Nos enfants et le temps

 

C’est un article paru dans le supplément Sciences et Techno du journal Le Monde d’aujourd’hui et intitulé « Le temps, un sixième sens à explorer »  qui m’a  interpellée cette fois.

Il y rapporte les connaissances toujours plus précises auxquelles nous donnent accès l’observation du fonctionnement cérébral.

Et le sous-titre est alléchant :

La perception du temps évolue avec l’âge mais aussi en fonction de notre état émotionnel. De mieux en mieux décryptés par les scientifiques, les circuits cérébraux qui régissent cette sensation peuvent être exploités à des fins thérapeutiques

Mais au fait qu’est-ce que c’est que le temps ?

Dans le petit Larousse Junoir, on lit

« Durée que l’on peut mesurer »et « moment, période »

Dans wikipédia  :

Le temps est un concept développé par l’être humain pour appréhender le changement dans le monde

J’avoue que je ne me sens pas trop avancée avec ces définitions.

 

Et dans cet article :

Le temps fait partie intégrante de notre vie quotidienne, que nous soyons pressés, reposés, sous l’emprise d’une émotion ou en proie à l’ennui. Qu’il s’agisse de marcher, conduire, écouter de la musique, entendre la sonnerie du téléphone, participer à une conversation ou faire du sport, le temps est là : omniprésent et immatériel. Alors que la perception de la vue, du toucher, de l’ouïe, de l’odorat, du goût met en jeu des récepteurs sensoriels spécialisés, il n’existe aucun récepteur spécifique du temps ! Et pourtant le temps est aussi présent en nous, dans le cerveau, véritable machine à traiter le temps.

 

Et là on apprend qu’au delà de la mesure « technique » du temps, la perception que nous en avons est omniprésente dans notre vie, essentielle aux autres compétences aussi bien « cognitives » que sociales.

Un passage de l’article parle plus précisément de la construction de la notion du temps chez l’enfant :

Dès le plus jeune âge, le nourrisson est plongé dans un monde avec de nombreuses régularités temporelles. Il apprend alors les durées associées à des actions dont il fait l’expérience au quotidien « , souligne la professeure Sylvie Droit-Volet, du Laboratoire de psychologie sociale et cognitive (CNRS, université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand).  » Il réagit, en s’agitant ou en pleurant, quand ce qu’il attend n’arrive pas au bon moment : quand le mobile au-dessus de son lit s’arrête de tourner plus tôt que d’habitude, quand sa mère met plus de temps que prévu à faire son biberon « , ajoute-elle.

Le très jeune enfant  » vit dans le temps  » avant d’avoir conscience que le temps passe. Il appréhende le temps directement à travers son expérience des actions.

Ainsi, note Sylvie Droit-Volet,  » pour l’enfant de 3 ans, le temps est multiple, spécifique à chaque action « . A 5-6 ans, un enfant devient capable de transposer la durée apprise lors d’une action (appuyer sur une poire en caoutchouc) sur une autre (tirer sur une manette).  » Il commence à comprendre qu’un temps unique existe indépendamment des actions « , indique-t-elle.

La sensibilité au temps s’améliore pendant l’enfance du fait du développement des capacités d’attention et de mémoire de travail chez l’enfant, qui dépendent de la lente maturation du cortex pré-frontal  En effet, juger correctement le temps demande non seulement de lui prêter attention, mais aussi de conserver en mémoire le flux de l’information temporelle et de maintenir une attention soutenue. C’est ainsi que les enfants avec un trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité éprouvent des difficultés à estimer correctement le temps.

Un moyen d’augmenter la précision des performances temporelles consiste à compter le temps.  » A 5 ans, l’enfant n’est pas capable de compter le temps, mais peut le faire si un adulte le demande. Cependant, le comptage ne suit pas vraiment le rythme des secondes. A partir de 8 ans, l’enfant commence à compter tout seul le temps avec régularité, mais il faut attendre l’âge de 1 0 ans pour qu’il compte le temps spontanément avec régularité, sans l’aide d’un adulte « , précise Sylvie Droit-Volet.

 

J’ai pu moi-même constater combien la perception du temps s’est installée progressivement chez nos enfants.

