La pédagogie Montessori sort des beaux-quartiers!

L’histoire de la vie de Maria Montessori a été riche en rebondissements de toutes sortes. Une des choses à laquelle Maria Montessori tenait le plus, c’est le souci de rendre sa pédagogie accessible à tous. Ses débuts se sont d’ailleurs déroulés dans le quartier très pauvre de San Lorenzo, avec des enfants de la rue, des enfants livrés à eux-mêmes avec qui tout était à faire.

Cela a résonné particulièrement chez moi, enseignante de l’école publique, pour qui proposer la même chance à chaque enfant est une valeur bien réelle et une des  fondations de mon choix de carrière.

Et pourtant, depuis que je me suis intéressée à la pédagogie Montessori, convaincue par son bien fondé, j’ai quand même vite déchanté devant l’ampleur matérielle de la tâche.

La fabrication a ses limites, j’en ai déjà parlé dans mon blog ; et de toute façon, le fait que chaque matériel ne travaille qu’une compétence fait aussi que le nombre de chose à posséder pour mettre en place une pédagogie efficace est très (trop) important.

Mes réponses ont été

– d’essayer de proposer des ateliers payants, mais le moins cher possible. Sachant que tout ce que je reçois financièrement est réinjecté en matériel… Cet atelier c’était aussi me permettre de pouvoir avoir plus de matériel à proposer !!

– de commencer avec peu de matériel en classe en utilisant aussi ce que j’ai acheté pour l’atelier et en finançant une toute petite partie avec mon budget classe…

Mais…

Les premiers pas concrets de future école me font bien prendre conscience de la difficulté de rendre la pédagogie Montessori accessible financièrement à tous les foyers, même si tout sera mis en œuvre pour…

Me former chez La Pédagogie Montessori Aujourd’hui est aussi un engagement en ce sens.  Agnès ne prône pas une pédagogie « pure », mais propose de l’adapter dans nos classes, de la rendre accessible comme M. Montessori s’est adaptée à son public d’enfants à San Lorenzo.

A nous de partir de l’observation de nos enfants en classe pour avancer avec eux. On peut imaginer que Maria Montessori vivant encore serait restée fidèle à sa manière de faire : observer et adapter l’enseignement en fonction de chaque enfant…

Et puis il y a cette idée de paix, qui a aussi été très importante pour la pédagogue. Quel endroit plus adapté, me disait récemment ma collègue M, que nos classes où les enfants de tous milieux sociaux se retrouve à jouer, à apprendre ensemble?

Alors cet article de rue 89 a été une bouffée de bonheur !!

On y lit qu’ATD quart-Monde par le biais du « pré-pivot » propose à des enfants la pédagogie afin de lutter contre l’échec scolaire.

Pivot pour donner goût. Pivot comme passerelle.

« Depuis un an et demi, l’association expérimente donc cette méthode, qui vient en renfort de l’école, avec une trentaine d’enfants les mercredis et les samedis. Ils viennent tous d’une famille défavorisée qui a connu l’errance et qui a été relogée dans la cité du « 116 ».

Au total, ce sont une cinquantaine de familles qui ont perdu un logement dans le passé ou qui n’en ont jamais eu. Des foyers blessés qui doivent se reconstruire »

L’expérience est partie d’une observation :

« La misère se transmet souvent de génération en génération. L’école pourrait casser cette chaine mais beaucoup d’enfants des familles très pauvres y sont en échec. C’est dur de travailler à l’école quand on s’y sent mal parce qu’on a honte de l’endroit où on habite ou honte de ses vêtements.

C’est également difficile quand les parents ne s’y investissent pas du tout parce que, étant jeunes, ils y ont trop souffert ou parce qu’ils ne peuvent pas aider leurs enfants à faire leurs devoirs. »

Pas besoin d’aller dans des quartiers-cités pour faire ce constat. Combien de fois des parents ont refusé un simple rendez-vous annuel avec moi, l’entrée dans l’école leur rappelant l’échec cuisant de leur propre scolarité ?! Cela fait des parents plein d’espoir, mais en même temps craintifs et méfiants avec ce moyen de s’en sortir !!

Alors nous avons d’une part des pressions « au secours aidez-nous » mais aussi des pressions « pfff, de toute façon c’est couru d’avance »…

Nous retrouvons dans la proposition d’activité beaucoup des composantes de la pédagogie : la liberté du choix d’activité, le mélange des âges,  le respect des périodes sensibles…

Et des premiers résultats : des progrès visibles à l’œil nu.

« Je vois des évolutions chez des enfants qui s’expriment de mieux en mieux. Il y a un petit garçon de cinq ans qui ne prenait jamais de crayons car il n’arrivait pas à les utiliser. Maintenant, il dessine tout seul. Il est fier de nous montrer ses requins et ses dinosaures. »

Bien entendu, il est toujours difficile de mesurer l’impact de ce genre d’actions. Les enfants auraient aussi appris à l’école ou dans d’autres milieux familiaux etc.

Cependant, la pédagogie y participe et joue un rôle important de révélateur, la proposition des activités au bon moment, elle permet des avancées concrètes dans les apprentissages scolaires mais aussi et surtout du point de vue de la construction de la personnalité de l’enfant.

D’ailleurs l’animateur le dit ici :

« Nous n’avons pas un objectif d’apprentissage mais plutôt un objectif de construction de la personne. L’enfant doit avoir l’estime de lui-même et bâtir sa relation aux autres.

