Education sportive et jeux olympiques

Il n’a échappé à personne que c’était hier l’inauguration des jeux olympiques de Londres.

Un spectacle grandiose, très beau, … mais plus à la gloire du Royaume Uni que de l’idéal olympique.

Cherchant des informations sur ces fameux jeux olympiques « modernes », je suis tombée sur les citations et la vie de Pierre de Coubertin.

En fait l’objectif premier de Pierre de Coubertin était éducatif.

En effet , bien que de naissance aristocratique, il se rallie en 1887 à la République et consacre sa vie à l’amélioration du système éducatif français. Il est admiratif du système britannique qui accorde une place importante au sport. (voir la page wikipedia qui lui est consacré, ainsi qu’un article sur le site franceolympique.com)

Il milite pour donner une place à l’exercice physique dans l’éducation.

Voir aussi le site suisse Comité international Pierre de Coubertin

Extrait du discours prononcé en juin 1894 à la Sorbonne, lors d’un « Congrès International Athlétique » de Paris, qui se transforme en « Congrès pour le rétablissement des Jeux Olympiques » :

« L’héritage grec est tellement vaste, Messieurs, que tous ceux qui dans le monde moderne, ont conçu l’exercice physique sous un de ses multiples aspects ont pu légitimement se réclamer de la Grèce qui les comprenait tous. Les uns ont vu l’entraînement pour la défense de la patrie, les autres, la recherche de la beauté physique et de la santé, par le suave équilibre de l’âme et du corps, les autres enfin, cette saine ivresse du sang qu’on a dénommé la joie de vivre et qui n’existe nulle part aussi intense et aussi exquise que dans l’exercice du corps.

A Olympie, Messieurs, il y avait tout cela, mais il y avait quelque chose de plus qu’on n’a pas encore osé formuler, parce que depuis le moyen âge, il plane une sorte de discrédit sur les qualité corporelles et qu’on les a isolées des qualités de l’esprit. Récemment les premières ont été admises à servir les secondes, mais on les traite encore en esclaves, et chaque jour, on leur fait sentir leur dépendance et leur infériorité. »

Il paraît qu’il n’aurait pas prononcé la phrase « L’important c’est de participer » , mais l’aurait empruntée à l’évêque de Pennsylvanie. Voici ce qu’il aurait dit lors d’un toast lors d’un dîner offert par le gouvernement britannique en 1908.

“Dimanche dernier, lors de la cérémonie organisée à SAINT-PAUL en l’honneur des athlètes, l’évêque de Pennsylvanie l’a rappelé en termes heureux : l’important dans ces olympiades, c’est moins d’y gagner que d’y prendre part. Retenons, Messieurs, cette forte parole, l’important dans la vie, ce n’est point le triomphe mais le combat ; l’essentiel ce n’est pas d’avoir vaincu mais de s’être bien battu”.

Bon on ne se battra pas ici sur ce que Pierre de Coubertin aura dit ou non.

On ne retiendra que les idées qui étaient assez modernes à l’époque :

– donner une place au sport dans la vie en l’intégrant à l’enseignement

– briser les tabous religieux qui considéraient toute pratique physique comme suspecte

– rendre le sport accessible à tous

– se servir du sport comme média universel de l’amitié entre les peuples

Cela aura pris un siècle environ, mais la démocratisation du sport, l’idée de l’importance de l’activité physique sur l’équilibre de chacun ont fait leur chemin.

Sur la place du sport dans l’enseignement, voir les expériences menées depuis 2010 « cours le matin, sport l’après-midi » évoqués dans la revue Sciences humaines.

Les résultats sont encore mitigés, mais les méthodes d’évaluations et les groupes tests sans doute pas très pertinents.

Je pense aussi que pour évaluer les effets de ce type de dispositifs, il faut des données plus étendues  et sur plusieurs années.

Et je ne sais pas si cela conviendrait à tous les enfants : sincèrement lorsque j’étais au lycée nos deux heures hebdomadaires me suffisaient amplement !

Mais certainement que tout dépend de la pédagogie autour de ces activités sportives, et de la possibilité laissée aux enfants de choisir un sport dominant qui leur convient. Bon pas évident à organiser à l’échelle scolaire quand même, mais à suivre, l’idée est  intéressante.

