L’allaitement, un problème de société

Un livre 100% pro allaitement mais déculpabilisant pour les mères. Impossible ? Si, il est même écrit par un homme !

James AKRE

 

J’ai peu lu sur l’allaitement, pour moi c’était juste comme ça, c’était normal, ce n’était pas un sujet. Faire exactement comme si c’était ce qu’il y a de plus naturel au monde, pas de problème, pas de question. Mes vraies interrogations été réservées à ma sage-femme et j’ai un peu picoré sur le site de la Leche League mais c’est tout.

Et puis, au fil de temps, reprise du boulot, allaitement en dehors de la maison, du cercle familial et amical, je me suis rendu compte qu’en fait c’était quand même loin d’être un pratique communément admise. J’ai commencé à culpabiliser (bien sûr) mais cette culpabilité était désormais mêlée à un sentiment d’injustice quand j’ai commencé à sentir que ce n’était pas juste « normal » l’allaitement, que ce soit à la crèche, au boulot…

J’aurais voulu dans mon petit monde idéal qu’allaiter son bébé soit un acte aussi banal que se moucher ou éternuer.

Alors j’ai été contente de tomber sur le livre de James AKRE, Le problème avec l’allaitement, Réflexion personnelle.

Ce livre permet de se poser sereinement la question : pourquoi je n’ai pas allaité, pourquoi je n’ai pas allaité plus longtemps, j’allaite, j’ai allaité longtemps , oui, mais cela aurait été beaucoup plus facile si…

Oui il faut allaiter, oui les laits artificiels sont inférieurs au lait maternel… Mais le faible niveau d’allaitement n’est pas, en tout cas pas que, de la responsabilité des mères mais de la société dans son ensemble !!!

L’allaitement n’est pas réellement un choix, c’est un choix conditionné et donc un problème de société.

Voilà ce que nous dit, entres autres, James AKRE :

«  On parle souvent du rôle que joue le choix dans nos vies, ce qui est compréhensible puisque nous aimons tant décrire notre comportement en termes de prises de décisions rationnelles. Mais s’agissant de nourrir les enfants- d’allaiter ou non- j’ai la conviction que la part de choix est à peu près aussi importante que dans la décision de tenir la main d’un petit enfant quand on traverse une rue fréquentée, c’est à dire absolument négligeable.

«  Je pense que je vais tenir la main de ma petite-fille de six ans pour traverser la rue aujourd’hui, même si franchement, je commence à être un peu las de toute cette responsabilité, alors peut-être que la prochaine fois je laisserai tomber. » 

Euh, non ce n’est pas vraiment ça.

Nous tenons la main d’un petit enfant en traversant la rue avec lui parce que nous savons, ainsi que l’écrasante majorité de gens partout dans le monde, que faire autrement est irrémédiablement irresponsable, dangereux, coupable et totalement stupide.

Alors, est-ce qu’on « choisit » de ne pas allaiter selon des critères soigneusement établis ? Je pense que non, pour l’essentiel. Nous réagissons de la façon dont nous avons appris à réagir. C’est pourquoi j’insiste : si nous voulons en finir avec la prédominance du mode d’alimentation au lait industriel des tout-petits dans une société donnée, il nous faut changer cette dernière dans toute sa complexité structurelle – y compris l’infrastructure intégrée de production, de transport, de commercialisation, de consommation, d’éducation, de protection sociale et de santé, elle-même conditionnée par des attentes et des schémas comportementaux culturellement déterminés- et pas juste nous concentrer sur un ou deux facteurs pris isolément.»

J’ai aimé lire ce livre, j’aime l’idée qu’il existe. J’aimerais que cela soit un petit manifeste distribué à droite à gauche et surtout dans les endroits qui n’ont rien à avoir avec l’allaitement (à l’aéroport, dans la salle de pause chez Peugeot, à la bibliothèque universitaire, etc.…).

C’est du prosélytisme, c’est clair (et je n’aime pas particulièrement ça) mais le fait que la lecture soit drôle, légère, que ce soit bien écrit et surtout très bien documenté avec toutes les références et bien cela passe !

