Filliozat et les 18-24 mois : la suite!

La dernière fois, je vous parlais ici de la crise du non et de ce qu’en disais, en partie, I.Filliozat.  J’avais abordé 2 items, il en reste 3.

  • Elle m’exaspère avec ses questionsIllustré par une miniBD montrant une maman qui finie par un peu se lasser après avoir répondu 40 fois à la question « Il est où Papa? »
    Bon, moi, j’ai juste droit à « Papa? yé ya Papa! » et perso, ça ne me gêne pas de répondre 50 fois, « Il est au travail Papa, on le voit ce soir. » Au moins, dans ces moments là, Surprise ne crie pas.

La piste Filliozat :
Entre 18 et 24 mois, l’enfant commence à pouvoir évoquer une situation absente. Elle/Il a envie de artager ce qu’elle voit dns sa tête et explorer avec nous cet univers intérieur en construction, mais n’en a pas encore les mots. Les questions des enfants ne sont pas toujours des questions et nous serions bien avisés d’y répondre moins vite.

Et revoilà la mini-BD où la maman, au lieu de s’énerver, dit à son fiston « Tu penses à ton papa… » et le fiston qui répond « Oui, il est au bureau, Papa! »
Bon… j’ai essayé hein… donc mais pour Surprise, ça ne change pas grand chose, il continue à parler de son Papa et moi, à lui répondre… ou pas. Car oui, parfois, ça n’appelle pas de réponse. (en tout cas avec mon fiston…) Il veut tout simplement parler de son papa…

  • Il fait des bêtises

Sur l’illustration, on voit un père qui se fâche, en voyant son enfant qui a retiré des livres de la bibliothèque pour les mettre (avec plus ou moins de délicatesse peut on imaginer. ;) ) par terre.

Pour l’enfant, il s’agit surtout d’exercer sa coordination motrice. L’action le fascine. […] Il n’a pas d’image mentale stable et le réalise le résultat de ses actes que lorsque vous intervenez!
[…]
Ce n’est qu’à partir de 4 ans qu’il pourra se sentir coupable en dehors du regard de l’adulte, c’est à dire qu’il aura intériorisé l’image du parent mécontent et percevra le lien entre ses actions et ce mécontentement.

La solution proposée par Filliozat :

Puisqu’il n’a pas sorti les livres pour sortir les livres mais pour exercer son habileté motrice, il adorera tout autant remettre les livres s’il y voit une occasion d’exercer ses compétences plutôt qu’une punition.

Là, je dois avouer, on est d’accord, et en effet, Surprise aime beaucoup remettre les choses dans des boites après les en avoir sorti. Et parfois il faudra les ranger soi-même. Après tout, ce sont des petits bouts de choux de 3 ans maxi dont on parle. Il ne faut pas non plus être trop exigeant.
Cela n’empêchant pas quand même les interdits, par exemple : non Surprise, tu n’exerceras pas ton habileté motrice avec ce bidon de lessive/cette bouteille en verre/le bol de thé brulant. On est bien d’accord. Tout est question de bon sens, et les choses dangereuses seront, autant que faire ce peut,  hors de portée de petites mains. ( et attention, ça grandit vite ces petites bêtes là!)

  • Il tape, mord, tire les cheveux

Et là, l’exemple choisi correspond à une situation à laquelle je n’aurai pas pensé : un petit garçon qui a arraché une poignée de cheveux à une petite fille, fasciné par la beauté des-dits cheveux.
Et Filliozat ne parlera que de cette situation. Autant dire que ça ne m’a pas vraiment aidé pour les crises de rage de Surprise, au cours desquelles il peut se mettre à nous frapper si on le tient dans les bras, ou de frapper la première chose à portée (porte, meuble,…)

Cela dit, c’est une approche intéressante.

Elle explique différentes situations où un petit peut faire preuve de violence :

1. Petit, il fait tout cela de façon expérimentale, comme il le ferait avec ses jouets. Il n’a pas l’intention de faire mal.
2. Il teste son pouvoir de déclencher des cris… Mais n’éprouve pas forcément de colère envers sa victime.
3. Les enfants de 2 ans poussent, tapent ou mordent le gêneur. Là encore, pas de méchanceté, ils tentent de bousculer l’obstacle.
4. Parfois, il s’agit réellement de violence, il cherche à « faire la force ». […] Ce n’est pas une décision consciente mais une prise en charge corporelle de son expression « J’en ai assez! J’existe! Je veux ma place! »
5. Bébé, il ne savait pas encore lâcher volontairement. Sous stress, le petit peut ne pas trouver tout de suite la commande « lâcher ».

Là encore, beaucoup d’explications mais aucune piste de solution, si ce n’est pour la situation évoquée en BD qui consiste à ne pas gronder mais à demander si il sait pourquoi la petite fille pleure. Puis demander à la petite fille si elle a quelque chose a dire au garçon qui lui a arraché une poignée de cheveux. §Bon, j’aurai un peu peur que la gamine, de colère, ne frappe le gamin, mais bon, pourquoi pas le tenter… Si ça dégénère, l’adulte devrait être en mesure d’empêcher une bagarre non?)

J’en conclus que dans les autres cas, à part empêcher, avec douceur, l’enfant de frapper ou de mordre, et lui expliquer pourquoi il ne peut pas faire ça, il n’y a pas vraiment grand chose à faire. Il faut attendre qu’il grandisse et murisse un peu et qu’il apprenne à réfréner ses pulsions et ses frustrations.  Mais ça aide à prendre son mal en patience, d’avoir une idée de « Pourquoi il fait ça? ».

