Les enfants, quand on est parents, on veut les protéger. Du malheur, de la souffrance, de tout ce qui nous semble négatif.
Et on se rend vite compte que cela ne sera pas forcément possible.
Alors on réfléchit, on fait le tri dans ce qui nous paraît à privilégier en matière de protection de nos enfants.

Les protéger de la société et de ses diktats qui s’infiltrent insidieusement dans la tête des jeunes filles – et aussi des jeunes garçons -, c’est ce qui tient à cœur de Miss Brownie. Elle évoque la question des complexes physiques à travers… la nymphoplastie. Un billet à découvrir ne serait-ce que pour savoir ce dont il s’agit… Je vous laisse découvrir cette participation qui m’a clairement fait peur sur la réalité de la société et des adolescents aujourd’hui !

Quand on pense protection de nos enfants, on pense aussi santé. Les bons aliments, les bons gestes… Quand on fait la liste, cela peut paraître… un peu too much. Autant les mettre sous cloche, cela sera plus simple !! Il faut raison garder. Et plutôt que de les protéger, Notre bulle à nous nous sensibilise à la question de la prévention… et cela commence par nous. Comme on dit « charité bien ordonnée commence par soi-même » : en gros, si on veut prévenir certains risques chez nos enfants, il faut commencer par avoir un comportement adéquat avec notre discours. Notre bulle à nous évoque d’ailleurs la question très concrète du tabagisme… Un sujet qui me touche aussi particulièrement et que je ferais bien lire à mon Ours.

Enfin, quand on parle protection des enfants, on pense aux lois, prévues pour les protéger… Ou soi-disant les protéger. Je suis papa ! nous parle de la très actuelle question de l’homoparentalité et de l’adoption avec le droit au mariage accordé aux personnes du même sexe. Ce sujet de l’adoption a déclenché une levée de bouclier. Encore une fois. Un phénomène que j’ai beaucoup de mal à comprendre. Vraiment. Parce que si on regarde l’intérêt de l’enfant, je ne vois pas de quoi cela les protège d’interdire que de pauvres enfants sans parents soient adoptés par deux personnes du même sexe. D’avoir de l’amour ? D’être accueillis dans un foyer aimant et où ils sont attendus ? C’est vrai qu’il est sans doute mieux de laisser un enfant sans parents, en attente de trouver un homme et une femme qui souhaite les adopter que de les confier à deux personnes du même sexe. Un joli billet à lire et à réfléchir.

Kiki the mum