Ecole : la semaine de 5 jours est-elle une bonne alternative ?

L’école. Un  sujet qui continue de défrayer les chroniques… et nos vies de mamans depuis plusieurs mois. Après la réduction de l’effectif des enseignants, l’augmentation de leur temps de présence, avec le changement de président et de gouvernement, de nouvelles propositions voient le jour. Parmi elles, la semaine de 5 jours.
Annoncée par le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon sans concerter ni collectivité ni les associations jeudi 17 mai – même pas 24 heures après sa nomination -, la semaine de 5 jours devrait être appliquée dès la rentrée 2013 pour les classes de primaire !

La semaine de quatre jour, instaurée par Xavier Darcos en 2008, impose des journées (trop ?) denses aux enfants. Ce qui est mis en cause : leur fatigue.
A l’heure actuelle, le mercredi matin serait travaillé et l’école finirait à 15h30. Bien bien bien. Voilà pour la théorie. Mais en pratique ?

Plusieurs questions se posent : que font les enfants à 15h30 quand les parents travaillent ? Qui assume les frais inhérents à ce changement ? Les communes ?

Concrètement, des écoles à Angers testent depuis deux ans la semaine de 5 jours. Pause de deux heures à midi, fin du cours à  15h30, activités périscolaires et transport gratuits après l’école. Les conclusions de l’étude seront données en septembre. Mais d’ores et déjà, il semblerait que parents, enfants et enseignant voient cette expérience très positivement…

Des études ont également été menées par l’Académie de médecine sur l’aménagement du temps scolaire et la santé de l’enfant. Ce que l’étude dit :

  • En dehors de toute maladie, l’enfant est souvent fatigué à l’école. Cette fatigue est souvent en rapport avec un excès d’activités, qu’elles soient de loisirs (activités sportives, activités artistiques, temps passé devant l’ordinateur, …) ou de soutiens scolaires divers (cours particulier, surinvestissement des parents dans le contrôle des devoirs et leçons, …). (…) La qualité des résultats scolaires de l’enfant fatigué s’en ressent et peut aller jusqu’à l’échec scolaire si les adultes en charge de l’enfant (parents, enseignants, médecin) ne sont pas en mesure d’en neutraliser les raisons en améliorant la qualité de vie des enfants concernés.
  • Les semaines de 4 jours, 4 jours et demi ou 5 jours de classe ont fait l’objet de recherches qui montrent que l’aménagement hebdomadaire en 4 jours n’est pas favorable à l’enfant car celui-ci est plus désynchronisé le lundi et le mardi matin que dans la semaine habituelle de 4 jours et demi. Par ailleurs, un certain nombre d’études ont établi que les performances mnésiques sont meilleures après un week-end de un jour et demi comparé à un week-end de deux jours comme dans la semaine de quatre jours actuelle.
  • Une expertise collective de l’INSERM menée en 2001 à la demande de la CNAM souligne que les variations hebdomadaires de l’activité intellectuelle seraient, à la différence des variations journalières, davantage le reflet de l’aménagement du temps scolaire que d’une rythmicité endogène propre à l’élève.
  • L’évaluation des différents aménagements expérimentaux par les chronobiologistes et psychologues amène à quatre enseignements :
    1 – Les variations journalières des performances intellectuelles sont encore plus présentes chez les élèves qui ne maîtrisent pas la tâche : plus le niveau des élèves est élevé, moins leurs résultats varient dans la journée ou la semaine.
    2 – Les activités péri- et extra-scolaires (socioculturelles et sportives) sont importantes, lorsqu’elles sont bien dosées, car elles participent au déroulement harmonieux des différentes phases du sommeil et à l’épanouissement physique et psychique des élèves en améliorant les comportements, l’écoute, l’attention et donc l’apprentissage.
    3 – Libérer du temps pour l’élève n’est pas forcément synonyme d’épanouissement sans politique d’accompagnement (péri- et extra-scolaire).
    4 – Eviter la semaine de 4 jours car elle engendre une journée scolaire plus chargée ou une réduction des « petites vacances » ou un allongement du 1er trimestre. La libération du temps est profitable à l’enfant si son milieu culturel environnant le permet. En l’absence d’encadrement, l’enfant est laissé à lui-même (abus de temps passé devant la télévision, l’ordinateur ou dans la rue).

