Être mère : un rôle vu sous toutes les coutures {mini-débrief}

Loin de moi l’idée de faire un vilain jeu de mot avec ce titre en faisant allusion à l’épisiotomie tant pratiquée au moment de l’accouchement (quoique…).
En effet, avant d’avoir le sentiment d’être mère, on devient mère, physiologiquement parlant, par l’acte même de la mise au monde de l’enfant, par voie basse ou par césarienne, ou encore de la rencontre avec l’enfant dans le cadre de l’adoption.

Mais pour le mental, le psychisme, cela est tout autre.

Drenka nous parle du rôle des hormones dans le fait d’être mère : l’ocytocine jouerait un rôle important dans l’attachement si ce n’est primordial. Mais de l’amour naissant de la mère envers son enfant à l’ancrage plus profond dans ce rôle, il y a un monde. Comme toujours en médecine occidentale, on oublie toujours le lien entre le corps (ici exprimé à travers la sécrétion de cette hormone) et l’esprit (le psychisme plus exactement). Si l’on existe d’abord par le corps, le psychisme est indispensable à mon sens dans l’attachement de la mère à l’enfant. Et vice-versa. Dommage donc que ces études voient plus l’homme comme un animal que comme un être pensant. Même si sans doute, nous avons des comportements ancrés dans notre cerveau reptilien qui répondent à des processus hormonaux et chimiques. Je n’en doute pas en fait. Qui n’a jamais reniflé son petit nourrisson pour sentir son odeur, ressentant une bouffée de bonheur ? Moi, perso, tel un animal, à la naissance de ma fille, je reniflais 10 fois par jour son body. J’aurais reconnu son odeur parmi mille autres… Quoi qu’il en soit, je vous invite à lire les commentaires qui, encore une fois, ouvrent de nombreuses pistes de réflexion.

Et ce qui me dérange dans ces études, même si elles nous apprennent beaucoup néanmoins, c’est que cela semble donner une seule définition à la maternité, au fait d’être mère : les femmes produisent de l’ocytocine, donc toutes les femmes sont mères… Cela peut vite être réducteur et dangereux. Car il y a sans doute mille façons d’être mère. La meilleure : suivre notre instinct. Mais comme le dit Htormelc, il y a des choix comme l’allaitement qui sont des problèmes de société. Faire le choix d’allaiter ou de donner un biberon par exemple n’appartient pas à 100 % à la mère. Il appartient au couple, mais surtout à la société. Des comportements répandus sont considérés comme normatifs. Si bien qu’aujourd’hui, donner le biberon est considéré comme plus facile et plus normal que… donner le sein. Il n’est donc pas toujours facile d’être mère tel qu’on l’entend. Pour y parvenir il faut arriver à se défaire de l’influence qu’exercent sur nous la société, la famille, l’environnement… Pas facile mais pas impossible non ?

Le visage de la maternité à des contours bien peu définis si l’on étend la question au monde entier. A travers le monde, il y a mille façons d’être mère, de tisser ce lien invisible avec notre enfant, et ce que nous présente Vert Citrouille. Si l’on entend bien volontiers l’existence de cette pluralité à travers le monde, pourquoi ne pas la considérer à travers la France, chaque région, chaque famille et finalement chaque être humain ? Chacun d’entre nous porte un bagage personnel familial ou culturel différent qui nous pousse à faire des choix différents de ceux du voisin. Et chaque enfant étant unique, cela laisse entrevoir la diversité des possibilités qu’il y a de s’inscrire dans un rôle de mère tout à fait unique.

Kiki the mum

Publicités

4 réflexions sur “Être mère : un rôle vu sous toutes les coutures {mini-débrief}

  1. L’image est comme toujours idyllique…

    Dans mon cas, la mère, c’est la femme qui cherche à priver ses enfants de leur père (grâce à la complicité ou à l’indigence de la justice), qui multiplie les faux témoignages ou les fausses accusations, qui manipule ses enfants, etc.

    • Il y a mille façons d’être mère, voilà le message de ce débrief… Qu’il existe des mères abusives et maltraitantes, cela ne fait aucun doute (comme des pères d’ailleurs)…mais de là à le voir comme un mode d’expression de leur maternité…??
      Après, je ne prétend pas parler pour le cas spécifique de ton ex-femme, que je ne connais pas….

  2. Merci pour cet article!
    Alors juste, je me permets de reproduire ici ma réponse au commentaire d’Odile Fillot parce que je crois que les chercheurs sur l’ocytocine sont loins d’être catégoriques et n’affirment pas que:
    « cela semble donner une seule définition à la maternité, au fait d’être mère : les femmes produisent de l’ocytocine, donc toutes les femmes sont mères… Cela peut vite être réducteur et dangereux ».
    Donc ma réponse basée sur les recherches de Sarah Blaffer Hrdy:
    « Il faudrait que je relise le livre (je l’ai lu il y a bien 2 ans maintenant!) mais il me semble que justement, SBH tente de démontrer que si l’ocytocine (et notamment celle libérée lors de l’accouchement et de l’allaitement) est probablement un facteur causal de l’instinct maternel, de nombreux autres facteurs interviennent et peuvent déclencher l’instinct maternel ou au contraire l’empêcher. Il me semble que justement, elle dit qu’une femme qui aurait eu une césarienne programmée et n’allaiterait pas pourrait avoir un instinct maternel (grâce à l’odeur du nourrisson ou sa joliesse par exemple) alors qu’une femme peut commettre l’infanticide après un accouchement naturel. »

  3. Merci Kiki de ton débrief!!! Je suis moi aussi très attachée à la reconnaissance cette diversité qui me semble une voie majeure vers la libération des mères mais aussi des femmes (parce qu’au final, revendiquer le droit à la diversité en matière de maternité, c’est aussi revendiquer le droit de ne pas être mère, et celui de n’être pas en tant que femme réduite à ce seul statut…)!!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.