Harcèlement à l’école, commentaires d’un article sur le vécu des victimes

«Le vécu des victimes de harcèlement scolaire», lecture critique d’un article de MC Dewulf et C Stilhart

Article initial à lire ici.
Intéressée par les situations de souffrance scolaire au sens large et de harcèlement en particulier, sensibilisée par le travail d’amies au sein de leur centre de recherches, le CRISS (Centre de recherche sur l’Interaction et la Souffrance Scolaire), je me suis intéressée à cet article suite à une discussion sur un forum.
Je me suis aperçue que la vision que je pouvais avoir des choses, issue d’une vision interactionnelle des situations, n’était pas partagée par tous, voire choquait certains et je me suis dit qu’un article sur le sujet pourrait me permettre d’éclairer un peu ma position.

J’ai donc choisi de commenter l’article «Le vécu des victimes de harcèlement scolaire» de MC Dewulf et C. Stilhart pour vous faire partager ma vision des choses.

Tout d’abord qu’appelle-t-on harcèlement ?

«Il s’agit de violences entre élèves du même âge ou à peu près, se déroulant dans l’établissement scolaire ou pendant les trajets entre établissement et domicile. Il peut s’agir d’agressions physiques : bousculades, coups de poing, coups de pied, coupe de cheveux, … ; d’agressions verbales : insultes, railleries, sobriquets, menaces, … ; d’agressions à caractère sexuel : grimaces, gestes obscènes, … ; d’atteintes matérielles : vols, dégradation d’objets personnels, … ; d’ostracisme.
Le harcèlement peut être direct ou indirect : consignes d’ostracisme, propagation de calomnies aboutissant à l’isolement social de la victime.
Trois caractères sont constitutifs de la notion de harcèlement :
– l’intentionnalité
– la répétition des actes et la durée de l’épisode
– l’inégalité entre harceleur et harcelé : le harceleur est plus fort physiquement ou plus à l’aise dans le champ social ou verbal.»

Pour ma part, je complèterai cette définition sur 2 points :
– l’intentionnalité d’abord : chez les enfants, les actes de harcèlement sont rarement dans l’intention de faire du mal. Par contre, il y a souvent une intention de s’amuser aux dépens de l’autre, un plaisir à prendre le pouvoir sur l’autre, à se faire bien voir des autres.
– quant à l’inégalité, je dirai plutôt que le harcelé SE PERCOIT comme moins fort … et que l’entourage aussi le PERCOIT de cette façon. Vous verrez plus loin pourquoi je rectifie cette formulation de cette façon.

Les auteurs de l’article complètent leur définition par celle de Marie-France Hirigoyen, spécialiste du harcèlement professionnel :

«En surface, on ne voit rien ou presque rien … Les menaces sont toujours indirectes, voilées, … L’effet destructeur vient de la répétition d’agressions apparemment anodines mais continuelles, et dont on sait qu’elles ne s’arrêteront jamais…»

Cette définition m’interpelle et effectivement il est est très difficile de définir les actes de harcèlement. On peut harceler avec des comportements et des mots très anodins. Peut-on accuser quelqu’un de harcèlement s’il ne dit pas bonjour ? S’il parle de façon à imiter quelqu’un d’autre ? Comment définir le harcèlement dans ces conditions ?
Pour moi, le meilleur indicateur de la violence d’un harcèlement n’est pas dans les faits commis mais dans la souffrance éprouvée par la victime.

Ensuite, à la lecture de l’article de MC Dewulf et C. Stilhart, j’ai été surprise – mais finalement à moitié seulement – d’apprendre que :

«Le taux de harcèlement est élevé dans tous les pays, variant de 9% à 20%, voire près de 50% dans certains établissements.»

et que

«le phénomène existe dès l’école maternelle»

(et peut-être avant, dès la crèche ? En tout cas le CRISS travaille avec le personnel dans les crèches pour aider des bébés à se défendre des comportements agressifs des autres enfants).

Un constat qui amène à se poser la question de comment repérer et gérer ces situations qui peuvent être extrêmement douloureuses pour ceux qui en sont victimes.
L’article porte sur une étude menée auprès de professionnels de santé et fait le constat que

«il est probable que seuls les médecins qui ont conscience de la fréquence du harcèlement pensent à le rechercher et le reconnaissent.»

