Où on va, papa ?

« Jusqu’à ce jour, je n’ai jamais parlé de mes deux garçons. […] Aujourd’hui que le temps presse, que la fin du monde est proche et que je suis de plus en plus biodégradable, j’ai décidé de leur écrire un livre. Pour qu’on ne les oublie pas, qu’il ne reste pas d’eux seulement une photo sur une carte d’invalidité. […] Grâce à eux, j’ai eu des avantages sur les parents d’enfants normaux.

Je n’ai pas eu de soucis avec leurs études ni leur orientation professionnelle.

Nous n’avons pas eu à hésiter entre filière scientifique et filière littéraire.

Pas eu à nous inquiéter de savoir ce qu’ils feraient plus tard, on a su rapidement que ce serait : rien. J’espère quand même que, mises bout à bout, toutes leurs petites joies auront rendu le séjour supportable. »

Extrait du livre « Où on va, Papa » de Jean-Louis Fournier

Une fois n’est pas coutume, je vais aborder le handicap.

Cette fois, il s’agit de le regarder, de le lire mais du côté des parents, du côté du père.

Ce livre est touchant et plein d’humour mais tu prends quand même certaines choses en pleine face et surtout tu prends conscience que quand tes enfants vont bien, qu’ils ont un développement normal, tu peux te considérer  comme quelqu’un de plutôt chanceux.

Personnellement, la lecture de ce livre m’a donc permis de comprendre que je faisais partie des chanceux mais aussi qu’il fallait relativiser sur les petits tracas du quotidien.

Et aujourd’hui, je sais sourire lorsque j’entends des personnes faire des réflexions du genre « han il a marché à 15 mois, c’est tard ça nan??? » ou encore « elle a 21 mois??? elle ne parle pas beaucoup et en plus on ne comprend pas très bien… » (c’est pas forcement texto ce que j’ai entendu mais je ne suis pas si loin que ça de la vérité…)

On s’en fout bordel! Chacun son rythme!

Et puis, je m’inquiète moins pour leur avenir, je me pose moins de question quant aux choix qu’elles pourraient faire… On verra.

Je veux juste qu’elles soient heureuses et bien dans leurs baskets. Si elles arrivent à ça, alors elles auront fait le plus difficile et aussi je serais heureuse.

Parce que je me dis que pour certains parents, le choix est vite fait pour leur enfant : il ne fera rien, il n’aura pas de métier, il n’aura pas besoin de faire des choix, son avenir est déjà tout tracé.

Si je te parle de ce livre aujourd’hui, c’est pour que toi aussi tu relatives. Peut-être que tu le fais déjà et si tu ne le fais pas, essaie, tu verras, ça fait beaucoup de bien.

Je sais que c’est facile à dire, que pour certains c’est difficile mais je te jure que ça vaut le coup d’essayer.

Tu n’es pas convaincu? Alors va lire ce livre et dis moi si jean-Louis Fournier t’a convaincu lui.

Mme Faust

Publicités

17 réflexions sur “Où on va, papa ?

  1. L’Homme l’a acheté 3 semaines avant la naissance de Progéniture, notre premier enfant. Je l’ai lu illico et j’aurais pu le tuer, parce qu’à l’époque j’étais une éponge d’hormones totalement incapable de réfréner la moindre émotion.
    Hormis ce souci de planning, j’en garde un souvenir ému, plein d’espoir et quand même un peu souriant, de ce sourire un peu désabusé sur la vie.

    • ah ben oui mais faut pas lire ce genre de livre quand t’es enceinte, j’aurais dû préciser dans l’article^^… ;)

      • Moi aussi, cadeau de noel reçu alors que j’étais enceinte de 3 mois, bin moi qui suis pas supersticieuse SAUF pour ce genre de trucs, je m’en serais bien passée!
        Et je sais que ce papa est autorisé à en rire, qu’il y a eu beaucoup de commentaires positif sur le fait que c’était un livre courageux (d’en rire) et qui ouvrait l’esprit, que probablement si l’on est pas enceinte c’est plus supportable, mais moi je dois dire que ça ne m’a pas trop fait rire, en fait – du coup je sais pas si je dois pas être étroite d’esprit?

        • ben quand t’es enceinte t’es pas trop ouverte à ce genre de truc et je crois que c’est normal!! J’aurais moi aussi été étroite d’esprit… :)

  2. Je n’ai pas lu ce livre mais j’imagine un peu ce que certains parents doivent dire de leurs enfants car ils n’ont pas fait ce à quoi eux les destinaient !! ma fille ne marche que depuis 1 mois et elle a 22 mois et les gens n’ont pas arrêté de me dire « elle n’est pas en avance »
    en avance sur quoi sur qui, au final tout le monde marche un jour alors …..

    • comme je l’ai écrit à chacun son rythme!!! et puis je ne pense pas que ce soit une question pour un entretien d’embauche : « huuum je vois que vous avez marché à 22 mois…pas terrible ça pour ce poste… » nan mais les gens quoi…
      C’est pareil pour la propreté, la pousse des dents et tt le reste!! bref…

  3. Merci beaucoup de ta contribution!!! Et ravie de voir que tu as repris ton rythme!!! Bizarre, j’avais le sentiment d’avoir déjà lu cette intro quelque part et pourtant je n’ai jamais lu le livre… j’ai jeté un oeil sur le Pearltree pour voir si ce n’était pas sur un ancien article des VI que je l’avais lu… RIEN!
    Bref, ces quelques lignes m’interpellent, il est clair qu’elles détonnent de l’image d’Epinal du discours émerveillé du parent classique… mais en même temps, être capable de dire « tu n’auras jamais de travail, ne fera jamais d’études, tu ne seras jamais autonome mais je t’aime » n’est-ce pas aussi une façon de célébrer l’amour filial inconditionnel et de se défaire des derniers restes d’ambition malsaine qui voudrait que nous nous attribuions indûment les succès de nos enfants ou que nous leur demandions de rejouer nos échecs…

  4. Ce livre est dur à lire, suscite un questionnement… et avait fait polémique à sa sortie notamment avec la maman de ces deux enfants.
    Un blog est né qui apportent des réponses car la maman est mise à mal dans ce livre, au niveau du couple, au niveau de son rôle de maman
    Si le livre vous a touché, allez faire un tour sur le blog, elle explique pas mal de choses… avec son regard de maman ! car son ex mari est papa mais aussi écrivain et donc certains passages sont romancés et ou éludés … http://mamanmathieuetthomas.monsite-orange.fr/page1/index.html

    • Je viens d’aller voir le lien… Effectivement, tout cela est bien compliqué… Je me garderai bien de tenter de démêler la pelote d’une histoire que je ne connais pas… Ceci étant, je pense que tout cela montre à quel point le fait d’avoir des enfants handicapés dans notre société mal adaptée à ces différences peut mettre à mal les parents, les couples et les familles…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.