Etre parent, est-ce une affaire strictement privée ?

Quand j’ai lu le premier numéro du magazine PEPS (ma critique générale est ici), une phrase m’a particulièrement touchée :

Avoir des enfants est une aventure bouleversante et magnifique, mais c’est aussi notre contribution à la société.

On peut penser qu’avoir un enfant est un acte ultra-égocentrique. Ce n’est pas faux, bien entendu. On a des enfants parce qu’on en a envie et parce qu’on n’imagine pas sa vie sans eux, par exemple. Il y a des milliers de raisons d’avoir un enfant ou d’en vouloir. Mais globalement, on ne le fait pas pour « contribuer à la société ». Pourtant, c’est bien le cas. C’est vraiment très bien expliqué dans cet article  d’Hélène Keller : « Être parent n’est pas qu’une affaire privée » (PEPS n°1, octobre 2012).

Élever des enfants, ça n’est pas comme faire un stage de développement personnel. (…) Oui c’est enrichissant, mais pas seulement. C’est aussi beaucoup de travail, de responsabilités, de temps investi, de gestes accomplis gratuitement… et de vrais choix professionnels, avec des discriminations réelles, des conciliations impossibles, des arbitrages constants, et souvent un appauvrissement à la clé. (…)

Il n’est pas question ici de mettre en doute ce que nos enfants nous apportent et de recevoir un salaire pour tout ce que nous faisons pour eux mais de revendiquer « des conditions qui rendraient notre vie un peu moins difficile » :

Il ne s’agit pas [de] mettre une étiquette de prix, mais simplement de demander que les conditions soient réunies pour qu’on puisse être parents sans le payer trop cher dans les autres aspects de notre vie.

L’idée est que la société tout entière a besoin des enfants.

Les enfants dont je m’occupe ne m’appartiennent pas. Ils ne sont pas un investissement privé. Bien que leur père et moi ayons assumé seuls les choix de vie nécessaires à ce qu’ils grandissent dans les meilleures conditions possibles, nous n’allons pas en retirer des bénéfices exclusifs. D’ailleurs, ils ne sont pas des biens, mais des personnes ! Des personnes qui, par leur jeunesse, leur esprit d’entreprise, leur volonté de vivre, vont porter l’avenir de la société (et pousser nos chaises roulantes lorsque nous serons vieux et invalides)… Sans compter qu’il y a aujourd’hui des secteurs entiers qui dépendent de la jeunesse (l’éducation, pour n’en citer qu’un).

Quand toutes les charges sont sur la tête de certains, et que tous se partagent les bénéfices, il y a comme du resquillage dans l’air.

Bien sûr, on pourra objecter que la société prend à sa charge certains aspects de la vie d’un enfant, comme l’éducation (à l’école) justement. Mais il me semble utile de se poser cette question.

Aujourd’hui, on nous assène que l’enfant a pris une trop grande place, qu’il faut faire cesser son règne et que les parents doivent (re)faire preuve d’autorité. Pourtant, je ne cesse de constater des situations dans lesquelles les enfants n’ont pas leur place ou sont gênants (les transports en commun par exemple) et je trouve ça extrêmement triste. Certes, ils sont plus bruyants, ils bougent plus mais ils ont ce petit quelque chose que nous, adultes, avons souvent perdu : une énergie hors du commun, une envie d’avancer !

Je crois qu’on devrait plutôt les choyer.

Mais bien sûr, reste à trouver la bonne manière de le faire.

Clem la matriochka

 

12 réflexions sur “Etre parent, est-ce une affaire strictement privée ?

  1. Je suis bien d’accord, nous devrions les choyer… suite a un voyage que nous avons fait a montréal, on a découvert que les enfant n’étaient pas forcément mal  » vus » dans certains endroits! Nous avons passer des moments fantastique, sans le stress du  » tu crois qu’on dérange? »

    Je me pose aussi une questions actuellement sur l’nfluence de notre entourage sur l’éducation de nos enfants! ( influence inconsciente… Ou pas! )

    • Ce serait intéressant de continuer la comparaison avec d’autres pays en effet.
      Moi aussi, j’ai toujours l’impression de déranger dans les lieux publics ! Je suis souvent tombée des gens mécontents d’ailleurs (mais aussi sur des gens charmants, c’est vrai que j’ai tendance à l’oublier).

      • Parfois juste en changeant de région on voit une différence, c’est dingue… Et aussi, l’éxpérience, je suis capable de faire abstraction de ce qui se passe autour parfois… En respectant les « limites » ;)

  2. Disons que nos enfants sont l’avenir de notre société et qu’à ce titre, ils ont toute leur place dans notre société.
    Sur la conclusion, je ne peux qu’être d’accord avec toi, vu qu’en effet, je développe la même idée dans mon article de cette semaine. ;)
    Et je suis d’accord sur le fait que « ceux que l’on mets au monde, ne nous appartiennent pas » (copyright Lynda Lemay. ^^)

  3. Pingback: être un parent dans la société d’aujourd’hui [mini-debrief] « Les Vendredis Intellos

  4. Pingback: être un parent dans la société d’aujourd’hui [mini-debrief] | Les Vendredis Intellos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.