Mais réfléchissons un moment… Pour le moment il s’agirait donc de déplacer les heures de travail sur une matinée. Cela améliorerait certes la fatigue des enfants et leurs facultés à apprendre. Mais point d’augmentation de temps d’enseignement alors que beaucoup de professeurs s’accordent pour dire que caser les programmes dans 24 heures de cours dans une semaine relève de l’exploit… voire de l’impossible. N’est-ce pas là une fausse réforme ? L’arbre qui cache la forêt ?

Et vous, vous en pensez quoi ? Vraie ou fausse bonne idée ?

 

13 réflexions sur “Ecole : la semaine de 5 jours est-elle une bonne alternative ?

  1. Je trouve bien plus équilibrant pour un enfant d’etaler ainsi les heures de classe et j’espère que Peillon ne se dégonflera pas face aux mécontents qui ne pensent pas tant aux.enfants qu’à eux meme.
    Je me pose la question aussi de qui va supporter les frais de garde etc, mais j’ai toujours espoir que quand on décide enfin d’ecouter les enfants on aille au bout… il est vrai qu’il est gratuit ou presque de laisser son enfant à l’école de 8h à 18h30 mais ce n’est pas sa place et les institutions devraient changer l’objectif de débarrasser les parents pour celui de s’occuper des enfants en proposant d’autres activités que de rester sur une chaise aussi longtemps… pourquoi ne pas imaginer d’organiser des ateliers arts ou sports de 15h à 17h au rythme tout doux pour ne pas surcharger ? Certes il faut recruter, mais il me semble que Hollande n’a pas prévu de faire des économies dans l’éducation alors autant que ça serve l’enfant plutôt que les parents.

  2. Et quand est-ce qu’on va arrêter d’inventer des systèmes comme ça « parce que ça a l’air bien » et qu’on va commencer à regarder autour de nous ce qui fonctionne. Changer les horaires ne changera rien sans changer la formation, sans changer l’infrastructure, sans changer la motivation des professeurs, sans changer l’implication des parents, sans changer le programme scolaire, etc etc.
    Quand est-ce qu’on va définir le but qu’on essaie d’atteindre avec notre éducation et qu’on cherche quels moyens nous amèneront vers la réalisation de ce but? Quels systèmes fonctionnent, quelles sont les réussites à l’internationale?

    On est très loin de la réelle cause du souci de l’éducation française.

  3. Personnellement, moi la samedi matin ça ne m’arrange absolument pas. Les deux jours de week-end sont pour moi un temps familial important. Il nous permet de passer du temps ensemble, d’aller voir la famille qui n’est pas proche de nous (autant dire toute notre famille). Le reste de la semaine c’est la course et mes enfants, je ne les vois que trop peu. Est-ce que je suis égoïste ? Oui, peut-être. Mais n’est-ce pas non plus important pour mes enfants de pouvoir profiter de leur famille ? Peut être que je dois changer de travail pour ça ?
    Si les journées sont plus allégées la semaine, cela ne le sera pas pour mes enfants. Ils devront rester tout autant à l’école parce que mes journées à moi ne seront pas allégées. Je veux bien qu’on réfléchisse à des solutions pour améliorer la qualité des enseignements et des apprentissages. Mais je voudrais que cela soit réfléchi et non un effet d’annonce pour montrer « qu’on bosse ». Je voudrais que cela soit réfléchi dans sa globalité.

