Les pleurs, un « mal » nécessaire

Aujourd’hui, je souhaiterais vous parler d’un article découvert, grâce à Working mum (sur sa page facebook). Il s’agit d’un article intitulé Pourquoi les bébés pleurent ? de Delphine Chayet et publié sur le figaro.fr.

On y parle des pleurs des bébé, qui, on n’en doute pas, posent de nombreux problèmes aux jeunes parents. Je me souviens, pour ma part, avoir pleuré de concert avec ma fille, tant ses cris réveillaient en moi des émotions enfouies. Du moins, j’imagine qu’il ne s’agissait que d’émotions enfouies, à moins que ce ne fut une réaction biologique. Quand je ne pleurais pas avec elle, une fois sur deux les cris de minicap engendrait une montée de lait … la nature est bien faite ! Quoiqu’il en soit, nous avons eu de beaux moments d’incertitudes, de doutes, et de ras le bol généralisés.  Cela ne m’étonne donc guère de lire que les pleurs constituent un des premiers motifs de consultation pédiatrique, les premiers mois.

Pourtant, selon cet article « Moins de 5 % de leurs cris ont pour origine une vraie pathologie. La principale fonction des pleurs pourrait être de créer des liens d’attachement entre la mère et l’enfant. » Seulement 5% ! Et les médecins, en partie désemparés, expliquent souvent ces pleurs par deux pathologies « stars » pour les nourrissons, à savoir le reflux gastro-oesophagien et les coliques.

Stéphane Clerget, pédopsychiatre, explique pourtant que les pleurs permettent aux bébés d’exprimer le malaise qu’il ressent lorsqu’il est seul. En effet, le petit mammifère a du mal à supporter la solitude. N’oublions pas que le bébé a passé neuf mois dans le ventre de sa mère, à sa naissance le désarroi est tel qu’il ne lui reste que les pleurs.

Cette vision des pleurs n’a pas toujours été de mise puisque dans les années 90,  « le pédiatre américain Richard Ferber a remis au goût du jour cette méthode «dure» visant à résoudre les problèmes de sommeil du bébé de plus de 4 mois en le laissant pleurer dans son lit sans le prendre, mais en revenant régulièrement le réconforter. Le succès de ses livres illustre le désarroi des parents face au mal-être exprimé par leur bébé. »
Méthode remise en cause par plusieurs pédiatres qui estiment que les pleurs jouent un rôle dans le lien et l’attachement entre le bébé et ses parents.

Une étude a été menée, en Nouvelle-Zélande. Pendant 5 jours, des mesures de cortisol (l’hormone du stress) ont été effectuées sur les mères et leurs petits. Pendant ces 5 jours, les bébés devaient s’endormir seuls, leur mère pouvant les entendre mais ne pouvant pas se déplacer. Les premiers jours, les bébés ont pleuré 20 minutes, au moins. Les taux de cortisol étaient élevés chez la mère comme chez le bébé. Au bout de 3 jours, les bébés ont cessé de pleurer.

Mais c’est là que l’étude devient intéressante ! Si le taux de cortisol des mères a chuté, au bout du 3ème jour, celui des bébés n’a pas évolué ! Cela signifierait que si les bébés ne pleurent plus ce n’est pas parce qu’ils se sont apaisés seuls, mais bien parce qu’il n’y a pas eu de réponse adéquate de leur entourage et ont donc renoncé.

Ce qui m’interpelle, outre la certitude qu’un jeune bébé qui pleure n’arrivera pas à gérer son émotion seul, c’est l’importance que peut jouer cette gestion des pleurs dans la relation parents-bébés. Si la mère éprouve les émotions de son enfant lorsqu’il pleure, allant jusqu’à augmenter sa production de cortisol, de concert avec lui, que penser lorsque la mère (ou le père) a faussement l’impression que son bébé est apaisé, alors qu’il n’en est rien et que, de surcroît, les moyens de communication sont coupés ? Bien que rien ne soit irrémédiable (évidemment !), je trouve dommage de commencer la communication avec son bébé, sur un malentendu.

