univers? Nécessaire, pas nécessaire? Les témoignages qui abondent dans les commentaires de cet article montrent bien que chacun fait suivant son histoire. La question n’est pas tranchée, et les solutions ne sont pas définitives. Il me vient à l’esprit cette question d’allo-parentalité : nous ne sommes pas seuls pour élever un enfant… merci à Madame Sioux de faire partager ses interrogations.

Parce que le débat fait avancer la société. Je pense que nous sommes pétris de celle-ci, mais nous en sommes acteurs.

Muuuum

Publicités

2 réflexions sur “Par delà nos croyances (mini-débrief)

  1. Rhooooo…. Même en smoothies? Mixé avec de la banane et des fraises ??
    Ahem… déjà que j’ai du mal à manger des abats non-humains!!
    Mais dans le livre il y a des témoignages de femmes qui disent que l’idée les révulsaient, jusqu’à ce qu’elles hument l’odeur irrésistible de leur propore placenta et qu’elles n’aient qu’une envie: Se jeter dessus pour le croquer à pleines dents!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.