Les autres ne pensent pas à chercher les causes d’un mal-être physique ou mental – déprime, maux de ventre, pleurs, … – dans un harcèlement et ne posent donc pas la question. Ils n’identifient donc pas ces situations.

Les auteurs soulignent que l’

«Un des aspects les plus notables de l’étude est la difficulté qu’éprouvent ces élèves à décrire le harcèlement : des items apparemment très simples comme la durée, la fréquence, ne sont pas renseignés (…). La description est très floue, très brève, très inférieure, pour la fréquence, l’intensité, le nombre total des agressions, à ce qui est rapporté par le médecin qui lui-même n’a appris l’ensemble des faits que petit à petit, au fil des entretiens.»

Comme les auteurs, je pense que la honte liée à la situation complique pour la victime le fait d’en parler de façon précise. En effet, quand on a honte, on a du mal à parler de ce qu’on vit, même par écrit, et il est très difficile de se confier.
Et – comme le souligne les auteurs – cette honte empêche la victime de dire la gravité de la situation, ce qui fait que les faits relatés semblent souvent anodins, vagues et du coup peu importants aux yeux des enseignants.

Le passage sur les témoins de harcèlement est aussi très intéressant :

«Les témoins sont nombreux (…) et la plupart du temps, c’est toute la classe, voire toute l’école qui est témoin. Et aucun des témoins n’intervient, aucun n’en parle avec la victime ou un des adultes de l’établissement scolaire. Pourquoi ce silence si impressionnant ?»

Les auteurs soulignent les raisons qui empêchent les témoins de parler peuvent être la peur d’être à leur tour harcelés, le sentiment de ne pas être responsable («ce n’est pas à moi d’intervenir» ou «la victime devrait se défendre seule») ou encore le respect de «codes d’honneur» non écrites («on ne cafte pas»).

Bien que je pense qu’une attitude punitive ou moralisante ne soit pas aidante pour la victime – et je m’en expliquerai plus tard – j’ai tout de même été choquée par le constat fait dans cette étude :

«- Des surveillants peuvent être témoins, et même complices passifs, riant avec les agresseurs devant les mésaventures de la victime.
– les professeurs aussi peuvent être témoins. Quand ils sont mentionnés, surveillants et professeurs sont décrits comme passifs ou indifférents.»

Cette attitude vient-elle d’un manque de sensibilisation au sujet ? D’un manque de compétences des adultes qui ne savent pas comment intervenir ?
Peut-être aussi qu’une autre clé réside dans le regard porté sur la victime par l’ensemble des acteurs – l’agresseur, les témoins … et la victime elle-même – :

«Il semble que le comportement et l’attitude des victimes passives signalent aux autres qu’ils ont affaire à des individus angoissés et insignifiants qui ne riposteront pas en cas d’attaque.»

Je trouve ce point particulièrement intéressant parce que c’est à mon avis là qu’est la clé de la résolution de beaucoup de situations de harcèlement. Qu’on ne se trompe pas, il ne s’agit pas de culpabiliser la victime en lui disant qu’elle devrait se défendre. En effet, nous pouvons tous être victimes de harcèlement et subir un harcèlement peut conduire extrêmement rapidement à un effondrement de la confiance en soi et à l’impression qu’on ne s’en sortira jamais.
Cela est confirmé par l’étude menée par les auteurs qui montre que

«les conséquences psychopathologiques du harcèlement sont importantes. Les troubles constatés par les médecins sont nombreux : réactions dépressives avec sentiment de honte, d’humiliation, de vide, incapacité à penser ; peur, angoisses ; chûte des résultats scolaires, refus scolaire ; repli sur soi, doutes sur soi ; auto- et hétéro-agressivité ; labilité émotionnelle ; troubles des conduites alimentaires.»

et que le ressenti des victimes est très fort :

«Que ressentaient les élèves pendant la période du harcèlement ?
«de la honte surtout»
«la fin de tout»
«je pensais que j’étais nulle»
«de la tristesse»
«je n’en pouvais plus des insultes»
«j’étais honteux que cela m’arrive»
«de l’abandon, une forte envie de suicide. Je me demandais pourquoi j’existais, pour qu’on me fasse tout ce mal. L’impression bizarre que j’étais un fantôme ne pouvant parler.»
«la peur des brutalités, et de la honte, envie de pleurer, un sentiment d’incompréhension.»
«je me sentais faible et impuissant, j’avais l’impression d’être une ratée. Je ressassais tout le temps ce qu’on me faisait.»