C’est clair que pour mon cas, cette éducation a été un peu ratée, car je n’ai jamais considéré comme prioritaire dans ma vie d’avoir une pratique sportive régulière, et j’avoue que j’aimerais que mes enfants équilibrent mieux que moi leur vie dans ce domaine !

A signaler un article pour les enfants sur le site « 1 jour 1 actu » et le site JOkids, spécialement conçu à l’attention des enfants pour les J0 2012.

Phypa

Publicités

6 réflexions sur “Education sportive et jeux olympiques

  1. Merci Phypa de ta contribution!!! Je crois bien que je suis un peu comme toi côté sport…la nature ne m’ayant malheureusement pas dotée d’une solide constitution, j’ai été bonne dernière en quasiment toutes les disciplines sportives durant ma scolarité…(hormis peut être la course d’orientation qui ne nécessitait pas que d’avoir de bons mollets…) Ce qui ne m’empêchait pas d’aimer ça d’ailleurs!!!
    Ceci étant, vu la hiérarchie qui existe incontestablement dans les disciplines du secondaire, j’ai plutôt l’impression que Pierre de Coubertin a échoué dans son objectif premier… même si bien sûr, il en va tout autrement s’il on considère l’ampleur qu’a pris l’évènement!!!

  2. L’intention de Pierre de Coubertin était louable, mais…J’ai vécu le sport à l’école comme des séances perpétuelles d’humiliation : j’étais peu douée et subissait les moqueries des garçons de ma classe ( le sport, une pratique qui révèle le machisme à l’école ?). Par contre, depuis que j’ai quitté le lycée, j’ai appris à apprécier le sport ( principalement la course à pied) lorsque je le pratique seule !
    J’aime beaucoup les JO mais je m’interroge également sur l’intérêt pour les sportifs de haut niveau de sacrifier une partie de leur jeunesse, leurs années d’études et souvent même leur santé pour une médaille…Enfin, je comprends que la compétition puisse procurer une décharge d’adrénaline hallucinante mais, est-ce suffisant ? Hier, je disais justement à mon Homme que je n’aimerais pas que notre fille devienne une sportive de haut niveau.

    • Quand j’étais au collège et au lycée, nous étions séparés garçons et filles, et nous n’avions pas les mêmes profs.
      Leur objectif n’était clairement pas la performance, mais de nous faire découvrir différentes disciplines sportives.
      Je n’étais pas très douée en sport, mais j’en garde plutôt un bon souvenir, justement à cause de l’esprit qui régnait.

  3. Moi aussi j’ai eu beaucoup de mal avec le sport!! L’humiliation de ne jamais être choisie pour la constitution d’une equipe OH NON PAS DRENKA ON SE L’EST DEJA FARCIE LA SEMAINE DERNIERE!! Hum.
    Et au contraire de Mme Déjantée, bin je ne peux pas dire que j’aimais ça, c’était de la torture pour moi!
    Du coup je prie pour que mon fils ait la constitution de son père (un véritable athlète, des fesses grain de café, des tablettes de chocolat d’abdo, et bon à tous les sports sans effort on dirait!) plutôt que de sa mère (qui tombe dans les pommes au moindre effort et qui a plus une tendance à la tablette de nutella).
    Moi je REVAIS d’être bonne en sport pourtant!

    Sinon pour le d♪0bat de la place du sport dans léducation, vu mes contradictions, bin je sèche du coup!

    • Mes enfants sont plutôt bons en sport, alors que moi, j’étais plutôt nulle .
      J’en garde pourtant un bon souvenir, parce que j’ai eu de très bons profs, qui nous ont par exemple appris comment nous entraîner à la course de fond (alternance de marche et de course, réglage de la respiration) et qui nous acceptaient comme nous étions.
      Ils nous poussaient à essayer, à nous entraider .
      Comme quoi le sport peut être l’occasion de faire passer beaucoup de choses, mais il faut que cela s’inscrive dans un projet pédagogique plus global.

  4. Pingback: L’école d’hier et d’aujourd’hui {mini-débrief} « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.