Argent, fratrie et réussite

Grande famille avec quatre enfants sur un fond blanc Banque d'images - 10890202

Les enfants uniques issus des familles aisées réussissent mieux. C’est le titre d’un article paru cette semaine :

Une étude menée par des chercheurs britanniques et suédois révèle que les enfants uniques avec des parents aisés réussissent mieux que les enfants issus d’une famille nombreuse.

Pour réussir il semblerait qu’il vaut mieux être issu d’une famille aisée et n’avoir ni frère ni soeur… Ça laisse songeur…

Mais au fait, qu’est-ce que la réussite ? Réussir ne veut-il pas dire être heureux, bien dans sa peau et content de sa vie ? Pourquoi les enfants uniques nés dans une famille avec de gros revenus seraient plus épanouis dans la vie ?

Je continue donc la lecture de l’article pour en savoir plus !

Les enfants uniques qui vivent dans une famille aisée auraient plus de chances de réussir sur le plan social et économique, que ceux qui proviennent d’une famille nombreuse.

Ah… on ne parle donc ici que de réussite sociale et économique. Ouf me voilà rassurée ! Ou pas. Peut-être n’avons-nous pas tous la même définition de la réussite :

Réussite – nom féminin – Heureuse issue ; succès ; résultat favorable.

Pour ma part, je considère que la réussite pour mes enfants c’est de les voir sourire, les entendre rire, curieux de découvrir le monde, avoir la liberté de poser toutes les questions qui leur passe par la tête, rêver au métier qui les passionne et changer d’avis tous les mois si ça leur chante…

L’épanouissement c’est aussi les relations construites dans la fratrie, la difficulté parfois à trouver sa place et la joie de profiter de la complicité qui émerge de ces liens si particuliers.

Oui mais permettre à ses enfants de passer une enfance heureuse fera t-il d’eux des adultes heureux, qui réussiront leur vie ? La sécurité matérielle et le rang social élevé sont-ils garants d’une heureuse issue ? L’argent ne fait pas le bonheur mais il est vrai qu’il ne fait pas le malheur non plus, soyons honnêtes !

La fin de l’article devrait rassurer (ou pas) les familles aux revenus plus modestes.

« La relation entre le nombre d’enfants et la réussite future est plus marquée lorsque le milieu social de départ est élevé », précise le Dr David Lawson de l’University College London (UCL). En effet, « le fait d’être d’une famille initialement riche rend le bénéfice d’avoir peu d’enfants encore plus grand pour les générations futures. Par opposition, les foyers pauvres tirent relativement peu de bénéfices à limiter le nombre d’enfants en termes de réussite future pour la descendance », explique-t-il selon l’étude publiée dans la revue Proceedings of The Royal Society B et relayée par le site Francetv Mil’.

En conclusion, cette étude nous parle de réussite matérielle et de prestige… A chacun de se creuser les neurones pour découvrir la définition de la réussite qui lui semble primordiale

Pour ma part j’ai envie que mes enfants fassent des études plus ou moins longues et j’espère bien leur en donner le goût

Cet article ne s’attache qu’aux résultats mais la réussite sociale et matérielle ne passe t-elle pas aussi par l’ambition ? Certes, cette ambition parentale semble fortement liée au contexte dans lequel évoluent les parents mais rien n’est figé et chaque famille peut écrire sa propre histoire…

L’article original : Les enfants uniques issus des familles aisées réussissent mieux.

Magali Evasion

8 réflexions sur “Argent, fratrie et réussite

  1. Un même parcours de vie peut être vécu par certains comme une réussite et par d’autres comme un échec . Tout dépend certainement des attentes qu’on a.
    Quels critères de « réussite » donne l’étude citée ?
    Plus j’y réfléchis et plus je trouve que l’expression « réussir » sa vie est vide de sens.
    Ce qui prime est de trouver sa place et se sentir bien

  2. Merci de ta contribution!!! Je rejoins entièrement l’avis de Phypa et je suis comme souvent gênée devant ce type d’article dont on pressent les potentielles implications sociétales mais que les auteurs semblent rechigner à discuter en se cachant derrière leurs résultats…

    • Cet article parle de réussite. J’ai été interpelée par le titre, j’ai cru que l’article traitait de bonheur et ouf ! Etre heureux ne dépend pas des conditions matérielles de nos ancêtres ou de la taille de notre fratrie… quoique… n’est-ce pas le message caché ?
      Merci pour ton commentaire.

  3. Oui c’est un peu étrange, comment mesure-t-on la réussite sociale? Le niveau de salaire? Avoir un conjoint c’est un critère? De nombreux (se) hommes / femmes se pâmant à ses pieds? Le fait de se décrire heureux? Une belle maison? Plus de 10 paires de chaussures? Plus de 10,000 followers sur twitter??

    • Quelle bien difficile question… où finalement chaque famille a sa propre réponse ! A nous de partager nos valeurs avec nos enfants.
      Merci pour ton commentaire.

  4. Pingback: Quel bonheur? { MINI-DÉBRIEF } « Les Vendredis Intellos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.