Comme le constatent les auteurs, le coût moral du harcèlement est donc très élevé, des mois, voire des années après, ces sentiments sont encore présents. La plupart des répondants consultent le psychiatre depuis plusieurs mois, voire plusieurs années.
1/3 des victimes a suivi un traitement médicamenteux.
Pour ma part, je me permettrais d’ajouter qu’un accompagnement approprié aurait sans doute permis à ces victimes de dépasser ces sentiments.
Je vais – enfin ! me direz-vous – préciser ma pensée …

Les auteurs signalent en effet un point excessivement important à mon sens mais qui est négligé la plupart du temps :

«Toutes les études étrangères signalent (…) que le harcèlement se poursuit ou reprend dès que l’attention des adultes de l’établissement se relâche et c’est une des raisons qu’avancent les victimes pour leur long silence avant de révéler le harcèlement ; certaines victimes qui «ont parlé» disent : «c’était pire qu’avant».»

A vrai dire, cela ne m’étonne pas. En effet lorsque les adultes interviennent, ils punissent et sermonnent l’agresseur. Ceci a pour conséquence que l’agresseur va alors raffiner son harcèlement pour ne plus se faire prendre – voir l’article «punir ça sert à quoi ?» que j’avais écrit il y a quelques temps.
J’ajoute aussi que, à mon avis, punir et sermonner, c’est aussi accorder beaucoup d’importance à l’agresseur, lui donner de l’importance puisqu’on s’occupe de lui, chose qui le flatte certainement. C’est aussi lui donner l’occasion d’étendre le pouvoir qu’il avait sur la victime aux adultes qui interviennent.
De plus, protéger la victime en s’en prenant à son agresseur envoie un double message à la victime – mais aussi à son entourage, agresseur compris : le 1er message est clair «moi l’adulte, je suis là pour fixer les règles et défendre les victimes» … mais cela sous-entend aussi que la victime n’est pas capable de se défendre toute seule. Cela confirme la victime dans sa honte, sa dévalorisation : cela encourage l’agresseur qui ne risque décidément rien à s’en prendre à quelqu’un d’aussi faible ; cela conforte les témoins dans leur attitude.
Ce comportement de protection est donc tout à fait contre-productif si on souhaite faire cesser le comportement de harcèlement et si on veut aider la victime à reprendre confiance en elle.

Il me parait donc important que les adultes encadrant des enfants – notamment à l’école – soient formés à une autre approche du harcèlement, non plus une approche de protection = nous intervenons car les enfants ne peuvent pas gérer seuls, mais une approche d’aide et de soutien aux victimes = je t’aide à affronter ton agresseur par toi-même.
Et cette dernière approche n’est pas si compliquée, elle demande juste un changement de point de vue sur la situation. Si vous voulez en voir une application concrète, j’ai eu récemment une illustration concrète en famille que vous pourrez lire ici.
Vous pouvez aussi vous reporter à une discussion sur le forum de Simplement Parents – dans laquelle j’ai expliqué plus clairement ma position à ce sujet – pour mieux comprendre ma position à propos du harcèlement, à lire ici.

Vous comprendrez donc que je ne partage qu’en partie les conclusions présentées dans l’article initial au sujet des actions à mener contre le harcèlement.

«En premier lieu, il semble que les médecins ne soient pas assez sensibilisés à ce problème ; seuls ceux qui savent le rechercher le diagnostiquent. (…) Il est donc nécessaire que le médecin, recevant un enfant ou un adolescent présentant des troubles tels que ceux décrits plus haut – ou d’autres – sache être attentif à la moindre plainte d’agression et recherche systématiquement une situation de harcèlement.»

Je suis tout à fait d’accord avec ce point. Détecter les situations de harcèlement permettrait de rapidement renvoyer les enfants et adolescents vers un thérapeute qui pourra les aider à affronter la situation et renverser la vapeur pour retrouver la confiance.

«Il est également indispensable de sensibiliser tous les personnels des établissements scolaires (professeurs mais aussi surveillants et personnel de service) à la fréquence et à la gravité du problème. Il faut les informer de la nature du harcèlement, des signes de repérage et la conduite à tenir.»

Là aussi l’information et la formation des adultes encadrant les enfants me parait indispensable mais pas n’importe quelle formation. Les formations et actions habituellement proposées me paraissant contre-productives – voir plus haut – il me parait important que les acteurs soient formés à une approche réellement aidante pour les victimes et non simplement à des actions punitives ou sanctionnantes pour les agresseurs.

