Parfois, vaut peut-être mieux ne pas suivre la règle

Bon, ça, c’est du titre à rallonge.
En lisant mes canards en ligne préférés, je suis tombée sur un article de Rue89 parlant d’un livre pour enfant américain intitulé « A rule is to breack » (traduction : une règle est faite pour être enfreinte.)

Crédit photo : amazon.com

Crédit photo : amazon.com

Alors bien sûr, toutes les règles ne sont pas faites pour être enfreintes, on n’est bien d’accord. (Noooonnnn, me lynchez pas de suite! XD)

Mais ce petit livre, aux illustrations bien sympa, a pour objectif d’apprendre aux enfants à être eux-même, à penser par eux-même et à ne pas suivre tous les ordres sans réfléchir.

L’héroïne est une petite fille (d’après l’auteure de l’article, mais physiquement parlant, y a rien qui la distingue d’un petit garçon) aux cheveux bleus et déguisée en espèce de renard.
Parmi les conseils donnés, on trouve :

« Pense par toi-même ! » ;

« Ne ressemble pas à tout le monde ! Sois toi » ;

« Donne des choses gratuitement » ;

« Fais ce que tu veux… ou ne fais rien, si tu préfères » :

« Peins des trucs sur la télé » ;

« Quand quelqu’un dit : “Travaille !”, tu réponds : “Pourquoi ?” »

Je sens que le dernier exemple pourrait faire grincer des dents. Moi, je trouve ça assez génial comme idée, de se dire que l’enfant peut demander « mais pourquoi je dois faire ça? » ou « Mais pourquoi je ne peux PAS faire ça? » (ça me rappelle la conférence de M. Degeorges  des rencontres Parents 2.0 qui disait qu’une limite qui ne peut pas être expliquée est une limite qui n’a pas lieu d’être. J’ai adoré!)

Histoire d’en rajouter dans la provoque, le sous titre du livre est « a child’s book to anarchy ». (Livre pour enfants montrant le chemin vers l’anarchie)

D’après l’auteur de l’article, le livre se veut plus un contre-pied des livres moralisateurs pour enfants qu’un vrai livre poussant les gamins à l’anarchie.
Et en fin d’article, on lit cet extrait d’interviews de l’illustratrice :

 Je préfère avoir un monde rempli d’enfants qui se demandent pourquoi ils ont besoin de faire telle ou telle chose plutôt que d’enfants qui obéissent aveuglément à chaque ordre que l’école ou leurs parents leur donnent.

Et toi, tu en penses quoi de ce genre d’idées?

Allez, la prochaine fois, je te parle d’un de mes derniers achats livresque : « L’éloge de l’enfant roi ». Mouahahahahahaha!

ab3f4c_15c2f9a77c1d1ca98cc4e6caa1667d79

Crédit photo : site des auteurs

Si tu veux venir faire un tour dans ma tanière, c’est par ici!

La Farfa

12 réflexions sur “Parfois, vaut peut-être mieux ne pas suivre la règle

  1. Ah j’ai lu l’article sur Rue 89 hier, et il me dit bien ce livre pour la bibliothèque où je travaille. On manque de livres en anglais en plus ! Et puis je suis sûre qu’il provoquera des discussions intéressantes ^^Malheureusement, pas sur qu’on puisse l’acheter.

  2. J’adore !! Personnellement j’ai toujours bien mieux obéis à mes parents s’ils m’expliquaient le pourquoi du comment.
    Ils l’ont très vite compris d’ailleur !
    Je ne vois donc pas pourquoi il en serai différemment de mes enfqnts

    • Je partage ton avis. Je préfère expliquer à mon enfant les interdits et les limites. Malheureusement, dans mes proches, il y a des adeptes du « un enfant, ça doit obéir, point. »…
      Je leur offrirais bien le livre, mais je suis pas sûre que ce soit bien perçu. XD

  3. Merci beaucoup de ta contribution!! Quelle découverte ce bouquin!! ;)
    Il y a quelques temps, j’écoutais Cyrulnik à la radio dire que si, à l’âge adulte, on retrouvait en thérapie une bien plus grande proportion de filles que de garçons c’était – en partie – parce qu’on laissait plus facilement (voire on encourageait) les garçons transgresser les règles (contrairement aux filles qu’on a tendance à discipliner) et que cette transgression était nécessaire et renforçante. L’inégalité commencerait-elle là?

    • C’est vrai que quand on lit des comptes rendu de recherche sur l’éducation « non sexuée » dans les école, on se rend compte que les instits sont plus sévères vis à vis de petites filles « remuantes » que vis à vis des petits garçons pareil. Et ils n’en avaient même pas conscience.
      Dans l’inconscient collectif, on a toujours l’image de la petit fille calme, sage et douce vs le garçon casse-cou, intrépide et effronté, non?
      Changez les esprits sera long. ^^’

  4. Pingback: Et si on choisissait des cadeaux différents? (Mini-débrief) « Les Vendredis Intellos

  5. Pingback: A rule is to break (parfois) – Bouts de Ficelle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.