Faire le plus beau des bébés? (vacances des VI)

Aujourd’hui, je reviens sur le très bon article de Lucky Sophie : Comment faire le plus beau des bébés?
Elle avait trouvé un article reprenant de vieilles croyances de comportement pouvant influencer la beauté du bébé. Par exemple :

Pendant des siècles, les médecins sont restés persuadés que la femme enceinte possédait l’incroyable pouvoir de modifier le développement de son fœtus par le seul fait de son imagination.

Selon eux, si elle regardait régulièrement le tableau effrayant d’un ours pendant sa grossesse, son bébé pouvait naître couvert de poils !

De la même façon, on pensait qu’une position inadéquate lors de la conception pouvait engendrer des bossus ou autres malheureux malformés…

J’avoue que j’ignorais complètement ces vieilles croyances et que je n’ai pas pu m’empêcher de rire en lisant l’article.
Comme le dit Lucky Sophie :

J’ai une formation scientifique, aussi il ne me serait jamais venu à l’idée de croire que ce que regarde la mère pouvait influer sur l’aspect du bébé. Mais je raisonne avec mes connaissances de maintenant.
Devenir mère d’un enfant différent à une certaine époque, pas si lointaine, devait vraiment être un enfer.

Moi, j’avais plutôt entendu parler des tâches d’envie, par exemple, avoir une marque foncée sur le bras signifiait qu’à un moment de la grossesse, la mère avait eu envie de chocolat au lait tout en se grattant le bras…

Plus que la peur d’avoir un bébé laid (Moi, j’ai encore jamais vu de bébé laid personnellement), c’est surtout la peur d’avoir un bébé différent, d’anormal qui joue j’ai l’impression. Alors on cherche des règles, des consignes, on questionne les médecins, internet, les livres, pour mettre toutes les « chances » de son coté. (chances qui n’en sont pas puisqu’on a agit pour les avoir. ;) ) Ainsi, on a TOUT FAIT pour que tout aille bien. Mais ça n’empêche pas l’angoisse pour autant, parce que dans la vie, le risque zéro n’existe pas.

(mon article est en train de virer triste, désolée..)

Et si, par malheur, quelque chose n’allait pas, même si on a suivi toutes les recommandations des médecins, de la famille et des connaissances réunies, même si on a fait, tout se qu’on pouvait, ça n’empêchera pas de se demander « et si… » D’essayer de refaire l’histoire….

On ne peut que constater que, encore une fois, on (la société) pousse les mères à la culpabilisation (ou, selon les points de vue, les mères qui se culpabilisent seules, pour quelque chose sur laquelle elles n’ont pas de prise). Si quelque chose ne se passe pas comme prévu, on aura du mal à ne pas se demander si il n’y a pas quelque chose qu’on aurait du faire, ou ne pas faire…

Je n’ai pas vraiment de conclusion et absolument aucune espèce de solution (il n’y en a pas, malheureusement…), juste la constatation qu’on est actuellement dans une société du zéro risque, qu’on ne supporte pas le fait que justement, le risque zéro n’existe pas, n’existera jamais. C’est ça aussi, la vie. La vie qui est si dure, si cruelle, mais qui peut aussi parfois, souvent, être si jolie…

La Farfa

(désolée pour cet article tristounet, j’espère n’avoir blessé personne, ce n’était surement pas le but.)

 

5 réflexions sur “Faire le plus beau des bébés? (vacances des VI)

  1. Une chose est sûre, si mon second, qui arrive dans quelques jours en principe a une quelconque malformation ou autre, ou simplement si l’un des deux a un jour un accident, j’essaierais de tout faire pour ne pas culpabiliser.
    Mais comment je réagirais vraiment ? Même moi je ne le sais pas, et j’ai très peur ! Je sais que je ne suis pas forcément très tolérante sur certains points. Enfin, c’est pas le mot adéquat, mais on a tous peur de la différence….
    Bonne journée !

    • Bien sûr qu’on a tous et toutes peur de la différence. c’est pour ça que c’est difficile d’accepter qu’on n’a pas le contrôle total.
      Je ne sais pas si tu n’es pas très tolérante. (en général, quand on vient ici, sur les VI, c’est qu’on est un minimum ouvert(e) d’esprit. ;) ).
      En ce qui me concerne, je ne juge pas les autres (ce qui ne veut pas dire que je suis d’accord avec tout, ou que je comprends tous les comportements, mais je ne les juge pas), en contrepartie, je n’accepte pas d’être jugée. Qu’on me donne des conseils (surtout si j’en demande) oui. Quand me fasse des critiques acerbes ou la morale, non. Un peu comme tout le monde non? ;)
      Ce que j’essaie de dire dans l’article, c’est que la société (je trouve) mets beaucoup de pression sur les épaules des futurs parents, surtout les mères. On les regarde, on les surveille et on ne se gêne pas pour les critiquer (t’as pris beaucoup, ne bois pas et son contrario : un petit verre n’a jamais fait de mal etc…) C’est juste impossible de suivre toutes les recommandations, qu’on entends. D’où, en cas de problème, le risque que la mère se mette, en plus, la responsabilité du problème. (quand les autres ne le lui sous-entendent pas carrément…)

      Je te souhaite une très belle rencontre avec ton numéro deux! (j’espère que c’est pas à cause de mon article que tu as peur. :S)

  2. Je suis complètement d’accord: cette culpabilité d’avoir « failli » à mon rôle de maman alors que je n’avais pas la possibilité d’y faire grand chose, je l’ai connu (j’ai hésité à parler au passé là!). Inconsciemment au début et quand j’ai mis le doigt dessus, j’ai réalisé que je me pourrissais la vie et la relation avec mon bébé… (c’était « juste » l’histoire d’un cordon autour du cou qui fait virer une naissance en cauchemar quand on voir son bébé se faire réanimer… Du coup, il a fallu que je justifie mon choix de non péridurale! On aurait dit que les gens cherchait à me prouver que je n’avais pas fait le bon choix!!)
    Déjà lorsque certains choix sont posés il faut être solide pour les assumer (allaitement, portage et j’en passe) mais si en plus c’est un sentier hors de la « norme » que l’on prend par la force des choses et non par choix (dans mon cas, voir son bébé partir dans un autre hôpital en neonat) alors la…. Il faut avoir les reins solides pour faire face à la société! Mais je me dis que c’etait loin d’être la panacé avant et que mine de rien, on évolue… Enfin, j’aime à l’esperer!
    (petite précision: mon Loulou va bien et il a fêté ses 3 ans la semaine dernière! Et va devenir grand frère en novembre… Je me suis préparée à accepter que ça ne se passe pas comme prévu, chose que je n’avais pas du tout fait pour mon premier!)

  3. Pingback: Faire le plus beau des bébés? (vacances des VI) « Les Vendredis ... | Avoir un bébé | Scoop.it

  4. Merci beaucoup de ton article!! Un peu comme toi, j’aurais tendance à dire que même si les rituels et croyances ont changé, la peur de l’enfant différent (et la culpabilité qui en découle souvent) reste toujours bien vive…. d’où l’existence d’autres croyances, souvent plus d’inspiration médicale compte tenu de l’époque mais au final tout aussi irrationnelle…

Répondre à kawine (la farfa) Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.