L’allaitement peut-il causer une fausse couche?

C’est ma troisième fausse-couche.
La deuxième qui survient pendant l’allaitement de mon bébé.

Lorsque j’ai su que j’étais enceinte, je me suis posé la question de la corrélation entre l’allaitement et ma dernière fausse-couche. Avait-elle pu être favorisée par le fait que j’allaite toujours mon bébé ?

A cette question, les avis étaient extrêmement tranchés et peut-être teintés de subjectivité… Il y avait en fait 2 clans: D’un côté les médecins et sages-femmes que j’ai rencontrés, pour qui l’allaitement avait à coup sûr compromis cette grossesse, et de l’autre, La Leche League (LLL), pour qui il n’y avait aucune raison d’incriminer l’allaitement, et pour qui il n’était pas indispensable de sevrer mon bébé pour cette nouvelle grossesse.

Le point de vue de la LLL

Mon premier réflexe lorsque j’ai su que j’étais enceinte a été d’appeler une conseillère de LLL au téléphone. Mon bébé ne tète plus beaucoup (il boit du lait de vache au petit déjeuner et au goûter), mais il semble ne parvenir à s’endormir qu’avec le sein le soir, et c’est la seule chose qui le calme la nuit lorsqu’il se réveille. Etait-il vraiment nécessaire de le sevrer? La réponse de la conseillère est résumée dans la fiche de LLL: « Co-allaitement – Allaitement pendant la grossesse » dont voici un extrait:

Le risque de fausse-couche ou d’accouchement prématuré augmente-t-il si on allaite pendant la grossesse ?

Cette question n’a pas été correctement étudiée scientifiquement car un grand nombre de variables ne peuvent être prédéterminées. Des années d’expérience auprès de mères qui allaitent ont permis au Bureau professionnel consultatif de La Leche League Internationale de penser que le risque de fausse-couche n’est pas augmenté quand les mères allaitent pendant la grossesse. Même des mères qui avaient eu des fausses couches dans le passé et qui ont allaité pendant les grossesses suivantes, ont accouché de bébés à terme.

La stimulation des mamelons fait sécréter un peu d’hormone ocytocine qui, à son tour, peut provoquer des contractions de l’utérus et des alvéoles mammaires. Les chercheurs ont utilisé la stimulation des mamelons comme moyen d’induction des contractions pour faire des tests de stress ainsi que pour démarrer le travail dans les grossesses à terme. Il faut trois heures de stimulation des mamelons pour faire démarrer le travail.

On trouve également une réponse dans le livre de LLL, Breastfeeding Answer Book, 3ème édition 2003, p.407:

Although uterine contractions are experienced during breastfeeding, they are a normal part of pregnancy. .. Uterine contractions also occur during sexual activity, which most couples continue during pregnancy.

(…)

Currently, no specific medical guidelines exist that define in which situations it may be risky to continue breastfeeding during pregnancy, and prenatal caregivers vary widely in their recommendations.

Traduction libre:

Même si des contractions utérines peuvent être ressenties pendant l’allaitement, elles sont normales durant la grossesse. Les contractions utérines surviennent également pendant les relations sexuelles, que la plupart des couples continuent d’avoir pendant la grossesse.

(…)

Actuellement, il n’y a pas de directive médicales spécifiques qui définissent dans quelles situations continuer d’allaiter pourrait constituer un risque pour la grossesse, et les recommandations du personnel médical varient largement.

Ce point de vue s’appuie sur l’observation, années après années, des femmes allaitantes, ainsi que sur le livre du Docteur Lesley Regan, qui dirige la « Miscarriage Clinic » à l’Hôpital St. Mary’s de Londres: Miscarriage: What every woman should know – Fausses-couches, ce que les femmes devraient savoir. Selon Lesley Regan (voir : Hilary Flower, Adventures in Tandem Nursing: Breastfeeding During Pregnancy and Beyond, LLLI 2003): 

Once a pregnancy is clinically detectable, breastfeeding should pose no added risk of pregnancy loss. There isn’t any data suggesting a link between breastfeeding and miscarriage, and I see no plausible reason for there to be a link.

