Apprendre à éduquer dans la non violence -mini debrief-

En devenant mère, j’ai découvert au fil des mes lectures la communication non violente. Ce concept répondait à mes questions. Depuis longtemps je savais que quelque chose ne me convenait pas dans les manières de faire dites traditionnelles. Je savais que ce n’était pas pour moi sans savoir exactement pourquoi ni comment y remédier.

Peut-être que ce qui m’a toujours le plus choqué, c’était la violence ordinaire érigée en mode d’éducation dans certaines familles. Ainsi, Superparents écrit dans son billet « la violence éducative ordinaire (et comment l’éradiquer en 10 étapes) » sur ce phénomène en utilisant les écrits d’Olivier Maurel, auteur qui s’est souvent intéressé à ce sujet. On pourra notamment trouver dans ce billet une liste d’actes faisant partie de la violence éducative. On nous rappelle qu’il n’y a pas que les gifles et les fessées.

On peut avoir envie de faire autrement, avoir envie de faire mieux pour ses enfants, sans véritablement savoir comment s’y prendre. Mère Lacunaire nous fait part de sa lecture de au cœur des émotions de Fillozat dans son billet « écouter, oui mais comment ? » Elle nous parle de ses difficultés à maintenir le cap de l’éducation dite non violente et met en avant les petites phrases proposées par Fillozat pour aider son enfant à exprimer ses émotions et par là même, apprendre à l’écouter. Très utile !

Mais parvenir à établir des relations saines, basées sur l’écoute n’est peut-être possible qu’en se faisant, avant tout confiance, en tant que parent. Ainsi, famille heureuse, dans « bonne ou mauvaise mère, là n’est pas la question« , qui a également lu au cœur des émotions de l’enfant, met en avant l’importance de se faire avant tout confiance. Tout en admettant que cela reste bien difficile. La clé passant peut-être par le fait qu’il n’y ait pas qu’une seule façon de faire et par la nécessité d’accepter la parentalité que l’on met en place avec son enfant en particulier. Elle cite ce passage de Fillozat qui parlera certainement à de nombreux parents : « Une jeune mère, un jeune père, ont besoin de repères… mais pas de conseils… Ils ont besoin d’apprendre à se faire confiance et à faire confiance en leurs enfants. (…) »

Enfin, que serait le travail sur l’éducation sans les apports scientifiques ? Flo la souricette nous propose sa lecture d’un dossier de neurosciences paru dans la revue Métiers de la petite enfance. Dans son billet « neurosciences et éducation du petit enfant »  elle explique le fonctionnement du cerveau d’un petit. Mettant ainsi en avant l’impact que pourrait avoir la recherche sur nos schémas éducatifs traditionnels. Non un petit ne fait pas de caprice, son cerveau est immature. Biensur, je résume à outrance, allez donc lire son billet ! Cela me rappelle également un autre livre de Fillozat : J’ai tout essayé ! qui explique au fil des pages, ce qui se passe dans le cerveau et le corps de l’enfant lorsque celui-ci est submergé par ses émotions.

De nombreux écrits sur le sujet de l’éducation et de la communication épanouie, cette semaine. Il s’agit là d’un objectif difficile à atteindre mais tant souhaitable (à mon sens) !

HomeSweetMome

 

2 réflexions sur “Apprendre à éduquer dans la non violence -mini debrief-

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.