Les mensurations foetales aux échographies…

On adore avoir des chiffres aux échographies durant la grossesse… Et le fémur mesure 3 cm, et le périmètre cranien 24 cm, et le BIP, et le DAT, etc. Seulement voilà, certaines idées générales sur la précision, la pertinence de ces mesures sont mises de côté par les futurs parents, mais aussi par les soignants… Pour ces Vendredis Intellos, je souhaitais vous proposer la lecture de cours en ligne d’échographie foetale de l’université Paris V, qui permettent de remettre un peu les pieds sur terre à propos de cette technique d’imagerie si répandue.

Jje vais surtout citer et commenter celui concernant la biométrie foetale. Ce qu’on appelle biométrie, c’est bien sûr l’évaluation des mensurations du fœtus. périmètre crânien, longueur du fémur, diamètre abdominal,…

Ce cours commence avec une mise en garde :

« Certains pensent que la biométrie foetale est simple à effectuer et à interpréter. Il faut effectivement garder un solide bon sens pour effectuer cet examen. Les enjeux sont pourtant multiples. Les bases incontournables doivent être parfaitement maitrisées, et certaines subtilités permettent de prendre du recul et de mieux interpréter l’examen ». 

J’aime bien cette expression, « prendre du recul« . Et c’est ce qui m’intéresse dans cette publication. La question qui revient en permanence, c’est celle de la précision des mesures. Par exemple, la datation de la grossesse : après avoir expliqué rapidement la méthode, l’auteur déclare très clairement :

« Ainsi nos comptes rendus devraient conclure à une date donnée +/- 7 jours. »

Ça fait un intervalle de 15 jours ! Finalement, c’est la date des dernières règles, la longueur « habituelle » du cycle menstruel qui permet d’établir une date à peu près correcte. Pas l’échographie !

Beaucoup de mesures sont effectuées, et sont attendues fébrilement par les futurs parents : périmètre crânien, « BIP », « DAT », longueur du fémur… Et sont sources de nuits de doutes, voire d’angoisse lorsqu’elles ne sont pas dans les normes. En fait, il semble que leur importance, dès lors qu’elles sont effectuées dans des populations à bas risque, est toute relative :

« Qu’en est-il de la mesure du périmètre cranien ? C’est la mesure la moins intéressante des trois mesures effectuées couramment, son intérêt est extrèmement modeste. »

« La mesure du diamètre bi-pariétal n’a aucun intérêt en dehors de certaines considérations de mécanique obstétricale. Il reste néammoins la mesure la plus reproductible de toutes. Elles est donc indispensable en période d’apprentissage. »

De quoi « prendre du recul« , non ? Ce qui est néanmoins étonnant, c’est que la pratique des échographistes, et surtout l’interprétation des valeurs qui est faite par les gynécos soient si éloignées de ces précautions, qu’ils ont donc bien dû apprendre un moment donné de leur formation !

Je souhaite terminer par une autre phrase de ce document, qui permet un peu plus de « recul » :

« Il est intéressant de savoir que dans une population à bas risque, l’estimation de poids foetal par examen clinique est aussi performante que par examen échographique « 

Pour un autre billet, avec d’autres références sur la précision des mesures en échographie obstétricale, c’est ici sur mon blog !

Mr Pourquoi

N.B. Dans ce cours, les notions de sensibilité et de spécificité d’un examen.

La sensibilité, c’est le pourcentage de cas où le « problème » à détecter est effectivement mis en évidence. La spécificité  correspond, parmi les cas déclarés positifs, au pourcentage de cas réel. Par exemple, un test de sensibilité de 80% détecte 80% des cas (donc 20 % de faux négatifs). Un test de spécificité de 60%, a parmi les cas déclarés positifs, 6 cas sur 10 réellement positifs (40% de faux positifs)

9 réflexions sur “Les mensurations foetales aux échographies…

  1. Super intéressant, ton article comme le lien ! J’ai eu cette semaine la première écho de mon deuxième bébé et si les mesures, hormi la clareté nucale me laissent sereine, si je les compare avec l’echo de mon premier ce bébé est complètement disproportionné :-) plus petit et grands pieds ! Bien garder le recul en effet..,

    • Merci ! à titre d’exemple, le briochin pesait 200 à 300 g de moins qu’attendu. Bref, au 60-70e percentile pour la plupart des mesures, contre souvent plus du 90e percentile (donc eisiem »macrosome ») lors de l’échographie du troisième trimestre… Heureusement que ce n’était pas notre premier, je ne sais pas trop ce qu’on nous aurait prédit comme malheur sinon…

      • Merci pour cet article MrD !
        Moi il y a un truc qui m’a toujours gonflée avec ces mesures (auxquelles je n’ai jamais accordées beaucoup d’importance faut dire), ce sont les centiles justement… Pourtant, la science est mon quotidien, mais je n’ai jamais bien compris cette notion de centile ! Faut dire aussi que j’ai pas fait l’effort ;-))

        • Alors, si j’ai bien compris, quand tu es au XXeme percentile pour telle mesure, c’est que XX % de la « population témoin » est en dessous de ta valeur. Donc 10 percentile, ça peut être très proche ou très éloigné de la moyenne, tout dépend de la répartition des valeurs de la mesure dans la population !

          • C’est bien ce qui me semblait. Très complexe comme notion lorsqu’il s’agit de donner des résultats à un public lambda, et même avisé !!
            Merci quand même :-)

  2. Ca tombe bien, je viens juste de lire (et de partager sur twitter) l’article en lien, comme quoi ^^ Merci pour ces articles !

  3. Merci pour ton article.

    Il est vrai que ce n’est pas toujours facile de prendre du recul surtout quand c’est ton premier enfant. Heureusement que les échographie parfois ne montre pas tout, sinon je n’aurai peut-être jamais accouché naturellement par voix basses de ma première fille. La sage-femme qui m’a accouché, après la naissance de Butternut m’a dit : vous la cachiez bien, si nous avions su qu’elle était aussi grosse on se serait un peu plus inquiété! Et bien il ne fallait pas! Car j’ai accouché sans aucune difficulté de mon gros bébé de 4kg400 (prédit à maxi 3kg700 !)

    En Allemagne, à l’hôpital les sage-femmes effectuent une écho juste avant l’accouchement pour voir la position du bébé et sa taille. Je ne sais pas si cela est un bien ou un mal, car cela ne met-il pas une pression supplémentaire sur la femme qui accouche : angoisse d’un bébé trop gros à sortir… ?

  4. la sage-femme chez qui j’ai fait toutes mes échographies a eu la grande sagesse de ne jamais pronostiquer le poids de mes bébés avant la naissance, tant la marge d’erreur peut être grande ! (elle s’est simplement permis pour le deuxième de me prédire qu’il serait plus gros que la première, ce qui s’est effectivement vérifié)

  5. Pingback: Des infos, des certitudes et du stress ? {mini-debrief} « Les Vendredis Intellos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.