Traduction libre:

Une fois qu’une grossesse est cliniquement détectable, l’allaitement ne devrait pas présenter de risque supplémentaire de fausse-couche. Il n’y a pas de données qui suggèrent un lien entre l’allaitement et les fausses-couches, et je ne vois aucune raison plausible pour qu’un tel lien existe.

Cette réponse était nuancée, bien sûr, mais ayant perçu dans ma voix ma panique à l’idée d’un sevrage brutal, la conseillère concluait que je pouvais continuer l’allaitement si je le souhaitais. Les médecins que j’ai rencontrés ne partageaient pourtant pas ce point de vue.

Le point de vue du gynécologue et de ma sage-femme

Gynécologue et sage-femme ont tous deux eu une réaction quasi épidermique lorsque j’ai parlé de mon allaitement. Les contractions utérines ont évidemment été décrites comme très néfastes pour le jeune embryon, et en outre les effets de l’allaitement sur le cycle hormonal ont été évoqués. Il est vrai que l’allaitement a sous certaines conditions un effet contraceptif, qui tient en partie à la présence de prolactine en taux plus élevés que la normale, ce qui provoque:

– une perturbation du cycle FSH – LH (ce sont les hormones de la maturation des ovocytes et de l’ovulation), donc des ovocytes qui n’ont peut-être pas mûri correctement, et des troubles de l’ovulation,

– une baisse du taux de progestérone, qui permet à l’utérus de développer une muqueuse accueillante pour le futur œuf et d’empêcher l’utérus de se contracter pour favoriser la nidation. Donc des règles qui arrivent trop vite qui empêchent une grossesse, ou bien une grossesse qui peut-être moins « solide » si l’endomètre (muqueuse utérine) est moins épais et moins vascularisé.

Dans mon cas, comme j’avais déjà deux fausses-couches à mon passif, il était donc URGENT de sevrer cet enfant, qui de toute façon à 22 mois aurait dû être sevré depuis longtemps…

LLL ayant pour but de promouvoir l’allaitement, je n’étais pas certaine de leur objectivité sur la question. Mais du côté du gynécologue et de la sage-femme, je n’étais pas convaincue que ce jugement ne relevait pas plus de croyances que de données scientifiquement étayées. J’étais assez sûre de l’innocuité des contractions utérines provoquées par l’allaitement (On ne va quand même pas se priver d’orgasme pendant 9 mois!), il me semblait que le taux de prolactine revient à la normale lorsqu’on allaite peu souvent comme moi, j’avais un cycle régulier qui semblait indiquer une absence de perturbation de la FSH / LH, et enfin je prenais des compléments de progestérone au cas où il y aurait eu un problème de ce côté-là.  Par ailleurs, la remarque sur mon fils qui aurait dû être sevré depuis longtemps me refroidissait un peu…

Cette étude de 2009 semble donner raison à LLL:

Does breastfeeding induce spontaneous abortion?

RESULTS: Eight of 110 pregnancies (7.3%) resulted in spontaneous abortion in the breastfeeding group, and 65 of 774 pregnancies (8.4%) in the control group. There were no statistically significant differences between the two groups (P > 0.05).

Traduction libre:

L’allaitement provoque-t-il des avortements spontanés?

RESULTATS: Huit des 110 grossesses (7,3%) ont résulté en un avortement spontané dans le groupe des mères allaitantes, et 65 des 774 (8,4%) dans le groupe de contrôle. Il n’y avait pas de différence statistique significative entre des deux groupes (P>0.05).

J’étais épuisée, mais j’ai considéré que mon fils n’était pas prêt, que le risque était limité, et que cela me causerait un stress inutile se sevrer mon bébé de façon brutale. J’ai donc choisi de continuer l’allaitement. Et malheureusement, une nouvelle fausse-couche est survenue. Le médecin a eu vite fait de conclure que ce n’était pas surprenant, puisque j’allaitais.

