Prédire l’obésité dès la naissance : bof !

Est-on maître de son destin ou tout est-il déjà écrit? Une question dont personne n’a la réponse sauf apparemment question obésité. Une équipe internationale de chercheurs très sérieux (chercheurs quoi!) réunis au sein du laboratoire Génomique et maladies métaboliques (CNRS/Université Lille 2/Institut Pasteur de Lille) a créée un test pour définir si bébé sera obèse, ou si du moins il a plus de chance d’être obèse. Je trouve qu’il y a déjà assez de préjugés sur la future profession de bébé et son niveau social au regard de celles des parents… C’est un peu pousser le bouchon, non? Bien sûr ce test a déjà fait ses preuves auprès d’enfants suivis jusqu’à leur adolescence en Finlande, Italie et États-Unis.

Peut-on vraiment définir si bébé sera obèse?
Peut-on vraiment définir si bébé sera obèse?
© http://www.flickr.com/photos/joe_13/

J’ai fait le test, c’est très simple: indiquer l’indice de masse corporelle de chaque parent, le genre de profession de la maman uniquement, le nombre de personnes plus âgées dans la famille (inclus les parents), le poids du bébé à la naissance et enfin si la maman a fumé pendant la grossesse. C’est même trop simple de faire ce test! Trop simple pour être fiable?

J’ai donc cliqué et tout indiqué. J’ai du au préalable calculer mon indice de masse corporelle car ce n’est pas le genre de chiffre que je garde en tête! Avec super-papa-chéri, notre indice est entre 18,5 et 25, nous sommes donc en « corpulence normale ». Je me suis mise en femme au foyer, puisque pour le moment c’est ce que je suis (merci mon congés parental de 3 ans). Hop, en 2 secondes…

Le test d'obésité de bébé
Le test d’obésité de bébé

Ma fille, ouf, tu ne sera pas obèse!? Alors dans ce cas, je file acheter des bonbons et autres chocolats puisque le test le dit! Moué…. Bon, je suis sceptique ça se sent hein?

Ce que je n’aime pas: j’ai changé ma profession pour « profesional/entrepreneur » et la probabilité passait à moins de 0,5%!! Pourtant la mère active a moins le temps pour faire de la bonne cuisine saine, non? Je sais je fais dans les clichés aussi mais non, je n’approuve pas.

Le seul facteur ici qui selon moi, non chercheuse hein, serait à prendre en compte dans ce test est si l’obésité existe chez les parents car dans ce cas on peut se poser la question de l’alimentation comme principal facteur de prise de poids. On le constate de plus en plus avec les études rendues publiques, pour ne citer que l’huile de palme, trop grasse, qui bouche nos artères. C’est pourtant cette huile qui est présente dans la majorité des produits alimentaires par souci d’économies! Il y a un véritable courant contre la mal bouffe, le trop sucré, le trop salé… Je dis tant mieux car c’est de notre santé qu’il s’agit, pas juste de notre apparence!

Il y a également l‘activité physique à prendre en compte. Si tu aimes et pratiques le sport, point obèse tu seras. Tu dépenses les calories superflues si jamais tu en prends de trop. C’est exactement ce que je pratique: si je  mange glaces, chocolats ou gâteaux…. Mmmh, je sens qu’un footing s’impose dans la semaine voire deux fois. C’est cela qui est intéressant également de prendre en compte pour ce genre de test non? Si les parents aiment et pratiquent un sport? On ne transmet pas qu’une culture culinaire mais tout un mode de vie.

Nos sociétés ne seraient-elle pas à incriminer plus que le travail de la mère manuel ou non!? Le stress engendré par le travail ou la crise économique, Internet qui nous cloue devant encore un écran, les jeux vidéos qui nous scotche sur le canapé (mis à part quelques exceptions)…

Pour étayer mes propos, des chercheurs de l’Imperial College de Londres ont publié une étude qui confirme que le surpoids de la mère peut in uteros « affecte déjà le métabolisme du fœtus et de l’embryon, en annonçant déjà des troubles du métabolisme pour l’enfant et le futur adulte (toute la vie) ». Affecter oui mais n’a-t-on pas envie d’une bonne santé pour bébé? Toute maman ne fait-elle pas attention à son nouveau né?  Je connais des mamans qui n’étaient pas bio du tout sauf quand elles ont accouché: elles ont foncé dans les biocop pour nourrir le plus sainement possible bébé: donc papa et maman c’est pas grave 😉 ? Et pourtant, en France, 12 % des enfants de 5 ans sont en surpoids, dont 3,1 % sont obèses.