Comment ils ont commencé à se repérer d’abord dans la journée, puis avec aujourd’hui, hier et demain, mais guère au-delà, avant-hier et après-demain, c’était déjà un autre monde.

Ensuite ils ont pu repérer les jours de la semaine.

Pendant leurs premières années d’école, nous avions installé dans l’entrée de la maison un tableau magnétique avec les jours de la semaine, et chaque jour les activités prévues pour chacun, figurées par des petits magnets que j’avais fabriqués à partir de dessins et photos.

On voyait tous ainsi les jours où il y avait piscine, sport ou judo, et qui venait les chercher le soir. (C’était bien pour moi aussi pour me rappeler quand il fallait prévoir quelles affaires pour qui !)

On avait prévu aussi des cases pour le samedi et le dimanche, et on collait une photo de gâteau d’anniversaire, avec la photo du membre de la famille concerné quand on avait prévu une fête d’anniversaire familiale.

Puis on a pu parler des mois de l’année et des saisons.

La lecture de l’heure qui commence en CE2 n’a pas été non plus une mince affaire !

Bon en même temps, ça s’est arrangé dès qu’ils ont su lire le programme télé, et qu’on leur a dit OK pour jouer à la DS à partir de 18h  :-))

Question de sens dans les apprentissages, sans doute ??!!

 

Je suis frappée aussi dans le lien qui est décrit dans l’article entre le rapport au temps et la maturité nécessaire aux apprentissages. Finalement, observer comment un petit perçoit le temps, est certainement un outil important pour voir ce qu’il est prêt à apprendre…ou pas.

Un autre point intéressant est évoqué dans un autre article du même supplément, le lien entre perception du temps et motricité, et piste de traitement des malades atteints de Parkinson. Et je me dis, et si le même genre d’approche pouvait servir aux enfants atteints de troubles dyspraxiques ?

Cela ouvre aussi des chemins de remédiation, peut-être rien qu’en étant très attentif à notre façon de ponctuer la vie des enfants ne serait-ce que par les rituels des repas , activités et couchers à heures fixes.

Par ailleurs, cela me donne vraiment envie de creuser les idées de « slow education » que nous avons déjà évoquées auparavant, tant j’ai l’impression que notre monde de technologie a bouleversé notre rapport au temps et à l’espace, que nous voulons toujours plus, toujours plus vite, et que d’une certaine façon cela nuit gravement au développement harmonieux de nos enfants.

C’est un thème qui nous tient à coeur puisque nous l’avons déjà évoqué sous différentes formes :

https://lesvendredisintellos.com/2012/07/21/slow-education/

https://lesvendredisintellos.com/2012/07/28/prendre-le-temps-dapprendre-leducation-lente/

https://lesvendredisintellos.com/2012/02/24/donner-du-temps-au-temps/

Phypa

Publicités

4 réflexions sur “Nos enfants et le temps

  1. Merci beaucoup Phypa pour cette contribution!!! Merci pour ce sujet hautement philosophique!! Je me souviens que quand j’étais adolescente je projetais de monter un laboratoire pluridisciplinaire où des neurologues, des cognitivistes, des psychologues, des philosophes pourraient tenter d’établir un lien entre les perceptions consciences (temps, mémoire, compréhension, émotions) et les manifestations bio-chimiques/physiques du fonctionnement du cerveau… bon, le temps passe…

    En tout cas, je te rejoins entièrement quant aux nombreuses perspectives neuronales que ce sujet offre pour les semaines à venir!!!

  2. Merci pour l’article, j’ai été étonnée d’apprendre que les enfants ne commencent à savoir quantifier le temps passé qu’à partir de 5-6 ans. Ca explique peut-être pourquoi mon fils a choisi comme refrain préféré « Déjà ? Mais j’ai pas eu le TEMPS de jouer ! »
    De mon côté, je me suis interrogée sur la perception du temps des parents (sur un mode humoristique of course) : http://www.mummyintown.com/letrange-notion-du-temps-des-parents/

  3. Pingback: [mini-débriefing] « Les Vendredis Intellos

  4. Pingback: [mini-débriefing] « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.