Le poids des stéréotypes et le point de vue des hommes

Pour mon premier passage sur les VI, je vous propose un compte rendu du  rapport paru hier par l’Observatoire de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (ORSE) qui s’intéresse au poids des normes dites masculines sur la vie professionnelle et personnelle d’hommes du monde de l’entreprise.

Quatre normes ont été définies par l’ORSE, structurant ainsi les interviews des quelques vingt personnes s’étant portées volontaires. Ces-dernières sont volontairement exclusivement des hommes, cadres ou dirigeants. On présente donc comme normes dites masculines:

– Le refus de ce qui est donné comme féminin
– L’amour de la compétition
– Le refus de l’émotion et recherche de la dureté
– La règle de clan

L’étude met en valeur le rejet en bloc de ces normes par les sondés. Jugées datées, ces normes prennent donc plus l’allure de stéréotypes qualifiées également de non sexuées.

La première brique de cette étude ainsi rejetée, on peut présupposer que, dans les « hautes sphères » de l’entreprise, l’homme est prêt à s’investir dans sa vie de famille, au même titre que la femme.

Un raccourci.

L’idée que les femmes travaillent est 100 % acceptée et même avec un réel engouement de la part des hommes. En revanche pour ce qui est du lien entre la vie de famille et la vie professionnelle, les interrogés se cachent bien volontiers derrière Madame qui, pour des raisons sociales et économiques auraient tendance à garder la main mise sur les charges quotidiennes.

Voilà qui donne un peu de relief.

« Les femmes dans le quotidien de la maison et des enfants veulent conserver un pré carré, bien que, pour les enfants, on progresse vers plus de complémentarité ».

« Mon ex femme, ma mère et même ma compagne me recantonnent à des rôles masculins traditionnels. Je m’occupe de notre enfant, mais toi, va travailler et fais une bonne carrière. Ça me valorise de vivre avec un homme valorisé… ».

« Les schémas classiques de la famille marquent les hommes et les femmes, qui les transportent dans la sphère professionnelle, le social et le politique. »

De quoi faire tomber l’espoir d’une classe dirigeante responsable et engagée. La faute est donc volontairement partagée. Si l’homme n’a pas « sa » place dans la famille, il semblerait que Madame ne soit pas tout à fait exempte de tout reproche. Si on en croit ces déclarations, les hommes aimeraient pouvoir s’investir davantage mais encore faut-il que les femmes leur laisse leur place.

Je trouve cela assez décevant dans l’ensemble de voir que les stéréotypes sont critiqués sur la forme mais ne sont pas pour autant combattus. Si un travail des deux sexes en faveur d’une égalité parait inévitable, l’investissement de l’homme doit être au moins équivalent à celui de la femme pour garantir des évolutions.

Je généralise volontairement ce post pour vous donner envie d’en lire davantage sur mon blog car des rayons de soleil percent régulièrement les nuages épais avec des témoignages de pères engagés dans la quête d’une égalité. Des papas qui font encore figure d’exception mais l’espoir commence toujours par une étincelle.

Père de famille

Publicités

11 réflexions sur “Le poids des stéréotypes et le point de vue des hommes

  1. Super, un avis masculin!
    En effet, les femmes ont sûrement tendance à ne pas laisser la main aux hommes, surtout concernant les enfants.
    Il n’y a qu’à lire certaines anecdotes sur le site « vie de meuf ». Ce ne sont pas toujours les hommes qui font des réflexions sexistes ou mysogines.
    Et pour tordre le cou aux idées vieillotes, chez nous, c’est moi qui laissen trainer mes chaussettes sales et Mr qui fait les lessives. ^^

    • Merci pour ton message Kawine! Je suis bien d’accord avec toi, pour une égalité dans l’entreprise, il faut commencer à la pratiquer à la maison.

  2. Sur les lieux de travail, il est assez difficile de résister au conditionnement « toujours présent ». C’est pourtant nécessaire à tout point de vue pour prendre du recul et définir ses priorités de vie.

    Je ressens dans mon entreprise une certaine prise de conscience au regard des pratiques managériales que nous subissons, y compris parmi les jeunes embauchés.

    Bienvenue ici à Père de famille en tout cas :-)

    • Je te rejoins sur le fait que les choses évoluent, calmement.

      L’étude révèle de manière assez flagrante la différence de perception entre les dirigeants et les cadres, ces-derniers avouant ressentir l’arrivée des femmes comme une menace. Je me demande si cette observation est positive ou négative d’un point de vue de l’égalité… peut-être positive car elle positionne la femme au rang de salariée « à part entière » et négative car une des origines exprimée de cette menace est la « discrimination positive »…

    • Merci pour la bienvenue! Le rapport de l’ORSE que tu avais partagé sur la place des hommes dans la pub était très édifiant. On y ressent toute ta passion pour ces rapports ; )

  3. Merci de ta contribution et bienvenue une fois encore sur les VI!!! Je ne vais pas enfoncer le clou que mes chères camarades ont bien planté en soulignant comme il nous tardait d’avoir des contributeurs par ici…;) au risque de passer pour une bande de groupies!! Bref, je file chez toi commenter cet article bien prometteur!!!

  4. Pingback: Droit de paternage [mini-debrief] « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.