Nous sommes anéantis. Heureusement, les câlins de mon bébé arrivent à sécher nos larmes, et à apaiser nos coeurs jusqu’à trouver le sommeil le soir. Cette fois-ci, c’est moi qui ne peux plus m’endormir sans le sein. Mes proches trouvent que les mots du médecin sont inacceptables dans ces circonstances, parce qu’ils font peser sur nos épaules la responsabilité de ce qui est arrivé, en particulier lorsque sa conclusion n’est pas du tout évidente. Mais, même si j’essaie de ne pas trop culpabiliser,  j’ai la conviction que cet allaitement, malgré tout fatigant, conjugué à mon travail, et aux besoins de mon bébé qui demande une attention de tous les instants, a contribué à faire en sorte que je ne puisse pas me reposer comme j’aurais peut-être dû pour ce début de grossesse. Que mon corps a dit « non », c’est trop. Je crois que l’allaitement seul n’est pas en cause, mais qu’il faut réapprendre à s’écouter, et dans mon cas, je me pose la question de savoir s’il a été l’élément de trop à supporter en terme de fatigue? Et à vrai dire, si la situation se représentait, je ne sais pas du tout quel serait ma décision.

Drenka

Publicités

38 réflexions sur “L’allaitement peut-il causer une fausse couche?

  1. Quand je te lis il me semble que ta fausse couche est plus lié un épuisement physique, l’allaitement ne me semble pas le facteur déclencheur mais plutôt un des nombreux facteurs. Je pense que tu es dans le juste lorsque tu dis que ton corps te dit « stop », peut-être que pour le moment une grossesse est de trop pour lui. Je ne suis pas médecin mais quelques petites pistes peut-être… Es-tu anémié, (parfois nous ne le soupçonnons pas mais suite à une grossesse et près de 2 ans d’allaitement, notre corps manque tout simplement de beaucoup de choses) ? Conserver ta tétée du soir, parcontre essayer de supprimer les tétées de nuit, histoire de faire des nuits complètes, et pourquoi pas réduire le boulot (pas toujours facile).

    L’allaitement, chez moi n’a jamais joué de rôle sur mes cycles, dès que mes enfants avaient 5/6 mois retour de cycles réguliers, et j’ai allaité mon 2ème jusqu’à 2 mois de grossesse, il s’est sevré seul à ce moment là il avait 14 mois.

    Je ne suis pas sure que mon commentaire t’aide beaucoup, face à la tristesse de cette troisième fausse couche. Peut-être que déjà rédiger cet article t’aura un peu aider.

    Quoi qu’il en soit courage.

    • Merci pour ce commentaire. Oui, avoir couché tout ça sur du papier est une forme de thérapie. Et je pense effectivement que je n’avais pas réalisé à quel point je suis à bout de force avant que cette fausse couche n’arrive.

  2. Excellent article.
    Je rejoins l’avis de Vert Citrouille, c’est une multitude de facteurs et non pas l’allaitement en lui même qui devrait « expliquer » le fait que ton corps n’ait pas voulu de ces grossesses. La fatigue est réellement un facteur déterminant. Se lever plusieurs fois par nuit est plus qu’épuisant tant mentalement que physiquement.
    Personnellement, l’allaitement de mon premier à aussi peu de fréquence que toi (tous les matins uniquement) n’a pas empêché une grossesse, elle n’a eu pour effet que de sevrer mon grand de lui même.
    Les médecins n’ont pas la science infuse non plus, beaucoup se permettent de « juger », de donner leur propre opinion/ressenti alors que ce n’est pas ce qu’il est forcément « juste ».

