Prendre le temps d’apprendre – l’éducation lente

Notre société est entrée, depuis quelques temps, dans une course effréné, ou personne ne sortira gagnant et ou tout le monde ne seras qu’essoufflé !!!

 

Tout les jours c’est la course : pour être à l’heure à la crèche, à l’école, au boulot, à un rendez-vous, une activité; c’est la course pour être (trop) productif (parfois, même souvent au détriment de la qualité), à la consommation.

 

Il faut aller vite vite vite et faire toujours plus.

Avec tout ça on va, surtout, arrivé plus vite dans nos tombes sans avoir pris le temps de vivre !!!

 

 

Et les enfants ne sont pas épargnés : ils doivent suivre le rythme effréné de leurs parents et apprendre toujours plus dans un ( mauvais) esprit de compétition. 

 

Ils sont assommé, de chiffres, de mots, d’exercice, leur cerveau sont gavé !!!

 

Heureusement depuis une vingtaine d’année, un mouvement pointe, petit à petit le bout de son nez : le mouvement « Slow » , initié par le « slow-food » en opposition au « fast-food ».

 

Phypa y fait déjà référence dans son article des VI, ici .

Moi, perso, j’en ai marre d’être obligé de courir (bon pour le moment, je suis en congé parental, donc ça va mais après, je sais que ça sera de nouveau la course) et je me souviens, surtout au lycée, des réflexions de certains profs qui nous disait que le programme allait être difficile à boucler en une année, et qui ne faudrait pas traîné.

 

Ce gavage à tendance à vouloir nous faire vomir et à vite fait de décourager certains enfants, voir de les dégoûter de tout apprentissage !!!

 

Bref, j’ai donc fait ma curieuse, et en j’ai voulu en savoir un peu plus sur « l’éducation lente » et je me suis penchée sur l’article de la revue Silence, ici  !!!

 

 

Alors, il ne s’agit pas de jouer les procrastinateurs et d’en faire le moins possible !!!

 

« L’éducation lente » se veut respectueuse du rythme d’apprentissage de chaque enfants :

 

 

« En ce qui concerne l’école, l’éducation lente repose sur l’idée que les enfants apprennent mieux  quand ils prennent leur instruction en main. Quand on leur permet d’explorer le monde à leur propre rythme. Quand on les laisse apprendre ce qu’ils veulent quand ils le veulent réellement, et non quand le système décide qu’ils doivent l’apprendre » 

 

(Carl Honoré).

 

 

Alors du peu que je sais de « l’éducation lente » et de ma petite expérience en école, je trouve que cela rejoint, par certains aspects, la pédagogie Montessori, où l’enfant choisi son activité et le temps qu’il passe dessus. Et c’est assez impressionnant de voir les progrès qu’ils peuvent faire : en une à deux semaines , un enfant peut passer de trois quatre coup de crayon n’importe ou en guise de coloriage à un dessin complétement remplis sans « blanc » et quasi sans dépasser. D’autres apprennent en peu de temps toutes les lettres de l’alphabet.

 

 

Là où, ça peut être dur pour certains parents, qui ne voit que qu’à travers la compétition et être le premier, c’est d’accepter que leur enfant apprendra plus tard qu’un autre à écrire (par exemple) tout simplement parce que pour le moment cela ne l’interesse pas. Car il faut aussi savoir se défaire de cet esprit de compétition et de comparaison qui commence dès le berceau, et accepter que chaque enfant évolue à son rythme, tout comme il sera un jour capable de marcher, notre enfant sera capable d’apprendre à lire et à écrire, et c’est pas grave si il le fait après le petit voisin, l’important c’est qu’il y arrive !!!!

 

 

 

 

  Et bien sûre, l’éducation ne dépend pas seulement de l’école, il ne faut pas oublier l’éducation parental, et là aussi il faut savoir lâcher du leste :

 

*Pourquoi vouloir, qu’il soit propre le plus vite possible (hormis pour ne plus avoir à changer de couche) et lui mettre la pression, quand il sera prêt, il y arrivera et la plupart du temps sans soucis, alors bien sûre quand l’âge moyen de la propreté arrive, il faut lui présenter le pot et lui expliquer, et si il s’y intéresse on continue, mais si il s’en fou royale, on range le pot et on le ressortira plus tard . Évidemment en cas de petits échecs on l’encourage à persévérer.