Enfin les 2 derniers points soulevés par les auteurs me paraissant primordiaux : l’impact sur les relations sociales et amicales de la victime et l’apparition de troubles psychopathologiques montrent que les risques du harcèlement sont graves, qu’il doit être pris au sérieux mais me confirment dans l’idée que c’est auprès de la victime qu’il faut agir afin qu’elle retrouve confiance et ressources en affrontant la situation.

A lire aussi sur le blog de S Comm C.

Publicités

13 réflexions sur “Harcèlement à l’école, commentaires d’un article sur le vécu des victimes

  1. Merci Sandrine pour cet article passionnant !

    Je partage tout à fait ton point de vue. Mais il y a quand même un truc qui me chiffonne : nulle part tu / l’article que tu mentionnes, ne parle du rôle des parents. Bien sûr le personnel encadrant est en première ligne (à l’école mais ne pas négliger les activités annexes de l’enfant : sport, musique etc…) mais il me semble que les parents sont ceux qui arrivent tout de suite après, et bien avant le médecin ! C’est aussi auprès d’eux qu’il faut agir : les informer sur les signes qui peuvent les alerter, sur la façon d’en parler avec son enfant, sur ce que l’on peut faire pour l’aider à ne plus être une victime (ou un harceleur ?! car ce versant là aussi est à envisager !!!)

    Lorsque j’étais au collège, j’ai vécu quelque chose d’assez désagréable deux années durant, sur le moment je n’aurai évidemment jamais qualifié ça de harcèlement. Des moqueries répétitives, des attaques physiques et psychiques sur un aspect de mon physique qui du coup est devenu un réel complexe (alors que ça ne l’était pas du tout avant !). Les répercussions ont surtout été au niveau de l’estime et la confiance en moi (en pleine adolescence, génial !), et de mes relations amicales pas toujours épanouies. Bon au final, même si pour moi les années collège sont un mauvais souvenir, je m’en sors plutôt bien ! Ce gros complexe n’est plus qu’un tout petit complexe (tout va bien, il suffit que personne ne m’en parle, jamais ;-)

    Mais a posteriori je me dis que si j’avais été informée sur ce qu’est le harcèlement, peut être je me serai mieux défendu. Et comme toi je pense que c’est le plus important. Plus important encore que punir le harceleur ou défendre le harcelé. Donc je retiens que c’est le message essentiel à faire passer à nos enfants : non, personne n’a le droit de se moquer de vous, de vous faire du mal, de vous embêter, et si c’est le cas, dites le à cette personne, faites lui comprendre que vous n’êtes pas d’accord, défendez vous, avec notre aide si c’est nécessaire.

    • Oui c’est vrai que le rôle des parents n’est pas mentionné. Ceci dit, en général, ils réagissent de façon à protéger leurs enfants – et non à les aider – et interviennent souvent plus ou moins directement dans la problématique quand ils sont au courant en allant voir l’enseignant, voir l’autre enfant ou ses parents, ce qui n’arrange souvent pas les affaires de la victime malheureusement.

      Je pense aussi que ce problème de harcèlement est largement sous-estimé. Et ça vaut le coup d’en parler !

  2. Merci beaucoup pour ton billet très bien documenté et argumenté ! C’est un éclairage très intéressant que tu apportes. Je ne m’étais pas tellement penchée sur la question mais je pense que j’aurais trouvé normal, au premier abord, qu’on insiste sur la punition du coupable. Mais ta vision des choses me semble tout à fait juste. Reste à savoir maintenant comment aider la victime à se défendre (il n’y a pas une seule réponse évidemment).
    J’aime aussi l’idée d’aller en amont en formant le personnel encadrant plutôt que de ne penser qu’à ce qu’il faut faire après-coup.
    Encore merci !

    • Oui c’est une vision qui va un peu à l’encontre des idées habituellement répandues sur le sujet (mais j’ai l’habitude ;-)…).
      C’est aussi pour éclairer mon propos – et savoir quoi faire – que j’avais mis cet article au sujet de mon fils il y a quelques jours : http://blog.scommc.fr/savoir-se-defendre-petites-agaceries-quotidiennes-a-lecole/

      Sinon, si vous en avez l’occasion, je vous invite à aller voir les conférences du CRISS (région lyonnaise) car elles sont vraiment formidables. L’approche interactionnelle qu’elles utilisent – et qui est aussi celle à laquelle je suis formée – est un outil extra-ordinaire dans le domaine des problématiques humaines et est particulièrement adaptée aux relations avec les enfants je trouve.

