Dr Web et la grossesse 2.0

 » Internet calme (mieux que les médecins ?) les angoisses des primipares. « 

Quand j’ai découvert ce matin cet article dans Le Quotidien du Médecin, j’ai immédiatement pensé aux VI. Bon sang mais c’est bien sûr, je tiens là mon sujet de la semaine ! Voilà en substance son contenu (car je ne crois pas qu’il soit accessible aux non-abonnés…) :

Les femmes enceintes sont entre 83 % et 98 % à utiliser Internet au cours de leur grossesse pour s’informer, en particulier sur l’accouchement. Une étude parue dans le Journal de Gynécologie Obstétrique de mai trace leur portrait : des primipares avec un haut niveau d’étude et une profession. Une réalité qui pourrait modifier le rôle du professionnel …

 …/…
Pour connaître ces femmes et surtout pour « aider le professionnel à mieux informer les patientes », le Dr Jacky Nizard, du service homologue à la Pitié-Salpêtrière (AP-HP) et Anne-Sophie Leune, sage-femme au service de gynécologie obstétrique du centre hospitalier intercommunal de Poissy (Chips) ont réalisé une enquête* auprès des patientes du Chips (de juillet à novembre 2009) et auprès d’internautes(d’octobre 2009 à janvier 2010), qui se sont « autoadministrées » le questionnaire.
…/…
Ces femmes enceintes qui titillent la souris recherchent sur la toile des informations sur l’accouchement ou sur le calendrier des examens à effectuer. Dans une moindre mesure, elles se renseignent sur le congé maternité, les complications fœtales ou obstétricales, et les conseils alimentaires ou l’allaitement maternel.Internet leur paraît facile d’accès (entre 80 et 90 %), contrairement à un médecin peu disponible, et anonyme, une qualité plébiscitée à 80 % chez les internautes. Les femmes victimes de complications obstétricales ou fœtales se tournent davantage vers les forums, qui compensent la faiblesse du tissu associatif en France.Fait marquant, les parturientes ont confiance dans l’information diffusée sur la toile à 57 % pour les patientes de l’hôpital et 80 % pour lesinternautes. Un résultat qui interpelle alors que 22 % des femmes des 2 populations invoquent le manque de confiance envers le professionnel de santé qui suit la grossesse pour justifier leur démarche.

Que les femmes enceintes surfent pour se renseigner, ça me parait tout naturel aujourd’hui. Que celles qui  rencontrent des complications dans leur grossesse se tournent vers les forums m’inquiète un peu quand on sait ce qu’on peut, parfois, y lire (attention je ne jette pas bébé avec l’eau du bain, mais quand même…) Je me souviens au début de ma 1ère grossesse avoir trainé un peu sur D*****imo, alors même que je n’avais aucun souci particulier. Ben j’ai vite arrêté ! Parce que ça ne m’a pas, mais alors pas du tout, rassurée ! Du coup, comme les auteurs de cette étude,on ne peut que déplorer la faiblesse du tissu associatif sur cette thématique de la maternité (allez, d’ici quelques mois, avec la création de l’association par Mme D, ça devrait aller un peu mieux non ? ;-)
N’empêche, c’est du côté des médecins, des sages-femmes, des autres mamans, à l’occasion des rendez-vous mensuels et des séances de préparation à l’accouchement que les femmes enceintes devraient avant tout être écoutées, rassurées, informées ? Car sur les internet, comme dit ma grande poulette, on trouve tout et n’importe quoi. Et il n’est pas toujours facile pour l’internaute de savoir évaluer la qualité d’une source (se pose t’il même la question ?!) [ Pour moi, qui suis journaliste, la question de la source est primordiale ! ] La certification HON mise en place depuis quelques temps par la Haute Autorité de Santé pour les sites web français traitant de la santé aide un peu, mais c’est loin d’être la panacée. Il n’est d’ailleurs d’aucune utilité pour juger de la pertinence des informations trouvées sur un site ! Et puis tout le monde s’en fout ou presque :  seules 9 femmes sur les quelques 800 interrogées dans cette étude mentionnent le label HON comme un critère dans leurs recherches…

