Les premières semaines d’un bébé (allaité) – Allaitement à l’éveil, allaitement à la demande

Avant la naissance de mon second enfant, j’ai souhaité compiler dans un document excel (Mémo sur les premières semaines de bébé* que je vous encourage à télécharger et compléter suivant vos propres critères) les recommandations de différentes sources**  et cela a été une bonne feuille de route pour les premières semaines de ce nouveau bébé.

Je souhaitais rectifier le tir et mieux gérer les problèmes que j’avais eu avec mon premier enfant : grandes difficulté de ma part de gérer les pleurs du soirs, allaitement mixte à 2 mois en espérant que ce soit une solution à mon problème de fatigue, bébé qui se réveillait souvent la nuit (en tout cas trop pour nous).

Cette semaine, je souhaite commenter les points concernant l’allaitement à l’éveil et à la demande.

Allaiter à l’éveil :
C’est l’état d’éveil qui déclenche la capacité du nouveau né à bien prendre ls eine et non un horaire prédéterminé d’allaitement toutes les trois ou quatre heures. Votre nourrisson ignore ce que sont les sensations et les « horaires » de la faim. (…) Allaiter un bébé chaque fois qu’il s’éveille permet de combler ses besoins énergétiques.  (…) Le respect des signes d’éveil du nouveau-né facilite la mise en route de l’allaitement et simplifie votre vie. Initule de vous demander si le bébé à réellement faim et si vous n’êtes pas en train de le « gâter ». Avec l’allaitement à l’éveil, la prise du sein est plus facile par ce qu’elle survient au moment où le bébé est le plus apte à le prendre.
Bien vivre l’allaitement de Madeleine Allard et Annie Desrochers (p 41)

Les premières semaines j’ai donc systématiquement proposé au Cadet mon sein dès qu’il se réveillait, sans attendre qu’il le réclame.
Mon bébé était toujours détendu au sein et il tétait bien, beaucoup et rapidement, et je n’étais pas inquiète de ne pas le nourrir suffisamment.
Son rythme était généralement le suivant : dodo – tétée – éveil court – dodo

J’ai trouvé cela très agréable et facile à gérer. Pour mon premier j’étais au courant de l’allaitement à la demande (et pas toutes les 3 heures comme pour un biberon) mais je pense que j’avais tendance, surtout les premiers temps, à ne pas comprendre et à trop attendre, du coup l’Ainé n’était jamais très calme au sein.

Le gros avantage de l’allaitement à l’éveil c’est qu’on se pose une question de moins : il se réveille, on allaite. Point. Et c’est agréable les premiers jours de ne pas avoir à, en plus, se demander s’il a faim…

Allaiter à la demande :
Après quelques semaines, les périodes d’éveil s’allongent et dépassent le temps d’une tétée. Les rythmes du bébé évoluent et ses besoin changent. L’allaitement à l’éveil devient moins adapté et vous devez maintenant reconnaitre les demandes du bébé à travers différents signes qu’il envoie. (…) A moins d’un problème de croissance ou s’il ne souille pas assez ses couches, laissez-vous guider par l’appétit de votre bébé. L’allaitement à la demande implique que vous lui fassiez confiance.

Savoir reconnaître la demande :

  • J’ai faim
    • Se lèche les lèvres, claque la langue
    • Ouvre et ferme la bouche
    • Tète ses lèvres, sa langue, ses mains, ses doigts ou tout autre objet
  • J’ai très faim
    • Fouissements sur la poitrine ou l’épaule de la personne qui le porte
    • Se met en position pour téter, en se couchant ou en tirant vos vêtements
    • Agitations, tortillements
    • Coups sur vos bras ou sur la poitrine
    • Respiration rapide
  • Faites quelque chose et vite
    • Bouge la tête frénétiquement d’un côté et de l’autre
    • Pleurs francs

Bien vivre l’allaitement de Madeleine Allard et Annie Desrochers (p 69)

A un moment donné le Cadet a changé de rythme, ses phases d’éveil se sont allongées, le rythme a changé.
Son rythme est devenu assez variable : dodo – tété – éveil long – tétée – dodo ou bien dodo – tété – éveil long – dodo ou bien dodo -éveil court – tété – éveil court – dodo, etc.

