Droit de paternage [mini-debrief]

Si les psychologues se sont beaucoup penchés sur la place du père, la plupart du temps, les rôles assignés à chacun sont bien définis.

Maman materne et poupounne, papa fait figure d’autorité, sépare bébé de maman, parce que maman lui appartient, et à la rigueur joue et manipule ses enfants de façon à les pousser à s’aventurer à découvrir le monde qui les entoure (mais quand même plutôt les garçons, hein , parce que les filles , c’est bien connu préfèrent jouer à la princesse rose).

Bon tout cela est un peu caricatural, et certainement très influencé par notre organisation sociale et notre culture.

Parce qu’en fait, il était vraisemblablement une époque où les hommes aussi allaitaient. C’est ce que nous explique -entre autres – Miliochka.

J’avais déjà entendu parler d’homme qui avaient fait des montées de lait dans des situations très particulières de survie, et en cherchant un peu j’ai aussi trouvé cet article sur slate.fr, écrit par un homme qui se demande comment il pourrait allaiter.

L’article de Milochka cite bien d’autres références, et toutes concordent : oui l’homme peut allaiter.

Ce qui semble contre dire l’intervention de Juliechal intitulé « chacun à sa place« . Dans la discussion qui a accompagné cet article, j’ai d’ailleurs trouvé le blog « paternage » écrit par un papa très investi dans on rôle. Allez voir ses articles sur le portage, l’allaitement, et l’accouchement à la maison pleins de tendresse.

Mais tous les hommes ne sont pas prêts à « paterner » , c’est ce que révèle Père de Famille , qui résume un rapport de  l’Observatoire de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (ORSE) sur le poids des normes dites masculines sur la vie professionnelle et personnelle d’hommes du monde de l’entreprise.

Au passage nous souhaitons tous la bienvenue à Père de Famille parmi nous, qui accueillons avec grand plaisir le point de vue d’un homme.

Et c’est aussi l’intérêt de cette étude de l’ORSE : donner des points de vue d’ hommes sur la parité au travail et la parentalité.

Il s’avère que si les normes telles que le refus du féminin, de l’émotion, la recherche de la dureté, et le fonctionnement par clan sont jugés obsolètes, le « paternage » n’est pas la généralité. D’ailleurs selon les témoignages recueillis, c’est souvent du fait des femmes elles-mêmes, qui « veulent conserver leur pré carré ».

Pour ce qui est de notre expérience, Mr Phypa et moi étant tous les deux cadres dans une grande entreprise, nous avons subi tous les deux les préjugés usuels, ne serait-ce que par les jobs qu’on nous confie ou pas, lorsqu’on annonce son mariage (promotion pour monsieur, refus de promotion pour madame), et lorsque les enfants arrivent (déqualification pour madame).
Nous avons également constaté une certaine égalité dans la « mise au placard » pour les hommes qui partent à l’heure pour passer du temps avec leurs enfants.

Comme l’entreprise se veut moderne, elle a organisé des groupes de travail de femmes cadre pour la promotion de la parité dans le management, avec amphis , petits déjeuners et autres manifestations prestigieuses.
Du côté des amphis, les femmes cadres de haut niveau ont surtout expliqué comment se débarrasser des enfants pour se rendre disponible à l’entreprise.
Par ailleurs, un kit de communication a été fourni à des femmes du « réseau women@firm »,  et les pauvres se retrouvent à vendre à des secteurs techniques en crise qui ont zéro budget de recrutement, et où les mobilités sont quasi bloquées,  des embauches de femmes !

Rappelons tout de même la charte de l’observatoire de la parentalité , dont mon entreprise est signataire (!!!)

Des belles déclarations aux actes, et à la vie des vrais gens, il y a encore beaucoup, beaucoup de travail …

Phypa

Une réflexion sur “Droit de paternage [mini-debrief]

  1. Merci pour ce partage très pertinent. Je relève cette phrase, qui est vraiment, je trouve, tout à fait représentative de notre fonctionnement social parentalité/travail: « Du côté des amphis, les femmes cadres de haut niveau ont surtout expliqué comment se débarrasser des enfants pour se rendre disponible à l’entreprise. » Voilà, tout est dit. Et c’est valable bien au-delà de telle ou telle grande entreprise, quel que soit le niveau de responsabilité.
    Certes, une fois ce constat posé, ça ne donne pas de solution. Mais c’est important de mettre des mots sur cette stricte triste réalité.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.