  3. Bonjour et merci pour cet article ! Je me permets de rebondir dessus car il y a eu un numéro de a revue NonViolence Actualité récemment sur le sujet.
    http://www.nonviolence-actualite.org/catalog/index.php?main_page=product_info&products_id=12184
    Je trouve effectivement que favoriser l’aspect éducatif plutôt que l’aspect répressif est important. Et de manière générale, à l’école, il est urgent je pense de donner des outils aux enseignants.
    D’ailleurs, la médiation scolaire est vraiment une piste intéressante.
    Je ne vais pas me lancer dans une grande prose mais encore merci pour ce blog !

  4. Encore un très beau billet!!! Merci!!! Personnellement le sujet que tu évoques suscite beaucoup de questions… à lire les commentaires de ce billet et à échanger avec d’autres, je mesure à quel point une majorité d’entre nous témoigne de ce genre d’expérience vécues à l’adolescence.. même si nous n’en venons pas tous à des dépressions et des envies suicidaires!
    Bref, je suis en plein dans la lecture du Gordon & Neufeld conseillé par la Poule Pondeuse et j’avoue que cela me pousse à refuser cela comme une évidence, un passage obligatoire vers l’âge adulte… je crains que nos bonnes intentions (telles que rendre les enfants autonomes, leur permettre de faire leurs armes, etc…) ne nous ait fait refuser de manière trop importante leur protection… mais je manque de temps pour développer ce point de vue (car j’ai bien lu en quoi tu estimes la protection simple inutile…) et j’espère pouvoir le faire dans mon prochain commentaire de l’ouvrage en question…!

    • Rendre les enfants n’est pas autonomes n’est pas les laisser se débrouiller seuls à mon ses, c’est les accompagner vers l’autonomie et donc les AIDER à faire seuls (très Montessori comme philosophie).

      Tout comme aider n’est pas protéger, comme je l’explique dans l’article.

      Et comme toi, je pense que le harcèlement n’est PAS un rite de passage et qu’il est évitable et qu’il DOIT être évité.

      • Je suis entièrement d’accord avec toi, apprentissage de l’autonomie n’est pas abandon, mais bien le contraire!!! Je m’interroge juste sur la nocivité ou non, et parallèlement de la nécessité ou non de la « culture enfantine et adolescente » avec ses bons et ses mauvais côtés… (l’idée de modelage sur les pairs VS modelage sur les adultes)

        • La culture enfantine et adolescente existe de fait. Mais le fait qu’elle existe ne justifie pas qu’elle soit irrespectueuse des autres. Ce n’est pas parce que c’est une tradition que ça ne peut pas changer.
          Cf le bizutage : qu’on veuille faire des bizutage, soit, mais qu’ils soient fait dans le respect des personnes.
          Bien sur qu’il y a un modelage sur les pairs ET sur les adultes ! Toutes les personnes avec qui nous interagissons nous modèlent d’une certaine manière, mais il me parait intéressant d’apprendre aux enfants – et aux adultes – à ne pas accepter l’inacceptable sous le prétexte que « c’est comme ça », « ça se fait », « c’est culturel », …

  5. Pingback: Peut-on protéger son enfant ? {mini-débrief} « Les Vendredis Intellos

  6. Je suis d’accord sur le fait que la « punition » des agresseurs n’est pas appropriée. En revanche qu’il y ait une sanction perçue par tous comme juste, qu’une même loi connue et commune s’applique à tous est structurant, et apprend à faire une relation entre des actes et des conséquences.

    Oui je suis d’accord avec la nécessité d’accorder plus d’attention aux victimes, et à les aider à sortir de ce rôle de victime.

    Il est important aussi que les adultes soient présents , parlent avec les enfants, les accompagnent, … et montrent l’exemple du respect de chacun.

    Un autre danger de la punition en milieu scolaire est la reproduction de stéréotypes, la punition étant ressentie par les groupes de garçons comme un « fait d’armes » valorisant.
    http://phypa.over-blog.com/article-gar-ons-souvent-punis-71085689.htm

  7. Pingback: Aider les enfants harcelés à l’école | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s