Anatole et sa petite casserole

J’ai déniché ce très joli livre à la bibliothèque.
Au vu du titre, je n’ai pas compris de quoi il parlait. J’ai cru qu’Anatole avait un curieux doudou ou quelque chose du genre.

Et en fait, Anatole est un petit enfant, juste un peu différent. Un peu différent parce qu’un jour, une casserole lui ai tombé sur la tête et depuis, il la traine derrière lui. Elle est gênante cette casserole, elle rend les choses compliquée, et puis… il y a même des gens qui en ont peur, de cette petite casserole.
Alors Anatole en a marre, et de rage, il se cache sous sa casserole. Et il reste là, longtemps, longtemps… Les gens ne le voient plus, le lui parlent et pour finir… commencent à l’oublier!
Jusqu’au jour où… une dame vient voir Anatole, lui parle, le fait sortir de sous sa casserole. Elle aussi elle en a une, casserole accrochée a poignet. Alors la dame va apprendre à Anatole à vivre avec sa casserole. Elle lui fait même une sacoche pour la petite casserole. Les gens reviennent vers Anatole, trouvent qu’il dessine très bien… et pourtant, Anatole est le même qu’avant!

Ce petit livre, je l’ai lu à Surprise. Je ne sais pas qi il a bien appréhendé le problème. Il est probablement trop petit. J’ai bien vu que ça l’interrogeait cette histoire. Tant de tracas pour une casserole!

Et pour finir, je trouve la fin un peu triste, même si Anatole arrive à se faire accepter, il doit « cacher » sa petite casserole.

Et si on essayait d’accepter les gens sur qui une casserole, plus ou moins petite, est tombée?

 

En plus, les dessins sont superbes. Bref, un livre tout doux, tout poétique, pour expliquer le handicap à nos petits.

La Farfa

10 réflexions sur “Anatole et sa petite casserole

  1. Je confirme, un livre magnifique !
    Même si j’ai été également un peu déçue de la fin au départ, maintenant je l’apprécie car elle correspond à la réalité, pas un idéal « monde des bisounours ». On peut toujours espérer mieux, c’est sûr. Il n’empêche qu’au quotidien, dans la société actuelle, un handicapé accepté, sociabilisé, fait en sorte de dépasser son handicap, de sorte qu’il ne se perçoit pas toujours au premier abord.
    Une faiblesse ou une force, finalement ?

    • Je pense que c’est une force. Mais je trouve ça dommage, pour ceux sans « casserole », de ne pas réussir à accepter les gens qui en ont une.
      Mais j’ai un fond de Bisounours aussi. ^^ Après, c’est vrai que c’est beau qu’il arrive à faire de sa faiblesse (sa casserole), une force.
      Je ne sais pas si je m’explique bien. En fait, ce que je trouve dommage, c’est que certains s’arrêtent toujours aux apparences (il est handicapé) et aient peur de la différence, stigmatisent sans vraiment chercher à connaitre réellement l’autre. Mais je sais bien que les gens comme ça, ça existera toujours…

  2. J’aime beaucoup ce livre qui je trouve est une belle métaphore de mon travail ( et de celui de es collègues bien sûr), et dans ce sens, je trouve qu’à la fin, Anatole ne cache pas sa casserole comme quelque chose qu’il ne faudrait pas voir mais au contraire que maintenant il peut faire avec cette casserole et qu’elle ne prend plus toute la place : maintenant, on voit Anatole alors qu’avant les gens ne voyaient que la casserole.

    • Voilà, la casserole ne prend plus toute la place et le gêne nettement moins pour vivre. Et les gens ne se focalisent plus dessus.
      Moi aussi, j’ai trouvé que c’était une jolie métaphore. ^^

  3. j’avais déjà entendu parler de ce conte pour enfants par une personne de ma famille psychothérapeute pour enfants, alors je suis ravie de le retrouver ici !
    Effectivement c’est un conte qui parle à beaucoup d’enfants lorsqu’ils ont quelquechose qui les rend différent.
    Merci pour l’article !

    • Et pour expliquer le handicap, il doit être pas mal non plus (pour les enfants qui n’en ont pas.) La métaphore est bien trouvée.
      (bon, Surprise est surement un peu trop jeune pour avoir tout bien compris mais le livre l’a bien intéressé et interrogé. :)

  4. Merci beaucoup de ta contribution!! Il y a dans la classe de PMH un enfant autiste et je sais que la maîtresse cherche ce genre de bouquins pour permettre l’intégration de cet enfant un peu différent. Je pense que je vais lui suggérer!
    Quant à ce que tu dis à propos de la conclusion, elle me rappelle assez le parti pris proposé par Dolto de parler franchement à un enfant des difficultés de son intégration et de la réalité de « l’indésirabilité » de son handicap dans la société (même si dans l’absolu, on souhaiterait qu’il n’en soit rien!). Je mets pour mémoire l’article de Phypa dans lequel elle en parlait: https://lesvendredisintellos.com/2012/05/19/parler-vrai-avec-un-enfant-different/

    • ah, je vais aller lire la contribution de Phypa.
      Oui, mieux vaut lui dire les choses comme elles sont (avec tact quand même bien sûr. ;) ) et l’aider à accepter son problème et l’aider à vivre avec son handicap.

  5. Pingback: Ouvrir nos enfants à la différence [mini débrief] « Les Vendredis Intellos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.