    Courage pour la suite, je ne peux qu’imaginer ta peine :(

    • Merci pour ton commentaire et ton soutien. Je suis d’accord avec toi. J’espérais en fait que comme pour toi, la grossesse m’aide à sevrer mon bébé, je trouve ça très dur le sevrage…

  3. Ton article est très sensible à commenter en raison de la douleur liée à cette nouvelle fausse couche… Pour ma deuxième, j’ai appris ma grossesse alors que mon aînée commençait à me refuser le sein. Elle avait 16 mois et le sevrage s’est fait rapidement car nous n’avions plus que la tétée du soir. On m’a dit que la grossesse modifiait le goût du lait maternel et c’est ce que j’ai voulu croire car elle est revenue quelques fois vers moi pour rapidement s’éloigner après les premières gorgées avalées… Cette nouvelle grossesse m’avait aidée à accepter le sevrage auquel je ne m’était peut-être pas préparée. Je crois que la conclusion de ton message est assez juste car la fatigue est un élément clé en début de grossesse. Je ne peux que te souhaiter beaucoup de courage et continuer à profiter malgré tous ces doutes de ces moments précieux que tu conserves avec ton fils…

    • Merci beaucoup pour ce commentaire. En fait, avec quelques jours de recul la douleur est plus gérable que ce que je pensais. Je me rends compte que je n’y croyais pas vraiment… En revanche physiquement c’est difficile, heureusement que j’ai un chéri en or qui prend tout en charge.

  4. je rejoins aussi l’avis des précédentes; il faut plus se tourner vers un état de fatigue générale et faire un bilan oligo-éléments et vitamines pour pallier toutes carences et remettre ton corps « en forme » pour accueillir un bébé; j’ai fait une fausse couche entre mes deux grossesses et je t’envoie pleins de douces pensées chaleureuses pour affronter ses durs moments.

  5. D’accord avec tous les autres commentaires précédents, je pense aussi que l’état de fatigue général est plus à incriminer que l’allaitement en lui-même. Est-ce l’allaitement qui te fatigue ou tout le reste: réveils nocturnes, soin d’un enfant, travail, déplacements, etc.?
    Et surtout, autre question: sevrer sera-t-il moins fatiguant? Qui te dit que si tu sèvres, ton enfant ne se réveillera plus la nuit? (encore jamais prouvé!).
    Par contre, le père pourrait prendre le relai, c’est un point à voir avec lui. Tout cela est à voir entre vous en famille: tu pourrais par ex garder la tétée du soir et que le papa se lève pour faire un câlin/donner un bib la nuit…
    Ou tout autre moyen te permettant de te reposer: travail, transport, tâches ménagères… quels facteurs peux-tu changer?

    J’ai été moi même épuisée pendant une certaine période, avec seulement un enfant et pas de grossesse en cours, et le changement d’organisation m’a fait un bien fou.

    En tout les cas, bon courage pour cette épreuve.

    • Merci pour ce commentaire. Le papa fait beaucoup déjà, je peux difficilement lui en demander plus… Ce qui est difficle quand on vit à l’étranger, c’est aussi de ne pas avoir de grand-parents sous la main, je trouve. Mais c’est sûr qu’il faut que je trouve un moyen de me reposer.

  6. L’allaitement ne provoque pas de fausse couche mais contrairement à ce qu’on lit parfois je suis convaincu que l’allaitement fatigue. ça semble d’ailleurs logique: il y a une production: une activité du corps supplémentaire aussi cela utilise forcément quelques forces. Pour ma part après 9 mois d’allaitement exclusif + gestion de la maison + boulot+ 2 enfants, je me suis retrouvée anémié, épuisé avec une tension à 8 et plus maigre que de raison. Le simple fait d’arrêter de tirer mon lait m’a permis de repartir du bon pieds. Bon si on avait pu m’exempter de boulot, à la place, j’aurais pas dit non mais ce n’est pas comme ça que la société l’entend.

    • Merci beaucoup pour ce commentaire, je suis complètement d’accord avec toi – et puis j’en ai vraiment assez d’allaiter, mais j’ai beaucoup de difficultés à arrêter, au point de me demander si j’allaiterais un deuxième bébé, c’est pour dire!