Je finirais par citer Angélique Hirsch, psychologue, attachée au service d’endocrinologie pédiatrique de l’hôpital Necker-Enfants Malades qui a un avis bien tranché: les parents ont du mal à se rendre compte que, souvent, ils « gavent » littéralement leur enfant. S’ils doivent lui refuser du coca ou des biscuits, c’est comme s’ils le privaient de tout ce qu’ils peuvent lui donner : ça leur paraît impossible.

Ainsi, ces parents ont pris l’habitude de répondre à toutes les demandes de leur enfant par de la nourriture, avec des conséquences parfois catastrophiques sur le poids. Et quand cela aboutit à des obésités majeures comme celles que nous voyons parfois, je considère que cela s’apparente à de la maltraitance.

Votre avis aussi tranché? Partagé?

The working mum

 

Publicités

9 réflexions sur “Prédire l’obésité dès la naissance : bof !

  1. Moi aussi je m’interroge sur l’utilité d’un tel indice…
    SI c’est un outil de discrimination, c’est effectivement très dangereux, mais comme outil de prévention et de surveillance, cela me semble intéressant.
    Si les critères retenus sont ceux là, ce n’est certainement pas au hasard : indice de masse corporelle des parents et poids de naissance, on peut tout à fait comprendre, niveau éducatif/professionnel de la mère, c’est plus compliqué à comprendre mais j’imagine que ce n’est évidemment pas par hasard et que c’est « mathématiquement » vérifié (attention à ne pas confondre lien mathématique et lien biologique…), par contre j’ai beaucoup de mal à saisir comment le nombre de personnes dans le foyer peut influencer ça…

    Enfin, je trouve que toute cette histoire est surtout TRÈS mal médiatisée et vulgarisée, et il est là le gros problème !! On le voit bien avec ton post et les réactions sur ton blog, cet indice suscite la méfiance, le doute… et c’est bien dommage !! J’aurais aimé que les chercheurs expliquent mieux pourquoi ils ont choisi ces critères, comment s’explique le lien avec le risque d’obésité pour l’enfant, comment et par qui cet indice doit être utilisé (certainement pas par les parents eux-mêmes, d’ailleurs je trouve ça débile d’avoir mis en ligne le calculateur, même si je n’ai pu m’empêcher de calculer le risque pour mes propres enfants !)

    Il s’agit donc une fois de plus d’un problème de communication entre la communauté scientifique et le grand public (et je le déplore d’autant plus que c’est exactement mon métier !)

    Et sinon, dommage que le texte sur les VI ne soit pas plus long,ne le prends pas contre toi, Working Mum, mais je suis de plus en plus embêtée par ces posts tronqués sur les VI que l’on est obligé d’aller lire en entier sur des blogs persos. Ce n’est pas comme ça que j’envisageais la plateforme des VI quand j’ai commencé à la suivre chaque vendredi… Et il semble que je ne sois pas la seule.

    • le poids de naissance est un facteur que je ne comprends pas, pourquoi pas aussi la taille du bébé? c’est rare d’avoir un grand bébé léger ;-) tu as raison: j’aurais aimé plus d’articles de fond et je regrette que les médias ne fassent que balancer l’info sans expliquer plus.
      enfin, j’accepte ta remarque sur la longueur de ma contribution et la nécessité de lire l’intégralité en allant sur mon blog, en effet je me suis posé la question et à chaque participation en réalité: qu’est ce que je mets et où? je n’ai pas envie d’un copier coller intégral non plus alors…

