Au coin! (Mini-debrief)

La punition… vaste sujet! Quelle définition peut-on lui donner? est-elle nécésaire? Comment l’appliquer? Donne-t-elle la limite des comportement acceptables à nos enfants?

Comme une litanie, c’est questions sont sous-jacentes aux 4 contributions que je vous présente.

 

LadyPirate13 se pose la question de l’enfant-roi. Cliché ou réalité sociale? Parents qui démissionnent ou trop laxistes? Comment aider ces parents et leurs enfants? Parce qu’il parait évident que le manque de limites nuit aux enfants. mais les limites de chacun ne sont pas les mêmes, ni celles de la société. On se conforme à ces dernières en publique, et dans la vie privée. La question essentielle n’est-elle pas « quelles sont mes propres limites, dans quel travers je ne souhaite pas aller? ». Et plus je lis cet article, plus me vient en tête cette question : qui est chargé de l’éductaion des enfants? Les parents, la société? Si les parents sont dépassés, faut-il les aider, travailler avec eux ou retirer les enfants? C’est un débat qui mérite approfondissement (comment ça? la question a été abordée lors des Rencontres?)

The Working Mum affirme que la punition est nécessaire. Oui, mais laquelle? Comment? Elle remet en cause d’un auteur classique des VI, pour obliger à aller plus loin. Finalement, personne ne croit les limites éducatives superflux, et WorkingMum nous aura peut-être montré que la question des limites est une question de fond tout autant que de forme.

Quand à Une Mère Ordinaire, elle cherche les réponses à la nécessité de la sanction : la responsabilisation de l’enfant serait l’objectif pour que la sanction soit la plus efficace.

Chacune de ces trois contributions est un essai de réponse à la question : Et moi, j’en suis où avec mon enfant dans l’éducation? Fais-je bien? (Je suis rassurée de savoir que je ne suis pas seule dans ce cas.) Et comment faire autrement, avec les valeurs qui m’ont été inculquées, avec la pression de la société : entre punition sévère et liberté extrème?

Alors, je me dis que lire l’article d’une Famille Heureuse est une voie qui s’ouvre : le respect serait-il une troisième route possible, parmi d’autres? reformulation des phrases clés de la vie de famille, écoute active… parfois les outils paraissent si simples et si beaux, qu’il semble irréels… et pourtant…avec un peu de travail une réflexion quotidienne, tout devient possible!

Muuuum

17 réflexions sur “Au coin! (Mini-debrief)

    • Tu as raison de rectifier!
      Sur éduquer sans punitions, je ne saurais pas te répondre! C’est aussi la question que je me pose… Peut-être en trouvant le chemin d’autre chose : réparation, mise à l’écart ou « confiscation » temporaire d’un objet… parce que sans punitions peut-être, sans limites ce n’est pas possible!

      • Pour moi le sstm punition/récompense est voué à l’échec sur le long terme ;-) …
        Sans punition implique aussi sans récompense du coup. Sinon ça n’a pas de sens.

        Mais sans punition ne veut pas dire sans limites, on est bien d’accord.
        Et au contraire, il y a des limites et elles ont du sens, contrairement aux punitions.

        J’avais écrit un article à ce sujet sur mon blog il y a déjà quelques temps qui parle un peu de ça.:
        http://blog.scommc.fr/education-non-violente-le-grand-malentendu/

        Sandrine

        • Je ne sais pas trop ce qu’on entend par punition, pour moi c’est un mot qui a une connotation d’arbitraire et de vengeance.

          Je pense qu’il est nécessaire de sanctionner des comportements inacceptables, à conditions que les règles et les limites soient claires, et que nous adultes agissions en cohérence avec ces règles.

          C’est dans Faber et Mazlish que je crois avoir lu l’importance de l’attention que nous portons, et sur quoi nous la portons, qui prédomine par rapport aux sanctions.

          Mais tout cela reste malgré tout assez théorique.