L’autre chose que je trouve très inquiétante dans cette étude, c’est qu’elle révèle que près d’un quart des femmes invoquent le manque de confiance envers le professionnel de santé qui suit la grossesse pour justifier leur démarche de recherche d’infos sur internet. Ouaouh !! Un quart des femmes n’ont pas confiance dans celle ou celui qui suit l’un des événements physiques, et probablement psychiques, les plus importants de leur vie ?! Messieurs, mesdames les professionnels de santé, il y a de quoi sérieusement vous remettre en question, non ?

Bon, heureusement, sur les internet, il y a aussi les VI, et ça, ça fait un bien fou !!

Miliochka

*Le résumé de l’étude se trouve ici, mais le texte intégral n’est disponible que pour les abonnés…

She&Me, Arles 2010 © Miliochka

Publicités

14 réflexions sur “Dr Web et la grossesse 2.0

  1. Je côtoie les forums. Mais avec le temps, de moins en moins. Combien de fois je me suis dit en lisant un sujet « Mais pourquoi n’appelle t’elle pas son médecin ? » Les forums ont cette capacité à faire ressortir le pire de toutes les situations. Personne n’ouvrira un sujet « C’est juste pour vous dire que je vais bien ». On poste parce que ça ne va pas et donc je trouve ça très anxiogène.
    A côté de ça, pour ma dernière grossesse, Internet m’a bien servi. Il m’a permis de mettre en doute les « vérités » énoncées par certains médecins. Il m’a permis de me faire ma propre opinion, et de poser les bonnes questions aux médecins pour prendre ma décision. Il m’a permis d’éviter une amniocentèse parfaitement inutile avec les risques que ça comporte. Mais je m’en suis servie comme une source supplémentaire et alternative d’information et non comme la source de LA Vérité…

    • Bien d’accord avec toi Mme Koala sur la façon d’utiliser Internet. Malheureusement je pense que bien peu font ainsi, et que beaucoup prennent pour argent comptant la première info qu’ils trouvent… Autrefois on apprenait à trouver une info, mais aujourd’hui où l’on trouve tout (et n’importe quoi) tout de suite, personne ne sait discriminer les sources. Il n’y a qu’à voir le nombre de fausses infos, rumeurs, et autres chaînes à la con que l’on peut trouver sur les forums, facebook et cie… C’est bien dommage ! L’esprit critique face aux sources d’infos devrait être enseigné à l’école !

      • Ca me fait sourire car cela est très proche du sujet de mémoire + thèse de mari chéri. :-)

        • Le sujet de mari chéri, c’est les sites santé et leurs usages par le grand public, ou bien la discrimination des sources d’infos sur le net ?!
          Pour le 1/ il y a une étude très intéressante en ce moment menée par les sites institutionnels (type INPES, Afssaps etc…) sur les publics non professionnels qui fréquentent leur site, et sur le 2/ cela me semble à moi qqchose d’incontournables aujourd’hui à apprendre aux élèves…