Et vous, qu’en pensez vous?

La Farfa

Publicités

9 réflexions sur “Filliozat et les 18-24 mois : la suite!

  1. Je suis tout à fait d’accord : c’est le grand bénéfice que j’ai trouvé à cet ouvrage de Filliozat aussi, à savoir comprendre ce qu’il se passe dans la tête de l’enfant lorsqu’il agit d’une façon violente / agaçante / surprenante / répétitive. Ce qui permet ainsi de ne pas le prendre comme de la provocation ou comme une bêtise intentionnelle et de réagir plus sereinement (selon les jours quoi !!).
    Après, dans la pratique, c’est sûr qu’il semble que ça soit à nous de trouver comment le gérer en attendant que ça passe. Si moi non plus ça ne me dérange pas de répéter 20 fois que papa est au travail ou que l’on va acheter le pain, j’avoue que le coup de l’exercice des facultés motrices, c’est à double tranchant : l’enfant va être ravi de remettre les livres dans la bibliothèque en effet… mais pour mieux les ressortir et les remettre à nouveau, parce qu’il s’éclate ! Alors vu la délicatesse enfantine à cet âge-là, mieux vaut que les livres en question ne soient pas trop « précieux » ! ;-)
    Quant à tester son pouvoir à déclencher des réactions, je pense que c’est une explication tout à fait plausible (je le vois dans le comportement actuel de mon fils, 22 mois, qui commence à « chercher » ses camarades de crèche, lui qui était auparavant si craintif !), même si cela n’empêche pas qu’en attendant que ça passe, il nous faudra faire preuve de patience et répéter, de très nombreuses fois, « non tu n’arraches pas les cheveux / ne bouscule pas / ne tape pas, ça fait mal à ton petit camarade, etc » !!

    • Ah oui, les livres, chez nous, c’est sacré. Alors on le laisse exercer son habileté sur ses livres cartonnés, pas sur les notre, qui sont hors de portée. ^^
      Et tester son pouvoir à déclencher des réactions, oui, il le fait aussi (non, on ne mets pas le bibi tête en bas, ça goutte partout, etc.) ^^’

  2. Le coup des livres, on l’a vécu aussi…et même s’il s’éclate, le souci c’est que si un livre est abimé, là on le gronde et bien sûr le petit loulou ne comprend pas…du coup, on a opté pour un « non » catégorique pour notre étagère de livres et on lui a mis ses livres dans un autre petit meuble et là il en fait ce qu’il veut, un peu comme le placard tupperware à la cuisine qui lui est quasi réservé…..et ça marche plutôt bien.
    C’est vrai qu’après lui avoir dit « non  » sur un truc, plutôt que de se braquer mutuellement, on essaie de détourner son attention sur un jeu, un livre…et ça fonctionne ! au point qu’il le fait de lui même maintenant….

    • On essaie aussi de détourner son attention, ça fait moins de bruit. ^^
      Et pareil, il a ses livres à disposition (et ne se prive pas de les sortir, les « lire », et plus ou moins, les ranger… ;)

  3. j’ai lu (dévoré serait plus exact) ce livre il y a peu, et j’ai vraiment apprécié.
    les dessins ne sont pas juste une illustration mais font partie intégrante de l’ouvrage, ils apportent un autre regard sur la situation.j’ai moi aussi bien aimé les explications sur ce que ressent l’enfant dans telle ou telle situation.

    sur les situations présentées ici, j’ai été un peu déçue sur « il mord, tape, tire les cheveux »
    pour moi, la solution présentée dans le ivre n’est pas adaptée à des enfants de cet age, mais à des enfants plus âgés, qui s’expriment déjà mieux.
    c’est la seule partie du livre qui m’a déçue (peut être parce que je suis un peu dedans : ma fille se fait taper par sa copine chez la nounou et du coup elle tape aussi…)

    à part ça, c’est vraiment un chouette bouquin, que j’ai découvert grâce aux VI, alors merci !

    • Oui, les petits encarts qui donnent le ressenti de l’enfant sont vraiment chouette!
      On ne réalise pas à quel point ils peuvent voir les choses différemment de nous. ;)

      Moi aussi, j’aime beaucoup ce bouquin,même si j’aurai aimé avoir plus de pistes de solutions. ^^’
      (j’aurai bien aimé une solution miracle contre les cris notamment. XD)

      • ah si tu as une solution contre les cris, je suis preneuse !
        on est en plein dedans, avec des cris bien perçants et stridents qui vrillent les tympans.
        on lui a expliqué que ça nous fait mal aux oreilles, on se bouche les oreilles, on lui explique qu’elle n’a pas besoin de faire ça pour avoir notre attention… rien n’y fait !

        • Ben non, justement… TT
          Nous aussi, on parle, on explique, on finit aussi par s’énerver (il est constant dans ses cris aussi… Ouin…)
          En désespoir de cause, quand vraiment c’est plus possible, je le mets dans son lit, avec des jouets et doudous, en lui expliquant que si il veut crier, c’est ici, parce que moi, là, j’en peux plus (bobo la tête, les tympans, fatigue et tout le tintouin…) Mais ça marche pas beaucoup mieux parce que du coup, il pleure et du coups, je vais le rechercher pour ne pas le laisser pleurer…

  4. Pingback: Pourquoi… [mini-debrief] « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.