Le but n’est pas d’obtenir un diplôme mais de devenir un homme construit, un citoyen engagé capable de prendre des décisions. A aucun moment il ne doit se sentir jugé, si ce n’est positivement. »

Que dire… mon cœur se gonfle d’espoir et de bonheur. Puisse cette expérience venir aux oreilles ou aux yeux de ceux qui ont du pouvoir de décision en éducation…

Que vive dans la durée cette expérience et qu’elle fasse des petits !

Anna des mouettes

Publicités

12 réflexions sur “La pédagogie Montessori sort des beaux-quartiers!

  1. J’ai lu l’article aussi (j’ai même failli en parler ici ^^) J’ai trouvé l’initiative très louable, mais l’article m’a laissé un peu perplexe sur la façon de traiter le sujet.
    Je ne sais pas comment dire ça, j’ai eu l’impression que le journaliste prenait les familles en « pitié ». Le terme est un peu fort mais je n’ai pas trouvé mieux…
    Après, Montessori, je ne connais pas beaucoup, aucune idée de si c’est cantonné à certains « beaux-quartiers » le plus souvent…
    En tout cas, il faut que ce style d’initiative perdure et se multiplie. Ca ne peut être que bénéfique. ^^

    • Je n’ai pas ressenti cela, moi j’ai adoré les citations des éducateurs!
      Peut-être que j’ai trouvé ça bien aussi justement parce que dans Montessori on est toujours dans les grands clivages enfants bons à l’école, enfants mauvais à l’école, enfants favorisés financièrement, enfants non favorisés etc
      Et puis, c’est la critique la plus facile quand on parle de Montessori, le fait que cela soit adressé qu’à une certaine élite de population…
      J’ai lu (et relu) avec ces idées =)

      • Concernant la question de sélection sociale vis à vis de la pédagogie Montessori, je crois malheureusement que le fait qu’elle soit majoritairement pratiquée en école privée (généralement hors contrat) ou à l’initiative de parents instruits (du moins familiers avec la culture de l’écrit) l’explique grandement…mais ce ne me semble pas être une conséquence de l’approche de Montessori en elle-même mais plutôt des réticences du système actuel d’intégrer des approches différentes dans l’éducation pour tous (que l’on parle de Montessori ou non d’ailleurs!)…

        • Absolument!!
          Oui, oui, je pense aussi que c’est dû au type d’école qui survit pour cause de rejet dans le système traditionnel!
          C’est pourquoi… ce que c’est bon d’entendre des essais ailleurs que dans ces milieux!

        • D’autant plus qu’à la base, Maria Montessori a développé sa méthode en ouvrant sa première maison des enfants précisément pour des enfants de quartiers défavorisés de Rome… avant que sa méthode ne soit reprise avec tous les enfants, quelles que soient leurs origines, et fasse ses preuves partout.

  2. Merci pour avoir relayé cet article que je trouve aussi très intéressant ! En quelque sort, grâce à ATD quart monde, cette pédagogie retrouve son « terreau d’origine » puisque Maria Montessori l’a développée d’abord à l’adresse d’enfant considérés comme déficients, puis ensuite vers les enfants des ouvriers pauvres de la « casa dei bambini » de Rome… C’est quand même dommage que ces méthodes n’aient pas plus d’échos dans les maternelles d’aujourd’hui.

    • Avec plaisir! Oui, c’est l’idée. Et c’est tellement contraire à tout ce qu’on entend sur Montessori que ça fait du bien =)
      Quelques échos isolés qui tendent à se multiplier… courage! il faut partager!!

  3. Merci Annadesmouettes pour ce relais de cet article très intéressant même si à mon niveau je e suis pas du tout un expertes de la méthode Montessori. Ta participation me donne vraiment envie de découvrir cette méthode qui semble avoir déjà fait ses preuves… Effectivement, je suis assez d’accord avec le fait qu’il est temps que les oreilles des décidants s’intéressent à ce genre d’expérience pour en tirer les bonnes leçons et mettre en place de nouvelles pratiques efficaces…

  4. Montessori dans les beaux quartiers, oui… Ne serait-ce que par le coût des écoles privées qui l’appliquent. Et puis pour en entendre parler, il faut surfer, lire, chercher et tomber dessus, c’est assez peu connu finalement… Quand j’en parle autour de moi il est rare qu’on me répondre « ah oui oui je connais » (même pour la puéricultrice de secteur de ma ville, c’est pour dire…)

    Plus j’en lis sur cette méthode plus je la veux pour mes enfants. On ne pourra pas les inscrire dans une école spécialisée alors il faudra le faire moi-même, mais est-ce que j’y arriverai ??
    En tout cas elle est vraiment porteuse d’espoir, les histoires qu’on lit dessus sur le développement et l’épanouissement de ces enfants font vraiment rêver.
    Bien sûr on aimerait que ça soit offert à tous, mais est-ce possible et comment ?

    • C’est mon avis aussi en tout cas, et mon blog (Montessori En Ce Nid) ne vit que pour le démontrer =)
      Je suppose que plus on informe, plus les gens s’y intéressent, et plus l’idée fait son chemin, et dans le quotidien cela de plus en plus de monde…
      (Des fois je me dis, à chaque fois qu’un prof me lit et essaie quelque chose, c’est une trentaine d’enfants dont le quotidien est amélioré!! même un petit peu!!!)
      Je milite pour que ce soit possible!!! =D

  5. Pingback: Etat et éducation « Les Vendredis Intellos

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.