 

*Pourquoi vouloir remplir leur journée ? passé un temps, je me m’étais la pression pour leur proposer une à deux activités par jour quand ils n’avaient pas école, et du coup cela gâchait un peu les choses, alors que même si je leur propose rien, ils passent de super journée, et s’inventent plein d’histoire.

 

*Pourquoi, si il n’y a rien de prévue vouloir rentrée à la maison car c’est bientôt l’heure du repas ? Les enfants s’amusent, et découvrent la nature … après tout le repas peu attendre; on peut prendre le temps.

 

*Il faut aussi « savoir s’ennuyer », pour se retrouver, penser et imaginer un nouveau jeu .

 

 

 

 

Il faut laisser aux enfants le temps et l’espace dont ils ont besoin pour vivre en tant qu’enfants. Nous devons accepter de leur faire confiance. Dès leur naissance, ils sont programmés pour apprendre, si nous leur laissions la liberté d’être curieux, de réfléchir, de prendre des risques et, parfois, d’échouer, ils pourraient s’épanouir.

 

(Carl Honoré) .

 

 

 

Les 15 principes de l’éducation lente :

 

1* L’éducation est une activité lente : un bébé met en moyenne 2 ans, 2 ans et demi pour apprendre à parler et encore plusieurs années pour avoir un langage parfait et à l’école on va lui demander de savoir plein de chose en 9 mois.

 

2* Les activités éducatives définissent elles-mêmes leur temps nécessaire (et non l’inverse)

 

3* En éducation moins c’est plus

 

4* L’éducation est un processus qualitatif : c’est comme pour tout la qualité est plus importante que la qualité mais dans notre société de surconsommation on à tendance à l’oublier.

 

5* Le temps éducatif est global et inter-relié

 

6* La construction d’un processus éducatif se doit d’être soutenable : comme pour une maison, il faut d’abord apporter de bonnes fondations aux apprentissages, rien ne sert, par exemple, d’apprendre la multiplication si l’enfant ne sait pas additionner correctement.

 

7* Chaque enfant a besoin d’un temps propre pour ses apprentissages : on trouve normal que tout les enfants ne marchent pas au même âge, alors pourquoi ne pas faire de même pour l’apprentissage de la lecture par exemple.

 

8* Chaque apprentissage à son moment

 

9* Pour profiter au mieux du temps, définir et hiérarchiser les finalités de l’éducation :

 

10* L’éducation nécessite du temps sans temps : il ne faut pas être toujours sous pression et laisser au cerveau le temps de digérer ce qu’il vient d’assimiler. Notre estomac nous dis stop quand il est trop rempli, et il ne nous viendrais pas à l’idée de manger toute la mâtiné, c’est pareil pour notre cerveau. Tout les muscles ont besoin d’un peu de repos.

 

11* Rendre la maîtrise du temps à l’apprenant

 

12* Repenser le temps des relations entre adultes et enfants

 

13* Redéfinir le temps des éducateurs : si les enfants ont la pression de toujours apprendre, les éducateurs on celle de toujours faire apprendre et croule sous le programme sans avoir forcément le temps de réfléchir au meilleur moyen de le faire et de pouvoir se concerter correctement, dommage car un prof « zen » apporte plus à un enfant.

 

14* L’école doit éduquer au temps.

 

15* L’éducation « lente » fait partie de la rénovation de la pédagogie : on arrête pas de parler que les jeunes n’aiment plus l’école mais à force de devoir apprendre toujours plus (dans le but de les entraîner au : « travailler plus »), ils sont dégoûter (bon je pense qu’il y a aussi d’autres causes)

 

 

 

Là, ou à mon avis, il faut faire attention, c’est de ne pas passer à côté de problème comme la dyslexie ou autres, en pensant que l’enfant à seulement besoin de temps alors qu’en fait il à besoin d’aide, de même qu’il faut faire attention aux enfants simplement fainéant. Bon, je soulève ce problème, mais comme je connais encore peu de chose sur l’éducation « lente », il y a déjà des choses qui permettent de voir ces problèmes chez les enfants concernés.

 

 

Je pense que l’éducation « lente » à beaucoup à nous apporter, elle permet à l’enfant d’être un véritable acteur de son apprentissage, prône la qualité, le respect, sans stress et esprit de compétition. A mettre en œuvre à l’école mais aussi à la maison !!!!

