Génération boomerang

Un nouveau modèle familial est petit à petit en train de s’installer dans notre société occidentale. Les jeunes adultes, ayant quitté le nid parental pour voler de leurs propres ailes, reviennent s’installer avec leurs parents après quelques mois ou années, c’est ce qu’on appelle la génération boomerang. La motivation première de ces jeunes adultes est d’ordre financier.

J’ai moi-même été enfant boomerang. J’ai « quitté » le domicile familial à 17 ans. Malgré mes petits boulots, mes parents m’ont toujours aidé à financer mes études. Mais je vivais seule. Parfois à 200km de chez eux, parfois à plus de 10 000km. Je gérais mon appartement, mon budget, mes démarches administratives, mes loisirs. Je recevais chez moi qui je voulais, quand je voulais. Je gérais mon temps de sommeil (les grasses mat jusqu’à 13h) et je faisais du naturisme si cela me chantait.

Après cinq années à goûter à cette indépendance, c’est ma grossesse inattendue qui m’a fait revenir au domicile parental, où j’ai été accueilli les bras ouverts. J’ai tenu bon 1 an et demi! Les conflits enterrés depuis l’adolescence ont petit à petit réapparus. Les questions sur mon emploi du temps, les conflits d’ordre ménager, les avis non sollicités sur mes fréquentations…
Puis mon fils est né et l’intrusion a été crescendo. Les conseils sont devenus des remarques, la situation devenant trop conflictuelle, et malgré de très grosses réticences de la part de mes parents, j’ai emménagé avec mon fils à 5km de chez eux! Tout le monde a pu souffler un bon coup!

Dans l’article du Courrier International, on peut lire que:

Lorsque les « adulescents » réintègrent le cocon familial, les mères ont tendance à endosser à nouveau pleinement leur rôle parental.

La cohabitation inter-générationelle n’est absolument pas facile. Chacun cherche sa place sans vraiment réussir à la trouver. Les parents tendent à reprendre leur rôle d’avant. Le jeune adulte ne veut pas perdre son indépendance acquise.

Une situation délicate qui devient de plus en plus courante.

Flora0

4 réflexions sur “Génération boomerang

  1. Merci beaucoup de ta contribution!!! Merci aussi de nous livrer ton témoignage sur cette partie de ta vie… J’ai moi aussi quitté le cocon familial à 17 ans, et je ne peux qu’imaginer combien un retour a posteriori chez mes parents auraient été générateur de tension et de conflit…
    Ceci étant, cela me questionne énormément: jusqu’à il n’y a pas si longtemps, les générations cohabitaient sans trop de problèmes. Il était courant qu’un jeune couple reste quelques années habiter chez les parents de l’un des deux, ou que la grand mère finisse ses jours dans la famille d’un de ses enfants… La question que je me pose est: est-ce les enfants qui ont du mal aujourd’hui à trouver leurs marques en tant qu’adultes, ou est-ce les parents qui ont du mal à trouver leur nouvelle place/à laisser la place une fois leurs enfants devenus adultes?

  2. Welcome!!
    Moi je suis rentrée chez mes parents aussi (après un gros chagrin d’amour et un gros chagrin d’argent conjugués!) et bien sûr je suis repartie de chez eux 2 ans plus tard avec plaisir parce que c’était pour rejoindre mon désormais mari, mais moi j’ai A-DO-RE!
    Enfin moi ça m’a toujours beaucoup angoissée de vivre seule, je pense qu’on est faits pour tous vivre en tribus toute façon!

  3. Pingback: Quand les enfants reviennent… « Muuuum

  4. Pingback: Quand les enfants reviennent… « Les Vendredis Intellos

Répondre à drenka Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.