MON CARNET DE VOYAGE à Londres

J’ai toujours conçu une grande fierté pour « ma » ville, la ville où j’ai choisi de vivre. Je me rappelle marcher le matin dans Paris, sans jamais me lasser de regarder ses pierres majestueuses, de humer avec bonheur ses odeurs de baguette fraîche et de poulet rôti. Je me rappelle regarder les étals du marché aux épices dans le quartier du Panier à Marseille, le bien-être et l’apaisement que je ressentais en regardant la mer, les vieux gréements du Vieux Port, le Fort Saint Jean et les îles du Frioul. Je me rappelle avoir pensé que jamais, je ne verrais de plus belle ville qu’Aix-en-Provence, quand j’y étais étudiante.

Aujourd’hui je suis à Londres et chaque jour, je trouve de nouvelles raisons de m’émerveiller de tous les trésors que cette ville a à offrir. Et j’espère transmettre à mon fils cet amour et cette fierté.

Ce joli petit carnet se veut à la fois un guide et un carnet de souvenir:

PLUS QU’UN GUIDE!

Dans ton carnet de voyage, tu trouves pleins d’informations et anecdotes passionnantes sur les trésors de Londres: Les Anglais, les rues, les uniformes, les monuments, les attractions, la nourriture, les mots…

Jo te raconte des histoires. Découvre Londres grâce à ce drôle de petit globe -trotteur.

Tu crées ton propre carnet. Rien de plus facile! Amuse-toi avec les nombreuses activités proposées: des jeux, des coloriages, des pages pour écrire et dessiner, des cartes postales à envoyer, une pochette pour récolter tous tes souvenirs, une planche d’autocollants…

MON CARNET DE VOYAGE à lire, à compléter et à garder

Mon fils n’a que deux ans et donc je ne me prononcerai pas sur les activités proposées: Phypa devrait prochainement compléter ce billet par un deuxième volet plus centré sur les réactions de ses enfants en situation, et sur le sujet on peut aussi lire les commentaires de Miss Brownie dans cet article.

Mais pour ce qui est de l’image de Londres, j’ai été assez séduite!

En tant que guide, il me semble qu’il est assez complet: les monuments, les musées et les attractions qui plaisent aux enfants y figurent presque tous. Attention toutefois, si la plupart des musées sont gratuits, certaines attractions comme London Eye (la grande roue), Madame Tussauds ou Tower of London pratiquent des prix assez indécents et il faut absolument les réserver à l’avance sous peine de devoir faire la queue des heures – Mais ce sont des détails qui n’ont pas leur place dans un guide pour enfant. J’aurais sans doute ajouté les musées du quartier de Greenwich (National Maritime Museum, Cutty Sark qui vient de rouvrir récemment, et Royal Observatory), et le musée jumeau du Museum of London à Canary Wharf (Museum of Docklands) qui est selon moi l’un des mieux faits pour les enfants, mais je suis une grande passionnée de la mer et des bateaux, donc je ne suis pas forcément objective! Enfin, j’aurais probablement ajouté une partie sur les grands Parcs, les écureuils et les pélicans de Saint James Park, entre autres, sont à ne pas manquer, je crois !

J’ai beaucoup aimé que le carnet donne aussi une idée de l’ambiance londonienne en décrivant les Anglais, la famille royale et les transports en commun par exemple. Sur les Anglais, il est dit notamment:

Les Anglais s’habillent toujours comme ils en ont envie. Sauf quand ils vont à l’école où ils doivent tous porter un uniforme .

C’est quelque chose que je ressens très fort! Un grand n’importe quoi dans l’habillement que j’ai personnellement vécu comme une libération! Bon, je n’ai jamais vu d’hommes d’affaires en chapeau melon tels qu’illustrés dans le carnet, et les punks se font rares, sauf à Camden, un quartier qui mérite le détour ! (d’ailleurs, à Camden, un magasin complètement étrange et que je trouve extra – ne serait-ce que pour la tenue des vendeurs – dans le Stable Market : Cyberdog – attention quand même, il y a une pièce réservée aux adultes !).

Un bijou vendu chez Cyberdog!

Les taxis, les bus et le métro sont la passion de mon fils (je crois qu’il a su dire « Taxi » avant « Daddy »!) et emblématiques de la ville – Nous sommes d’ailleurs membres du Transport Museum , un autre chouette musée pour les enfants à Covent Garden. Enfin la famille royale est très importante ici, dixit, la fille qui vient de passer un week-end prolongé à courir après la Reine dans l’espoir de lui faire un petit coucou pour son Jubilee, en agitant un Union Flag, le tout sous la pluie!

Une petite critique quand même : A titre personnel, quand je voyage, j’organise tout en fonction des repas… Ahem, je suis une obsédée de la bouffe et j’assume… Il y a un chapitre dans le carnet qui est consacré à la nourriture à Londres. Il est assez vrai… pour le Londres d’il y a 15 ans ! Londres a fait d’énormes progrès récemment, et maintenant je pense sincèrement qu’elle est la Capitale Mondiale du bien manger (bon, et du cher manger aussi, c’est vrai !) – Ne ricanez pas, je suis très sérieuse ! C’est une ville très cosmopolite, et je crois qu’on y trouve les meilleurs restaurants et les meilleurs chefs de tous les pays. En outre, si les supermarchés ont toujours des rayons entiers de « junk food », un tournant a été pris vers le bio (« organic ») : Les Anglais ne plaisantent plus avec ce qu’ils donnent à manger à leurs enfants ! Le carnet insiste beaucoup par exemple sur la « jelly » : je n’en ai jamais vu en 5 ans ici. Et puis, presque rien sur les pâtisseries anglaises ! Faire tout ce chemin sans mordre dans un Victorian Sponge Cake ou un Chocolate Fudge Cake, c’est péché ! Il ne faut pas non plus partir sans avoir pris un goûter géant, aka un « Afternoon Tea » ! Et il faut goûter le « Sunday Roast », le rôti du dimanche, dans un bon Pub, car contrairement à ce qui est dit dans le guide, la plupart des Pubs sont aujourd’hui des endroits familiaux où les enfants sont les bienvenus, en tout cas pendant la journée (certains sont réservés aux adultes à partir de 19h). On trouve des restaurants de très bonne qualité, avec des menus enfants équilibrés et savoureux, très souvent bio, justement parce que ça s’adresse aux enfants (par exemple, pour de très bon burgers, la chaine Byron, Carluccio’s pour un super Italien, ou bien encore, les délicieux currys des fast food Leon, ou enfin, les noodles japonais de chez Wagamama… ). En revanche, attention, ce qui est vrai pour Londres ne l’est pas forcément pour le reste de l’Angleterre… Dès qu’on s’aventure en dehors de la capitale, tout ce qui est dit dans le guide redevient vrai et il vaut mieux partir avec un pique-nique !

Pour conclure, je recommande vivement ce petit carnet très esthétique et bien fait. Même si on relève quelques clichés ici et là, je crois que les clichés font justement partie du folklore de Londres… Et il m’a donné très envie de découvrir les autres carnets de cette collection!

Drenka

Cet ouvrage a été gentiment offert par les Editions Sikanmar pour la bibliothèque volante des Vendredis Intellos.