 

 

 

Peut-être que certains profs trouveront à redire sur certaines de mes réflexions (sûrement à raisons) car elles ne sont basé que sur le peu que je sais de l’enseignement ( et qui peut être erroné ou manquer de subtilité), donc n’hésiter pas à commenter (et on laisse mes fautes d’orthographes et de syntaxes ou autres tranquilles, merci, je fais des efforts, mais j’ai bcp de mal ) !!!

Laetibidule

13 réflexions sur “Prendre le temps d’apprendre – l’éducation lente

  1. Moi, ça me plairait bien de pouvoir mettre Surprise dans une école qui s’adapte aux enfants, et non une école qui demande aux enfants de s’adapter à elle… Malheureusement, il y a encore très très peu d’école de ce style en France, et je ne pense pas pouvoir en trouver une dans mon petit coin de campagne…
    Ça me parle beaucoup ton article. Autour de moi, on commence à me demander si il est propre, quand ira-t-il à l’école… J’ai juste envie de hurler dans ces cas là. Il n’a que 22 mois, il a tout le temps, merde quoi!
    La propreté? Ca viendra en son temps, quand il sera prêt. Déjà, il accepte d’aller sur le pot, c’est pas mal.
    L’école? Pourquoi le mettrais je à l’école avant 3 ans si je n’en ai pas envie…. Il est de fin septembre, je ne vois pas l’intérêt de le mettre à l’école en mai ou juin 2013 pour enchainer sur 2 mois de vacances puis la rentrée en septembre 2013… (et on est qu’en juillet 2012!)
    Faut qu’on réapprenne à prendre notre temps, nous aussi, adultes. Non? ;)

    • Oui, nous aussi, il faudrait qu’on arrive à prendre notre temps , dès qu’on travail toute la journée est chronométré et on est parfois dans un tel élan qu’on à du mal à freiner.

  2. Je suis assez d’accord avec le concept d’une éducation plus respectueuse du rythme d’apprentissage des enfants.
    Seulement je ne suis pas d’accord avec l’appellation « éducation lente » car mes loulous sur le plan scolaire ont souvent déploré la lenteur de leurs apprentissages, le rabâchage auquel les instit étaient contraint pour permettre à la majorité de leur camarade d’intégrer les notions qu’ils avaient acquis plus vite.
    Je comprend néanmoins le concept car mes loulous n’ont pas été des fusées dans tous les domaines et ont pris largement leur temps pour par exemple apprendre à nager ou à faire du vélo puis en faire sans roulette. Je les ai attendu sans pression, l’essentiel étant qu’ils prennent du plaisir dans ces activités et qu’ils puissent se lancer en pleine confiance le jour venu.

    Après l’idée est belle mais j’avoue que je vois mal comment elle pourrait être mise en application sans passer par une révolution dans le monde de l’éducation, il faudrait pouvoir fonctionner avec des groupes de niveau dans chaque matière pour s’adapter aux différents rythmes. Seulement ce principe de niveaux qui existait au moins au collège il y a encore 15 ans a été gommé depuis parce qu’il n’était pas « égalitaire » .

    • Je pense que le terme « d’éducation lente » porte un peu à confusion car il ne s’agit pas de mettre plus de temps pour apprendre une chose, mais de mettre le temps nécessaire pour qu’elle soit bien apprise. Il s’agit aussi de ne pas être que dans la théorie, mais aussi dans la pratique comme apprendre les saisons et le cycle des plantes en fesant un jardin ….
      De permettre à l’enfant d’éveiller sa curiosité et d’apprendre grâce à elle.
      Carl Honoré dit que oui, il y a le piège que les élèves les plus intelligents et les plus faible soient laisser sur le côté , mais que si le système est conçu correctement cela peut être évité .
      Après, je disais que cela me fesait pensé un peu à Montessori (de part ma petite expérience en école maternelle) où l’enfant apprend à faire à son rythme que celui-çi soit rapide ou lent.
      Sûre que la mise en place dans le système français n’est pas pour tout de suite et créerait de grand chamboulement, mais je pense que c’est possible : je ne connais pas le système éducatif finlandais mais les enfants y on le moins de devoir et d’heure de cours que le reste de l’Europe et pourtant une fois étudiant ils obtiennent les meilleurs résultats aux test internationaux !!!
      « L’école lente » exploite l’idée de lenteur non pas au sens premier, mais comme une méthaphore permettant une analyse en profondeur » (Maurice Holt)
      Bonne soirée !!!