    • J’ai toujours eu classe le samedi matin en.primaire et j’avais cours du lundi.matin au samedi.midi y compris le mercredi au lycée (du.coup des vraies pauses repas, entre autres avantages) et mes.parents ou.moi.trouvions.du temps en famille et pour.aller.voir.ma famille loin ou la faire venir (les.congés.payés servent à ça, les vacances scolaires en très grand nombre aussi).
      Le.souci c’est seulement que.depuis quelques années on.a pris.d’autres habitudes, mais sans que le.confort.des enfants n’en.soit amélioré avec tous les changements de rythme dans une même semaine.

      • Il y a aussi beaucoup de familles qui regrettent le samedi matin : un temps à la maison sans les enfants, et la possibilité de rencontrer l’enseignant.

  4. Je trouve aussi que sur 5 jours réguliers, la fatigue serait moins élevée qu’avec cette semaine de 4 jours où les journées n’en finissent plus, comme Cécilie… Mais comme tu dis Kiki the mum les soucis n’en disparaissent pas pour autant : quid du nombre d’enseignants (ce n’est pas avec 1000, 2000 ou même 3000 enseignants en plus que prévu qu’on va soulager les effectifs absurdes dans certaines classes/écoles !! ), quid du nombre d’élèves par classe bloqué à 15 maximum (le maximum pour un accompagnement digne de ce nom il me semble), quid des maîtres RASED que l’on veut faire disparaître et qui ne peuvent prendre en charge les soucis liés aux effectifs et aussi aux programmes trop rigides, pas plus que les enseignants ne peuvent rajouter indéfiniment au bout de leurs journées des heures de soutient pour pallier à ces dysfonctionnements créées par les programmes et leur manque de souplesse pour tous ces élèves qui ont besoin plus que les autres (et ils sont de plus en plus nombreux, ou bien en fait ils en ont tous besoin) d’un accompagnement sur mesure !! et j’en passe…

    Comme Ilse, je me demande pourquoi en France, en éducation nationale, comme en périnatalité, on ne regarde pas ou presque pas (du coin de l’oeil, comme si ça ne pouvait pas valoir grand chose) ce que font les autres, non que la solution parfaite existe, mais que prendre les choses par le fonds au lieu de toujours croire que changer la forme va faire disparaître les problèmes !!

    Bref, y’a du boulot pour le nouveau gouvernement !

    • Ça n’enlève rien aux autres problèmes mais il faut bien commencer quelque part, non ? La semaine de quatre jours imposée à tous est récente et n’a rien.donné de bon alors.pourquoi autant de résistance à la supprimer ? Si ce.n’est par rapport au.confort.des adultes…

  5. Je suis assez d’accord avec Isle, je trouve que tout cela semble manquer de projet global. Peut-être qu’il y en a un qu’on ne connaît pas… Mais j’ai la sensation que les réformes vont et viennent sans réelle finalité (à part celle de montrer qu’on bosse, et très (trop ?) vite en l’occurrence). On teste, on met un coup de pinceau par-ci, un coup de rouleau par-là, mais on n’a aucune idée de ce qu’on est en train de dessiner ?

    Si on part du principe que les journées sont trop longues, qu’est-ce qu’en rajouter une va changer et pour combien d’enfants ?
    Pour ceux qui ont un parent à la maison ça peut effectivement alléger le poids la journée, tant mieux pour ceux-là.
    Pour ceux qui doivent se lever très tôt pour aller à l’école ça fera un lever aux aurores de plus.
    Comment vont devoir évoluer les centre aérés qui vont accueillir beaucoup d’enfants une heure de plus ? Et quel coût pour les parents ?

    C’est peut-être une très bonne réforme, je n’en sais rien, je n’ai pas d’enfant qui va à l’école. Si ça peut atténuer leur fatigue alors c’est très bien. Mais je crois que je serais bien moins sceptique si cette réforme était présentée comme faisant partie d’une série connue à l’avance, établie pour atteindre un système bien particulier.