  7. Drenka, je ne peux apporter ma pierre au débat, mais je souhaitais juste te dire que tu as tout mon soutien (et celui de toutes les contributrices des VI, j’en suis persuadée).
    Je me permet de te féliciter : retourner un événement personnel difficile en réflexion et en recherche de documentation scientifique fiable comme tu l’as fait, c’est vraiment épatant.

  8. Je ne saurai quoi dire non plus n’étant pas spécialiste en allaitement mais je rejoindrai la thèse que c’est une fatigue générale de ton corps qui a peut être causé cette fausse couche ?? du repos, de l’amour de ton enfant et ton Homme, aucune culpabilité, ni remords, voilà ce que je peux te souhaiter en attendant une future grossesse

  9. Tout d’abord tout comme la tellectuelle je veux t’apporter ici tout mon soutien dans cette épreuve difficile. A mon humble avis les fausses couches nous restent encore bien mystérieuses (et tout ce qu’on avait trouvé pour les prévenir c’était le distilbène… no comment). Je ne peux qu’aller dans le sens de tes proches et trouver bien peu professionnelle l’attitude de ce médecin, qui n’a pas d’autre preuve de ce qu’il avance que ses propres préjugés. Bravo en tout cas pour ton travail de recherche et pour cette impressionnante prise de recul. Je ne doute pas que tu trouveras bientôt un nouvel équilibre pour accueillir sereinement un nouveau bébé.

  10. Faut-il trouver une raison-raisonnable à tout? Les embryons n’étaient peut-être tout simplement pas viables… et tu n’y es pour rien! Quel crétin ce médecin! T’enfoncer alors que tu dois être déjà bien triste. Je rejoins Latellectuelle et poulepondeuse : Tu le sais, tu n’es pas seule, nous sommes là avec toi, aux VI.

    • Compte tenu de mon infertilité (due à une faible réserve ovarienne) il est bien possible que cette fausse couche aient en fait été due à un défaut de l’ovocyte… mais j’ai vraiment eu le sentiment d’être à bout de force et que cela a déclenché quelque chose en moi…
      Merci en tout cas de votre présence à toute qui m’est bien précieuse.

  11. Merci beaucoup de ta contribution Drenka, merci de ce billet si plein d’intelligence, de recul et de sincérité…
    Je t’ai déjà dit par mail l’essentiel de ce que je pensais de tout ça… Je rejoins Poule Pondeuse sur le mystère des fausses couches…
    Je pense très très fort à toi et j’espère que tu as pu trouver un peu de réconfort au travers de l’écriture et dans note petite communauté…

    • Merci, oui, c’est beaucoup de réconfort, ne serait-ce que partager cette tristesse – IRL c’est un sujet assez délicat à aborder…

  12. Tout comme la Poule, je dirais qu’il peut y avoir tellement de raisons à une fausse couche ! On n’est encore jamais sûr de rien, on n’explique pas tout. Une amie a récemment enchaîné 2 fausses-couches avant que la 3e fois soit la bonne. Elle a déjà 2 enfants et n’avait pas eu de problème particulier jusque là pour les concevoir ET elle n’allaitait pas, n’était pas, à mon avis, plus fatiguée que de raison ! Donc je crois que la fausse-couche, c’est aussi beaucoup de « pas de chance » à défaut d’une explication plus scientifique (qui n’enlèverait de toutes façons pas la douleur)…
    Merci en tous cas, comme d’autres l’ont dit, d’avoir transformé cette douleur en un article plein d’informations pour nous et je t’envoie plein de courage pour la suite, en te souhaitant de retrouver la forme puis d’accueillir une nouvelle grossesse qui se poursuivra jusqu’à son terme :-)

    • Drenka, ma réponse ne soulagera en rien ta douleur et n’expliquera pas non plus ces trois tristes événements successifs… Néanmoins, deux choses.

