Nature / Culture pas si opposées que ça

C’est le propos d’un article de la revue Sciences Humaines, extrait du Dossier intitulé Transmettre, et intitulé Nature et culture des alliances nouvelles.

Je ne sais pas si cela fermera ce célèbre débat de l’inné et de l’acquis, mais cela l’éclaire en tout cas sous un autre jour.

L’araignée n’apprend pas à faire sa toile auprès de sa maman. Le tissage de sa toile est inné. L’oiseau n’apprend pas à faire son nid en regardant ses parents. La construction de son nid est transmise par la voie de l’hérédité.

En revanche, les humains doivent tout apprendre : à parler, à faire la cuisine, à construire des maisons, à téléphoner, à lacer leurs chaussures, bref tout ce qu’il faut connaître pour survivre en milieu humain.

Je ne sais pas très bien comment on peut affirmer connaître les modes d’apprentissage des araignées, et il y a des tas de choses que les enfants apprennent d’instinct, mais bon admettons.

Voilà le pré-requis que l’auteur souhaite illustrer :

 chez les animaux, les comportements sont transmis par l’instinct, alors que chez les humains, la transmission des comportements se fait par l’éducation.

Sur ce même principe, on a construit une opposition tutélaire entre animal et humain, nature et culture, inné et acquis, instinct et apprentissage, déterminisme et liberté, etc. L’animal serait enfermé dans une camisole rigide d’instincts, alors que les humains seraient ouverts à tout un champ de possibles, transmis et transformés par les voies de la culture. Une culture qui tient lieu chez les humaines de « seconde nature ».

Et bien sûr la suite du propos est de montrer que ce n’est pas si simple .

L’existence de cultures (ou protoculture) animales a été mise à jour par les primatologues japonais dès les années 1950. Sous les yeux des observateurs, une femelle macaque s’était mise à laver ses patates douces dans l’eau de mer avant de les manger. L’innovation avait été rapidement adoptée par quelques individus, puis transmise à tout le groupe

Les animaux ont développé bien d’autres compétences (comme sur cette vidéo sur youtube qui montre des corbeaux qui utilisent les passages piétons pour faire casser leurs noix par les voitures). ( A regarder avec les enfants, c’est rigolo !)

Donc les animaux aussi développent des compétences qu’ils se transmettent, et on peut dire qu’ils ont une culture qui peut être développée par un groupe d’individus dans un lieu donné et inconnue d’autres individus vivant ailleurs.

Cela montre aussi, avec d’autres expériences sur les rats décrites dans l’article, que les capacités d’apprentissage ne sont une caractéristique purement humaine.

Parfois l’apprentissage prolonge l’instinct :

Le cas des pinsons fournit un bon exemple : à la différence du pigeon (au chant inné) et du canari (dont le chant est appris), les pinsons disposent au départ d’un embryon de chant inné qui se régule au fil du temps. Il faut à peu près dix mois au petit pinson pour acquérir les six thèmes différents de son chant. Et cette acquisition progressive passe par des premiers gazouillis de sollicitation (« chirp ») puis un préchant (« subsong ») désordonné, qui va devenir progressivement et au contact d’un modèle, un chant structuré avec des notes, variations et séquences (5).

L’acquisition du chant chez les pinsons n’est pas une greffe sur un cerveau de tous les possibles. Il doit plutôt être conçu comme un « perfectionnement » où l’acquisition prolonge et modèle un schéma inné.

C’est vrai aussi pour le langage chez les enfants selon l’auteur :

De même, voilà quelques décennies que les psychologues du développement ont admis que les enfants humains disposent de capacités innées. Ainsi, l’acquisition du langage démarre dès la naissance, par la détection progressive des sons, puis des mots de la langue maternelle.

Il arrive aussi que l’apprentissage inhibe la nature :

Le phénomène s’observe au niveau synaptique. Les synapses sont les zones entre neurones. La mise en place de ces connexions cérébrales connaît un développement explosif pendant la phase de maturation du cerveau.

(…)

Le processus ressemble plutôt au tracement d’un chemin dans une forêt dense. Au milieu d’une végétation synaptique foisonnante et désordonnée, il faut couper et éliminer des branches pour qu’un chemin se dégage. L’apprentissage ressemble un processus darwinien de prolifération synaptique suivie d’une implacable élimination.

Dans le cas de la lecture on parle de « recyclage cérébral », des capacités initiale sont utilisées à autre chose.

En fait, au niveau cérébral, la lecture est un processus complexe mais qui revient toujours à solliciter les mêmes aires : il s’agit de mettre en connexion les centres de la vision (aire occipitale du cerveau qui s’occupe de la reconnaissance graphique des signes) avec les centres du langage (lobe temporal gauche), en utilisant deux voies principales : la « voie lexicale » (celle du sens) et celle du son (phonologique). C’est un peu compliqué, mais au fond, ce processus universel signifie que le cerveau ne crée pas de nouveaux circuits pour apprendre à lire : il mobilise des dispositifs et des compétences existantes et les connecte.