Il est passé de 8 à 10 tétées par 24h à une moyenne de 7 ou 8 vers ses 1 mois et environ 5 tétées quotidiennes vers 3 mois.
Dans le même temps, la durée moyenne des tétées est passée de 10 minutes à 17 minutes.

Comprendre comment l’allaitement fonctionne et l’importance de l’interaction mère/enfant qu’il faut respecter pour que le processus naturel fonctionne pleinement est important pour toutes les mères ou futures mères qui souhaitent allaiter leur bébé.

Carpediem

*Evidement ce ne sont que des conseils et chacun et chacune fera comme il voudra/pourra.

**Sources :

  • Bien vivre l’allaitement de Madeleine Allard et Annie Desrochers (leur blog : http://bienvivrelallaitement.wordpress.com/)
  • Le sommeil le rêve et l’enfant de Dr. Marie Thirion
  • Pleurs et Colères des enfants et des bébés : Une approche révolutionnaire de Aletha Solter

Retrouvez toute la série en suivant le tag Les premières semaines de bébé

Publicités

12 réflexions sur “Les premières semaines d’un bébé (allaité) – Allaitement à l’éveil, allaitement à la demande

  1. J’aime ce côté simple de la chose pour ce qui est de l’allaitement à l’éveil ! J’ai allaité mes 2 enfants comme je le sentais, une sorte d’à la demande mais accompagnée de mon interprétation, donc même si je le vivais assez sereinement, pas sûre que mes bébés aient été aussi sereins. Du coup, ce que propose ce livre pour les premières semaines m’apparait comme une très bonne idée ! Reste à savoir si ça peut s’appliquer à tous les bébés, notamment à ceux qui ont un sommeil très morcelé pour des raisons autres que la faim. En tous cas, si un autre bébé il y a, je testerai cette méthode !

  2. Merci beaucoup de poursuivre la présentation de cet ouvrage ressource!! En lisant tout cela, je me souviens de la façon dont j’ai procédé avec mon aîné… A l’époque, j’étais toute jeune et j’avais le désir très fort que l’allaitement réussisse: d’abord parce que c’était une façon pour moi de répondre à ceux qui réprouvaient le choix que nous avions fait MrD et moi d’avoir un enfant si tôt et aussi parce que ma mère avait magistralement planté son allaitement avec moi (suite à de mauvais conseils de soignants) du coup j’ai un peu « gavé » mon fils… du moins c’était l’impression que je m’étais faite à l’époque… parce que les années passant, les autres enfants arrivant ben j’ai réalisé que je faisais juste ce que décrivent les auteurs de BV l’allaitement à savoir l’allaitement à l’éveil! Dommage que cela ne soit pas plus diffusé dans les maternités, cela contribuerait probablement à permettre à davantage de mamans qui souhaitent allaiter de pouvoir le faire.

    • Oui, je trouve que c’est vraiment une règle tout simple à suivre les premiers temps, à diffuser sans hésitation !

  3. Je suis très surprise de découvrir cette façon de faire, pour deux raisons.
    J’ai allaité un petit peu mon fils, et à la maternité on m’avait bien conseillé d’attendre les fameux signes de la faim. J’avais pour me préparer parcouru pas mal de sites et je n’ai pas souvenir d’avoir vu ce conseil.
    La seconde raison, c’est qu’avec tout le battage médiatique autour de l’obésité, ça m’étonne beaucoup de voir cette proposition de donner à manger avant même la faim.
    Je ne critique pas la méthode, je suis vraiment juste surprise.
    En tout cas c’est bon de voir qu’il y a des ouvrages avec des conseils aussi précis et concrets. J’hésite beaucoup à m’en procurer pour ma deuxième qui s’annonce pour fin février, j’ai peur que cela m’embrouille encore plus… ??