      – Dans la nature, il est très fréquent, quasi « normal » qu’une femelle mammifère soit fécondée alors qu’elle allaite un autre petit. C’est même très classique chez des espèces dont la durée de la gestation dure plus de 6 mois. En général le sevrage n’intervient qu’à la naissance du petit suivant. Ce qui me fait penser, mais je ne suis pas biologiste, qu’il n’y a pas de raison physiologique de croire que l’allaitement empêche une nouvelle grossesse… Même si certains médecins sont tentés de croire le contraire !

      – Tu parles de ta fatigue, c’est normal que tu t’interroges. Mais n’oublie pas que pour qu’une grossesse démarre il faut un utérus « accueillant » ET un embryon viable !! En n’envisageant que le premier point, tu te culpabilises. Mais bon nombre de fausses couches sont tout simplement des avortements naturels parce que l’embryon n’est pas viable. Et de ça, tu n’en es absolument pas responsable !!!

      Bon courage…

      • Merci pour ce commentaire et ces précisions. Pour mes fausses couches précédentes je suis persuadée que les embryons n’étaient pas viables. Pour celle-ci j’avais vu le coeur battre et je ne peux pas m’empêcher de penser que mon épuisement a joué un rôle.

    • Merci pour ton commentaire et tes voeux. Evidemment c’est très mystérieux et je n’aurais jamais d’explication définitive. Mais je ne peux pas m’empêcher de cogiter, d’essayer de trouver comment je pourrais y échapper la prochaine fois.

  13. Pingback: Etre parent : faire de son mieux, faire ce qu’on peut « Les Vendredis Intellos

  14. Je n’ai aucun savoir à t’apporter sur cette question, seulement une grosse pensée de soutien.

  15. Je suis bien désolé d’apprendre ça Drenka :( Incriminer l’allaitement directement et uniquement me semble trop facile et simpliste. Prends le temps de te refaire une santé, de sevrer ton bébé comme bon te semble et de repartir de plus belle dans de bonnes conditions. Mais surtout ne te sens pas responsable !! Il y a des femmes qui en font bien plus que ça et qui ont des vies délirantes, qui ne prennent pas soin d’elles et qui mènent des grossesses à terme. Alors non, tout ne vient pas de tes agissements. Courage.

  16. Bonjour Drenka

    Je me permet de commenter votre article qui ma fait le plus grand bien ….. Je me trouve exactement dans la même situation et c’est pour le moins douloureux, j’ai l’impression d’être tirailler en deux
    Puise je me permettre de vous demander de vos nouvelles, en espérant que vous avez surmonter tout cela, u en êtes vous, fatigue, grossesse, allaitement sevrage ?
    Merci

    • Merci pour le commentaire!
      J’ai sevré mon fils à 26 mois, plus ou moins naturellement, disons qu’il n’a pas réclamé pendant 2 jours et qu’ensuite j’ai arrêté de proposé. Mais il boit beuacoup, beaucoup de lait de vache la nuit, il a toujours un énorme besoin de suscion (et il boit son bib en me triturant les seins, toujours!).
      Après le sevrage j’ai repris le chemin de la PMA…. Nous verrons bien si nous arrivons à avoir une nouvelle grossesse, et si celle-ci tient mieux une fois l’allaitement arrêté. Les résultats des dernières analyses montrent une très importante insuffisance ovarienne pour moi, donc il est possible qyue ces fausses-couches n’aient en réalité pas vraiement de rapport avec l’allaitement, mais avec la mauvaise qualité de mes ovocytes et donc de mes embryons.
      Nous ne le saurons jamais et j’aurais pour longtemps ce doute en moi…
      Bon courage à vous en tout cas, je vous souhaite une belle grossesse bientôt!

      • Merci pour votre réponse,
        je pense que vous avait fait que qu’il fallait, pour moi c’est un sevrage naturel que vous avez vécu, mon BB n’a que 13 mois donc pour le moment je m’interroge ….
        Je vous souhaite également un belle grossesse rapidement sans trop de PMA, pour y être passée je sais que ce n’est pas tjs rose ….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.