Quoiqu’il en soit, la question est complexe. Les pleurs de bébé sont de toute façon toujours difficiles à interpréter et très usants pour les nerfs. A chacun de trouver son équilibre, comme toujours. Il est, toutefois utile de lire le dernier paragraphe de l’article :

Plus globalement, le Dr Gisèle Gremmo-Feger observe que «les pratiques de maternage qui préconisent de mettre l’enfant à distance et de ne pas réagir trop vite à ses pleurs peuvent au contraire les favoriser et augmenter considérablement leur durée».

Home Sweet Môme

 

Publicités

10 réflexions sur “Les pleurs, un « mal » nécessaire

  1. MERCI pour cet article. Mon bébé a beaucoup pleuré quand il était petit, même dans nos bras (accouchement long et difficile à « exprimer » je dirais). Et on a fait ce choix de ne pas le laisser pleurer seul. Une fois la tété passée, parfois il pleurait toujours et on était là, pour le bercer, le porter…
    Et ça n’est pas facile, parce qu’on est fatigués, parce qu’on entend la petite musique qui dit qu’il faut les « laisser pleurer ».
    Et pourtant je peux dire que j’ai ressenti dans mon corps cette montée de cortisol, cette espèce d’angoisse de quand mon bébé se met à pleurer.
    Et là, qu’est-ce que j’avais envie de faire ? Courir pour le prendre dans mes bras.
    Ce que j’ai fait.
    Je suis heureuse aujourd’hui de m’être écoutée, de n’avoir pas coupé cette part « animale », « instinctive » (?) qui était en moi et qui me disait d’aller voir mon bébé et de le prendre dans mes bras.
    Il est difficile de faire ce choix je trouve, d’une part parce que c’est fatiguant, et d’autre part parce que l’on entend à tout bout de champ que le bébé doit « comprendre » que « la nuit on dort ».
    Voilà, j’avais envie de partager mon expérience sur les pleurs de mon bébé.
    C’est vraiment un gros sujet, je trouve, du début de la vie de parent.

  2. Je te comprends tout à fait car nous avons fait le même choix avec mon homme. Je suis tout à fait d’accord, c’est difficile de faire ce choix pour les deux raisons que tu as mentionnées. Combien de fois ai-je entendu « mais laisse la pleurer quelques minutes ! » même de la part de professionnels … on a d’ailleurs fini par choisir un pédiatre qui ne nous faisait aucune remarque sur un ton autoritaire, sur ce qu’on devait faire ou non même si on sent parfois qu’il n’est pas d’accord avec nous.
    L’essentiel est de faire ce qui est le plus en accord avec soi même.

  3. Je ne supporte pas d’entendre un bébé pleurer, et de voir les parents, tranquillement poursuivre leurs occupations « oui, oui, on va y aller »… Je sais aussi qu’avec l’habitude, les parents distinguent les différents pleurs et savent quand intervenir, mais c’est rarement les premiers mois! Je me suis souvent bouché les oreilles aux bons conseils de le laisser pleurer… et je ne le regrette pas

  4. Merci beaucoup pour ton article!!! En voilà une étude à laquelle il ne m’aurait pas plu de participer!!!! Parfois je trouve cela déprimant qu’on ait besoin de faire des études pour se prouver des choses qui, tout de même, relèvent assez largement du bon sens… tiens, ça me donne envie de remettre le nez dans Gopnik et dans la conscience si particulière des enfants…

  5. super intéressant, j’aime bcp ton article! je n’ai jamais été pour laisser un bébé pleurer et j’ai essayé cette technique étant à bout une seule fois…. horrible! il faut surtout s’écouter car il y aura toujours un doc pour en contredire un autre!

  6. Pingback: Du côté des émotions des tout petits et des plus grands [mini-debrief] « Les Vendredis Intellos

  7. Pingback: Les pleurs de bébé | Pearltrees

  8. Pingback: Besoins des bébés et soutien des professionnels de santé | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.