    • Je pense que c’est une approche assez récente, et on trouve effectivement assez peu de témoignages sur le sujet, c’est aussi pour cela que j’en parle ici :)
      La leche league en parle (http://www.lllfrance.org/Feuillets-de-LLL-France/Allaitement-a-la-demande-allaitement-aux-signes-d-eveil.html seconde moitié de page) si cela peut être rassurant.

      Ensuite, est-ce que l’allaitement à l’éveil parasite les signaux et sensations de faim et de satiété ? Je ne pense pas qu’un nouveau né se rende compte de ce genre de choses. Et ce type d’allaitement dure quelques jours, quelques semaines au plus (environ 4 pour le Cadet), pour passer ensuite à un vrai allaitement à la demande qui respecte bien les demandes du nourrisson.
      Allaiter un bébé dès qu’il pleure, sous prétexte que ça semble le calmer ou bien qu’on pense tout simplement qu’il a faim, ça doit effectivement brouiller certains signaux.
      Le Cadet a aujourd’hui 9 mois (tout pile) et je te rassure, il sait très bien quand il a faim ou pas.

      Enfin, je n’avais pas eu de livre pour l’Ainé, et j’ai été très heureuse de m’offrir Bien vivre l’allaitement, car il est vraiment très complet tout en étant très abordable (j’avais feuilleté L’allaitement de Marie Thirion que j’avais trouvé indigeste) et absolument pas culpabilisateur.
      J’étais mieux préparée pour ce second allaitement et j’ai été très contente de comme il s’est déroulé.
      C’est aussi rassurant d’avoir une source d’infos « offline » et qui ne se contredit pas…

    • Ne t’inquiète pas : le lait ne coule pas du sein comme du biberon, donc un bébé ne boira pas 5L de lait même s’il passe toute sa journée au sein ^^
      Et puis, s’il n’en veut pas, il ne le prendra pas tout simplement. Ou alors il tétouillera juste, et du coup il ne prendra pas vraiment de lait. Car proposer ne veut pas dire forcer ou gaver.
      Je pense au contraire que les problèmes d’obésité viennent du fait qu’on s’y intéresse beaucoup trop ! Le matraquage de publicité sur le fait que trop manger fait grossir, je pense que ça a l’effet inverse de ce qu’on imagine : on est encore plus obnubilé par la nourriture, et ce dès le plus jeune âge ! J’ai gardé un gamin de 10 ans qui me disait de ne pas mettre trop de beurre dans les pâtes car ça fait grossir ! Alors que lui et ses parents étaient plutôt minces ! Je trouve ça vraiment flippant !
      A l’inverse, ma fille qui a 14 mois connaît parfaitement sa satiété. Elle est toujours allaitée, l’a été en exclusif pendant 6 mois, puis je l’ai diversifiée au feeling, c’est-à-dire que ce qu’elle veut elle le mange. La diversification a donc commencé par un croûton de pain, puis un morceau de viande… pas très dans les normes tout ça…
      Eh bien, je suis toujours frappée de voir qu’elle va manger par exemple 7 cuillères de semoule avec appétit, puis refuser la 8e sans hésitation et fermement ! C’est merveilleux : elle sait que 7 cuillères lui suffisent, et que la 8e serait de trop ! Personnellement, avec toutes mes connaissances de diététique et mes régimes sur des années, j’ai totalement perdu cette faculté… :-(
      Donc faisons confiance à nos enfants : tant qu’ils ne sont pas perturbés par les messages publicitaires et les recommandations de la société, ils savent très bien se nourrir ! A ce sujet, tu peux lire cet article, très intéressant : http://melynae.wordpress.com/2012/08/14/enfants-alimentation-2/

  4. Pingback: Besoins d’enfants, besoin de parents [mini-débriefing] « Les Vendredis Intellos

  5. Pingback: Allaitement à la demande, oui "mais !" | Allaitement : Bonheur et Raison

  6. Pingback: Les Vendredis Intellos

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.