Nounou, un métier au masculin ?

Mon actualité personnelle, fait que j’ai écrit récemment un billet sur la recherche d’une auxiliaire parentale. Je me suis rendue compte que pour moi auxiliaire parentale ne pouvait pas s’accorder au masculin. Il me serait impossible de confier mon enfant à garder à un homme. Pourtant, je n’ai aucun soucis pour laisser mes enfants aux hommes de mon entourage (mon mari, mon père, mon beau-frêre, etc.). Mais je les connais, c’est donc différent. Quand on confie ses enfants à une nounou, dans la plupart des cas, cela reste un(e) inconnu(e). Et par nature, je suis méfiante vis à vis des hommes que je ne connais pas.

En cherchant des informations sur internet, je suis tombé sur ce premier article dans libération qui date de … 1996. On y apprend que le métier d’assistante maternelle leur est ouvert que depuis 1993

«Celle qui gardait les enfants, la nourrice, était aussi celle qui les allaitait: un rôle qui n’était pas interchangeable. L’homme qui s’occupe du jeune enfant qui n’est pas le sien est même considéré par la société comme un peu suspect», constate Roger Téboul, psychiatre et ethnologue.

La motivation de ces premiers assistants maternels étaient d’échapper au chômage, de travailler avec leur femme elle-même assistante maternelle. Ils revendiquent alors leur différence dans la relation avec les parents. Les mères qui confient leurs enfants à un homme recherchent justement cette différence, et il semblerait que les assistantes sociales dirigeaient volontiers les mères célibataires vers ces assistants maternels pour qu’ils jouent le rôle de cette fameuse image masculine.

En 2002, dans cet article du parisien, on parle toujours du bienfait hypothétique pour les familles monoparentales. Mais, plus que tolérée, la présence d’hommes dans les métiers de la petite enfance est recherchée. Ce qui en est attendu est de mettre fin à la pénurie de modes de gardes mais également la revalorisation de ces métiers.

« Attirer des hommes, c’est encore le meilleur moyen de revaloriser une profession, relève Violette Sicard, directrice de crèche à Orléans. Le premier qui passe, on met la main dessus. C’est considéré comme une chance, ça vous change une équipe. Tout le monde a compris qu’une figure masculine est enrichissante auprès des enfants, appréciable pour les familles monoparentales. »

Les portes ne s’ouvrent que depuis peu, avec des réticences : « En crèche, c’est plus facile, c’est un milieu très sécurisé. Mais, pour la garde à domicile, la crainte est plus forte de connaître des dérapages », freine une conseillère petite enfance. La hantise de la pédophilie rend prudent. « Les parents demandent plus de garanties qu’à une femme »

« Les hommes ne font ni mieux ni moins bien, ils font autrement, c’est ce qui compte. S’occuper des enfants est une sorte de talent personnel fait de distance professionnelle et de quelque chose qui vient du coeur. C’est épuisant, magnifique, mal reconnu », défend la psychanalyste Brigitte Tostain, formatrice en crèche.

Encore leur différence est mise en avant, c’est cette différence qu’on recherche, alors qu’on attend bien souvent des femmes qui travaillent dans des milieux d’hommes qu’elles travaillent comme des hommes.

En 2011, les choses n’ont pas beaucoup évoluées. Les exemples de nounou au masculin font encore parler d’eux. On peut le voir dans cet article de Sud-Ouest. Ils sont encore rares et deviennent militants, revendiquant toujours cette différence :

Adepte des quatre mots magiques avec les enfants (bonjour, au revoir, s’il te plaît, merci), l’assistant maternel milite pour que la profession se masculinise. Et ne manque jamais une formation pour se perfectionner. Il en est aussi persuadé : les enfants élevés par des nounous hommes développent d’autres capacités. « Ils acquièrent beaucoup plus d’autonomie. Ils se socialisent plus rapidement, dit-il. C’est prouvé. »

Je suis dubitative sur cette différence entre nounou homme ou femme. Je suis persuadée qu’il existe de très bons professionnels de la petite enfance hommes. Malheureusement, ils restent victimes de personnes comme moi qui restent méfiants.