Ok c’est pour la bonne cause, alors on va essayer, chiche ?

En préambule voici ce que nous propose l’auteur :

«  Le collectif international de soutien à l’allaitement maternel est le nec plus ultra des organisations conviviales. L’unique critère d’adhésion est d’être un mammifère de l’espèce Homo sapiens. De plus, il n’y a ni bureau élu, ni cotisations à payer, ni réunions auxquelles assister, ni lettre d’information à lire. Cerise sur le gâteau, on est membre à vie sur simple demande. Placez juste votre main sur votre sein et répétez après moi : « Je suis un mammifère et je soutiens inconditionnellement l’allaitement comme un acte élémentaire d’allégeance à nous-mêmes et à nos enfants ! »

Voilà, ce n’était pas trop difficile, pas vrai ?

Oh, j’ai failli oublier. En fait, vous avez quand même une obligation. Vous devez savoir que –comme dirait Seamus Heaney (Prix Nobel de littérature 1995), tout membre du Collectif en devient ipso facto ambassadeur :

Le vieil homme se leva et me dévisagea

Puis me dit que c’était une reconnaissance officielle

Que j’avais maintenant la double citoyenneté.

Il désirait en conséquence qu’à mon retour chez moi

Je me considère comme un de leurs représentants

et que je parle en leur nom dans ma propre langue.

Leurs ambassades, dit-il étaient partout

Mais opéraient indépendamment

Et aucun ambassadeur ne serait jamais relevé de ses fonctions.

Alors, allons-y. »

Alors, avec un peu de recul, une critique quand même. Le concept me plait mais ce livre n’est malheureusement à mon avis qu’une pure Utopie. Jamais personne, à part, bien sûr, une petite partie des mères, ne se lèvera pour défendre l’allaitement. Et cela restera (encore) un problème de mère.

htormelc

5 réflexions sur “L’allaitement, un problème de société

  1. Merci beaucoup de ta contribution!!! Comme toi, l’allaitement maternel m’a toujours semblé une évidence… ceci étant plus j’avance plus je me questionne sur ce qu’il convient de faire au niveau sociétal…
    Le choix libre me semble une revendication des plus saines, à condition qu’il soit réel (mais se poser la question de sa possibilité revient à s’interroger sur la réalité du libre arbitre dans la société…).
    Les bénéfices de l’allaitement maternel sont réels mais ne suffisent selon moi pas à l’imposer à l’échelle sociétale…Je lisais d’ailleurs hier un article relatant les « coûts » cachés de l’allaitement maternel… Bref, ce que je veux dire c’est que la bataille pour évaluer de manière définitive et universel ce qui est le meilleur pour soi/son enfant/sa famille/la société me semble totalement voué à l’échec…
    Personnellement je sais pourquoi j’ai choisi ce mode d’alimentation pour mes enfants, je n’en changerai pour rien au monde, mais je doute qu’ils soient transférables…
    Merci sincèreent en tout cas de cette découverte, le monde manque d’utopie en ce moment!!!

    • Je pense bien sûr qu’il n’y a pas d’autre alternative que le libre choix pour l’allaitement.
      Il n’est certainement pas possible (ni même peut-être en définitive souhaitable) de l’imposer à l’échelle sociétale.
      Par contre, je regrette vraiment qu’il ne soit pas plus simple d’allaiter (de poursuivre un allaitement…) en société.
      Pour moi cela a été difficile en particulier par exemple au boulot, alors même que mon bébé été à la crèche dans l’établissement où je travaille, cela n’allait pas de soit ! Et je trouve cela dommage.
      Il me semble qu’à minima cela devrait être rendu aussi simple, en tout cas aussi « normal » que le biberon.
      Mais c’est vrai que la réflexion n’est pas simple sur allaitement, société et libre choix.
      (Et je serai intéressée par les références de l’article sur les coûts cachés de l’allaitement.)

  2. Pingback: Être mère : un rôle vu sous toutes les coutures {mini-débrief} « Les Vendredis Intellos

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.