Choisir le prénom de son enfant, serait-ce choisir sa destinée? (les vacances des VI!)

Pour le premier jour des vacances des Vendredis intellos, j’ai choisi un sujet qui à première vue, pourrait sembler plus léger, moins neuronal…mais sur lequel en réalité, on pourrait écrire des dizaines d’articles, et réfléchir des soirées et des soirées durant (va falloir que je tente le débat, la semaine prochaine pendant l’apéro, d’ailleurs!)

L’excellent article que j’ai décidé de commenter est celui de Miss Brownie, qui s’intitulait: « L’importance du choix du prénom« .

Le choix du prénom serait déterminant pour la vie. Je cite:

il semblerait que le choix de ce prénom pour la vie ait une influence sur l’avenir de votre enfant … C’est le Professeur Charles Joubert de  l’université d’Alabama qui l’affirmait en 1991.

D’après lui, plus nous aimons notre prénom et plus haute est notre estime de soi.

On pourrait même aller plus loin et dire que plus les appréciations sur notre prénom sont grandes, plus on va l’aimer, et donc plus on va s’aimer? Et au contraire, plus on aura à subir de moqueries, plus notre prénom pourrait devenir un fardeau, et notre estime de soi en prendre un sacré coup dans l’aile…

Je ne suis pas tout à fait d’accord avec cette idée, que je comprends fort bien, mais pour laquelle il me semble qu’on peut mettre quelques bémols. Un enfant au prénom très original, voire carrément unique, mais au caractère bien trempé, qui a grandi dans l’estime de ses parents, affrontera les quolibets de ses camarades…et on pourra avoir l’impression que c’est SON prénom qui en a fait l’homme au caractère fort qu’il pourra devenir…vous me suivez?
Je pense que la discussion pourrait continuer longtemps, chacun y allant de ses exemples… Tiens, par exemple. Je m’appelle Cynthia, prénom à consonance américaine, voire hollywoodienne. (mon côté comédienne!) … aurais-je eu une meilleure estime de moi si je m’étais appelé Marie-Georges, Valérie, Claudine ou Kimberley? Honnêtement, je n’en sais rien. Ce que je peux affirmer, c’est que j’ai toujours été heureuse d’être la seule de ma classe, de mon établissement, de mon entourage à m’appeller de la sorte. Mon côté unique, somme toute.

J’adore le prénom « Manon ». Mais en tant qu’instit, l’ayant vu jusqu’à sur 3 gamines dans ma classe, si j’avais eu une fille, je n’aurais jamais pu l’appeler ainsi.

Bref, comment savoir si le prénom est réellement déterminant? Miss Brownie soulevait avec justesse le questionnement suivant:

Malgré tout dans notre inconscient je pense que nous ferons plus confiance à un médecin se prénommant Pierre, Paul ou Jacques qu’à un médecin se prénommant Dylan, Brandon ou Kévin si on a le choix…

Mme Déjantée, en commentaire, rappelait tout de même que (selon elle, mais je plussoie!) il y avait là plus une connotation sociale…les Kévin, Dylan ou autres Brandon étant plus utilisés dans les classes sociales populaires…

Pour aller plus loin, je suis allée lire un article reprenant une étude du sociologue Baptiste Coulmont, auteur de Sociologie des prénoms, qui établit une corrélation entre certains prénoms et les mentions TB au bac. Ainsi, même si c’est encore une fois plutôt lié à l’origine sociale plus qu’au choix du prénom en lui-même, appeler ses enfants Madeleine ou Come les amènerait plus facilement vers une mention au bac que si on les appelait Yacine ou Linda…

La question étant: doit-on prendre ces recherches en considération avant de donner un prénom à son enfant?

Ou bien: Puis-je encore changer le prénom de mes niafs, qui n’apparaissent pas du tout dans les études du sociologue?!

Sur ces quelques débuts de réflexion, je vous souhaite de bonnes vacances…et comme devoirs de vacances, si vous pouviez écouter les prénoms des gamins qui se font le plus engueuler sur la plage, histoire de créer une liste des prénoms à bannir, ça pourrait être utile à plein de futures mamans à la rentrée! (et tous les jours, un article commenté sur les VI…yeah!)

 

Maman bavarde

Edit: Suite au commentaire de Baptiste Coulmont, le sociologue dont je parle dans l’article (d’ailleurs, je suis flattée :) ), je découvre son site,  qui peut également servir de pistes de réflexion…notamment sur l’article « Dis moi ton prénom« , qui propose de donner une répartition des notes au bac 2012 selon les prénoms…ingénieux, non?!

18 réflexions sur “Choisir le prénom de son enfant, serait-ce choisir sa destinée? (les vacances des VI!)