Bon tout cela pour dire qu’opposer inné et acquis, instinct et apprentissage n’a peut-être finalement pas grand sens.

Les mécanismes d’apprentissage pouvant être vus comme des utilisations ou des détournements de mécanismes instinctifs.

Donc si nous n’avions pas des capacités innées pré-existantes, nous serions incapables d’apprendre quoi que ce soit.

Et inversement, sans apprentissage au sein d’un groupe humain, nous ne saurions pas parler. C’est l’histoire de l’enfant sauvage de l’Aveyron, qui a inspiré le fameux film de Truffaut.

Inné ou acquis, quelle importance ?

Peut-être accepter que l’éducation ne façonne pas tout de nos enfants, et heureusement.

Ce que nous et leurs enseignants tentons de leur transmettre rencontre en eux un écho qui leur est propre.

L’important est de trouver la résonance qui leur permet de se construire et de s’épanouir.

Bon cela dit je n’ai pas plus que toi qui me lis la recette universelle  !

Phypa

8 réflexions sur “Nature / Culture pas si opposées que ça

  1. Super article de vulgarisation sur un thème par forcément évident, merci Phypa ! Et en plus tu m’as fait découvrir cette notion de sélection darwinienne des connexions synaptiques, alors là j’adore… ;-)

  2. Pingback: Nature/ Culture pas si opposés que ça « Les Vendredis Intellos | politiques culturelles | Scoop.it

  3. Merci beaucoup Phypa d’éclairer notre lanterne sur une opposition que nous avons souvent évoquée sur les VI!! J’ai l’impression qu’on retrouve assez bien dans l’opposition inné/acquis les deux grands modèles classiques pour décrire l’apprentissage: empirisme contre rationalisme… Au final, je me réjouis que la réalité soit bien plus complexe!!
    Quant à accepter notre part d’inné, de nature, d’animal et savoir quoi en faire et quel statut lui accorder du point de vue social, c’est une vaste question je crois!!

    • J’aime aussi cette idée d’accepter qu’on ne maîtrise pas tout de nous-mêmes, qu’une part instinctive n’appartient qu’à nous.
      Et j’aime autant l’idée que l’apprentissage utilise des compétences insoupçonnées du cerveau, et que bien mené il peut aller activer des zones jusqu’alors ignorées.

  4. Merci pour cet article!

    As-tu écouté l’émission de France Inter « Sur les épaules de Darwin » (poke @Miliochka) sur l’intelligence des oiseaux? On parle de l’aprentissage chez les oiseaux et en particulier, la façon dont ils ont appris à percer l’opercule des bouteilles de lait. la méthose se répandait très vite, trop vite pour que l’apprentissage ait pu se faire par observation des pairs / parents, En fait on s’est rendu compte que les oiseaux n’avaient pas besoin de voir un autre oiseau percer l’opercule avec son bec, il suffisait qu’ils trouvent une bouteille à l’opercule percée pour comprendre qu’il y a vait là un trésor caché et trouver tout seuls comment utiliser leur bec pour percer d’autres bouteilles… Une compétence pas vraiment transmise donc, mais transmise un peu quand même?

    Sinon, une observation étrange qui m’avait fait sourire: J’ai amené mon fils de 18 mois au Museum of London. Il y a différentes galleries dans ce musée qui sont une reconstitution des rues de Londres à différentes époques, et dans l’une d’elle, il y avait un téléphone des années 20. Bin mon fils, né à l’ère de l’iphone (et qui sait les déverrouiller depuis l’âge de 6 mois by the way – sans l’avoir observé je pense!) a décroché ce téléphone, l’a posé sur son oreille, a composé un numéro en faisant tourner le cadran rond et a commencé une conversation imaginaire avec sa grand-mère. Bon je me suis dit qu’il avait du voir ça à la télé ou quelque part, ou que peut-être un jouet à la crèche avait cette forme, mais sur le coup je me suis dit « tiens, l’utilisation d’un téléphone est innée?! »

    • ça me dit quelque chose cette histoire d’oiseaux, je ne sais plus où je l’ai vu ou lu.
      As-tu regardé la vidéo des corbeaux qui utilisent les passages piéton pour faire casser leur noix par les voitures, et aller les récupérer quand le feu passe au rouge ?

      C’est étonnant comme le téléphone est un objet qui attire et fascine les enfants !

  5. Pingback: Le cerveau, outil principal de l’apprentissage ? {mini-débrief} « Les Vendredis Intellos

Répondre à miliochka Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.