  2. Merci Miliochka pour ta participation !! Tu as levé ici un lièvre très intéressant en soulignant comment le comportement des femmes enceintes face à la confiance qu’elles ont en Internet traduit un sérieux malaise avec le corps médical. Le HON code ou même une certification des sites médicaux plus sérieuse ne servirait à rien si le corps médical ne prend pas conscience de la défiance d’une partie de leur patientèle envers eux. Est-ce Internet qui creuse le fossé ? Peut-être, mais la manière dont les médecins exercent la médecine aujourd’hui – parfois ils n’ont pas le choix pour des raisons de budget bien sûr, je pense dans les hôpitaux par exemple – est souvent trop loin de l’humain, et on le voit particulièrement dans le cadre des grossesses. Certains se positionnent comme détenant le savoir et assène des vérités… médicales. Aussi, il me semble – mais cela est personnel – que la médecine occidentale gagnerait à ne pas négliger le psychisme (le corps et l’esprit sont liés, merci hein) à tirer le meilleur des autres médecines dites alternatives ou étrangères plus centré sur l’humain comme un tout. Cela commence d’ailleurs à bouger quand on voit que l’acupuncture se fait une petite place, que l’hypnose intègre certains services…
    Mais peut-être est-ce également le reflet d’une société qui se veut plus en plus égoïste et individualiste, courant après le temps, oubliant de le prendre…

    • Je cite : « Le HON code ou même une certification des sites médicaux plus sérieuse ne servirait à rien si le corps médical ne prend pas conscience de la défiance d’une partie de leur patientèle envers eux »
      Absolument d’accord avec toi Kiki !!!! Une sérieuse remise en question est absolument nécessaire, et c’est en partie l’intérêt d’une telle étude.

      Maintenant, savoir d’où vient cette défiance… ?
      À mon avis pas d’internet, celui-ci n’est qu’un outil, qu’un symptôme j’ai envie de dire ;-)
      Ceci dit, pour prendre la défense – un tout petit peu – du corps médical, il leur est en France très très compliqué de s’exprimer, prendre position, expliquer envers le grand public. D’abord ils ne sont quasiment pas formés à ça, ensuite sur Internet c’est légalement très encadré (à juste titre ? les médecins n’ont par exemple pas le droit de faire de la publicité, et par extension de la communication), ce n’est pas valorisé par la profession etc… Je m’en rends compte tous les jours quand, pour mon métier de journaliste scientifique, je cherche à interviewer des spécialistes. Trop rares sont encore ceux qui savent répondre aux questions que se posent pourtant leurs patients (bon soyons optimistes, ça bouge quand même et plutôt dans le bon sens !)

  3. J’ai fui Doc… et tout forum médical depuis bien longtemps (avant d’être enceinte actuellement j’ai eu un cancer il y a 3 ans et donc je me suis rendue compte à quel point toute recherche arrivait toujours sur le « worst case scénario ». Toutefois, j’ai vraiment du mal à faire confiance à certains professionnels de la santé: celui avec qui vous préparez votre grossesse plus d’un an avant la conception cause cancer précédent mais qui découvre vos analyses à chaque rendez-vous (alors qu’elles lui sont transmises par internet) quand vous lui sortez la copie que vous en avez faite, qui se plante gravement sur le début de grossesse mais vous affirme à vous et au papa que tout va bien tout en faisant un courrier alarmiste au gynéco et au médecin généraliste pour se couvrir, le gynéco qui vous dit que l’accouchement on en parlera plus tard (et oui, mais là c’est dans moins de 3 mois et en accouchant en août j’ai un doute sur la possibilité d’en parler en juillet vu vacances etc etc….) Dans beaucoup de régions de France, dont celle où je suis, je n’ai pas de choix avec une maison de naissance ou un AAD, ou une salle nature. C’est maternité IIa ou III et pas le choix…. Et oui je suis universitaire avec une profession et non je ne me sens pas écoutée ni suivie par les professionnels… Sans toutes finir sur les forums, je pense que nous sommes nombreuses dans ce cas….