  1. C’est l’histoire de la poule et de l’oeuf….est ce le prénom qui influence l’enfant ou un type d’enfant qui donne une image à un prénom? Je penche pour la 2ème solution. Je pense surtout que le même genre de parents donne le même genre de prénom en même temps à leur enfant ….donc ça ne veut rien dire la sociologie du prénom, c’est plutôt la sociologie d’un milieu qui a un instant T suit la même mode!!! Et encore et heureusement il y a des exceptions pour les prénoms. (J’aime à le croire car le prénom de mon fils est très courant et pas toujours porté par des enfants très sages…..mdr)

    • Oui, voilà…parfois, on rencontre un Alexandre, tout beau, tout gentil, tout souriant, on craque sur le prénom porté par cet enfant…Mais le lendemain, on rencontre un autre Alexandre, moqueur, colérique, caractériel…le prénom nous plaira-t-il toujours autant?!

  2. Juste une précision : si divers journalistes ont lu dans mes recherches l’idée qu' »appeler ses enfants Madeleine ou Come les amènerait plus facilement vers une mention », ce n’est pas du tout ce que je cherche à illustrer. Au contraire, je souhaitais montrer que, comme le prénom choisi est lié au milieu social des parents, et que comme les résultats scolaires sont aussi liés au milieu social… on pouvait alors dessiner, en combinant ces deux choses, une sorte de carte de la société française.

    • Et c’est bien clair dans l’article que j’ai lu…de mon côté, j’ai été dans l’exagération, bien évidemment :) (même si je regrette que le sublime prénom de mon fils ne puisse pas lui amener une mention au bac par anticipation, dès le livret de famille reçu!)

    • Merci beaucoup de votre passage par ici!! Je me demande pour ma part si ces réactions de journalistes (même si elles restent une interprétation erronée de vos travaux) ne sont pas aussi l’expression d’une forme d’indignation face à aux inégalités sociales que, de fait, votre étude rend palpables…

      • Je pense que certains journalistes ont pu être surpris de voir représentées des choses que beaucoup de monde sait déjà (caractère « populaire » de certains prénom, manifestation « identitaire » d’autres, comme Aliénor ou Côme)… Et les résultats du bac venaient de tomber (ce dont les journalistes doivent, chaque année, rendre compte) : cela leur offrait un « angle » différent.

  3. Ah j’aime bien l’idée de savoir qui sont les enfants qui se font le plus gronder !
    Pour choisir les prénoms de nos eux garçons, on a d’abord procédé par élimination pour le premier : pas de nom composé, pas d’anglicisme ou d’espagnolisme, pas de çi, pas de ça.. Finalement, on a choisit Raphaël, un archange. Et du coup, pour le second, on a pioché dans la même réserve, ce sera un Gabriel. Notons que nous ne sommes pas du tout catholiques ni le papa ni moi, et pas très influencés par les religions d’une manière générale. Mais je me plaît à dire que mon petit ange (et le second bientôt) est vrai ange d’amour et qu’il restera un ange toute sa vie (hein, quoi, il fera quand même une crise d’adolescence vous croyez ? :p.
    En tout cas, bel article !!!

  4. Effectivement, c’est intéressant comme réflexion ! Le prénom a sûrement une influence dans la vie, mais personnellement, je n’aime pas du tout ce qu’il y a dans les livres de prénom, le passage où on décrit le caractère qui va avec le prénom, ça me semble absurde. En revanche, c’est sûr que certains prénoms, très (ou trop) originaux, peuvent être source de moqueries mais même là, les enfants ne réagissent pas tous pareil.
    De mon côté, j’aime bien mon prénom « Clémentine », en général, les gens disent qu’ils aiment bien mais l’autre jour, ça a fait rire un homme qui m’a demandé si c’était vraiment sur ma carte d’identité ! J’avoue que là, j’ai un peu douté… je me suis dit que si tout le monde pensait comme lui, je serais mal à l’aise avec mon prénom (je pense qu’il ne sait pas que c’est un prénom avant d’être un fruit en fait), sûrement parce que je suis trop attachée au regard des autres.
    Bref, tout ça pour dire que c’est un vaste sujet et que ça vaut le coup d’en parler !
    J’aime beaucoup l’étude sociologique sur les prénoms et les mentions, c’est intéressant. Il est dommage de constater encore et encore que les classes sociales supérieures ont plus de mentions, on est loin de l’égalité à l’école. Je trouve passionnant ces études sur les prénoms, cela dit, d’où ils viennent, dans quelles classes sociales ils sont le plus utilisés et pourquoi.
    Merci beaucoup pour ce commentaire d’article !

  5. Très bel article et qui nous fait réfléchir !!!!
    Pour tit cul le prénom nous a sauté dessus à tous les deux en même temps !!!
    Si elle avait était un gars j’avoue que Mr voulais l’app. Maxime et quand j’ai vu (sur le net) le caractère des Maxime en général ça m’a fait peur !!! Et c’est peut-être très bête mais j’aurais beaucoup de mal à le mettre pour le deuxième, si c’est un gars, si un jour y a un deuxième aussi !!!