    • L’argument de l’heure du lever n’est pas le bon : un enfant (comme un adulte d’ailleurs) est moins fatigué de se coucher et lever chaque jour à la même heure qu’en ayant des changements de rythme.plusieurs fois par semaine.

      Évidemment on touche à l’intérêt des parents, qui est de laisser l’enfant à l’école de tôt à tard, et c’est là que se trouve la résistance. Il faudrait plutôt réfléchir à.trouver d’autres occupations qui fatiguent et surchargent moins, que se dire que de toute façon ils.resteront à l’école alors on va pas modifier.

      Reformer une telle institution relève du défi et demande d’accepter d’être impopulaire. Bon courage au gouvernement qui s’y mettra !

  6. La semaine de 5 jours , pourquoi pas… pour l instant je ne suis pas concernée, mes enfants ont 2 et 22 mois
    Cependant, ce changement pourrait avoir de grosse conséquence familliale
    Le papa avait déjà 2 enfants (7 et 10 ans)
    Nous les avons en garde 1 week end sur 2 , soit 4 jours par moi, ce qui est peu
    S ils devaient aller à l école le samedi matin, nous devrions donc raccourcir les moments en famille… et je ne pense pas que cf soit bon pour eux

  7. Les arguments mis en avant sont recevables mais je constate un grand manque de précision:
    – les changements envisagés impliqueraient une augmentation de 40 jours d’école par an pour les élèves et les enseignants.
    – aucune information concernant les actuelles 2 heures hebdomadaires d’aide personnalisée. Seront-elles maintenues ou non? A quel moment de la journée?
    – les rythmes les plus importants à respecter étant l’alternance de 7 semaines de classe et de 2 semaines de repos, le ministre aura-t-il le courage de se mettre à dos de nombreux acteurs économiques (hôtellerie, restauration, voyagistes…)
    – je ne vois rien sur les contenus. Depuis combien d’années nous parle-t-on d’un retour aux fondamentaux tout en continuant d’alourdir les programmes avec des heures de sport, de morale, d’informatique, d’anglais, d’histoire des arts… Toute personne sensée est capable de comprendre qu’en 27 heures d’enseignement hebdomadaire, bien souvent, la maître applique la règle du « ça ou ça » et non celle du « ça et ça ». A quand la fin du saupoudrage des savoirs.
    – « ceux qui aiment les enfants devraient comprendre qu’il est nécessaire de travailler le mercredi ». Culpabilisation ou concertation?
    Réformer est nécessaire. J’avais l’espoir fou que cette fois ci, enfin, ces réformes se feraient avec les enseignants, pour construire dans la durée.

  8. Les constats et le recommandations de l’Académie de Médecine ne sont pas nouveaux , on en parlait fin 2010
    http://phypa.over-blog.com/article-temps-scolaire-60306752.html

    En effet le temps scolaire français est l’un des plus court avec les horaires les plus chargés.
    Je crois que tout le monde est d’accord aujourd’hui pour admettre que les semaines de 4 jours c’était une ânerie du point de vue du rythme des enfants.
    Ajouté à l’augmentation continue du contenu des programmes, et à la dégradation de la formaiton des enseignants …

    Et il y a eu en fin d’année dernière une concertation sur les rythmes scolaires, qui aboutit aux recommandations que le gouvernement compte appliquer.
    http://www.education.gouv.fr/cid56729/la-reflexion-sur-les-rythmes-scolaires.html

    Je l’évoquais à nouveau courant avril :
    http://phypa.over-blog.com/article-a-propos-des-rythmes-scolaires-103402595.html

    C’est clair que cela touche profondément les familles, et c’est normal qu’il y ait débat. Dommage que les débats et expériences antérieures, comme l’expérience « cours le matin- sport l’après-midi », n’aient pas été plus médiatisés.
    http://eduscol.education.fr/cid53219/experimentation-cours-matin-sport-apres-midi.html

  9. Pingback: Cas d’école {mini-débrief} « Les Vendredis Intellos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.