  4. c’est intéressant !
    les forums à mon humble avis servent de relais d’écoute là où le personnel médical est absent… après pour la qualité des infos, c’est vrai que ça laisse à désirer mais ça apprend aussi à être vigilant. En cas de complication mieux vaut oublier les forums si on ne veut pas stresser, mais pour s’informer sur l’allaitement, ou toute autre chose de la vie de parent c’est royal, surtout que des forums spécialisés avec des contributions bien supérieures en qualité à Doc****imo existent. Ou des sites comme les VI :-)
    c’est sur internet que j’ai rencontré des personnes qui m’ont vraiment aidée quand j’étais enceinte et jeune maman, ou qui m’ont orienté vers les bonnes personnes (LLL, médecin s’y connaissant réellement, sage-femme super…). Sur internet il y a aussi des personnes bienveillantes qu’on ne rencontre pas autrement :-)

  5. Merci pour cet article!
    En fait moi j’ai rencontré 2 types de forum: Les forums généraux et les forums spécialisés: Je crois que quand on chercher une information générale sur google, on a 3/4 chances de tomber sur un forum g♪0néral type doctissimo et là moi je passe mon chemin, c’est fou le nombre de bêtises qu’on peut lire à la minute, pis alors affirmé avec aplomb! En revanche si on choisit bien ses mot-clés, on peut tomber sur un forum spécialisé et là j’en ai vu de très bons. effectivement je pense que ça peut remplacer un tissu associatif lacunaire parce que ce sont des gens qui parlent de choses qu’ils connaissent. Sur mon infertilité, une fois trié les bons sites, on peut très bien s’informer sur une pathologie particulière par exemple, parce que les femmes qui l’ont vécu avant toi en savent souvent plus long qu’un généraliste ou un gynéco qui fait peu de fertilité…
    Ceci dit, je suis d’accord avec toi, le nombre de femmes qui n’ont pas confiance en leur m♪0decin est alarmant!

  6. Pingback: Porter et enfanter… en étant informée ! [mini débrief] « Les Vendredis Intellos

  7. Moi aussi je croyais que les forums étaient un amas de niaseries écrites par des nanas qui venaient juste papoter, et je n’ai pas eu la présence d’esprit de demander de l’aide sur doctissimo lorsqu’un déclenchement a été envisagé pour la naissance de mon fil en 2007.
    Combien je le regrette maintenant !!!!
    J’aurais reçu des réponses de personnes très bien informées, venant de milieux associatifs et militant pour les droits des femmes enceintes.
    J’aurais appris qu’à 41 SA + 3 jours il n’y avait aucune raison de déclencher, et surtout que le médicament qu’on m’a administré (le cytotec) n’est pas autorisé pour déclencher les accouchements et est extrêment dangereux (il y a eu des morts de bébés et de mamans)
    J’aurais peut-être évité l’hypertonie utérine qui a failli tuer mon fils, la césarienne en urgence et l’hémorragie grave du post-partum.
    Et on s’étonne que les femmes enceintes ne fassent pas confiance au corps médical (surtout lors de la 2ème grossesse !!!)

    Les véritables anneries se trouvent non sur les forums (même si certains sont d’un niveau à pleurer), mais sur les sites prétendument « informatifs ». Allez lire les articles sur le déclenchement ou l’épisiotomie de certains sites … c’est d’une niaiserie navrante.

    Même l’express reconnait le sérieux des forums et la compétence des personnes qui y écrivent:
    http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/a-quels-forums-de-sante-faut-il-se-fier_1117339.html

    • Merci cytotecsurvivor pour ton message. Je ne ferai pas de commentaire sur ce qui t’es arrivée, même si je le déplore, car je ne connais pas du tout cette molécule.
      Par contre, je trouve l’article de l’Express un peu léger ! Choisir comme expert pour juger de la pertinence des forums médicaux sur internet quelqu’un qui justement en a créé un, ça me semble totalement partial !! Et leur méthodologie pour faire un classement des « meilleurs communautés de patients » est plus que contestable ! Un article d’une « niaiserie navrante » selon moi…

      Ceci dit, ça n’enlève en rien l’intelligence collective qui émergent de certains forums. Et la question demeure : comment faire la part des choses dans les forums ? Il semble que ceux émanant d’associations de patients sont plus « sérieux » que ceux que l’on retrouve sur des sites d’éditeurs où est présente la publicité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.