Juste à titre anecdotique, sachez que Barack Obama avait un nounou homme.

Vous pouvez aussi lire ce billet sur Maman… What else ma nounou est un homme

Et vous, que pensez-vous des hommes nounous ? Vous aurez compris mon point de vue trop personnel que j’ai redis ici.

Publicités

7 réflexions sur “Nounou, un métier au masculin ?

  1. C’est marrant parce qu’en y réfléchissant 2 sec la première inquiétude aurait été que ce nounou homme fasse de l’ombre à z’hom le papa de mes enfants. Moi je ne me suis pas inquiétée quand à une confusion, mais z’hom les premières années n’était pas très investi auprès de nos loulous pour tout un tas de raisons personnelles. Aujourd’hui si j’avais à me poser la question, je crois que ça ne serait pas forcément un point négatif. Sans doute parceque depuis j’ai eu l’occasion de croiser quelques instits ou prof, particulièrement pédagogues, attentifs et respectueux et en moyenne mieux que l’ensemble des nounous, maitresses et autres personnel féminin sensé encadrer les enfants avec amour.

  2. Pingback: Garde-moi ! au masculin… | Ne crie pas !

  3. Merci pour cette contribution Mme Koala !
    En effet, je confirme qu’il y a une vraie défiance vis-à-vis des hommes en contact avec de jeunes enfants et que les affaires de pédophilie régulièrement dévoilées ne vont pas aider à leur offrir une place dans ce domaine. Comme tu dis, en crèche, où ils ne sont pas seuls avec les enfants, ça passe plus facilement. Je ne sais pas moi-même si j’aurais pu confier mon fils à un assistant maternel homme : je pense que je serais allée le rencontrer pour ne pas m’arrêter à une crainte sûrement infondée mais c’est peut-être Mr Sioux qui aurait été le plus réticent ! Pourtant, nous avons eu une nounou femme et ça n’a pas empêché que nous n’en soyons guère satisfaits !! Difficile de se raisonner dans ce domaine…
    Au passage, j’ai beaucoup aimé cette phrase : « leur différence est mise en avant, c’est cette différence qu’on recherche, alors qu’on attend bien souvent des femmes qui travaillent dans des milieux d’hommes qu’elles travaillent comme des hommes. ». Bien vu :-)

  4. C’est marrant parce que je me demandais justement hier si des nounous hommes existaient. Personnellement j’ai beaucoup de mal à laisser mon fils à quelqu’un que je ne connais pas mais je ne pense pas que je me méfierais plus d’un homme. Si un homme veut faire ce métier c’est qu’il doit vraiment aimer les enfants car il doit faire face à plein de préjugés, il faut une sacré dose de courage. Je pense qu’au niveau soins, éveil il s’en sortirait très bien. Peut être moins au niveau sécurité. En tout cas mon mari fait des fois essayer à mon fils des trucs que je n’oserais pas. Mais j’ai quand même confiance. Enfin c’est sûr que je m’interrogerais, faudrait être confronté à la situation.

  5. bonjour homme de 37 ans avec une fille de 8 ans, je suis naturopathe et malheureusement mon metier a du mal a demarrer ,etre nounou homme j y pense fortement mais effectivement nous sommes mal jugés par bon nombre de personnes cest dommage ,car j ai peur d etre mal vu par la population du village. que pensez vous de mon point de vue ?

  6. Je me heurte aujourd’hui à ce problème : Très difficile (voir impossible) de trouver une entreprise pour passer le CAP petite enfance. J’adore passer du temps avec les enfants mais à cause du scepticisme ambiant je vais être obligé de renoncer à un métier qui me plait.

    Je trouve ça terriblement dommage et profondément injuste (pour ne pas utiliser les mots sexiste !).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s