Nos pré-ados et la pub’ (et plus largement, les effets de mode à l’école)

Oh, comme c’est de circonstances en cette approche de Noël !

– Oahhh tu connais le « Super méga trucbidule » ?! J’ai vu la pub’ à la télé ça a l’air trop chouette j’en veux un !! Dis, tu me l’achètes pour Noël hein ?

Peu de parents peuvent nier qu’ils n’ont jamais entendu cette phrase dans la bouche de leur enfant, et ce dès un âge de plus en plus jeune. La faute à qui ? Entre autre à la publicité mais aussi bien sûr à l’effet de groupe, lorsque nos chères têtes blondes se retrouvent sous le préau et s’engouffrent dans des délires pokémonesques, HelloKittyesques ou MonsterHighesques.

Le blog du journal « Le Monde » s’est intéressé au sujet de l’influence de la publicité sur les enfants de 8 à 11 ans et en a fait un article (que voici : http://famille.blog.lemonde.fr/2012/09/30/petits-enfants-mais-grands-consommateurs/ ) et dont je vous livre un extrait :

Le Figaro Santé fait état d’une étude qui me semble bien éclairante sur l’influence de la publicité sur les enfants. Elle a été « menée aux Pays–Bas  par des chercheurs du Centre sur les enfants, les adolescents et les médias, de l’université d’Amsterdam ».

Elle a consisté à faire passer des tests à 466 enfants de 8 à 11 ans pour évaluer leur vulnérabilité face à la publicité. Et tenter de juger si ces enfants devenaient plus matérialistes, et l’impact de cet intérêt sur leur développement affectif et leur épanouissement.

Les conclusions de l’enquête sont intéressantes.

Elles confirment que, oui, à cet âge, 8-11 ans, la publicité a une influence sur les enfants,  et qu’elle développe leur désir de posséder ce que les annonceurs ne manquent de leur montrer de façon très alléchante.

(…)

Ainsi donc, comme le démontre l’enquête, c’est un moment où les objets, surtout les vêtements et les jeux, peuvent leur apparaître, « comme pouvant accroître leur bonheur et leur statut social. »

Mais elle affirme aussi que ce n’est pas tant la quantité de publicité regardée par les enfants qui va influer sur leur épanouissement, mais la sensibilité et l’état affectif de l’enfant qui la regarde. Un enfant tourmenté aura tendance à imaginer que « plus » de jeux, «  plus » de vêtements de marques, changeront le cours de sa vie et le rendront à coup sûr plus heureux.

On ne nous demande pas de comprendre ces engouements, quoiqu’il en soit je ne pense pas que ce soit dans le domaine du réalisable pour moi, mais selon-vous, est-ce possible d’y échapper autrement qu’en un refus net sans autre explication ?
Est-ce que de ne pas suivre  les modes peut porter préjudice à nos enfants ?

Pour ma part, je dirais que cela dépend du contexte familial, scolaire mais aussi de la personnalité de l’enfant. Il est dit dans l’article qu’un enfant tourmenté sera plus enclin à être influencé par le messages des publicités, clamant que leur produit leur apportera le bonheur qu’il cherche à atteindre et que, peut-être, il ne trouve pas dans son cercle familial/amical.

Mais au-delà de ca, je pense que l’absence de publicité dans l’environnement familial fait immédiatement diminuer les impulsions d’achats des enfants malgré d’autres sources de publicité (dans les rues, les vitrines, les catalogues) et malgré l’influence de ses congénères de cours de récré.
Nous le voyons bien au quotidien avec nos enfants qui n’ont pas accès à la télévision à notre domicile. Même en cette période de Noël, nous n’avons pas eut de demandes extravagantes de jouets à la mode, leurs demandes restant dans la lignée des jeux auxquels ils jouent régulièrement. Je peux comparer avec l’an passé, alors qu’ils avaient encore accès aux programmes des grandes chaines. Leur liste s’est vue grandement transformée et j’ai bon espoir que cette année, les demandes soient plus adaptées à leurs centres d’intérêts. Cela nous évitera peut-être des achats qui au final seront laissés de côté après avoir été investis par leur intérêt seulement quelques semaines puis rapidement désinvestis, lorsque la mode si changeante passe ou lorsqu’ils se rendent compte que cela ne répond pas du tout a leurs attentes contrairement à ce que la publicité leur disait.

Au-delà de ça, un enfant assez indépendant se laissera peut-être moins influencer par les effets de mode qu’un autre, surtout si dans son éducation on lui a apprit le libre arbitre et le rôle des médias dans l’influence sur leur consommation.
Leur apprendre à ne pas croire tout ce qui se dit à la télévision, à se faire leur propre opinion sur ce qui se dit et se fait à l’école. Leur donner la confiance en eux, en leurs choix est selon moi primordial pour ne pas céder au conformisme et à la pression sociale exercée à l’école par ces modes passagères.
D’un autre côté, pour un enfant qui a du mal à s’intégrer au groupe classe, ces « modes » passagères peuvent devenir un moyen de se faire accepter par le jeu, par la reconnaissance de « codes vestimentaires » par exemple, et je comprends très bien que certaines situations font qu’un peu de souplesse de ce côté-là puisse être d’un grand bénéfice à un enfant en marge de ses camarades.

Comme partout ailleurs, la généralisation n’a pas sa place et c’est à chaque parent, au cas par cas, d’évaluer les bénéfices retirés des modes souvent issues de campagnes de publicités matraqueuses de cervelles, surtout en cette période de Noël !

Léona

11 réflexions sur “Nos pré-ados et la pub’ (et plus largement, les effets de mode à l’école)

  1. Pingback: Nos pré-ados et la pub’ (et plus largement, les effets de mode à l’école) | La partagerie | Scoop.it

  2. Chaque époque a ses modes ado.

    C’est vrai qu’on a le sentiment que le look devient envahissant. Mais cela concerne-t-il seulement les ados ?
    Ne sont-ils pas les miroirs d’une évolution vers la priorité à l’apparence sur le fond ?

    • Pour ma part, si mon Anté-pré-ado pouvait un tant soit peu se préoccuper un tout petit peu plus de son look (et qu’il évite d’aller chercher ses vêtements dans le panier de linge sale sous prétexte qu’il n’en trouve pas à son goût dans ses tiroires) franchement, ça serait pas du luxe! ;)

    • J’avoue que je n’en sais rien.
      Je suis un peu déconnectée de la mode et des marques, enfin je n’ai même jamais accordé d’importance à ça, je suis de ceux qui ne rentrent pas dans le moule, le mouton noir ;)
      Mais ca ne m’étonnerait pas, quoiqu’il en soit l’enfant/ado prend exemple autour de lui, et dans les magazines etc, et c’est vrai que dans les magasines, les « stars » affichent bien plus les marques qu’elles aiment qu’auparavant j’ai l’impression.

  3. Merci beaucoup de ta contribution!!! J’avoue que ces phénomènes m’échappent assez… j’aurais tendance à dire que rester à l’écoute pour comprendre ce qu’il y a vraiment derrière ces envies est comme souvent la meilleure des choses à faire non?

  4. Pingback: L’environnement de nos enfants [mini débrief] « Les Vendredis Intellos

  5. C’est bien joli mais à la fin de ce billet en dessous de la dernière phrase une pub bien débile « le secret pour perdre du poids a été découvert » faisant un tiers de l’ecran de mon smartphone est venue flinguer ce beau discours en plein vol…

  6. Pingback: les adolescents et les publicités

  7. Pingback: Étude de gestion | Pearltrees

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.