          A une époque, nous avions essayé un système de tableau hebdomadaire de points verts et de points rouges, avec une « tarification » , x points verts donnant droit à une activité agréable, et x points rouge à une activité réparatrice.
          Et en fait, c’est nous qui avons craqué tant ce décompte nous paraissait fastidieux, et éloigné de notre fonctionnement : comptabiliser des faits et gestes, ce n’est vraiment pas mon truc.
          Et les enfants « s’offraient des bêtises » à partir du moment où ils avaient assez de points verts :))

          En ce moment, j’avoue que chez nous la seule chose qui fonctionne est la privation d’écran, et que l’achat d’un éventuel forfait de téléphone à notre fille est conditionné à sa moyenne en math. Oui c’est moche, je sais ! Et très franchement, je ne culpabilise même pas.

          Cela dit, le plus efficace de tout reste qu’ils aient leur compte de sommeil et la possibilité de se dépenser dans la journée.

          Je crois aussi que nos enfants comprennent très bien que nos sanctions sont une façon de prendre soin d’eux.
          Il comprennent aussi très bien que parfois nous sommes fatigués, et que comme eux, nous « petons un câble », et souvent on en rigole ensemble après coup.

          • Très intéressant ton argument sur l’attention portée, plus importante que la sanction. Au fond, je me souviens de mon adolescence, je savais quand la sanction tombait pourquoi, et celà pouvait être rassurant de se savoir sécurisé, au-delà de la réaction immédiate de frustration et de colère. merci de ton commentaire.

          • Je réponds rapidement car beaucoup beaucoup de boulot cette semaine.

            Donc bien sur que le cadre est indispensable au développement des enfants, sinon c’est l’angoisse totale pour eux.
            Et nous sommes d’accord que les actes des enfants doivent avoir des conséquences sans quoi il n’y a pas de cadre.

            Concernant la punition – au sens conséquence n’ayant aucun lien avec le pb (privé de télé, d’ordi, de sortie, copier des lignes, …), la difficulté est que nos articles se concentrent sur l’aspect négatif mais le problème concerne le système DANS SA GLOBALITE = punitions ET récompenses ne constituent pas une réponse adéquate si l’objectif de l’éducation est de développer l’autonomie et le sens des responsabilités des enfants.
            Et c’est bien là la clé à mon avis = quel est l’objectif de l’éducation que nous donnons à nos enfants ?

            Haim Ginott le dit assez bien dans un de ses bouquins (et je crois que c’est cité aussi dans Faber & Mazlish) : si l’objectif est d’avoir des enfants polis, bien élevés, disciplinés, qui savent obéir = maintenir l’ordre alors le sstm punition-récompense fonctionne bien car il apprend à l’enfant à se référer à une autorité extérieure.
            Si l’objectif est de faire des enfants autonomes = qui savent se diriger par eux-mêmes, alors punitions et récompenses deviennent contre-productifs.

            Phypa, tu décris très bien les inconvénients du système punition-récompense au travers de ton tableau (très bien décrits par Gordon dans « Eduquer sans punir » = il n’apprend pas aux enfants à assumer leurs responsabilités, il leur apprend à agir en fonction de la punition et de la récompense et de plus, il demande un contrôle énorme de la part de l’adulte qui doit vérifier ce que font les enfants.

            La récompense pose exactement les mêmes problèmes et la situation que tu décris rejoint ce que je dis à ce propos : lorsque ta fille aura eu son forfait de téléphone, quelle sera la prochaine récompense qu’elle demandera pour travailler ?

            La question clé est : quel objectif poursuis-tu lorsque tu proposes un forfait téléphone contre des résultats en maths ?
            S’il s’agit simplement d’avoir un bulletin correct, alors c’est adapté.
            S’il s’agit de lui apprendre à travailler pour assurer son avenir et à être autonome dans ce domaine, c’est moins efficace tout simplement.
            Je ne dis pas que ça ne marche pas du tout mais l’apprentissage secondaire fait par ta fille dans cette situation n’est pas celui de l’autonomie = elle travaille pour obtenir une récompense et non parce qu’elle a compris à quoi servait de travailler ;-).

