Du colis de naissance au congé parental en Finlande

La jolie campagne d’affichage dans le métro pour présenter la Finlande comme destination de vacances a bien marché sur moi puisque ça m’a donné envie de chercher comment étaient accueillies les familles dans ce pays nordique que je ne connais pas du tout (et comment on peut y organiser des  vacances !). Je suis ainsi tombée sur le site de l’ambassade de France en Finlande et sa page sur la politique familiale :

 Avec une population de 5 millions d’habitants, la Finlande compte environ 605 000 familles avec enfants. En l’an 2001, le taux de fécondité était de 1,74, ce qui représente un chiffre relativement élevé au niveau européen. En revanche les femmes finlandaises ont leur premier enfant de plus en plus tard : en 2000, l’âge moyen des primipares était de 27,6. Ces dernières années, le nombre de familles avec un seul enfant a diminué tandis que le nombre de familles avec trois ou quatre enfants a augmenté.

C’est ainsi que j’ai appris que 3,2% du PIB est consacré à la politique familiale avec pour objectif de niveler les dépenses liées à l’arrivée d’un enfant : entretien, garde, perte de salaire…

Avant de vous parler d’une mesure qui m’a amusée par son côté un peu vieillot, une présentation des congés maternité et parental…

 Le congé maternité peut débuter au plus tôt 50 jours et au plus tard 30 jours avant la date prévue de l’accouchement. La durée du congé maternité est de 105 jours ouvrés et durant cette période la mère touche une allocation de maternité qui correspond en moyenne à environ 70% du revenu.

Une durée de congé maternité légèrement plus longue (4 mois et demi contre nos 16 semaines) que la notre mais un maintien de rémunération inférieur, les 30% manquant peuvent sembler un peu rudes. Ceci dit, le congé maternité peut être complété par un congé parental de sept mois indemnisé dans les mêmes conditions. Voilà qui devient très intéressant !

Les pères ont un congé paternité de 18 jours ouvrés, indemnisé comme les précédents congés. Ils peuvent bénéficier de 12 jours supplémentaires s’ils s’occupent de l’enfant à la maison à la place de la mère à la fin du congé parental.

 L’idéal est que le père s’occuperait de l’enfant de façon plus indépendante et que la responsabilité de la famille se diviserait de manière plus égale entre les deux parents. L’objectif du ministère des affaires sociales et de la santé est qu’un père sur cinq reste à la maison durant ce « mois du père ».

J’adhère beaucoup à l’idée qu’il faut permettre aux hommes de s’impliquer davantage pour qu’on puisse parler d’égalité professionnelle. En revanche, 12 jours, c’est une durée qui me fait sourire….

Pour terminer, la mesure oldschool mais qui pourtant est vraiment judicieuse : mis en place depuis 1937, élargi à toutes les femmes enceintes depuis 1949, l’envoi d’un (énorme) colis de naissance deux mois avant la date d’accouchement prévue contenant plusieurs bodys, pyjamas, barboteuses, bavoirs, produits de soin, jouet et livre, combinaison d’hiver, bonnet, mini-après-ski, thermomètre de bain, brosse à cheveux, couverture, couche, nid d’ange, matelas, draps et serviettes de toilette pour le bébé. La touche nordique parfaite : la boîte se transforme en berceau premier âge. Ca doit être plutôt amusant de voir tous les nouveaux nés habillés pareil dans la rue (un petit côté décidément après guerre) mais c’est une mesure bien sympathique qui doit faire office de rite de passage pour les parents !

Sur ce, je vous laisse avec ces jolies photos dont je vous parlais au début.

Miniglobetrotteur

3 pensées sur «Du colis de naissance au congé parental en Finlande»

  1. Merci pour cette participation fraîche et même divertissante car le petit clin d’Odile rétro de la fin à accroché un joli sourire à mon visage… Pour ce qui est du reste de l’article, je trouve très intéressant de pouvoir comparer nos prise en charge au sein même de la zone Europe et force est de constater une fois de plus qu’il y a trop de disparité… À quand une loi l’une en regroupant toutes les meilleures idées…

  2. Pingback : Etat et éducation « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire