Réussir [Mini-Débrief]

ses études, sa vie de famille, son travail, ses enfants…La réussite englobe tout un tas de perspectives.

Avec Kawine et son article « le redoublement est-il efficace? », ce qui nous intéresse, c’est la réussite scolaire ou plutôt le non échec scolaire. Elle s’interroge sur la nécessité du redoublement ainsi que sur ses effets néfastes, avec études et écrits de spécialistes à l’appui. Ce qu’il en ressort ? le redoublement n’a aucune utilité surtout si l’on se penche sur ce qui se passe dans les pays ayant abandonnés cette pratique : pas plus d’échec scolaire, bien au contraire. Mais, pour mettre en place un tel système, encore faut-il repenser la structure scolaire : mettre en place des cours de soutien scolaire, restructurer les différents niveau d’apprentissages, envisager un redoublement par matière etc… Loin, très loin donc de la lourdeur du système éducatif français.

Doit-on se doper pour réussir ? Attention, je ne parle pas de drogue illicite mais de chocolat !

Phypa dans son article « mangeons du chocolat! » nous cite une étude très intéressante ( pour les amateurs de chocolat que nous sommes tous !) qui nous dit ceci : « Plus la population d’un pays mange de chocolat, plus il compte de prix Nobel, une indication que le cacao doperait les capacités mentales, selon une étude publiée jeudi dans la très sérieuse revue médicale américaine New England Journal of Medicine ». Bon, bien sûr l’information est à nuancer : on ne deviendra pas tous prix Nobel en mangeant du chocolat et tous les prix Nobel ne mangent pas forcément du chocolat. Mais, elle a au moins l’intérêt de nous conforter dans l’idée que le chocolat, c’est aussi bon pour le palais que pour le cerveau !

3 pensées sur «Réussir [Mini-Débrief]»

  1. En résumé redoubler en étant privé de chocolat , c’est la cata ;-)

    Plus sérieusement , je ne sais pas si c’est le redoublement le problème ou le regard porté sur les enfants, le culte de la performance au détriment de l’approfondissement , l’incapacité de notre société à considérer l’erreur comme une chance d’apprendre, alors qu’ailleurs ( voir les dessins animés japonnais dont nous sommes friands chez nous) l’erreur conduit à un déséquilibre toujours réparable et dont on tire des leçons.

    Il faut aussi sortir de l’idée que tous les enfants doivent avoir les mêmes acquis exactement au même âge. On sait bien que ça peut être à plus ou moins un an .

  2. Merci de ton débrief!! Je me demande bien ce que nous dirons tous et toutes de la « réussite » quand nos enfants seront grands et nous serons grands parents… (ma question n’appelle pas forcément de réponse… juste un peu de rêverie)

Laisser un commentaire