Et si on leur disait qu’on les aime ?

Comme tout parent, je suppose que vous avez déjà tous utilisé, au moins une fois, l’expression : « mais, que le temps passe vite »!

Mais, est-ce que l’on s’interroge suffisamment, dans notre société, sur ce que cette expression devrait impliquait comme remise en question ?

Est-ce que l’on ne s’attarde pas trop souvent sur des détails du quotidien au détriment du temps passé avec les gens qu’on aime ?

Je ne veux pas recréer le schéma tracé par ma maman, qui préférait faire son ménage en long, en large et en travers, plutôt que de s’accorder un moment de jeu avec sa fille ( je ne lui en veux pas, la faute sans doute à la sacro-sainte éducation !) et qui aujourd’hui n’est pas capable de s’octroyer du temps à partager avec sa petite fille en dehors des créneaux impartis ( du genre : je ne peux pas m’en occuper, j’ai les courses à faire alors qu’elle n’a pas pu la voir du mois). Cette situation me fait beaucoup de peine car je sais qu’elle se gâche la vie, qu’elle ne profite pas pleinement d’instants si précieux et éphémères…

Alors, encore une fois grâce à la grande Isabelle (Filliozat), j’ai su mettre des mots sur ce que je ne voulais surtout pas rater…

 » La joie est l’émotion du succès, c’est aussi celle de l’amour, de la rencontre et des retrouvailles, de la relation.

Osez plus souvent prononcer des mots doux :

« qu’est-ce qu’on est bien ensemble. »

« Je suis vraiment heureuse de vivre avec vous. »

« J’adore prendre mon petit déjeuner avec vous trois. »

Quand je dis ainsi mes joies et mon bonheur, je me sens plus heureuse encore, et je vois combien cela fait plaisir à toute la famille. Je note à voix haute ce que je me dis à l’intérieur. « C’est bon d’être heureux », et nous dégustons tous ensemble ce bonheur qui passe.

Quand on est par trop absorbé par la lessive, la vaisselle, l’aspirateur, les devoirs, le raccommodage, on oubli cette nécessité quotidienne, ce minimum d’hygiène relationnelle comme le dit Jacques Salomé. Mais les poussières émotionnelles peuvent s’accumuler, elles font de sacrés moutons dans les coeurs et déclenchent des allergies aussi sûrement que les acariens ! 

Qu’il est bon de s’asseoir ( ou de courir) avec ses enfants, sans projet, pour simplement sentir passer la vie en soi. 

Parfois, le comportement de mes enfants m’exaspère, j’ai du travail à terminer, je suis pressée qu’ils s’endorment, je suis tentée de m’énerver à la moindre demande…Alors, je respire, je les regarde, et je me dis : « Ils ont quatre et deux ans. Ils vont grandir, ils n’auront plus jamais quatre et deux ans. Profite ! »

Mon coeur fond. Je les observe et je les aime. L’énervement a disparu parce qu’ils sont plus important pour moi en cet instant que les dossiers qui restent en attente. Lorsque je serai très vieille, je me retournerai sur mon passé, je ne veux pas réaliser un peu tard que je n’aurai pas pris le temps de les voir grandir. Alors, je les regarde grandir et mon coeur est rempli de la simple joie de vive ensemble ».

 

Wahou, bien que simple, ces conseils nous permettent de remettre les choses à leur place : oublier le quotidien et se concentrer sur ce qui est vraiment important.

Arrêtons de perdre notre temps à nous tracasser pour des broutilles. Et, même si nos tracas sont sérieux, penser qu’il y a encore plus sérieux : voir grandir nos enfants, partager de vrais moments avec eux, faire vivre notre bonheur !

Et si au quotidien on se posait la bonne question : est-ce que je vis AVEC ceux que j’aime ou seulement à côté d’eux ?

Sandy les bébous

3 réflexions sur “Et si on leur disait qu’on les aime ?

  1. Ce qu’il y a de bien avec les enfants (enfin le mien en tout cas), c’est que même au mileu d’un courrier à traiter pour y a 2 semaines, le diner qui crâme, l’appart sens dessus dessous et la vessie qui va éclater, il arrive encore à attirer mon attention et me donner 3 mn de plénitude, comme ça, en un regard, en 3 mots!

  2. Pingback: Tempus fugit {mini-débrief} « Les Vendredis Intellos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.