A l’origine de la “violence humaine”

Autour de nous, la plupart des personnes n’ont jamais entendu parler de « Violence Educative Ordinaire ». Ils connaissent la plupart des autres types de violence… mais la « Violence Educative Ordinaire », non, connait pas ! Pourtant, presque tous la pratiquent au quotidien, envers leurs propres enfants ! Mais ils ne s’en rendre pas vraiment compte. Vous en faites peut-être partie… et nous aussi !

Pourtant, nous n’avons pas à nous sentir coupables ! Personne ne nous en a jamais parlé ! Personne ne nous a jamais expliqué ce qu’était cette « Violence Educative Ordinaire ». Et pire, les plus grands psychologues, psychanalystes, historiens, sociologues, et philosophes oublient de l’aborder dans leurs livres traitant de la violence humaine !

En fait, ils sont comme nous tous, ces chercheurs, ces savants : ils ont subi cette violence éducative durant leur enfance, et ont finis par la « banaliser ». La banaliser au point de ne pas réaliser que c’est certainement cette violence, imposée dès le plus jeune âge (et depuis toujours), qui est à l’origine de la violence humaine.

Voici l’explication que donne fondateur de l’OVEO (Observatoire de la Violence Educative Ordinaire), Olivier Maurel :

« En réalité, l’explication de ce phénomène est simple. Comme la quasi-totalité des enfants, les chercheurs ont subi la violence éducative (tapes, gifles et fessées chez nous, bastonnades dans les siècles passés et dans beaucoup de pays aujourd’hui), à un âge où ils étaient entièrement dépendants, et de la main même des êtres qu’ils aimaient le plus au monde et qui étaient leurs modèles. Ils l’ont subie à un âge où ils n’avaient aucun moyen de la contester et où elle les a persuadés qu’ils étaient insupportables et désobéissants de nature et qu’il n’existait pas d’autres moyens de les élever que de les frapper pour les «corriger».

Cette certitude, implantée très tôt dans leur cerveau y est devenue un axiome indiscutable et, quand ils cherchent les causes de la violence, la dernière cause à laquelle ils penseraient est le traitement qui leur a été infligé «pour leur bien» par leurs parents auxquels ils étaient si attachés. Et, malheureusement, les livres qu’ils écrivent ne font que renforcer dans l’opinion publique la certitude que la violence humaine prend sa source dans le psychisme des enfants.

La violence éducative est donc un «trou noir» dans les sciences humaines. Sa méconnaissance non seulement nous empêche de prendre conscience de l’origine de la violence, mais aussi altère notre connaissance de la nature humaine et de nous-mêmes. »

Olivier Maurel, dans son livre « La violence éducative, un trou noir dans les sciences humaines », étudie ce curieux phénomène « d’aveuglement collectif » et montre à quel point la violence éducative perturbe notre vision de la réalité : il est pourtant simple de comprendre qu’un enfant à qui l’on n’apprend pas la violence… a peu de chance de devenir violent ! Non ?

Il montre aussi que, récemment, plusieurs études ont mises en lumière les capacités relationnelles innées des enfants qui, si elles lorsqu’elles respectées durant de leur éducation, les prédisposent à devenir des adultes équilibrés, confiants en eux-mêmes et altruistes.

Monsieur Maurel rappel aussi qu’à l’inverse « Il a été prouvé par plusieurs études rigoureusement scientifiques que les enfants qui ont été frappés ont plus de maladies physiques et mentales et d’accidents que ceux qui ne l’ont pas été, et que cette augmentation se constate dès le niveau de coups le plus bas. Autrement dit, il n’existe pas de seuil de violence en dessous duquel les coups infligés par les parents aux enfants seraient inoffensifs ».

OK, donc la Violence Educative Ordinaire touche tout le monde et depuis toujours… mais c’est quoi exactement ?

La Violence Educative Ordinaire, selon l’OVEO, rassemble “les diverses formes de violence utilisées quotidiennement pour éduquer les enfants, dans les familles et les institutions (écoles, crèches, assistantes maternelles…).”

Mais la violence Educative Ordinaire, c’est aussi une spirale infernale, un cercle vicieux, puisqu’une fois adulte, les enfants ayant subis ces violences, les reprennent à leur compte et les pratiquent à leur tour sans « scrupules » (au sens littéral du terme, ils n’ont même pas conscience du mal qu’ils font) avec leurs propres enfants… un cercle vicieux qui perdure depuis la nuit des temps.

 

Plus concrètement, la violence éducative ordinaire comprend, bien entendu, la violence physique, les châtiments corporels : gifles, fessée (que 85% de Français continuent à pratiquer aujourd’hui). Mais elle comprend aussi toutes ces autres formes de violences, bien plus discrètes, dont les dégâts sont pourtant tout aussi importants sur l’enfant :

  • L’amour « conditionnel »
  • Le chantage
  • Les menaces
  • Les punitions (mise à l’écart compris !)
  • Les humiliations
  • Les injures
  • etc.