            Après je suis extrèmement prudente car parfois ça marche, surtout si la relation avec les enfants est globalement bonne, avec du respect ressenti de part et d’autre. Et une punition ou une récompense peut fonctionner pour donner de l’autonomie.

            Donc pour moi, une fois encore, c’est une question purement pragmatique : au regard de l’objectif que je poursuis, est-ce que ma méthode est efficace à court terme ? et à long terme ? Et si la réponse est non, alors que puis-je faire d’autre ?

            (finalement ma réponse a été beaucoup plus longue que prévu).
            J’espère avoir été claire.

            Merci.

            Sandrine

            • Merci Sandrine d’avoir pris le temps de répondre.

              Je suis 100% d’accord pour développer l’autonomie de nos enfants et sur le fait que c’est difficile d’évaluer un système d’éducation dans sa globalité.

              A travers l’histoire du forfait téléphone vs note en math, nous ne sommes pas dans l’optique récompense, mais plutôt acquisition d’un droit de grand par un comportement de grand.

              Nous voulons aussi faire comprendre à nos enfants qu’on ne peut pas accéder à tous leurs désirs de consommation sans contrepartie.

              Il nous paraît important qu’ils apprennent que c’est un plaisir d’obtenir quelque chose qu’on convoitait après avoir fait un effort, de l’avoir gagné en quelque sorte.
              Je crois qu’on se souvient tous d’un truc qu’on s’est payé en économisant son argent de poche, en faisant du baby-sitting ou en donnant des cours de math.

              Obtenir quelque chose grâce à ses propres actions donne aussi confiance dans ses capacités.

              Bien sûr que l’idéal serait que nos enfants comprennent que leur travail scolaire c’est pour eux, et plutôt nous focaliser sur les méthodes d’apprentissage que sur les résultats, mais la pression scolaire ambiante ne nous y aide vraiment pas.

  1. Pingback: Au coin! (Mini-debrief) | 30 jours pour arrêter de crier sur mes enfants | Scoop.it

  2. vaste sujet …. néanmoins très intéressant… Moi plutot que punition, j’aime le mot réparation ou la phrase passer à l’action qui prend tout son sens dans la méthode Faber et Mazlish a laquelle je suis formée (donc pas objective)….. je trouve parfois difficile de faire respecter nos besoins tout en ne privant pas l’enfant de liberté.. c’est tout un apprentissage ♥

    • Merci de ton commentaire, qui comme celui de Sandrine, nos donne une expertise très intéressante sur le sujet. Je pense que la remise en cause de ses propres principes éducatifs est un bon premier pas vers un système plus adapté à la famille.

  3. Je suis en plein questionnement sur ce sujet. Je voudrais trouver une alternative mais franchement j’ai beaucoup de mal à mettre autre chose en place. Surtout qu’on est 2 parents, et que mon homme ne voit rien de mal dans la punition, lui… dur dur de cogiter seule et devoir argumenter pour proposer autre chose ! Cela dit la punition (éviction le plus souvent) arrive toujours en dernier ressort, quand les limites ont été énoncées plusieurs fois et pourtant non respectées.

    • je connais le problème : mon compagnon, pratique le chantage  » si tu es sage tu auras… » et ça m’écorche les zoreilles! gageons que le chemin de l’une face tâche d’huile sur l’autre conjoint…

      • Pour les papas, mon expérience me montre qu’une autre façon d’aborder les enfants est « contagieuse » ;-) …
        Les papas se mettent à pratiquer sans s’en rendre compte. Et ça fait un bon sujet de discussion dans le couple, un moyen de s’entrainer à régler les conflits dans le couple :-D

        Sandrine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.