La place du mensonge [Mini debriefing]

Tout dire, ne pas tout dire, mentir par omission, mentir tout court. Quand il est question de communication, la problématique du mensonge n’est jamais bien loin car il faut bien l’avouer la frontière est fine entre la vérité et le petit mensonge par omission pour protéger ou se valoriser. Quelle place lui donner à cette fameuse vérité et aussi quelle tolérance adopter avec son enfant ?

Ainsi, Dreiss se questionne sur la place du mensonge dans la communication avec son fils. Elle qui a pour habitude de tout dire au sein de son couple, s’interroge sur la place à laisser au mensonge dans la bouche de son enfant. Elle démarre sa réflexion à partir d’un article de Sciences Humaines résumant le livre de Dana Castro Petits Silences et Petits Mensonges.

Cette question du mensonge de l’enfant me semble assez complexe car elle demande de trouver et de montrer une limite au delà de laquelle ce que dit l’enfant n’est plus tolérable. Le tout en réussissant à respecter son jardin secret. Tout un programme !

La question du mensonge des parents est quant à elle complexe, mais elle dépend surtout de nous, adultes que nous sommes. On est en droit de se demander s’il faut tout dire à son enfant. Si tant est que l’on puisse tout se dire. J’aurais tendance à insister sur la notion très relative de la vérité. Effectivement, à part dans des cas très concrets qui sont monnaie courante dans la vie de tous les jours, il existe toute une gamme de nuances concernant nos sentiments, nos émotions, notre perception des choses. Réussir à dire la vérité en matière d’émotions c’est certainement ce qu’il y a de plus sain pour communiquer à bon escient,  mais encore faut-il être soi-même au clair avec ce que l’on ressent.

C’est le cas de la maîtresse d’école évoquée par Dolto dans Tout est langage, et dont nous parle Phypa dans son billet sur Parler vrai avec un enfant différent. Cette maîtresse d’école dit très clairement qu’elle ne veut pas d’une petite fille atteinte de trisomie 21 dans sa classe, sans honte aucune. Cette vérité crue qui pourrait en choquer plus d’un, permet à terme de dénouer une situation qui dans le mensonge se serait envenimée et engluée dans les frustrations et les incompréhensions. D’où cette question : devrait-on parler vrai avec un enfant différent ? Et plus généralement, à tout enfant ?

Je dirais, pour ma part, que les non-dits peuvent faire des ravages et au-delà de la vérité, c’est la sincérité qui me semble essentielle. Essayer tant que possible de poser les mots les plus justes mais aussi les plus adaptés à la situation, en toute sincérité, avec son enfant. L’apprentissage de cette communication de la sincérité est aussi toute une histoire pour nos enfants.

Homesweetmome.

4 réflexions sur “La place du mensonge [Mini debriefing]

  1. Merci pour ce débrief !
    L’important pour moi, ce n’est pas de tout dire, mais de dire la vérité… ou du moins notre vérité, qui parfois peut être différente de celle de l’enfant.

  2. Merci Homesweetmome pour ce mini-débriefing fort bien développé!!! Le mensonge et les non-dits bercent nos vies et il est vrai que le plus important reste la sincérité avec des mots pesés… Je suis assez d’accord avec Miliochka concernant la différentiation entre les vérités d’adultes et les vérités d’enfants… Nous ne voyons ni ne comprenons les chose de la même manier !

  3. Merci pour ce débrief, et pour le développement et prolongation de l’idée !
    Je veux en effet rester honnête avec mon fils, lui montrer l’exemple. Rester le plus proche de la vérité est toujours mieux pour nous tous, on a déjà du mal à se comprendre en temps normal, si en plus on y rajoute les mensonges … Maintenant je suis d’accord avec Miliochka et @lly sur le fait qu’il y a la vérité des adultes et celle des enfants. Tout ne peut pas être compris par un enfant, nous n’avons pas la même vision d’une situation.

  4. Je crois aussi qu’il ne faut pas tout dire ni à tout le monde, ni à ses enfants, tout en restant authentique.
    Par contre répondre aux questions, dire la vérité sur les choses qui concernent la personne à qui on parle, .. dans la mesure où elle peut l’entendre, et en faire quelque chose ce qui n’est pas toujours simple à apprécier.
    Par exemple « dire ses 4 vérités » à quelqu’un n’est pas toujours le mieux à faire . :?

Répondre à @lly02 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.