Ne l’oublions pas, les enfants sont des éponges ! Ce qu’ils nous voient faire… ils le font ! La vidéo ci-dessous l’illustre parfaitement :

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=8AcWo3gbtBk?feature=oembed]

  • Un enfant que l’on n’aime que « sous conditions », n’aimera que « sous conditions » (son/sa conjoint(e), ses enfants !)
  • Un enfant qui subit le chantage, fera subir du chantage
  • Un enfant menacé, menacera
  • Un enfant puni, punira
  • Un enfant humilié, humiliera
  • Un enfant injurié, injuriera
  • Un enfant violenté, violentera
  • Un enfant frappé, frappera

Pour tous savoir sur le Violence Educative Ordinaire rendez-vous sur le site de l’OVEO, « dont le but est de faire prendre conscience à l’opinion publique et aux politiques du danger de la violence éducative, afin qu’elle soit interdite comme elle l’est déjà dans 24 pays. Il est interdit de frapper un homme adulte, une femme, une personne âgée. Il n’y a pas de raison qu’un enfant ne soit pas protégé par un interdit semblable. ». (voir le plan complet du site ICI)

À voir absolument, LE DIAPORAMA d’Olivier MAUREL : “Un trou noir dans les sciences humaines : la violence éducative ordinaire” (cliquez sur l’image pour le visionner) :

diaporama Olivier Maurel - OVEO
« Pour approfondir les idées développées dans ce diaporama, la meilleure lecture est celle des livres d’Alice Miller qui a été la première à montrer clairement que la source de la violence humaine, individuelle et collective, sociale et politique, se situait dans les traumatismes d’enfance non identifiés comme des violences inacceptables. ». Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder à son site :

Alice Miller

Une vidéo Bonus (aussi attendrissante… que triste !) : certains enfants préféreraient certainement que leurs parents soient des animaux :

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=OzRI_m5gKWY?rel=0]

Trois autres articles que nous vous invitons aussi fortement à lire sur le sujet :

Mais alors, comment éradiquer la violence éducative ordinaire ?

Notre premier conseil serait de… continuer à lire notre blog ! ;-)… et de vous abonner à notre newsletter si ce n’est pas déjà fait ! Car vous le savez si vous nous suivez régulièrement : l’objectif principal de ce blog est de partager avec vous nos expérimentations de « parents imparfaits » et de démocratiser les merveilleux outils d’éducation bienveillante, de parentalité positive et de communication non violente que nous découvrons chaque jour et mettons en pratique avec nos trois enfants.

Notre second conseil serait : de ne pas chercher à « tout changer du jour au lendemain ». Ce serait trop décourageant et vous risqueriez de tout laisser tomber. Nous pensons au contraire qu’il est important de procéder « par étapes », en prenant le temps de pratiquer et d’assimiler, à votre rythme, chacun des outils d’éducation bienveillante afin de les encrer durablement dans vos habitudes.

Voici donc les 10 étapes qui vous permettront, selon nous, d’éradiquer la violence éducative en pratiquant une éducation bienveillante, non violente et positive :

 

1- Supprimer tout châtiment corporel envers les enfants (tape sur la main, gifle, fessée, etc.).

2- Connaitre les étapes du développement de l’enfant.

3- Prendre conscience des mots, des attitudes et des comportements qui, sans que nous nous en apercevions, peuvent faire du mal aux enfants.

4- Apprendre à les écouter « vraiment », à accueillir avec bienveillance leurs sentiments et leurs émotions négatives.

5- Chercher, tester et trouver des alternatives aux cris, aux punitions, au chantage et aux menaces (notamment en apprenant à poser efficacement les règles et limites dont les enfants ont tant besoin).

6- Apprendre à résoudre les conflits « sans perdants ».

7- Cesser de leur « donner des rôles » et de leur « coller d’étiquettes » ; les aider à se défaire de celles qu’ils se sont collées eux-mêmes.

8- Apprendre à gérer de manière bienveillante les jalousies et rivalités dans la fratrie.

9- Tout faire pour développer leur autonomie.

10- Tout faire pour développer leur confiance et leur estime de soi.

 

La première étape est bien entendu de supprimer toute violence physique de votre mode d’éducation : même une simple tape sur la main est nocive, alors ne parlons pas des fessées, gifles, etc

Il existe de nombreuses alternatives aux châtiments corporels, vous trouverez plusieurs documents à télécharger sur cet article que nous avions publié à l’occasion de l journée de la non-violence éducative.

Et puisqu’on en parle, la journée de la non-violence éducative a été crée par Catherine Dumonteil-Kremer qui fait dans son article du jour (drôle de coïncidence), un parallèle entre la VEO et la crise économique :

« qui peut dire comment un peuple heureux et solidaire gèrerait son économie… Il aurait sûrement un triple A plein de santé, enraciné dans le bien-être :-))) Tout ça, c’est pour demain, si nous nous y mettons ensemble ! »

Car c’est là que réside en effet le véritable challenge : il faut S’Y METTRE TOUS ! Et c’est pourquoi la 11ieme étape pour éradiquer de la Violence éducative ordinaire pourrait être « de diffuser autour de soi tous les principes d’éducation bienveillante, de parentalité positive et de communication non violente et positive » !

 

Les supers parents