Préparation à la naissance et méthode Bonapace

Pendant ma première grossesse j’ai suivi une préparation à la naissance, en couple. Cette préparation était inspirée de la méthode Bonapace (fondée par Julie Bonapace).
La méthode Bonapace est le fruit de plusieurs années de recherche universitaire et d’applications pratiques en milieu communautaire. Validée par des recherches scientifiques et fondée sur les principes de la neurophysiologie de la douleur, la méthode Bonapace vise à fournir aux futurs parents les outils nécessaires pour vivre ensemble, avec assurance la période de transition qu’est la naissance d’un enfant.

Selon Julie Bonapace : « Alors que l’objectif général de cette méthode est de renforcer le couple par la complémentarité du rôle de père et de mère, les objectifs spécifiques sont de favoriser un accouchement naturel, sécuritaire et satisfaisant:
• en encourageant la participation du père;
• en réduisant la douleur par des approches simples et douces et;
• en réduisant les interventions médicales liées à une mauvaise gestion de la douleur.
Cela permet au père de jouer un rôle actif dans la gestion de la douleur de sa partenaire. La recherche démontre que lorsque le père se sent compétent, utile et autonome dans l’accompagnement de sa partenaire, la communication dans le couple, le lien père-enfant et l’estime du père et de la mère sont renforcés ».

La gestion de la douleur :

C’est grâce aux travaux de recherche sur la non pharmacologie de la douleur du Dr Serge Marchand, que les mécanismes de gestion de la douleur sont aussi clairement définis. Le Dr Marchand a supervisé les travaux de recherche de Julie Bonapace lors de sa maîtrise qui a porté sur le traitement non pharmacologique de la douleur obstétricale.
Avec la méthode Bonapace, nous avons apprit comment trois mécanismes spécifiques réduisent la douleur lors de l’accouchement, décrits ainsi par Julie Bonapace :

1. Le contrôle de la pensée joue un rôle important dans la perception de la douleur. Comprendre ce qui se passe lors de la naissance et la répétition d’un modèle positif pour diriger l’attention lors de la douleur sont des façons de mettre ce modèle à profit.
2. La théorie du portillon est une autre façon de gérer naturellement la douleur. Développée par les chercheurs Melzack et Wall, il apparaît que c’est par un massage léger de la zone douloureuse que la réduction de la douleur est obtenue. Ainsi, le père apprend comment effleurer les zones douloureuses afin de soulager la douleur de sa partenaire. C’est entre les contractions qu’il pratiquera ces massages légers.
3. Combattre le feu par le feu ou le contrôle inhibiteur diffus nociceptif élaboré par le Dr Le Bars. En fait, il s’agit de créer une seconde douleur pour provoquer le relâchement d’endorphine, une substance produite par le corps qui s’apparente à la morphine. À l’accouchement, les massages douloureux sont pratiqués par le père, dans des points réflexes. Ces stimulations douloureuses agissent à la fois pour obtenir les effets propres à la médecine chinoise (contractions efficaces et positionnement fœtal) et pour réduire la douleur.

La méthode Bonapace fait l’objet de recherches scientifiques. Notamment, entre 1997 et 1999, une équipe de chercheurs s’est penchée sur l’impact de la méthode Bonapace sur la perception de la douleur lors du travail et de l’accouchement.
Il fut constaté que la méthode Bonapace diminue les douleurs de l’accouchement de près de 50% de plus que les autres méthodes de préparation conventionnelles auxquelles elle a été comparée.

Selon Julie Bonapace : « Vous pourrez amorcer l’apprentissage de la méthode Bonapace vers la 28e-30e semaine de grossesse. L’approche imminente de l’accouchement stimule l’intérêt.
Après quelques semaines de pratique de la méthode Bonapace, vous vous sentirez plus confiants face à la naissance car vous:
• comprendrez le déroulement de l’accouchement et les modèles naturels pour gérer la douleur;
• aurez en main une boîte d’outils pratiques pour réduire la douleur;
• saurez travailler en couple pour mieux vivre cet événement.
Profitez des prochains mois pour vous adapter aux changements qui s’annoncent. De tout cœur, je vous souhaite de vivre pleinement et sereinement cette nouvelle étape de votre vie ».

Et moi, ce que j’en ai pensé : J’ai adoré ces cours, le père formant aussi, tout l’aspect théorique nous a réellement servi et nous avons apprit des tas de choses. La sage-femme était très dynamique, efficace, à l’écoute. Le courant est tout de suite passé avec l’autrer couple participant au cours.

Cependant, je n’ai pas tellement accroché avec l’aspect pratique, que ce soit pendant les cours et à l’accouchement. Le fait de visualiser ma douleur m’a beaucoup aidée mais que ce soit les massages sur les zones douloureuses ou les points d’accu pression pour détourner la douleur, je n’ai pas été très convaincue pendant les cours.

Et pendant l’accouchement….nous ne nous sommes pas servi de ce que nous avons apprit en couple, j’avais besoin de me concentrer sur ma respiration et les douleurs et la « théorie du portillon » et « le feu par le feu », je ne voulais plus en entendre parler !

À la mère si

Publicités

4 réflexions sur “Préparation à la naissance et méthode Bonapace

  1. Pour mon 1er accouchement, mon homme a tenté de me masser pour se sentir utile, sans connaitre la méthode, mais je lui ai vite demandé d’arrêter, je n’aimais pas ça du tout :-P
    Je crois que je pourrai accoucher toute seule, ça ne me ferait tellement peur (du moment que tout se passe bien of course), parce que finalement, « les autres » me gênent.

  2. Merci de ta contribution!!! J’ai bien failli opter pour cette méthode pour cette grossesse, notamment parce que je trouvais intéressant la perspective de donner un rôle actif au papa… Finalement on a fait une préparation plus hybride..!! On verra bien le jour J si elle était efficace!!
    En attendant, je file chez toi parce que je suis curieuse d’en savoir plus sur la question de contrôle de la pensée (mon sf prétend justement qu’il faut chercher le lâcher prise alors que je serais d’avis que des visualisations « positives » peuvent aider…)…

  3. Pingback: Et si on faisait vraiment équipe ? [mini-débriefing] « Les Vendredis Intellos

  4. C’est une méthode qui semble très intéressante! Même si l’accouchement se passe finalement mal et qu’on ne peut pas rester dans la physiologie, il me semble qu’elle présente quand même l’intérêt majeur d’inclure le papa dans la préparation à l’accouchement de sorte qu’il se sente plus confiant / moins inutile / moins ignorant le jour J!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.