  6. en voilà un article intéressant ma cynthia! Je dois avouer que, pour nous (enfin… surtout pour moi), le choix des prénoms de nos enfants (surtout de notre fils) a été très longuement muri et réfléchi! En fait, j’accorde énormément d’importance au prénom: son étymologie, son origine, sa signification, les personnages auxquels il se rapporte, etc. Je suis un peu « traumatisée » par mon prénom (Emilie) parce qu’il y en a toujours eu plein partout où j’allais. Des Emilies, en 1981, il y en a eu! Du coup, pour moi, il était hors de question que mes enfants aient le même prénom qu’un autre. Tant et si bien que j’ai réussi à leur dénicher des prénoms très très rares. La sonorité du prénom aussi a, pour moi, beaucoup d’importance: certains sons, certaines associations de lettres donnent un côté poétique à leur prénom (en celà, je rejoint totalement les études de M. Coulmont dans son livre que j’ai trouvé fort intéressant d’ailleurs ;)).

    Avec tout ça, j’espère que mes enfants seront aussi exceptionnels et uniques que leurs prénoms! Après, la mention au bac, moi j’avoue que je m’en fiche hein! ce qui compte, c’est qu’ils soient heureux et épanouis ;)

  7. Merci beaucoup Cynthia pour cet article (un dernier commentaire pour la route!! ;) )!!! Personnellement, j’ai toujours trouvé passionnantes ces approches de sociologie des prénoms…J’avais lu je ne sais plus où qu’il s’agissait en réalité d’un grand classique dans l’étude des phénomènes de modes dans le sens où le prénom avait la spécificité d’être un objet de consommation obligatoire et gratuit…
    Bref, j’espère que nous en reparlerons un de ces quatre!!

  8. Le choix d’un prénom n’est jamais anodin (fort heureusement) puisqu’il prend en compte différents facteurs propres à chaque famille.
    Ici, on a choisi des prénoms qu’on n’entend pas à tous les coins de rue, des prénoms qui ne nous font pas penser à untel ou unetelle qu’on détestait quand on était à l’école, des prénoms qui sonnent bien avec le nom de famille, des prénoms qui – par forcément au premier abord – nous disent quelque chose.
    J’ai aussi pris soin de lire les « caractéristiques » attribuées aux prénoms choisis même si je sais qu’au fond, c’est subjectif.
    Maman bavarde, je te rejoins sur ce point : « un enfant au prénom très original, voire carrément unique, mais au caractère bien trempé, qui a grandi dans l’estime de ses parents, affrontera les quolibets de ses camarades…et on pourra avoir l’impression que c’est SON prénom qui en a fait l’homme au caractère fort qu’il pourra devenir ».
    Je pense que chaque enfant étant différent, il s’approprie son prénom en fonction de son environnement social, de sa personnalité.

    Quant à la question que tu poses : « doit-on prendre ces recherches en considération avant de donner un prénom à son enfant? », je pense (et c’est un avis personnel) qu’il ne faut pas tenir compte de ces considérations lorsque l’on choisit le prénom de son/ses enfant(s).
    Le prénom en lui-même n’a jamais fait des miracles sur les enfants qui le portaient (sinon, tous les enfants portant le même prénom seraient quasi-identiques), c’est plutôt – comme dit plus haut par Baptiste Coulmont – lié au milieu social.

    Toutefois, je trouve important ce choix du prénom, parce que mine de rien, on le porte toute sa vie.

  9. C’est en effet tellement compliqué le choix d’un prénom…

    Pouvoir le porter sans trop de gêne que l’on soit bébé, enfant, adolescent, adulte ou « vieux »… Pouvoir ne pas être confondu avec celui des voisins de rue, de banc d’école ou avec ceux des frères et soeurs et cousins et autres proches…
    Pouvoir le faire sien en dépit des modes et grâce à sa propre personnalité, quelle que soit l’histoire portée par ce prénom (encore que pour les prénoms de dictateurs très connus, je mettrais personnellement un gros bémol) réelle ou fictive…
    Si ne jamais être satisfait de ce que nos parents ont choisi sans nous demander notre avis est semble-t-il inévitable et peut-être nécessaire, ne pas avoir une gêne ou haine de son prénom et l’apprivoiser comme on s’apprivoise soi-même petit à petit, comme on se découvre nous-même expériences après expériences…

    Un prénom c’est pour la vie et il fait partie de notre vie, d’une façon ou d’une autre… alors moi je dis oui aux prénoms originaux, plutôt d’ailleurs qu’à ceux qui peuvent être le même que celui du voisin, mais c’est un choix, l’un ou l’autre, du moment qu’ils ne portent pas préjudice à l’enfant qui deviendra grand… Un prénom, c’est en effet difficile de démêler l’histoire du prénom de celle vécue par celui qui porte le même prénom, mais un prénom c’est pour la vie…

  10. Très intéressant!
    J’ai donné à mon fils un prénom bien bourgeois d’après ce site, haha!! Bon il est né à Camden – London, du coup j’ai ptet quand même une petite chance qu’il devienne punk / le prochain Mick Jaegger??

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.