  2. Quand j’ai entendu ça au JT j’ai eu envie de zapper tout de suite. Que l’obésité soit un problème de santé publique et qu’on s’y attelle je veux bien. Mais en ce moment ça tourne limite à la psychose…

  3. Merci beaucoup d’avoir accepté d’évoquer ce thème sur les VI! Comme Miliochka, je m’interroge sur les conditions d’utilisation de ce test…Par exemple, le fait qu’il ait été diffusé sous la forme extrêmement accessible d’un petit test que tout un chacun peut faire laisserait entendre qu’il serait destiné au grand public. Or dans ce cadre, je ne vois pas trop ce qu’on gagne personnellement à faire ce test car soyons clair, des solutions efficaces et simples contre l’obésité il n’y en a pas, seules les opérations chirurgicales semblent donner des résultats nets mais si je ne me trompe pas, celles-ci ne semblent pas influer sur l’espérance de vie des personnes concernées (et je ne parle pas des conséquences psychologiques)… Quel est donc l’intérêt de sensibiliser les personnes à un risque que nous ne sommes pas réellement en mesure de combattre? Et dont nous ne sommes même pas réellement capables d’évaluer la nature? Quel est l’intérêt surtout de le faire en laissant clairement transparaître des facteurs de risque (poids des parents, catégories socio-professionnelles) sur lesquels on en peut pas personnellement agir?
    Bref, je ne suis pas clairement pas suffisamment informée sur le sujet et je pense qu’il faudrait en savoir plus… peut être un Guest??? A suivre…

    • Oui Mme D, je partage ton analyse sur le fait qu’en plus ce test est basé sur des facteurs de risques sur lesquels on ne peut agir, du coup, ça me semble complètement contre productif !!
      Par contre, je ne suis pas d’accord avec ta phrase « Quel est donc l’intérêt de sensibiliser les personnes à un risque que nous ne sommes pas réellement en mesure de combattre? » Il me semble qu’il existe des mesures de santé publique assez claires pour lutter contre l’obésité infantile (recommandations alimentaires, programme PNNS, formation des pédiatres, mesures en faveur de l’activité physique… cf. http://www.inpes.sante.fr/30000/actus2012/008-obesite-infantile.asp), mais évidemment, encore faut il les médiatiser correctement !!
      Une fois de plus, pour moi, le problème là, c’est la communication. Diffuser ce test auprès du grand public sans l’accompagner de recommandations quant aux moyens de lutte contre l’obésité, c’est tout bonnement inutile…
      Alors, oui, un guest, serait le bienvenue pour faire un peu le point là-dessus ;-)

      • Oui je sais bien qu’il existe des recommandations en matière de lutte contre l’obésité infantile… mais je ne sais jusqu’où leur efficacité a été prouvée… (comme toujours il est difficile d’évaluer l’efficacité des mesures de prévention parce que justement, si elles fonctionnent cela n’est pas censé se voir!). Je me souviens par exemple que quand l’APA était petit on disait que les bébés en surpoids à 9 mois étaient à risques, et puis ensuite on a exclu les bébés allaités, etc… je ne suis pas sûre des connaissances qui font réellement consensus à l’heure actuelle. Bref, j’aimerai bien qu’on se repenche là dessus, qu’on ait une idée plus claire de:
        – A l’heure actuelle, qu’est-ce que la science sait de l’obésité? (facteurs génétiques, environnementaux, ampleur de la surmortalité/morbidité)
        – Quelle est l’efficacité des mesures qui ont été prises? A-t-elle été évaluée/dans quelles conditions/a-t-elle été rapportée aux risques éventuels (des médicaments, des traitements chirurgicaux, aux conséquences psychologiques) ?
        Rappelle-toi l’article de la semaine dernière sur la limitation des matières grasses chez les petits enfants qui se serait finalement révélée néfaste… le problème semble loin d’être évident!

  4. En plus de douter de l’utilité de ce test, j’ajouterais qu’il est culpabilisant, comme souvent en matière d’alimentation infantile…

  5. Pingback: C’était vraiment mieux avant? {mini-débrief} « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.