  3. S’adapter au niveau de chaque enfant plutôt au rythme de chaque enfant est un point qui apparaissait dans les classes de cycle. En effet, dans une seule classe se retrouvait des enfants d’âges différents. Ces classes sont rares. Il en existe beaucoup à la campagne. Mais il peut arriver que cela se passe aussi en ville selon la politique de l’école et des collègues. Exemple: classe de GS-Cp-CE1 ou classe de CE2- CM1-CM2. Cela laisse le temps (3 ans ) à l’enfant d’acquérir les compétences attendues en fin de cycle. Cette année, nous tentons cette organisation dans notre école pour les cycles 2.

    • Je n’avais jamais envisagé les regroupements de classe de se point de vue, mais je trouve que c’est une bonne idée que de faire en sorte que l’enfant à 3 ans pour acquérir les compétences de fins de cycle.
      En plus, je pense que ça peut être valorisant et motivant pour les plus grands, car si la classe à une bonne dynamique, on peut parfois leur demander d’aider les plus jeunes, leur montrer comme faire un exercice ou le corriger, en plus ça leur donne des responsabilités et apprendre aussi car il faut réfléchir aux explications qu’ils doivent donner ou chercher les erreurs.

  4. Le terme « éducation lent » est peut-être inapproprié, car il ne s’agit pas non plus de valoriser la procrastination !

    Mais j’adhère à 100% à l’idée de réinventer notre rapport au temps, et surtout vis à vis de nos enfants.

    OK il est nécessaire qu’ils s’adaptent à la vie dans notre société.

    Mais en effet , aller trop vite dans les apprentissages, c’est perdre du temps, et en plus les dégoûter d’apprendre.

    Mais de la même façon, il faudrait pourvoir accélérer pour les enfants qui ont déjà acquis certaines notions, être plus focalisé sur la maturité que sur l’âge civil.
    Une fois qu’on est adulte, tout le monde s’en fiche qu’on ait appris à lire à 5 ans ou à 7 ans !

    Peut-être aussi que tout simplement,si au lieu de penser les programmes classe par classe, on partageait officiellement le programme du cycle en nombre d’années qu’il dure, plutôt que de plus ou moins tout refaire chaque année, cela permettrait aux enfants d’asseoir les acquis fondamentaux.

    • Oui, le terme d’ « éducation lente » peut vite porter à confusion mais cela vient de son « origine » car il part un peu de l’idée de la « slow food » en opposition au « fast food » , où l’on veut retrouver de vraies valeurs et revenir à une alimentation (corporelle et spirituelle) plus saine.
      C’est vrai qu’il faut qu’ils s’adaptent à la vie en société, mais cela ferais peut être du bien à tout le monde, si nous aussi adultes, on arriverais à la ralentir un peu !!!
      Je suis bien d’accord avec ta dernière phrase c’est une bonne idée, en plus cela permettrais aux enfants de prendre du temps là ou il faut car un enfant, par exemple, peu apprendre à lire en très peu de temps et mettre longtemps pour comprendre les maths, et donc je pense que ça permettrais au prof de mieux gérer ce genre de choses.
      Bonne soirée !!!

  5. Merci beaucoup de ta contribution!!! Je suis assez d’accord avec vos commentaires à toutes… Néanmoins, je ne suis pas certaine que notre système éducatif soit « prêt » pour ce type de rapport à l’apprentissage, ni que la majorité des parents l’accueille avec sérénité, ni même que celui-ci corresponde à ce que la société attend de l’école… mais à mon avis, cette proposition est un chemin sûr vers l’épanouissement de chacun! Prendre enfin le temps de privilégier la construction du sens sur la réussite immédiate, prendre le temps de résoudre un problème, de le conceptualiser plutôt que de rabâcher un théorème, et surtout surtout surtout prendre le temps de désirer la connaissance….quel chouette programme!!

  6. Pingback: L’école d’hier et d’aujourd’hui {mini-débrief} « Les Vendredis Intellos

  7. Pingback: Prendre le temps d’apprendre : l’éducation lente expliquée aux Vendredis Intellos | MMM maman papa et moi on materne | Scoop.it

  8. Pingback: Nos enfants et le temps | Les Vendredis Intellos

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.